Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'occident se partage le pétrole algérien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bokabza
Membre


Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 14/12/2008

MessageSujet: L'occident se partage le pétrole algérien   Sam 20 Déc - 21:28

Ce secteur étant entouré d’une opacité qui renseigne sur les intérêts qui le portent il ne reste plus que les sources ouvertes étrangères comme l’OPEP, les clients de Sonatrach ou encore le bon sens pour nous en révéler les paradoxes les plus apparents. Ainsi depuis 10 ans le conseil d’administration et l’assemblée générale de Sonatrach ou encore le Conseil supérieur de l’énergie sont inopérants et seuls le chef de l’Etat et son ministre de l’énergie et des mines Chakib Khelil décident de 60% de la production annuelle de richesse nationale.

Une observation des principaux indicateurs l’énergie renseigne sur le degré de désinformation destinée à produire une sorte d’exaltation nationale par les hydrocarbures et maquiller la réalité d’un état des lieux inquiétant.

Primo : La production algérienne de pétrole est certes passée de 909.000 b/j en 1998 à 1. 371.000 b/j en 2007 mais cette augmentation représente la part des associés étrangers, celle de Sonatrach seule ayant stagné puis chuté ces dernières années. C’est évidemment dans la même proportion que les étrangers ont réalisé de super profits ces 5 dernières années. Si nous prenons l’exemple de l’Angola sa production de 1998 (712.000b/j) a été multipliée par deux en moins de 10ans (1 694 000 b/j).

Secundo : Nos capacités de raffinage ont chuté à 19 millions de tonnes en 2006 et ne sont même pas au niveau ou elles étaient il y a 30 ans (21 millions de tonnes) c’est pourquoi notre pays a fini par importer une partie de ses besoins en essence et en gasoil. Le gouvernement – à supposer qu’il dispose d’un droit de regard sur les hydrocarbures - aura attendu que les coûts des raffineries se multiplient par 3 en raison du renchérissement prévisible des matières entrant dans leur fabrication (cuivre, aciers spéciaux, étain..) et de la forte demande en raffineries pour se lancer dans l’hypothétique programme 2008-2012 qui couvrira à peine les besoins nationaux dans 10 ans si nous tenons compte de l’évolution actuelle de la demande globale du marché algérien . Un mémoire de fin d’études d’ingéniorat en commerce international dans un institut de gestion à Alger avait anticipé en 2003 le scénario catastrophe de la politique nationale de raffinage. Les 2 étudiants n’avaient pas 23 ans.

Tertio : Notre production de gaz à l’exportation a stagné à son niveau de 1999 puisqu’elle est de 59 milliards de m3 ce qui représente à peine la consommation nationale dans 10 ans selon les prévisions de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz ( CREG ), si par malheur les 3 méga projets de complexes d’aluminium (AAOLA ) et d’ammoniac et d’urée ( EBF et ORASCOM ) très gros consommateurs en gaz, venaient à se concrétiser. Il s’agira par ailleurs tout simplement d’une exportation déguisée de gaz financée de surcroit en grande partie sur des fonds publics.

Pour ce qui est de l’exportation de Gaz Naturel Liquéfié, l’Algérie qui a toujours opté pour une stratégie médiane 50% par pipe et 50% par méthanier est otage aujourd’hui des engagements avec l’Italie et l’Espagne pour 50 milliards de m3 par gazoduc ce qui réduit sa flexibilité et fait perdre des positions de marché spot autrement plus rentable notamment sur le continent américain. Pour être valable l’option construction de nouveaux gazoducs imposée par Chakib Khelil aurait dû être consolidée par des acquisitions stratégiques en Italie où par exemple la Libye est déjà présente dans l’aval depuis au moins 20 ans et en Espagne où le groupe russe Lukoil cherche à acheter une partie de Repsol notre principal client qui à défaut d’être notre associé est engagé en justice contre Sonatrach dans un litige dont l’issue est incertaine et les causes obscures.

Sur le plan stratégique il se pose un double problème : le premier réside dans l’entêtement des dirigeants à considérer les hydrocarbures comme un simple produit marchand alors qu’il est depuis 60 ans un des outils de la souveraineté des nations et un levier de choix dans les relations internationales . A ce titre on devrait impliquer chez nous les opérateurs de politique étrangère et de défense nationale dans l’élaboration de toute stratégie en la matière. Le second problème est représenté par le très faible niveau d’internationalisation du secteur énergétique réduit depuis 10 ans à une insignifiante participation dans une installation gazière en Amazonie péruvienne et dans quelques menus projets avec une participation minime qui n’autorise aucune synergie avec les intérêts de Sonatrach à l’international.

Le département de l’énergie s’implique par contre localement dans des domaines qui ne relèvent ni de sa vocation ni de ses missions institutionnelles : dessalement d’eau, suivi de la construction de la nouvelle ville de Hassi messaoud et financement d’un palais des congrès à Oran, d’une piscine olympique à Hydra ou encore le sponsoring financier d’un mouvement associatif de circonstance et de clubs de foot entrainés pour certains à se transformer tous les 5 ans en comités de soutien …

L’histoire enseigne qu’un Etat qui possède la majorité des ressources économiques dans la société détient le pouvoir. Chez nous au lieu de servir à réduire la dépendance alimentaire, valoriser la ressource humaine elles deviennent un enjeu de pouvoir et un obstacle à la démocratisation d’un pays parce que gagner les élections veut dire se perpétuer au pouvoir pour conserver la rente. Nous n’aurons pas échappé à cette malédiction qui veut que dans le Tiers monde les ressources représentent paradoxalement un obstacle pour la stabilité et ne favorisent pas l’alternance dans l’exercice du pouvoir. Dans cet esprit, les plus gros scandales financiers et de corruption de l ‘histoire de l’Algérie affectent les secteurs les plus opaques et les plus rentiers chez nous, les banques publiques les hydrocarbures et leurs interconnexion avec les politiques

Par exemple, Brown Root & Condor (BRC) forte de l’implication de son associé le géant américain Haliburton, lobbyiste attitré à Washington du Président Bouteflika pour son deuxième mandat notamment, aurait bien pu continuer à surfacturer, diversifier ses services de management des projets en passant de l’infrastructure militaire à la piscine à la spéculation immobilière sans rendre compte à personne BRC s’est permis de violer les règles les plus élémentaires des finances publiques parce que ses dirigeants savent que les hydrocarbures ne sont pas soumises aux exigences de transparence et que le contrôle de la rente pétrolière en Algérie est centralisé au niveau de quelques personnes.

A défaut d’un système démocratique, les algériens ne peuvent pas réclamer avec la force légale requise l’exercice d’un contrôle direct ou indirect sur cette richesse provisoire de la nation .Ils prennent alors le risque de vivre de dramatiques situations comme celle dans laquelle notre Président de la République reconnaît publiquement en 2006 avoir retiré sur les conseils avisés du bolivarien Hugo Chavez la loi antinationale sur les Hydrocarbures de mars 2005, la plus libérale de l’histoire de l’OPEP . En résumé le pays a perdu en si peu de temps une autonomie de décision en cédant aux pressions des uns et aux avis des autres sans en référer à sa propre intelligence ni à son peuple seul habilité à exercer une souveraineté sur ses ressources naturelles. Quelle belle leçon de patriotisme économique pour un pouvoir appartenant à une génération supposée être encore portée par une légitimité révolutionnaire.

Enfin pourquoi produire aujourd’hui pour des recettes de 67 milliards de dollars alors que le rythme de développement n’a pas réclamé plus de 25 milliards dollars et que les crédits d’équipements ont été consommés seulement à concurrence de 37% ces 5 dernières années ? Faut –il produire plus uniquement pour répondre aux besoins de consommation de l’Union Européenne toujours plus urgents et plus importants ? Pourquoi hypothéquer des réserves stratégiques déjà controversées et qui nous sont seulement prêtées par les générations futures ? Si seul un système de gestion transparent est de nature à répondre à ces questions il reste à espérer que les quelques personnes qui décident en Algérie détiennent le secret de l’adéquation entre les ressources disponibles, la satisfaction des besoins nationaux à long terme et la mobilisation immédiate de devises pour acheter la paix sociale.

Abdelaziz Rahabi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'occident se partage le pétrole algérien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Longueur Littoral Algérien
» Nouveau Larousse Algérien
» algérien et fière de l'être..?
» Interview de l'écrivain algérien Boualem Sansal : "l'islamisation est une question menaçante pour la société".
» "Le petit chaperon rouge" en arabe -algérien- (texte et audio)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: