Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tarek ibn ziad
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale   Lun 2 Fév - 20:16

Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale

Une fille alcoolique, une autre toxicomane

et des garçons trafiquants de drogue

Lamia Nezzar, la fille du général fait scandale à Paris

Souffrant d’une grave maladie qui fait que le général ne cesse de supplier Dieu de l’emporter de ce bas monde, le général Khaled Nezzar paye ses crimes sur terre, par ses souffrances physiques et morales.



En plus de la maladie, le général enregistre avec une profonde consternation sa faillite familiale. Ses enfants ont lamentablement échoué malgré tous ce qu’il leur a offert comme moyens matériels.

Le plus grand échec vient de sa fille Lamia qui était marié à l’un des Benyounes qui s’était distingué par les coups de feu tiré contre des gendarmes au club des pins alors qu’il était en état d’ébriété.

Divorcée et avec deux enfants qu’elle a pris à sa charge, Lamia a sombré dans l’alcool. Selon, l’une de ses proches amies à Paris, elle est saoule toute la journée et il lui arrive souvent de passer la fin de la soirée dans une cellule de dégrisement d’un commissariat de police.



« Souvent, Lamia est emmenée au poste de police à la suite d’une rixe avec ses compagnons de beuverie. Il faut la voir comment qu’elle se bagarre. On dirait un mec sorti des bas fonds » nous dit l’une de ses amies rencontrée fortuitement à Paris.

Son père lui ayant offert une villa à Hydra située juste à côté de la sienne, Lamia a préféré la louer que de l’habiter. L’argent de la location, elle le transfère à Paris, pour payer ses soirées arrosées.

La faillite du général Nezzar ne s’arrête pas là. L’autre fille, Souad, lui en fait voir de toutes les couleurs.


Elle, aussi, fait parler autour d’elle. Il n’y a pas longtemps, les passagers de la classe affaire du vol Air Algérie, à destination de Paris, ont été priés de prendre place dans la classe économique. Et pour cause, Souad, la fille du général Nezzar était évacué dans un état grave vers un hôpital parisien pour désintoxication. Elle souffrait d’une overdose qui la mettait dans un état de délabrement avancé.

Afin d’éviter les racontars et pour étouffer le scandale, le général a préféré évacuer sa fille en incognito vers l’étranger que de l’hospitaliser dans un établissement algérien.



Accroc à la drogue, Souad qui a rompu ses fiançailles alors qu’elle les avait célébré royalement à l’hôtel L’Aurassi, ne fait plus de distinction entre le jour et la nuit. Selon la même source « elle est accroc à la blanche. Elle sniffe de la cocaïne de manière grave. »

Et en parlant de cocaïne et de drogue, il est à rappeler que les deux fils de Nezzar ont été arrêtés en flagrant délit de trafic de drogue par un agent de la police des frontières. Le général retraité a vite crié au scandale et au « complot ourdi » par ses adversaires. Du coup, ses enfants ont été relâchés et le policier radié et placé en détention.



L’ami qui m’accompagnait, en écoutant notre source nous relater les frasques des enfants de Nezzar n’a pas manqué d’observer en guise de conclusion « comme il a privé des milliers de parents de leurs enfants et des milliers d’enfants de leurs parents en els tuant, en les faisant disparaître et en les déportant dans les camps du Sud, Nezzar qui continue de jouir de l’impunité du système judiciaire, est en train de payer d’une manière plus grave ses crimes avant de passer devant la justice divine.»



Hichem ABOUD



le 01/02/09
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale   Mar 3 Fév - 2:55

Tout ce qu'il a souhaité pour la jeunesse Algérienne est réuni dans sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale   Mar 3 Fév - 14:59

tarek ibn ziad a écrit:
Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale

Une fille alcoolique, une autre toxicomane , et des garçons trafiquants de drogue
Lamia Nezzar, la fille du général fait scandale à Paris

Souffrant d’une grave maladie qui fait que le général ne cesse de supplier Dieu de l’emporter de ce bas monde, le général Khaled Nezzar paye ses crimes sur terre, par ses souffrances physiques et morales.
Hichem ABOUD, le 01/02/09
Assalam;

Je suis un peu surpris, par cet article:

En quoi les enfants du général Khaled Nezzar, doivent-ils être tenus pour responsables des crimes commis par leur père, qui croyait SAUVER l'Algérie, en répondant à l'APPEL des membres du CNSA (Comité National pour Sauver l'Algérie), présidé par Benhamouda, et Said Sadi ?

Le Congrés de la Soummam, si cher à Sadi, quand ça l'arrange, n'a-t-il pas placé le politique au-dessus de militaire ?

Or, Nezzar, alors ministre de la défense de Chadli-Belkheir, ne pouvait qu'appliquer le texte fondamental de la Soummam, et OBEIR comme tout bon SOLDAT discipliné, et REPONDRE PRESENT à l'appel des "démocrates du DRS", qui ont donné leur nom à l'Appel du CNSA.

On ne peut condamner Nezzar, qui N'a fait qu'exécuter les "bulles des papes du DRS", qui étaient seuls habilités à GUIDER le peuple Algérien, par la force de la Constitution OCCULTE approuvée lors du PUTSH du Congrés de Tripoli, contre le GPRA, et ensuite un certain 19 Juin 1965, puis un certain Octobre 1988, et finalement, un certain 12 Janvier 1992, quand la "Rêve O illusion", fut redressée durant 12 ans, par les GIA, à Remka, Bentalha, oeuvre SANCTIFIEE par Finkelkraut, Lang, BHL, invités de l'inénarable Redha Malek, Smaïl, Khalida la rousse....

وأما السنة فبقوله صلى الله عليه وسلم: «المسلم أخو المسلم، لا يظلمه ولا يسلمه، من كان في حاجة أخيه كان الله في حاجته، ومن فرج عن مسلم كربة فرج الله عنه بها كربة من كرب يوم القيامة، ومن ستر مسلماً ستره الله يوم القيامة


Ne médisons pas de notre prochain, PRIONS Allah, qu'IL nous évite de sombrer dans leurs travers, leurs défauts.

Je n'ai eu cette réponse que parce que Hichem Aboud, a dit que "le général ne cesse de supplier Dieu de l’emporter de ce bas monde,"...
Car en effet, cela suppose que le général franco-Algérien, Nezzar, est un CROYANT scratch
Je ne sais pas si c'est dans la DIV bouteille, dans Bachus, ou dans Allah, sérieusement, car il me souvient qu'il a fait le PELERINAGE la veille du COUP d'ETAT, à moins que ce ne soit une OMRA, auprès des Chouyoukhs des palais, séoudiens qui lui ont OCTROYE des FATAWIS, pour lancer ses GIA, contre les "islamistes"....
salut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale   Mar 3 Fév - 15:33

Salam
C'est prouve qu'Allah est juste.

الملكُ يبقيٰ مع الكفر، و لايبقيٰ مع الظلم
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale   Mar 10 Fév - 0:35

J'ai montré cette photo à des personnes sur le paltalk, l'une d'entre elles m'a dit qu'elle croyait qu'il regardait sa montre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale   Jeu 15 Juil - 23:53

Michel SIFAOUI est-il un agent des services secrets algériens?


http://www.agirpourlalgerie.com./sifaoui.htm
Initiateur du livre La Sale Guerre que finit par signer l'ex sous-lieutenant Habib Souaïdia, Michel Sifaoui vient de publier en Algérie, aux éditions Chihab, "Histoire d'une imposture" dénonçant ce qui devait être son premier ouvrage. Il se distingua, encore, en témoignant en faveur du général Khaled Nezzar au procès qui opposa le parrain de la mafia des généraux algériens à Habib Souaïdia. Un acte qui souleva pas mal d'interrogations. Comment un réfugié politique qui se dit persécuté par le pouvoir se range du côté de celui qui symbolise ce même pouvoir? Comment un réfugié politique publie un livre qui encense le pouvoir et s'érige en défenseur zélé de ces généraux qu'il pourfendait dans ses discussions en privé et dans la version initiale de La Sale Guerre ? Comment un réfugié politique, opposant au régime par définition, jouit-il des largesses de la télévision algérienne connue pour être un instrument entre les mains des généraux mafieux? Le peu de doute qui restait pour ceux qui hésitaient à voir en Mohamed Sifaoui le parfait agent envoyé par le Département des Renseignements et de la Sécurité (DRS) du général Tewfik, pour infiltrer les milieux de l'opposition en exil est levé pour beaucoup d'observateurs. Cette étiquette d'agent a collé toujours à Sifaoui. Elle ne le dérange pas, pour autant. Elle lui collait à la peau depuis qu'il était en Algérie. Cela ne le dérangeait nullement. "Bien au contraire, ça l'arrangeait" confie une journaliste algérienne qui l'a bien connu. L'arme de poing qui lui a été remise comme à beaucoup d'autres journalistes, il l'exhibait fièrement comme un enfant à qui on a offert un jouet.
Et pourtant, Mohamed Sifaoui n'a jamais été un agent du DRS. On ne lui a jamais fait signer un dossier d'agent. Telle qu'il m'a raconté ses relations avec le DRS je n'ai aucune raison de ne pas croire la source qui me confirme que l'ancien compagnon de Souaïdia n'a jamais été un agent du DRS.
Venu au journalisme par un pur hasard avec l'avènement de la décennie rouge, Mohamed Sifaoui a trimballé sa plume dans divers journaux algériens. Du quotidien gouvernemental Horizons au premier quotidien indépendant Le Soir d'Algérie en passant par le journal du général Mohamed Betchine, L'Authentique, il s'est fait remarquer par ses écrits sur la situation sécuritaire. L'information sécuritaire étant frappée, à l'époque, du sceau de la confidentialité, seuls les journalistes qui acceptaient de s'approcher des services de sécurité (police, gendarmerie, sécurité militaire) pouvaient traiter le sujet.
Sifaoui, comme beaucoup d'autres journalistes, était fasciné par ce monde mysterieux du renseignement et de l'espionnage. Pour connaître de près cet univers, il se lia d'amitié avec un journaliste dont le frère était capitaine au DRS. A la faveur de ses activités journalistiques il pensait trouver la brèche pour se rapprocher des services de renseignements militaires. Ses tentatives de se faire recruter comme agent échouèrent lamentablement. Sifaoui ne pouvait être recruté. Sur sa fiche, il est écrit "élément très entreprenant, instable et versatile" me confie une source sûre qui connaît bien son dossier. Sa participation à des opérations contre les groupes terroristes aux côtés des GLD (milices civiles) n'a fait que le desservir. C'était une preuve de plus, pour les recruteurs du DRS, que c'était un élément très entreprenant. Il ira jusqu'à tuer par arme à feu un voisin à lui qu'il soupçonnait d’appartenir aux GIA. Un crime dont il s'enorgueillit dans ses conversations en privé. Rien n'y fit.
Mohamed Sifaoui ne sera jamais recruté. On ne recrute pas quelqu'un qui cherche à se faire recruter coûte que coûte. Il est bon à utiliser en deuxième main. Autrement dit, il sera manipulé par un agent et non pas par un officier des services. Son rapprochement avec un officier risque d'être nuisible pour les services. Il est du genre d'agent qui ne connaît pas ses limites.
Avec le colonel Hadj Zoubir qui succéda au colonel Fawzi en 1997 à la tête de la cellule de communication du DRS, ce qui ne devait pas arriver arriva. Hadj Zoubir sans avoir fait signer de dossier d'agent à Mohamed Sifaoui n'a pas manqué d'entretenir des relations directes avec lui. Des relations qui n'ont pas tardé à tourner au vinaigre. Le journaliste qui oubliait de se limiter à son rôle d'agent qui exécute sans discuter les ordres de son officier traitant se prend pour l'égal d'un colonel des services de sécurité. Il est, alors, malmené, tabassé et renvoyé. Il dit même avoir été torturé. A un journaliste d'un quotidien arabe, il avoue avoir subi le supplice de la bouteille. Ce qui lui a provoqué des lésions anales. En somme, il a connu le sort de tout agent qui déraille.
Aigri par cette mauvaise expérience, il se retourne contre ses manipulateurs. Il met à profit ses déboires avec les services de la sécurité militaire pour demander l'asile politique en France. Bien que n'ayant jamais signé un seul article contre le régime du temps où il exerçait en Algérie, il est accueilli par l'organisation Reporters Sans Frontières qui met à sa disposition un bureau et un micro ordinateur. C'est ainsi qu'il fit la connaissance de Habib Souaïdia. Il prend en charge l'ex sous-lieutenant des forces spéciales et voit en lui une source de gains faciles. En recueillant ses témoignages et en les publiant dans divers journaux français, il se fera un nom et gagnera, à coup sûr, beaucoup d'argent.
Il commence, alors, à faire la tournée des rédactions parisiennes en leur proposant le témoignage d'un officier de l'armée algérienne sur les exactions des militaires en Algérie. C'est ce qu'il raconte dans son livre "L'Histoire d'une Imposture". Souvent, on lui demande de présenter cet officier. Il le fit à contre coeur. Devant les journalistes, il soumet Souaïdia à un véritable interrogatoire pour rendre son récit plus intéressant et susciter la curiosité des uns et des autres. Peu prolixe, Souaïdia est poussé par Sifaoui à raconter, parfois, n'importe quoi jusqu'à susciter le doute chez ses interlocuteurs. Le correspondant d'un quotidien arabe à Paris garde en souvenir deux cassettes audio où l'on entend Sifaoui inciter Souaïdia à s'attaquer à l'armée algérienne.
Cette tournée des rédactions parisiennes ne généra aucun bénéfice pour Sifaoui. Seul L'hebdomadaire Le Nouvel Observateur lui verse un acompte sur un article qu'il ne publiera jamais. Comme il l'avoue dans son livre. Il touchera un petit pécule de la part de la chaîne " canal + " en participant à la traduction de l'arabe au français des déclarations de Souaïdia.
Vint, alors, l'idée d'écrire un livre. Il se rend chez François Gèze directeur des éditions La Découverte et lui propose un brûlot contre l'armée algérienne. Comprenant qu'il s'agit d'un récit d'un officier qui était sur le terrain des opérations, Gèze lui demande d'écrire le livre à la première personne du singulier. Autrement dit, Sifaoui ne fera que prêter sa plume à Habib Souaïdia qui est le véritable auteur du récit qui sera publié sous forme de témoignage. Dans le jargon du monde de l'édition, on appelle celui qui prête sa plume "un nègre". Et c'était le rôle de Sifaoui.
Comme dans ses relations avec le DRS où il oublie qu'il n'était qu'un agent qui devait exécuter les ordres de son officier traitant, Sifaoui, dans la rédaction de La Sale Guerre a oublié son rôle de nègre pour se substituer au rôle de l'auteur.
Tout écrivain qui se respecte présente à son éditeur un manuscrit fini. Or, Sifaoui ne l'a pas fait. Il présentait les chapitres les uns après les autres en les soumettant à l'appréciation de l'éditeur, comme il le relate dans son livre "Histoire d'une Imposture". Ce qui prouve, on ne peut mieux, qu'il n'avait pas de manuscrit à proposer et dans le cas où l'éditeur émettait la moindre réserve, libre à lui de le retirer et d'aller voir un autre éditeur.
La Sale Guerre étant écrit à la première personne du singulier, ce qui signifie clairement que c'est Habib Souaïdia qui témoigne que de ce qu'il a vu et vécu. Sifaoui se substituant à l'auteur le fait témoigner sur des événements qu'il n'a pas connu ni de près, ni de loin. C'est le cas de la mutinerie de Serkadji. Il brosse également des portraits des généraux sur lesquels lui même est mal informé. En brossant au vitriol les portraits des généraux Khaled Nezzar (quel paradoxe!), Mohammed Lamari et Mohamed Mediène dit Tewfik, ce n'était plus Souaïdia qui témoignait mais son nègre. François Gèze le rappelle à l'ordre et lui signifie dans un courrier, que Sifaoui a eu la maladresse de publier en document annexe de son livre, qu'on ne peut attribuer à l'auteur des témoignages sur des événements qu'il n'a pas vécus. C'est ainsi qu'il s'est trouvé remercié par l'éditeur.
Chose qu'il ne pardonnera jamais à Souaïdia et à François Gèze d'autant plus que le livre s'étant bien vendu a généré à son auteur des gains substantiels. Sifaoui tout en écrivant noir sur blanc dans son livre "histoire d'une imposture" qu'il n'est nullement l'auteur de la Sale Guerre ne manque pas moins de réclamer à Souaïdia le partage des droits d'auteur. Il va jusqu'à contester la véracité des événements qu'il a écrit de sa propre main pour mieux prouver qu'il n'est en rien responsable de ce qui a été écrit dans "la sale guerre". Pourtant, ni l'éditeur ni Souaïdia ne lui ont demandé le remboursement de l'à-valoir qu'il a touché à la signature du contrat.
La vérité sur sa relation avec Souaïdia et l’œuvre publiée par les éditions La Découverte, je ne l'ai sue qu'à la lecture de L'Histoire d'une Imposture signé par Mohamed Sifaoui aux éditions Chihab. Auparavant, lorsqu'il m'a rencontré au mois de février 2002 peu après la parution de La Mafia des Généraux, Sifaoui m'avait donné une autre version. A savoir que La Sale Guerre dans sa version initiale était dirigée contre les généraux maffieux et qu'il veillait à ce qu'il n'y ait pas de confusion entre l'armée algérienne et cette poignée de généraux. Il s'était appuyé sur le blocus médiatique français qui avait été décrété contre mon livre "La Mafia des Généraux" pour me convaincre de sa bonne foi. Son discours d'opposant ne laissait aucun doute. Il ira jusqu'à téléphoner, à ma demande, au général Khaled Nezzar, pour que je puisse connaître les intentions des généraux à Alger et leurs réactions à la parution de La Mafia des Généraux.
Son livre "Histoire d'Imposture" dans lequel il se dédouane de sa participation à l'ouvrage de Souaïdia ne lui a jamais été commandé. Il l'a fait de sa propre initiative. Avant sa publication, je peux attester qu'il n'avait aucune relation avec les services. En publiant ce livre il a, au moins, le mérite d'éclaircir les choses. Il n'a fait que confirmer qu'il est un élément très entreprenant, instable et versatile. Par conséquent, il ne peut faire l'objet d'un recrutement de la part d'un quelconque service de renseignements. Tout comme ceux qui l'entourent sauront se méfier d'un homme qui se retourne du jour au lendemain sur ses alliés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale   Aujourd'hui à 5:22

Revenir en haut Aller en bas
 
Le général Nezzar connaît une véritable faillite familiale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui connaît l'EFT?
» liste reprenant les notions à connaître pour le brevet?
» Connaître le Christ
» Méditation Quotidienne : Connaître le Christ
» Partageons pour mieux nous connaître. Dan26-Marine2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: La crise politique-
Sauter vers: