Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'affaire Joseph Ferraye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kodri
Membre


Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 08/04/2009

MessageSujet: L'affaire Joseph Ferraye   Ven 10 Avr - 18:19

“Je sais qui a tué le juge Bernard Borrel !” »Qu’est-ce que l’affaire Ferrayé ?
Joseph Ferrayé est l’inventeur des systèmes d’extinction et de blocage qui ont maîtrisé en trois mois au lieu de six à huit ans les 1164 puits explosés en 1991 au Koweït. (Sur le chiffre de 1164, voir Abdullah Yusuf Al Ghunaïm, Devastating Oil Wells as Revealed by Iraqi Documents, Center for Research and Studies on Kuwait, fondation d’Etat koweïtienne.)

Révolutionnant plus de 15 000 fois tous les procédés classiques, les systèmes Ferrayé ont été déclarés stratégiques et vendus en fraude à tous les pays producteurs de pétrole sous la couverture de la compagnie Elf, pour le compte du gouvernement de François Mitterrand et des hauts responsables français de gauche et de droite, ainsi que par le biais de la société américano-saoudienne Aramco, commanditée par l’administration Bush père et la compagnie Halliburton.









Système d'extinction Ferrayé en application au Koweït - Photo: Dr. Jack Heller, USACHPPM, Mai 1991.


Brevets des systèmes Ferrayé déposés à l’INPI et l’OMPI :


Système d’extinction

Système de blocage



A l’Office européen des brevets :


http://v3.espacenet.com/textdoc?IDX=WO9219323&QPN=WO9219323


http://v3.espacenet.com/textdoc?IDX=WO9218746&QPN=EP0593503&RPN=EP0593503&DOC=deb45b02a96922da995712cf974ff6c66d



Pour les dates de dépôt visionner les documents dans le registre européen.


A preuve de l’application frauduleuse des systèmes Ferrayé en 1991 au Koweït, voir l’article “How well control techniques were refined in Kuwait” (Comment les techniques de contrôle des puits ont été perfectionnées au Koweït) publié dans le magazine World Oil en mai 1992 par Larry Flak, l’ingénieur texan chargé de coordonner les travaux des extinctions des puits au Koweït du 19 mars au 15 novembre 1991. L’article décrit les caractéristiques techniques des nouveaux systèmes, mais les attribue à ABB VETCO GRAY, dont le PDG n’était autre, à l’époque, que Percy Barnevik et où siégeait, à l’office de Zürich, le futur Secrétaire à la Défense des Etats-Unis, Donald Rumsfeld, qui fit de sa place au conseil d’administration le moyen pour ses complices et lui d’encaisser en toute discrétion une partie des royalties escroqués à Joseph Ferrayé. Notons aussi bien, qu’en tant que membres du Bilderberg Group, organe archi-secret de politique mondiale, Donald Rumsfeld et Percy Barnevik en ont toujours profité pour demeurer en constante collusion avec d’autres de ses membres tels que Loïk le Floch-Prigent et Philippe Jaffre d’Elf, ou pour citer quelques ministres des premiers gouvernements responsables du vol des brevets, Dominique Strauss-Kahn, Lionel Jospin, Bernard Kouchner, Jacques Toubon. Voici comment débute le rapport de Larry Flak : « ABB VETCO GRAY, qui a dirigé l’atelier mécanique de Kuwait Oil Company à Ahmadi, a été capable de réaliser des procédés géométriques. » Puis l’auteur entre dans la description des caractéristiques techniques des nouveaux systèmes de Joseph Ferrayé.



Chargée de vendre les systèmes, la Saudi Aramco, opérant sous l’inspiration du Prince Bandar ben Sultan ben Abd al-Aziz Al Saoud, ambassadeur à Washington et de l’homme d’affaires libanais, artisan des accords de Taëf, Rafic Hariri, faisait en sorte de blanchir en partie les comptes provenant de leur vente par des livraisons de pétrole couvrant les parts des plus hauts responsables. Ainsi, l’Arabie Saoudite et le Koweït fournissaient du pétrole aux sociétés désignées par François Mitterrand (Total, Fina, Elf et x) de manière à couvrir les montants revenant aux plus hauts responsables français, comme aux sociétés désignées par George Bush (Tam Oil et x) pour couvrir les montants revenant aux américains. Pour la France, Total-Fina-Elf renvoyait le prix de ce pétrole au directeur d’Elf Aquitaine International, Alfred Sirven, qui le déposait sur des comptes collectifs dans tous les paradis fiscaux du monde et particulièrement en Asie du Sud-Est.



A cette époque, comme le raconte Naggy Bressot, l’épouse aujourd’hui séparée de l’ambassadeur Jean Bressot, alors en poste au Koweït, les ministres du second gouvernement Rocard, Pierre Joxe (Défense), Roland Dumas (Affaires étrangères) et les autres, avaient coutume de se réunir à son domicile parisien, 7 rue de Javel dans le 15ème, pour discuter des suites de leur escroquerie.



Le 13 mai 1991, deux jours avant qu’il ne présente à Mitterrand sa démission, le Premier Ministre, Michel Rocard, signe le décret complémentaire relatif à l’organisation de l’INPI n° 91-432, légalisant la délégation à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), qui s’était prêté au pillage des brevets Ferrayé, des compétences de surveillance et de contrôle dévolues au ministre de l’Industrie. Désormais, le directeur général de l’INPI, comme l’affirme le décret, « peut recevoir délégation de signature du ministre chargé de la propriété industrielle pour exercer les compétences dévolues à celui-ci dans le domaine de la propriété industrielle et des droits annexes à la propriété industrielle ». Ainsi dissociait-on le pillage des brevets de leur exploitation illégale à travers l’Institut Français du Pétrole (IFP) et la compagnie Elf, en préparant à Dominique Strauss-Kahn, par son indépendance de façade à l’égard de l’INPI, des conditions optimales pour succéder au Ministre de l’Industrie Roger Fauroux et poursuivre avec une pleine maîtrise les opérations frauduleuses. Enfin, par le remaniement du gouvernement, Mitterrand croyait tourner la page sur l’abject complot qu’il avait ourdi et les multiples violations légales dont il s’était rendu coupable.


A la demande du Doyen de la Faculté des Sciences de Nice, Guy Turcot, qu’il a contacté le 22 mai, dans l’espoir de faire appliquer ses systèmes au Koweït par l’intermédiaire du Gouvernement français, Joseph Ferrayé se met en contact avec l’escroc Etienne Tillié, lequel se fait passer pour un chercheur, et l’expert-comptable, Christian Basano. Celui-ci, comprenant la nécessité de soudoyer des membres du Gouvernement ayant autorité sur Strauss-Kahn, pour lui retirer la mainmise déjà solide qu’il a sur la gestion du complot, prend, le 4 juin, l’avion pour Paris, pour s’y rencontrer avec Aurélien Garcia, chargé de mission du Premier Ministre, Edith Cresson à qui, sans en avoir avisé Ferrayé, qu’il ne connaissait en personne que depuis la veille, il propose, par l’intermédiaire de Garcia, 500 000 francs français sur chaque puits traité par les systèmes Ferrayé, en échange de sa coopération et de l’éviction de Strauss-Kahn.



Profitant de l’aubaine, Edith Cresson adresse, dès le lendemain, une lettre en trompe-l’œil à Jean-Michel Baroche, dans laquelle elle feint de lui faire croire que la nouvelle technologie inventée par Joseph Ferrayé est prête à passer sous le contrôle exclusif de la Sofremi dépendante du Ministère de l’Intérieur, dans l’intention de rappeler à tous, et surtout à Strauss-Kahn, la priorité de ses propres droits sur les revenus de l’escroquerie. Message auquel ne manque pas de réagir aussitôt le ministre de l’Industrie qui lui promet une commission équivalente à celle qu’offrait Basano mais prélevée sur les fonds occultes de la société Elf.



Cette contre-proposition permet à Cresson de jouer la surenchère et le 17 juin, Christian Basano confirme à Aurélien Garcia l’attribution au Premier Ministre d’un million de francs par puits, de sorte que les accords secrets avec le Koweït étant en passe de changer, cet Etat délègue à l’inventeur et ses nouveaux associés dans la société CONIRA (Compagnie Niçoise de Recherche Avancée), Etienne Tillié, Christian Basano et François Colonna, le général Mohammed Al Bader, en charge du Comité de sécurité de l’Etat du Koweït, qu’ils reçoivent officiellement avec Garcia, présent en qualité de représentant du Gouvernement, le 8 juillet 1991, au célèbre Hôtel Negresco à Nice.



Mais des divisions qu’ils surent adroitement susciter entre les ministres, les associés de Joseph Ferrayé n’avaient nulle intention de le faire profiter : aussi ne tardent-ils pas à se rallier à Strauss-Kahn, devenu le principal maître d’œuvre du complot, lorsque Mitterrand, comme l’a rapporté Naggy Bressot chez qui toutes les tractations mafieuses se déroulaient, parvient à réconcilier les deux camps du gouvernement.



Puisque le système d’extinction était depuis le 7 mai 1991 frauduleusement appliqué au Koweït par les quatre principales compagnies d’extinction des puits : Red Adair, Boots and Coots, Safety Boss et Wild Well Control, sous la direction logistique de Bechtel, dont l’ancien chef du FBI et de la CIA, William Webster, signait les contrats, et la haute main de l’administration Bush, avec qui le gouvernement français l’avait partagé (voir ici ce reportage du journal télévisé d’Antenne 2, daté du 7 mai précisément, où l’entreprise américaine Boots & Coots le met à l’essai avec succès dans le champ pétrolifère d’Al Ahmadi au Koweït), il ne restait plus qu’à détourner le système de blocage, en vue de quoi, Dominique Strauss-Kahn remit, le 26 juillet 1991, à François Colonna, l’un des perfides associés de l’inventeur, une lettre adressée au ministre koweïtien du pétrole, par où d’une part il attestait son rôle prépondérant dans la gestion du complot et de l’autre accréditait les négociateurs associés de Ferrayé comme ses loyaux acolytes.



Système de blocage Ferrayé en application à Rumaylah en Irak sous la surveillance d'Aisa Bou Yabes, chef de l'équipe d'extinction de la Kuwait Oil Company - Photo: Peter Menzel, 1991.



Il ne fait aucun doute que les lettres du 5 juin 1991 d’Edith Cresson, Premier Ministre, à Jean-Michel Baroche et du 26 juillet 1991 de Dominique Strauss-Kahn, Ministre de l’Industrie et du Commerce Extérieur, à Hmoud Al Raqaba, Ministre koweïtien du Pétrole, constituent des preuves de leur implication consciente et résolue dans l’escroquerie.



criminels qui nous gouvernent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'affaire Joseph Ferraye
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prière à Saint Joseph
» PRIÈRE À SAINT JOSEPH, Avocat des causes désespérées
» FOURIER (Joseph) Mathématicien - Physicien - Préfet etc..
» Prières quotidiennes pour la neuvaine de Saint-Joseph
» Ovni l'affaire du docteur X (Imposture)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: