Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bouteflika hospitalisé a Paris .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tarek ibn ziad
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Bouteflika hospitalisé a Paris .   Jeu 1 Déc - 17:52

La rue algéroise inquiète
Vous journalistes, vous êtes bien contents qu’il soit malade ? » lance agressivement Ahmed, la trentaine, fonctionnaire dans une banque. A ses pieds, s’étalent les unes des journaux avec le portrait du Président, du haut de ses 68 ans. Pour rappel, Abdelaziz Bouteflika est hospitalisé à Paris, depuis samedi dernier, à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce, suite « à des troubles au niveau de l’appareil digestif », selon un communiqué de la présidence de la République.





Sous les arcades du boulevard Amirouche à Alger-Centre, le vendeur de journaux a recouvert d’un plastique transparent sa marchandise. Pluie. Grisaille. Flots de parapluies multicolores. « Pourquoi accuses-tu les journalistes. C’est une affaire divine... » rétorque un vieux qui lisait les manchettes des quotidiens posés sur des cartons. « Moi, je suis inquiet et je prie Dieu pour que Bouteflika aille mieux. Je suis vieux, et je sais que la maladie à un âge avancé n’est pas chose facile », poursuit-il. Ahmed part en marmonnant. Plus loin, au chaud, dans un café à la place Audin, des étudiants évoquent plutôt le mouvement de protestation que connaît l’Université d’Alger. « Bien sûr qu’on suit ce qui se dit sur le Président. Beaucoup pensent qu’il s’agit d’empoisonnement, comme pour Arafat ou Boumediène, mais on reste sans véritables nouvelles », dit Rachid, étudiant en langue arabe. « Et ce n’est pas la télé qui va nous donner des détails. D’ailleurs, à suivre les journaux télés de l’ENTV, avec leurs messages de sympathie, on peut même croire au pire », ajoute son collègue de promotion. Dégustant un café, « noir et serré », un retraité de la Poste lit un quotidien gouvernemental : « Notre Président doit rentrer sain et sauf au pays et vite. C’est inquiétant de ne pas avoir plus de nouvelle. On va comprendre qu’il s’agit de quelque chose de grave... Pourquoi tant de mystère ? » Samira et Amel, deux jeunes promeneuses sur la rue Didouche Mourad, serrées sous leur parapluie bleu, s’inquiètent, elles aussi, du mutisme officiel. « On ne comprend pas qu’on nous cache des choses sur la maladie du Président. Si il est gravement malade, il faut nous prévenir et nous préparer au pire. Si c’est moins grave, pourquoi nous laisser imaginer le pire », s’accordent-elles à dire. C’est l’avis aussi de Mohamed, vendeur de tabacs à la rue Ahmed Zabana, qui ne comprend pas qu’on laisse « la France » parler à la place des pouvoirs publics algériens. « Jusqu’à quand on restera un pays aussi dépendant de la France ? C’est humiliant ! » s’emporte Mohamed, 39 ans. Vers la place du 1er Mai, Dahmane, agent des Impôts attaquant la quarantaine, dit son désarroi devant « une telle catastrophe ». « On s’est habitué à lui. Depuis le temps. J’espère que tout ira pour le mieux pour lui », ajoutera-t-il. Du côté de la rue marchande Belouizdad, sur le chemin vers Belcourt, Omar et Farid, deux barbus et « salafistes », comme ils se présentent, vendeurs de vêtements et de parapluies sur le trottoir, témoignent d’une sensibilité bien théologique : « Nous ne voyons pas en lui un homme politique, depuis quelques jours, mais un homme d’un certain âge, qui est malade. Et face à cela, nous ne pouvons que suivre les préceptes de la religion et prier pour que Dieu lui apporte guérison et rétablissement. » Aux alentours du marché Laâqiba, les jeunes marchands s’abritent comme ils peuvent sous des archipels de bâches en plastique, précaires cieux fragmentés. « In challah que Bouteflika nous revienne vite », dit l’un des jeunes qui déclare avoir voté « oui » au dernier référendum du 29 septembre sur la charte pour la paix et la réconciliation nationale. « Je n’aime pas le gouvernement, les policiers qui passent leur temps à nous chasser, mais là, comme c’est une question de maladie, peut-être même de vie ou de mort, on respecte le malade et on souhaite qu’il s’en sorte », appuie son collègue, vendeur informel de bas féminins. La pluie reprend de plus belle. Pourtant, l’hiver n’est pas encore là.

Adlène
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tarek ibn ziad
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 106
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Bouteflika hospitalisé a Paris .   Sam 3 Déc - 14:59

D'apres le Soir d'Algerie , Yazid Zerhouni serait hospitalisé depuis plusieurs semaines .
Auriez vous des infos qui vont dans ce sens ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Bouteflika hospitalisé a Paris .   Dim 4 Déc - 12:14

ils se sont fait empoisonnés ou quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Bouteflika hospitalisé a Paris .   Dim 15 Jan - 18:23

Salamou 'alaikoum wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;

tarek Ibn Zyad a écrit:
Vous journalistes, vous êtes bien contents qu’il soit malade ? » lance agressivement Ahmed, la trentaine, fonctionnaire dans une banque. A ses pieds, s’étalent les unes des journaux avec le portrait du Président, du haut de ses 68 ans. Pour rappel, Abdelaziz Bouteflika est hospitalisé à Paris, depuis samedi dernier, à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce, suite « à des troubles au niveau de l’appareil digestif », selon un communiqué de la présidence de la République.

Lors d'un débat un député Sarkozien UMP, annonce à la cantonade : "Si l'Algérie, était encore française, Bouteflika agé de 73 ans n'aurait pas eu besoin de venir se faire soigner en France, de notre temps, les hôpitaux Français d'Algérie, étaient aussi performants que ceux de France".

Mais la réponse a fusé avant que le persifleur n'ait fini sa tirade haineuse qui rappelait les discours OAS.

Un vieux monsieur, ancien professeur de médecine à Alger, lui répondit avec la sagesse de ceux qui savent:

"Monsieur, vous parlez de choses que vous ne connaissez point, et c'est normal à votre âge !

Vous avez raison de dire cependant que M. Bouteflika, n'aurait pas eu besoin de venir se soigner en France, alors qu'il est âgé me semble-t-il de 73 ans, car en effet son espérance de vie, n'aurait jamais dépassé 63 ans, si la France était encore demeurée en Algérie, et mieux, il n'aurait guère eu de chance de se faire admettre dans un hôpital universitaire, sauf à être assez introduit et avoir eu des recommandations d'amis français, comme par exemple vous-même !"

Le guignol de l'UMP, devint écarlate et cramoisi de rage et il n'eut que quelques députés du PS, pour le défendre !
En effet, l'un d'eux, se permit de faire remarquer à l'auguste assemblée, que Sharon le démocrate, lui pour une attaque cérébrale autrement plus complexe, s'en est remis aux fleurons de la médecine israélienne, qui ont étonné le Monde par leur Science !

Notre guignol, s'est donc plaint à Sarkozy, qui a chargé le soldat des services de torture de TEZZZhel, le sadique Arno Karsfeld, Junior, de faire un pause dans ses assassinats d'arabes pour étudier la "mémoire des français", et voir comment la sioniser pour de bon.... et lui assurer la Presse idANSE en 2007.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bouteflika hospitalisé a Paris .   Aujourd'hui à 11:49

Revenir en haut Aller en bas
 
Bouteflika hospitalisé a Paris .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paris 6 ou Marseille ?
» Expo/Bourse coquillages Paris
» Paris (20e) : Père Lachaise, (28e Division)
» magasin végétarien et sans gluten à Paris
» 2010: Le 05/06 vers 21h00 - Sphère Noire dans le ciel de Paris - (75)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: La crise politique-
Sauter vers: