Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 France-Algérie, la guerre des mémoires,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: France-Algérie, la guerre des mémoires,   Lun 15 Fév - 20:37

Assalam;
ANALPHABETES BILINGUES, (la clique & Co. pukel pukel ) abstenez-vous de lire ou de commenter pour polluer le débat comme d'habitude. SITE CLIQUEZ ICI
Point de vue
France-Algérie, la guerre des mémoires, par Georges Morin
LE MONDE | 13.02.10 | 13h43

Mardi 9 février, toutes les rédactions, à Alger comme à Paris, ne parlent plus que de cela : "Une loi algérienne va criminaliser la colonisation." Dans les milieux politiques des deux pays, les déclarations incendiaires se répondent d'une rive à l'autre. Mercredi 10 février : plus un seul écho, plus une seule ligne, plus une seule déclaration sur le sujet ! C'est là pour le citoyen lecteur ou auditeur un premier sujet d'étonnement !...
Avec 60 fils de dépêches thématiques, suivez l'information en continu
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts

Il faut donc en revenir aux faits puis tenter une explication. Les faits : un député du groupe FLN à l'Assemblée populaire nationale (ANP) a déposé le 13 janvier une proposition de loi signée par 125 de ses collègues appartenant à la majorité présidentielle. Le bureau de l'APN a renvoyé le texte à son auteur pour "vice de forme" : premier bémol. S'il réapparaît à la session de printemps, et s'il est mieux écrit, encore faudra-t-il, rappelle-t-on à Alger, que le gouvernement, maître de l'ordre du jour, accepte de l'inscrire au programme de l'Assemblée : deuxième bémol. Mais, comme toujours dans notre monde d'information accélérée, on n'aura entendu que le dépôt de la proposition et pas les deux bémols.

La tentative d'explication maintenant : il faut, pour comprendre, remonter jusqu'à l'an 2000 et la visite en France du nouveau président algérien. Un Abdelaziz Bouteflika qui, depuis son élection en 1999, ouvre les portes et les fenêtres pour réconcilier l'Algérie avec elle-même au sortir des "années noires" et pour lui redonner son rang international : il réhabilite tous les héros "oubliés" de la lutte de libération, il use ostensiblement de la langue française, il revendique saint Augustin et Albert Camus, il parie sur le renforcement des liens d'une Algérie souveraine et décomplexée avec l'ancien colonisateur.

A Paris, Jacques Chirac et Lionel Jospin cohabitent mais ils n'ont pas l'ombre d'une divergence sur l'importance des relations franco-algériennes. C'est ce trio qui va lancer la grande idée d'une "Année de l'Algérie en France" pour 2003. En mars, le refus de la France de participer à la seconde guerre d'Irak va porter la popularité de Chirac à son zénith, dans le monde arabe en général et en Algérie en particulier. Les turbulences vont commencer quelques mois plus tard. A Paris, un calamiteux amendement législatif sur "le rôle positif de la colonisation", adopté en catimini par l'Assemblée nationale, va révulser les Algériens, qui ne comprennent pas que le président français ne tienne pas ses troupes.

Quel était donc le vrai discours de la France ? Les "représailles" commencent alors, avec les demandes de "repentance", les excès verbaux sur les "fours crématoires" et le "génocide". En 2007, Jacques Chirac est en visite à Madagascar. Il condamne, dans un discours solennel, la répression sanglante de 1947. Beaucoup d'amis algériens, hors des cercles du pouvoir, me diront aussitôt après, "Pourquoi Chirac ne nous a-t-il pas dit, à Alger, ne serait-ce que la moitié de ce qu'il a dit aux Malgaches ?" Et puis, c'est l'enchaînement, la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, à coups de "racailles", de "Kärcher" et d'"identité nationale". Rien n'y fera, là aussi : ni le soin mis ensuite par le nouveau président à se rendre prioritairement au Maghreb et en Algérie au lendemain de son élection, ni sa nouvelle politique méditerranéenne, ni plus tard le remarquable discours de décembre 2007 à l'université de Constantine, où il souligne le caractère "injuste par nature" du système colonial... "une entreprise d'asservissement et d'exploitation".

Malheureusement, le soir même, le président français reçoit à l'Elysée des "associations de pieds-noirs et de harkis". Il tente d'expliquer à ses interlocuteurs, comme s'il devait s'en excuser, les motivations de son voyage en Algérie et... de son discours du matin !

Après quelques mois d'accalmie, l'année 2009, avec son cortège d'affaires judiciaires, de débat nauséabond sur l'identité nationale et l'immigration, puis de l'humiliant classement de l'Algérie dans la liste des pays "à haut risque" en matière de transport aérien, les "représailles" classiques ont donc fait leur réapparition du côté d'Alger. Et certains de dégainer à leur tour, au sein de la classe politique française, pour proposer, "en représailles", de surseoir à la ratification de la convention cadre de partenariat franco-algérien, que la majorité de la droite et les partis de gauche auront la sagesse d'adopter, sans coup férir, dans la même journée de mardi. Fermez-le ban !

Conclusion de ce nouvel épisode tragi-comique ? La France et l'Algérie sont toujours malades des pages tragiques de leur histoire commune, et certains, à Paris comme à Alger, n'ont de cesse de rouvrir les plaies et d'instrumentaliser à des fins électorales les souffrances anciennes des uns et des autres. Chacun des deux gouvernements, même s'il finit par calmer le jeu, garde toujours en réserve ces quelques tireurs de flèches empoisonnées. Et cela, alors même que la coopération entre les deux pays continue à fonctionner.

Cette "guerre des mémoires", quarante-huit ans après l'indépendance, devient vraiment insupportable. Le peuple algérien éprouve pour la France et les Français une amitié dont tous ceux qui se rendent dans ce pays ne cessent de témoigner. Mais il garde aussi, au sein de chaque famille, les souvenirs amers de la conquête, de la colonisation et de la guerre de libération. Pourquoi l'Etat français, au plus haut niveau, ne pourrait-il reconnaître, avec des mots simples, forts et dignes, sa responsabilité historique dans les malheurs qu'a entraînés, pour le peuple algérien, l'occupation injustifiable, le système colonial inique et les répressions impitoyables qui ont jalonné les 132 ans de sa "présence" outre-Méditerranée ?

Ce n'est pas aux Français de 2010, qui ne sont "coupables" de rien, d'en porter le poids et d'exprimer une quelconque repentance. C'est encore moins aux Français d'Algérie de le faire, alors qu'ils sont des victimes évidentes de cette histoire tragique. C'est à l'Etat français d'assumer son héritage : Jacques Chirac a su le faire en 1995 envers les juifs de France en reconnaissant la responsabilité de l'Etat dans la rafle du Vél' d'hiv. Lionel Jospin a su le faire en 1997 envers les descendants des fusillés de 1917 en reconnaissant la responsabilité de l'Etat dans la répression des mutineries de la Grande Guerre. L'un et l'autre ont su ainsi apaiser les souffrances mémorielles. L'un et l'autre en sont sortis grandis.

Alors, Monsieur le président ?

Préside le réseau des villes françaises partenaires de villes algériennes,

auteur de, "L'Algérie, idées reçues", (Le Cavalier bleu, 2007), Georges Morin.
Article paru dans l'édition du 14.02.10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
France-Algérie, la guerre des mémoires,
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TL: article intéressant sur Les Mémoires de guerre
» Général Hugo, mémoires sur la guerre d'Espagne.
» Les mémoires de Kléber
» Wikipedia et la seconde guerre mondiale.
» Mémoires de guerre - Général de Gaulle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: