Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Lun 10 Jan - 4:22

Zitout : عجيب أمر هذه العصابات



_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Lun 10 Jan - 21:59

Reprise des affrontements à Bachdjerrah
Les commerçants de l’informel se réinstallent

Samia Amine - 10/01/2011 à 16:16


De nouvelles échauffourées entre des jeunes et les services de sécurité ont eu lieu ce lundi 10 janvier à Bachdjerrah, a-t-on appris auprès des habitants de la commune. Il y a plus de vingt-quatre heures, des dizaines de commerçants de l’informel se sont réinstallés dans le marché qui a été démantelé il y a plus d’un mois. Dès lors, des agents de l’ordre ont été dépêchés sur les lieux pour les évacuer. La tension est montée et des affrontements entre les deux parties ont éclaté… Pierres et canettes contre gaz lacrymogène.

Un policier a été blessé, selon un habitant. « Je ne comprends pas pourquoi ils viennent pour nous évacuer, le ministre lui-même nous a donné l’autorisation », lance un jeune vendeur. Un commentaire que de nombreux vendeurs avaient repris en cette matinée faisant ainsi allusion à l’intervention du ministre de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, samedi 8 janvier au JT de 20 Heures. « L’Etat n’a pas interdit le marché informel », avait-il alors déclaré.


http://www.tsa-algerie.com/divers/reprise-des-affrontements-avec-les-service-de-securite_13700.html


_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mar 11 Jan - 1:43

salam
http://www.youtube.com/watch?v=I4mlRxuXFms&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mar 11 Jan - 9:24

دعوة لإطلاق معتقلي احتجاجات الجزائر



أفادت مصادر من العاصمة الجزائرية للجزيرة أن عدة أحياء في المدينة شهدت مساء الأربعاء مظاهرات احتجاجا على الظروف المعيشية وعلى غلاء الأسعار، مضيفة أنه قد سمع إطلاق نار في مناطق متفرقة من المدينة، في حين اعتقلت قوات الأمن الشيخ علي البت خمس منظمات حقوقية ونقابية في الجزائر بإطلاق سراح المعتقلين في الاحتجاجات الشعبية التي اندلعت ضد غلاء المعيشة في البلاد منذ الأربعاء الماضي، في وقت يسود فيه الهدوء الحذر المناطق التي شهدت اشتباكات بين الشرطة والمحتجين.

وذكرت مصادر إعلامية للجزيرة أن موجة الاعتقالات والإحالات السريعة إلى محكمة الجنايات بتهمة الإخلال بالأمن العام قد تصاعدت.

وقال عضو الرابطة الجزائرية لحقوق الإنسان رحمون عيسى للجزيرة مساء الاثنين، إن الرابطة تلقت إفادات من المحامين عن المعتقلين بوقوع انتهاكات بحق موكليهم، وإنهم تعرضوا للتعذيب، مضيفا أن الرابطة ستعمل على تشكيل فريق للدفاع عن المعتقلين.

وفي وقت سابق اتهم نائب رئيس الجبهة الإسلامية للإنقاذ المحظورة علي بلحاج الأنظمة التي وصفها بـ"الفاسدة المفسدة والفاقدة للشرعية بالتحالف مع قوى أوروبية وأميركية وإسرائيلية للبقاء في الحكم". وأكد أنها المسؤولة عن الأحداث التي شهدتها الجزائر وتونس منذ أيام.

ودعا بلحاج الحكومتين الجزائرية والتونسية إلى إطلاق المعتقلين على خلفية الاحتجاجات الاجتماعية، وإطلاق "حوار سياسي جاد لا يستثني أحدا".

وكشف بلحاج أنه سيمثل أمام قاضي التحقيق في 19 من يناير/كانون الثاني الجاري، بعدما وجهت له أجهزة الأمن الجزائرية تهمتين وصفهما بأنهما "سياسيتان"، نافيا أن تكون الحركة الإسلامية وراء الأحداث التي تشهدها الجزائر وتونس منذ أيام.

وكان الأمن الجزائري قد اعتقل بلحاج الأربعاء الماضي بعد إلقائه كلمة أمام جمع من المتظاهرين في حي باب الواد بالجزائر العاصمة، بالتزامن مع بدء الاحتجاجات الشعبية التي انطلقت في أكثر من مدينة في الخامس من يناير/كانون الثاني الجاري.

اعتقالات
وقالت مصادر رسمية إن عدد الموقوفين بلغ 1100 شخص خلال الاحتجاجات التي استمرت خمسة أيام وخلفت خمسة قتلى و800 جريح وأضرارا مادية جسيمة.

وذكر نائب رئيس الرابطة الجزائرية لحقوق الإنسان نور الدين بني يسعد إنه "سيتم إطلاق سراح المراهقين بسرعة بعد استدعاء آبائهم، لكن الراشدين سيحالون على القضاء، والذين يدانون بارتكاب أعمال عنف وتخريب قد يسجنون لمدة سنتين".

وعادت المحلات التجارية أمس الاثنين إلى العمل بصورة عادية في كل أرجاء البلاد، كما عاد التلاميذ إلى مقاعد الدراسة، رغم أن بعض المدارس تعرضت لأضرار جسيمة، حسبما نقلته شهادات عدة.

وكان وزير التجارة الجزائري مصطفى بن بادة ترأس اجتماعا مستعجلا الأحد مع أهم أصحاب القرار في المجال الاقتصادي لمناقشة تحديد سعر أهم المواد الغذائية الأساسية.

ووعدت الحكومة السبت الماضي -بعد انعقاد مجلس وزاري- بتخفيض الأسعار ومواصلة دعم السلع والخدمات الأساسية، كما أعلنت إعفاء منتجي ومستوردي وموزعي السكر والزيت من دفع الرسوم والضرائب، وذلك لمدة ثمانية أشهر.

هدوء
وقد تراجعت الاحتجاجات في كل أرجاء البلاد، ودارت مواجهات محدودة في مناطق مثل باش جراح شرقي الجزائر العاصمة، لكنها سرعان ما توقفت.

وتلقت قوات الأمن المنتشرة بكثرة تعليمات "لتفادي أي تجاوزات" حسب وزير الداخلية دحو ولد قابلية، الذي أوضح أن "أغلبية الجرحى هم من قوات الأمن".

ونقلت وكالة الأنباء الفرنسية عن وزير الداخلية الأحد قوله إن "الصفحة طويت"، رغم حدوث بعض المناوشات المعزولة في محافظات بومرداس (وسط) وبجاية (شرق) وتلمسان (غرب). وأكد أن "الأوضاع تعود تدريجيا إلى طبيعتها".

وقال ولد قابلية أيضا إن السلطات "بدأت إصلاح ما يمكن إصلاحه والأولوية للمدارس وكل المباني العامة". مضيفا أن الأضرار التي سببها المتظاهرون "هائلة".

وقالت صحف جزائرية الاثنين إن حوالي سبعين مؤسسة تعليمية تضررت، إلا أن مصدرا في وزارة التعليم قال لصحيفة "الوطن" إن الدوام المدرسي بدأ ينتظم منذ الأحد الماضي.

ودمرت مبان رسمية عدة خلال الاحتجاجات وأحرق بعضها، لكن الخسائر النهائية لم تعرف بعد، بينما تعرضت محال تجارية للنهب.

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/80D0249D-A3E1-4CE9-8EEE-031F3FFD7A76.htm?GoogleStatID=1

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mar 11 Jan - 20:42

الإنترنت توثق احتجاجات الجزائر




هشام موفق-الجزائر

في الوقت الذي كان الشباب الغاضب في حي باب الواد بالعاصمة الجزائرية ينتفض ضد غلاء المعيشة وارتفاع أسعار بعض المواد الاستهلاكية الضرورية، كان زملاء لهم يوثقون تلك المواجهات بأجهزتهم النقالة عبر الفيديو والصور الثابتة.

ولم تلبث الظاهرة أن انتشرت بين المحتجين في مختلف ولايات الجزائر، وبمجرد أن يبحث الشخص بحثا بسيطا على الإنترنت في مواقع الفيديو كيوتيوب وديلي موشن وشبكات التواصل الاجتماعي كفيسبوك وتويتر يمكنه الاطلاع على الأحداث التي شهدتها بعض المدن الجزائرية مؤخرا بما فيها صور الصدامات بين المحتجين وقوات الأمن.

وفي باب الواد –وهو حي شعبي- تجاوز عدد مشاهدي صور الفيديو الخاصة بتلك الأحداث على موقع يوتيوب 200 ألف، وهو عدد كبير نسبة إلى مستخدمي الشبكة العنكبوتية بالجزائر وإلى حجم تدفق الإنترنت الضعيف مقارنة بدول أخرى.

وأظهرت صور الفيديو شبابا في أعمار لا تتجاوز الـ24 عاما، بعضهم ملثم يقذف عناصر الأمن بالحجارة في وقت ردت فيه الشرطة بقذائف المدمعة، في حين عمد آخرون إلى تركيب صور للأحداث أخذت من مواقع مختلفة وأُدرجت معها موسيقى وشعارات مثل "رغم ما فعلوا بك أحبك يا بلدي".


ثورة الإنترنت

وكشفت تقارير أن عدد مستخدمي الإنترنت بالجزائر لا يتعدى 1.5 مليون مستخدم إلى مليونين في أحسن التقديرات، وهم ليسوا مشتركين بصورة نظامية، في وقت يستعين أغلب المشتركين الأفراد بحجم تدفق بين 512 كيلوبايت في الثانية و1 ميغابايت في الثانية، إلا أن سرعة التحميل قد لا تتعدى الـ30 كيلوبايت في الثانية.

وخلال الأحداث التي عاشتها الجزائر، عرف موقع التواصل الاجتماعي الشهير فيسبوك انتشار مجموعات خاصة عمد المشرفون عليها إلى الاستعانة بأدوات مثل الرسائل الخاصة أو خاصية الدردشة الآنية لبث أفكارهم أو طرح قضايا للنقاش.

وانتشرت مجموعات مثل "لا لسرقة مستقبل الأجيال" التي حجبتها جهات مجهولة، ومجموعة "شغب بالجزائر" التي تحولت إلى ما يشبه صحيفة حيث يمكن قراءة أخبار الاحتجاجات وآخر تطورات الأحداث لكن دون إمكانية التثبت من مصداقيتها.

وعرفت التعليقات الكثيرة تنوعا في طرح الأفكار وتحليلها بين مؤيد للاحتجاجات ورافض لها، ودعا البعض إلى "الثورة على النظام الفاسد"، في حين استنكر آخرون انتشار عمليات السطو والنهب التي شملت مؤسسات عمومية وخاصة، واستعان هؤلاء بصور بثها التلفزيون الرسمي.


تلفزيون الشعب

وقال الكاتب الصحفي بجريدة الوطن (خاصة ناطقة بالفرنسية) عبد الرحمن سمار إن موقع يوتيوب قد تحول إلى "تلفزيون الشعب الرسمي".

وأضاف في مقال "عند انتشار الثورة إلى الويب" إنه "من أجل التظاهر بالجزائر يمكنك الاستعانة بأربعة أشياء: إطارات السيارات (لحرقها) والحجارة والمقذوفات الحارقة والإنترنت".

ويعتقد الكاتب أن شبكة الإنترنت الاجتماعية قد أصبحت "المنقذ الحقيقي" للشباب خلال فترة الاضطرابات، ويرى أن هذه الأحداث "هي بداية نهاية الصحافة التقليدية لأن الإنترنت سمحت للشباب بأن يتحولوا إلى مصدر للمعلومة وللتفاعل معها أيضا".

لكن الأستاذ بجامعة الجزائر العيد زغلامي يتحفظ على هذا الرأي، ويعتقد أنه لا يمكن اعتماد المدونين ومشتركي الإنترنت مصدرا رئيسيا للمعلومة، ولم يوافق على استعمال مصطلح "لجوء" الشباب للإنترنت "بقدر ما هو ولوج واستخدام عادي لوسيلة من الوسائل العصرية".

وعما إذا كان التلفزيون الرسمي قد ساهم في "التنوير" رغم امتناعه عن بث أي خبر عن الأحداث ليومين كاملين، قال المتحدث إن "المشكل ليس في التلفزيون أو الإذاعة أو وكالة الأنباء الرسمية، لكن المشكل في دفتر الأعباء الذي يكبل المسؤولين بضوابط قانونية".

ودعا إلى إعادة النظر في هذه القوانين "وعدم تسيير هذه المؤسسات بعقلية بداية التسعينيات من القرن الماضي". إلا أن زغلامي اعترف بمساهمة الإنترنت في انتشار رقعة الاحتجاجات لكنه أكد أنها "نسبية".

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/FF4D012A-7628-499C-BD60-666022F47F08.htm?GoogleStatID=1

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mer 12 Jan - 8:31

11 janvier 2011 : un anniversaire du coup d’État au parfum d’émeutes généralisées
Algeria-Watch, 11 janvier 2011



Les jeunes des quartiers les plus défavorisés ont fêté à leur manière – peut être sans même le savoir – le dix-neuvième anniversaire du coup d’État du 11 janvier 1992, exposant au monde entier la réalité d’un pays qui vit une dérive sans fin. Il est frappant de constater que la majorité de ces jeunes désespérés et sans perspectives sont nés après cette date et n’ont connu que l’atroce réalité du régime issu de l’interruption du processus démocratique. Les émeutes récurrentes qui secouent le pays depuis une dizaine d’années ont pris le relais d’une période sanglante qui a vu la mort de 200 000 Algériens, des milliers de disparus et des destructions innombrables. Les émeutes succèdent aux émeutes et les jeunes de ce pays ne rêvent que de le fuir, souvent au péril de leurs vies.

Le bilan du régime est sans appel. L’incurie et la corruption caractérisent plus que jamais une dictature ubuesque où l’arbitraire est associé à un niveau d’incompétence rarement égalé. En dix-neuf années, le régime des généraux putschistes a démontré au-delà de toute mesure son inefficacité dans tous les domaines, à l’exception de la répression et de l’écrasement des libertés. Au plan économique et social, l’application mécanique des recettes du FMI a fracturé la société algérienne entre une majorité de pauvres et une minorité de pillards qui agissent à l’ombre des appareils « sécuritaires » et avec la bénédiction des multinationales.

La hausse des prix pétroliers depuis le début de la décennie a avant tout favorisé l’extension de la corruption qui atteint des seuils inédits, même selon les pires standards arabo-africains. Les réserves de change d’un niveau colossal ne servent aucunement à améliorer les conditions d’existence des populations. La rente pétrolière contribue seulement à enrichir des groupes d’intérêts autour des généraux du DRS – la police politique, colonne vertébrale du régime contrôlée par le vrai « patron » du pays, le général-major Mohamed Tewfik Médiène –, de quelques chefs militaires et du chef nominal d’un État en déshérence, Abdelaziz Bouteflika. Sous la botte des putschistes, l’économie algérienne ne produit pas de nouvelles richesses ; la croissance tirée par les investissements infrastructurels est sans effet sur le niveau d’emploi et le développement économique.

La « lutte contre l’intégrisme », prétexte du putsch et de la guerre permanente contre la société toute entière, est également un échec complet. L’interdiction de toute vie politique et la suspension des libertés publiques alimentent une alarmante régression culturelle, ouvrant une voie royale aux forces les plus obscurantistes, de fait les seuls alliés objectifs du régime. La loi d’autoamnistie de 2006 et l’enrôlement des prétendus « repentis » démontrent la collusion entre appareils de sécurité et groupes terroristes, unis dans la prédation et dans leur combat contre la population.

Le désastre est total, amputé de ses élites, dévasté par une dictature aussi brutale que stérile, le pays n’est même plus à même d’offrir une couverture médicale minimale à la majorité de la population. Il faut payer, très cher, pour être soigné. L’état de délabrement des services publics est purement et simplement catastrophique. Les hôpitaux, les écoles, les lycées et les universités sont sinistrés.

Tel est donc le paysage qu’offre l’Algérie à la veille du cinquantenaire d’une indépendance défigurée où les Algériens sont toujours privés de droits, interdits de parole et attendent toujours de bénéficier des libertés et de la citoyenneté. Le dix-neuvième anniversaire du putsch du 11 janvier 1992 est la commémoration d’un événement inaugural d’une des périodes les plus sombres de l’histoire de du pays. Mais le système criminel mis en place depuis et porté à bout de bras par les « grandes » démocraties occidentales montre des signes d’épuisement : le régime Médiène-Bouteflika est entré en décomposition et, en dehors de la corruption et de la mobilisation de clientèles discréditées, il n’a plus de leviers d’action sur la société. Le système est entré dans une phase terminale où il ne survit que par la violence.

Face à cette situation et aux dangers qu’elle porte, la plus grande vigilance est nécessaire. Plus que jamais, la rupture avec la dictature impose aux Algériens de prendre eux-mêmes leur destin en main. Il convient donc de s’organiser partout où cela est possible afin de débattre et de préparer le changement avec le moins de dégâts possibles. Le refus de la violence et la souveraineté du droit sont les repères communs pour tous ceux qui aspirent à la justice et la liberté. C’est en réunissant la plus grande force possible autour de ces principes que sera enfin tournée la page obscure et sanglante ouverte le 11 janvier 1992.

http://www.algeria-watch.org/fr/aw/19_ans.htm

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Jeu 13 Jan - 8:30

Jeunes gens arrêtés lors des émeutes
Les familles désemparées

le 13.01.11 | 03h00 - Ghania Lassal



H’ram aâlihoum… Pourquoi enfoncent-ils nos enfants davantage ?» Mahdia, 57 ans, est désemparée. Elle est la mère de l’un des 1100 jeunes gens qui ont été appréhendés par les forces de l’ordre durant les émeutes qui ont secoué le pays.

Les yeux bouffis et cernés, le visage pâle, elle fait les cent pas dans le salon de son logement. Depuis une vingtaine d’années, cette famille de neuf enfants vit dans une cave située dans un quartier de Belcourt. Le sort de son fils ? «Je m’en remets à Dieu… C’est tout ce qu’il me reste à faire», s’apitoie-t-elle. «Avec quoi voulez-vous que j’engage un avocat ? Il se défendra tout seul, lors de son procès prévu dimanche», dit-elle, pensive. Puis elle interroge : «Cela risque de le pénaliser ?»
A côté des émeutiers qui sont pris en charge par des avocats de renom, des centaines d’autres se retrouvent seuls face au broyeur judiciaire. Et ce, même s’ils sont innocents. «Mes fils font de petits boulots pour se débrouiller. Mais ce ne sont pas des délinquants !», s’indigne Mahdia. Deux de ses fils ont été arrêtés dans la soirée de vendredi dernier. Alqors que l’un d’eux, âgé de 20 ans, a été remis en liberté dimanche, son aîné croupit à El Harrach. «Mon pauvre enfant, il est malade, vous savez. Dépressif à 24 ans. Il est même suivi par un psychiatre», relate, dans un récit saccadé, Mahdia.


Son autre fils, un large pansement recouvrant l’arrière de son crâne, l’interrompt et raconte, fébrile, la soirée de leur arrestation : «Nous étions dehors et en voyant qu’il y avait du grabuge pas très loin, nous nous sommes réfugiés dans un taxiphone.» Il poursuit : «Des éléments de la brigade antiémeute ont forcé la porte du local. Nous étions une dizaine. Pourtant, mon frère et moi sommes les seuls à avoir été arrêtés.» Prenant une profonde inspiration, le jeune homme continue péniblement : «Traînés à l’extérieur, les agents nous ont roué de coups, avant de nous embarquer dans leur fourgon.»
Mahdia, la tête entre les mains, s’écrie: «Mon fils a eu le nez cassé. Nous l’avons vu mardi.» Sa voix se brisant dans un sanglot, le cadet explique : «Il avait le visage tuméfié et le nez encore en sang. Il en crachait même. Il nous a affirmé qu’aucun soin médical ne lui a été administré.» Donc aucun certificat médical ou autre document attestant d’un quelconque mauvais traitement. «Ils nous ont demandé un tas de papiers, même des actes originaux que l’on doit établir à Barika !», s’exclame un autre frère. Et ce n’est que mardi, après plusieurs allers et retours, que les parents du jeune homme ont pu lui rendre visite. «Ils ne m’ont même pas laissé lui apporter d’effets personnels, d’habits propres», s’indigne la mère.

Entendus par le procureur de la République dimanche dernier, les deux frères, pourtant arrêtés dans les mêmes conditions, n’ont pas connu le même sort. «Il nous a dit : vous êtes frères, alors je vais en libérer un», affirme-t-il. Et de nombreux jeunes, arrêtés au cours de ces événements, ne savent pas à quoi ils doivent leur liberté. «J’ai été relâché hier, mais on ne m’a rien expliqué. Et c’est le cas d’autres garçons que je connais et qui se sont retrouvés dans la même situation», souffle un habitant de Bab El Oued. Il est pourtant âgé de 19 ans et n’est, de ce fait, plus mineur. Un cocard sur le visage, le blanc de l’œil injecté de sang, le jeune homme jure ses grands dieux qu’il n’a rien fait. «Je crois que je me trouvais au mauvais endroit au mauvais moment», estime-t-il.


Ce qui semble être le cas du fils d’Oum Elkheir, 52 ans.
Agé de 22 ans, son enfant était juste sorti quelques minutes dans sa rue de Belcourt. «Je le regardais par la fenêtre. Je lui ai crié de remonter, mais il ne m’a pas écouté», dit-elle en essuyant ses larmes. Décrit par l’ensemble des habitants du quartier comme un garçon des plus calmes et des plus tranquilles, «de peur, il n’a même pas pu se défendre lorsque les policiers l’ont agrippé», poursuit la mère de 6 enfants. «C’est juste qu’il avait sur son téléphone la vidéo d’une scène d’émeute», assure-t-elle.
La famille n’a pas encore pu parler au jeune homme, incarcéré à la prison d’El Harrach. «Je suis allée le voir samedi au commissariat. Mais impossible de l’approcher», s’indigne-t-elle. Tout comme Mahdia, elle aussi n’a d’autre solution que d’attendre, dans son appartement vétuste, le retour de son fils. En ayant comme unique recours de s’en remettre à Dieu…


http://www.elwatan.com/actualite/les-familles-desemparees-13-01-2011-107014_109.php


_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Ven 14 Jan - 9:06

Après son incarcération par la police lors des dernières émeutes
Un jeune homme aurait disparu à Alger selon la LADDH


13/01/2011 à 18:27 | Samia Amine

Selon la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (Laddh), un jeune homme arrêté dans la soirée du samedi 8 janvier par les forces de sécurité à Alger, lors des dernières émeutes, aurait disparu. « La LADDH a reçu le jeudi 13 janvier 2011 au niveau de la permanence juridique une mère de famille à la recherche de son fils, Lamali Mustapha », lit‑on dans un communiqué rendu public, ce jeudi 13 janvier, par cette organisation.

Le jeune homme de 25 ans ainsi que son frère âgé de 18 ans ont été arrêtés par la police au domicile familial sis au quartier El Alia (près du cimetière du même nom) à El Harrach, et ce peu après 22 heures. Alors que son frère a été relâché tard dans la nuit, Mustapha a été retenu. D'après sa mère, il aurait été tabassé au sein du commissariat, ajoute la Laddh. Traumatisé, son jeune frère, libéré le jour même, « refuse de consulter un médecin par peur ».
Le communiqué de la ligue précise que « les policiers étaient à la recherche d'une troisième personne qui serait connue de leurs services ». La famille du jeune Mustapha est actuellement sans aucune nouvelle de son fils.

http://www.tsa-algerie.com/divers/un-jeune-homme-aurait-disparu-a-alger-selon-la-laddh_13759.html

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Dim 16 Jan - 6:40

L’exemple de Sidi-Bouzid fait des émules en Algérie
Un jeune tente de s’immoler par le feu près de Tébessa et un autre à Bordj Menaïel

Sonia Lyes - 15/01/2011 à 19:26


Muhammad Bouazizi. Literally and figuratively on fire.


Le drame de Sidi Bouzid en Tunisie, à l’origine des émeutes et de la chute de Ben Ali, semble faire des émules en Algérie. Un jeune de 37 ans a tenté de s’immoler par le feu samedi dans la localité de Boukhadra près de Tébessa, a appris TSA auprès d’une source locale. Selon cette source, ce jeune s’est aspergé d’essence avant de s’enflammer sous les yeux des gendarmes appelés pour disperser une foule qui protestait. Notre source n’a pas précisé les raisons de la manifestation. Transféré à l’hôpital d’Annaba, ses jours ne seraient pas en danger. Mais conséquence de ce geste de désespoir : le président d’APC de la commune de Boukhadra a été limogé par le wali.
Par ailleurs nous avons appris qu’une tentative similaire a eu lieu à Bordj Menaïel. Un père de famille, agent de sécurité de son état et père d’une famille nombreuse, a tenté de s’immoler par le feu à l’intérieur de la daïra de Bordj Menaïel pour attirer l’attention des autorités sur ses conditions de vie « difficiles ». Secouru à temps, il serait lui aussi hors de danger.

http://www.tsa-algerie.com/divers/un-jeune-tente-de-s-immoler-par-le-feu-pres-de-tebessa-et-un-autre-a-bordj-menaiel_13791.html

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Dim 16 Jan - 7:05

Crise du logement, chômage, exclusion sociale : Trois Algériens s’immolent par le feu en trois jours
Dimanche, 16 Janvier 2011, 00:10 | Sihem Balhi




Trois immolations par le feu en moins de cinq jours. Trois citoyens algériens, acculés par des conditions de vie extrêmement difficiles, ont tenté de se suicider par le feu à Jijel, à Bordj-Ménail ainsi qu'à Tébessa. Un est décédé des suites de ses brûlures et les deux autres sont gravement brûlés. Ces actes de désespoir ressemblent à celui du jeune tunisien, Mohamed Bouazizi, qui s'est immolé par le feu le 17 décembre 2010 dans la ville de Sidi Bouzid. Son suicide a été le prélude à une révolte populaire qui a provoqué la chute du président Ben Ali.

Premier acte. Aouichia Mohamed a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant, le 12 janvier dernier, dans l’enceinte du siège de la daïra (sous-préfecture) de Bordj-Menaiel, à 30 km à l’est de Boumerdès indique le quotidien El Watan.

Agé de 41 ans, père de six enfants, Mohamed travaillait comme agent de sécurité à la daïra de Bordj-Menaiel. Exclu de la liste de bénéficiaires de logements sociaux dans sa localité de Cap Djanet, l’homme s’est immolé dès sa sortie du bureau d’un responsable de la même institution, lequel lui avait de tout temps promis de l’aider pour bénéficier d’un nouveau toit qui répond aux besoins de sa famille.

Mohamed était en attente d’un logement le sien ayant été sérieusement endommagé par le séisme qui a touché la région en mai 2003. Les autorités lui avaient promis un toit, mais leurs promesses n’ont pas été tenues.

Même scénario à Jijel, à 300 km à l'Est d'Alger, où un jeune homme de 26 ans s’est immolé par le feu vendredi 14 janvier à 21 H, sur l'avenue Emir Abdelkhader, en centre-ville. Transféré à l'hôpital, il a été admis au service de réanimation où il a été placé sous surveillance médicale. Souffrant de brûlures au troisième degré, ce jeune semble hors de danger.

Troisième acte désespéré à Tébessa, à l’extrême est d’Algérie. Mohcen Bouterfif, 26 ans, chômeur résidant dans la commune de Boukhadra, 35 km au nord de Tébessa, s'est lui aussi immolé dans la journée du samedi 15 janvier. Raison du suicide ? Le refus du maire de lui accorder un emploi. En quittant le bureau du président de l’APC, Mohcen s’est aspergé d'un liquide inflammable avant de mettre le feu à son corps.

Evacué vers l'hôpital d'Annaba, l’homme est décédé des suites de ses brûlures.

Ces actes de désespoir entrepris par des citoyens algériens ressemblent à celui d'un jeune diplômé tunisien, Mohamed Bouazizi, 26 ans, vendeur ambulant, qui s'est immolé par le feu en décembre 2010 dans la ville de Sidi Bouzid pour protester contre la confiscation de sa marchandise. Son suicide a été le prélude à une révolte populaire qui a provoqué la chute puis la fuite du président tunisien Ben Ali.


http://dna-algerie.com/politique/42-interieure/1150-crise-du-logement-chomage-exclusion-sociale-trois-algeriens-simmolent-par-le-feu-en-trois-jours.html

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Dim 16 Jan - 20:34

Cinq tentatives de suicide par immolation en moins d’une semaine en Algérie : Le feu du désespoir
Dimanche, 16 Janvier 2011, 15:26 | Mehdi Benslimane


Mohsen Bouterfif, un habitant de Tébessa
le samedi 15 janvier après avoir tenté de s’immoler par le feu


Un agent de la protection civile, Mehanaine Karim, a tenté de s’immoler par le feu dimanche 16 janvier dans la caserne des pompiers à Oum El Bouaghi, à l’est d’Algérie, a appris DNA de l’intéressé lui-même. Un autre jeune, résidant à Mostaganem, a fait la même tentative ce même jour, annonce de son côté le site d'El Watan. Ces deux derniers actes portent à cinq le nombre de tentatives de suicide par le feu en moins de cinq jours en Algérie. Phénomène jusque là isolé, l'immolation par le feu prend des proportions dramatiques et alarmantes.

Un agent de la protection civile, Mehanaine Karim, 38 ans, père de 3 enfants, a tenté de s’immoler par le feu dans matinée du dimanche 16 janvier dans la caserne des pompiers à Oum El Bouaghi, à l’est d’Algérie, a appris DNA de l’intéressé lui-même. L’homme voulait protester contre la décision de sa direction de le muter dans une caserne dans le sud d’Algérie, décision que l’intéressé conteste et juge « arbitraire ». Le wali en personne est intervenu pour dissuader Karim, en possession de deux bouteilles d’essences, de commettre l’irréparable. (DNA publiera au cours de la journée le témoignage du pompier).

Par ailleurs, un jeune chômeur s’est aspergé le corps d’essence dimanche matin devant la direction de la sureté de wilaya de Mostaganem, écrit le site du quotidien El Watan. Le drame a été évité de justice quand des policiers ont accouru pour secourir l’homme alors qu’il mettait le feu à ses vêtements. Pris en charge par des pompiers, il a été transféré vers le service des urgences de Tigditt où il a été placé sous observation médicale. Agé d’une trentaine d’années, l’homme a exhibé plusieurs demandes d’embauche, ainsi que des lettres adressées à différentes administrations, restées sans suite.

Ces deux actes portent à cinq le nombre de tentative de suicide par le feu en Algérie durant cinq derniers jours.

Samedi 15 septembre, Mohcen Bouterfif, 26 ans, chômeur résidant dans la commune de Boukhadra (Tébessa, 700 km à l'Est d’Alger), s’est immolé par le feu en raison du refus du maire de lui accorder un emploi. Marié, père d'un garçon, Mohcen est décédé des suites de ses brûlures.

Résident à Bordj-Menaiel, à 30 km à l’est de Boumerdès, Aouichia Mohamed a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant, le 12 janvier dernier, dans l’enceinte du siège de la daïra (sous-préfecture).

Même scénario à Jijel, à 300 km à l'Est d'Alger, où un jeune homme de 26 ans s’est immolé par le feu vendredi 14 janvier à 21 H, sur l'avenue Emir Abdelkhader, en centre-ville. Transféré à l'hôpital, il a été admis au service de réanimation où il a été placé sous surveillance médicale. Souffrant de brûlures au troisième degré, ce jeune semble hors de danger.

Le recours au suicide par le feu prend ainsi des propensions alarmantes en Algérie. Chômage, exclusion sociale, injustice, crise du logement, mal-vie, si les prétextes ne manquent pas pour pousser les Algériens à se révolter, le recours à l’immolation par le feu est un phénomène nouveau.

Les Algériens prennent-ils exemple sur les Tunisiens ? Il est sans doute hasardeux de faire le parallèle entre les situations qui prévalent dans les deux pays voisins, mais la multiplication des tentatives de suicide par le feu est troublante.

La révolte populaire qui a embrasé la Tunisie depuis la mi-décembre et qui provoqué la chute du régime de Ben Ali a pris ses racines du suicide de Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010, dans la ville de Sidi Bouzid. Décédé de ses brûlures, le jeune Bouaziz est devenu aujourd'hui le symbole de la révolte tunisienne contre un régime oppresseur et corrompu.

L'Algérie a connu au cours du début du mois de janvier une vague d'émeutes qui a provoqué la mort de cinq personnes et causé d'importants dégâts matériels.

http://dna-algerie.com/politique/42-interieure/1156-cinq-tentatives-de-suicide-par-immolation-en-moins-dune-semaine-en-algerie-le-feu-du-desespoir.html

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Lun 17 Jan - 3:29

محمد بوعزيزي" آخر في الجزائر يحتج على البطالة



_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Lun 17 Jan - 3:39

بعدما لم يبق إلا الإحتجاج حرقا بالنار في الجزائر



_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mer 19 Jan - 9:25

يا علي يا عباس الجبهة راهي لباس
الجماهير تستقبل الشيخ علي بن حاج في حي باب الواد فديو يرد على أكاذيب السلطة أن الشيخ طرد



_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mer 19 Jan - 21:09

امرأة تنقل نار سيدي بوزيد التونسية الى سيدي بلعباس الجزائرية
جزائرية في العقد الخامس تقوم بالمحاولة السادسة للانتحار في البلاد، بعد رفض البلدية مساعدتها على ترميم بيتها المتداعي.


2011-01-19 - ميدل ايست أونلاين



الجزائر - حاولت امرأة في العقد الخامس من العمر اضرام النار بنفسها في محافظة سيدي بلعباس (440 كلم غرب الجزائر) حسبما ذكرت الصحف الجزائرية الاربعاء.

وقالت صحيفة الخبر ان المرأة قامت بهذه المحاولة السادسة للانتحار التي تسجل في الجزائر منذ السبت الماضي، بعد رفض البلدية طلبا تقدمت به "لاعانتها على ترميم بيتها".

واضافت ان المرأة قامت بصب كميات كبير من "سائل شديد الالتهاب" على جسمها قرب احد مكاتب بلدية سيدي علي بن يوب بسيدي بلعباس "لكن احد موظفي البلدية ارتمى عليها مانعا اياها من اضرام النار".

وذكرت مصادر محلية انها لم تصب الا بجروح بسيطة على مستوى اليد، في هذه المحاولة الاولى التي تقوم بها امرأة.

وتعد حالة الشاب بوترفيف محسن الذي اضرم النار في نفسه السبت الماضي امام مقر بلدية بوخضرة في محافظة تبسة (630 كلم شرق العاصمة) على الحدود التونسية، الاخطر اذ انه في حالة خطيرة بالمستشفى.

وقام وزير السياحة اسماعيل ميمون بزيارة بوترفيف في المستشفى يرافقه المحافظ. كما اتصل وزير الدولة الممثل الشخصي لرئيس الجمهورية بوالد محسن بوترفيف للاطمئنان على صحته.

كما شهدت محافظات الوادي (650 كلم جنوب شرق الجزائر) على الحدود مع الجمهورية التونسية ومستغانم (355 كلم غرب العاصمة) وبومرداس (40 كلم عن العاصمة) وغرداية (600 كلم جنوب العاصمة) محاولات لم تسفر عن اصابات خطيرة.

من جهة اخرى، نقلت "الخبر" اليوم عن الشيخ ابو عبد السلام المعروف بفتاواه، فتوى "تحرم الانتحار سواء بالحرق أو بغيره"، مؤكدا انه "لا يجوز الحرق حتى في اقامة الحدود وعقاب المجرمين".

http://www.middle-east-online.com/?id=103614

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Jeu 20 Jan - 9:08

Algérie: huit tentatives d'immolation par le feu en seulement une semaine
ALGER (AFP) - 19.01.2011 17:58

Un père de six enfants a tenté mercredi de s'immoler par le feu dans la ville d'El Oued, à l'extrême est de l'Algérie, non loin de la frontière avec la Tunisie, selon des journalistes locaux, portant à huit le nombre de cas similaires ces sept derniers jours dans ce pays.


Manifestation à Oran, le 6 janvier 2011

Un Algérien -le huitième en une semaine- a tenté mercredi de s'immoler par le feu après avoir été empêché par un policier de vendre à la sauvette sa marchandise, imitant le Tunisien qui s'était suicidé ainsi le 17 décembre, sur fond commun de contestation sociale.

Afif Hadri, 37 ans, père de six enfants, a tenté de mettre fin à ses jours en s'aspergeant d'essence dans la ville d'El Oued, à l'extrême est de l'Algérie, non loin de la frontière avec la Tunisie, selon des journalistes locaux.

Mais il en a été empêché par des badauds qui l'entouraient au moment de son geste.

Vendeur à la sauvette de denrées alimentaires depuis trois ans dans le marché de cette ville, il venait d'avoir une altercation avec un policier qui voulait l'empêcher d'écouler sa marchandise conformément à une directive officielle de combattre le commerce informel.

Le 17 décembre, un jeune tunisien à qui les autorités avaient refusé un permis pour vendre dans la rue ses fruits et légumes a mis fin à ses jours en s'immolant par le feu. Sa mort a marqué le début d'une révolte populaire qui a contraint à l'exil le président tunisien Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans.

La tentative algérienne est la huitième du genre dans ce pays depuis le 12 janvier, mais le troisième cas rapporté depuis lundi.

Le dernier en date, mardi soir à Dellys, à 80 km à l'est d'Alger, a été qualifié par les autorités locales de "cas isolé", car il a touché un homme, connu sous le prénom de Karim, âgé de 35 ans, et considéré comme "cas psychiatrique".

Transféré au centre hospitalier de Douera, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest d'Alger, "il est brûlé à 95% au 3ème degré", selon un interne interrogé par l'AFP.

La presse algérienne a aussi rapporté mercredi le premier cas d'une femme qui a tenté lundi de s'immoler par le feu au sein de l'Assemblée populaire communale (APC, mairie) de Sidi Ali Benyoub, à quelque 450 km au sud-ouest d'Alger.

Convaincue par un employé d'y renoncer, elle s'en est tirée avec une blessure à la main.

Le quotidien El Watan a rapporté mercredi sur son site en ligne qu'un drame similaire a été évité de justesse ces dernières 48 heures, citant le maire de la commune de Khemis Miliana, à 120 km à l'ouest d'Alger.

Un de ses résidents avait menacé de se jeter par-dessus une balustrade proche de la sous-préfecture de la région si on ne lui donnait pas d'urgence un logement social pour lui et sa femme, enceinte.

Ces tentatives d'immolation interviennent après un retour au calme en Algérie, secouée du 6 au 9 janvier par des émeutes contre la cherté de la vie. Ces émeutes ont fait cinq morts et plus de 800 blessés.

Le mouvement était en partie motivé par la flambée des prix de première nécessité, dont l'huile et le sucre.

Soucieux de calmer les choses, le gouvernement avait ordonné le 8 janvier une baisse des prix des aliments de base et affirmé qu'il continuerait à subventionner le blé, le lait et l'électricité notamment.

Michel Portier, directeur du cabinet de conseils spécialisé Agritel, a indiqué mardi à l'AFP que l'Algérie a acheté environ 1 million de tonnes de blé en quinze jours. Mardi, Alger a notamment passé commande de 600.000 tonnes de blé, selon la même source.

Enfin, dans le cadre des efforts des autorités pour maintenir le calme, la justice a inculpé mercredi l'ancien numéro 2 du Front islamique du salut (FIS, dissous) Ali Belhadj d'"atteinte à la sécurité de l'Etat" et d'"incitation à la rébellion armée".

Il avait été interpellé par la police dans le quartier populaire algérois de Bab el Oued lors des émeutes, dans une tentative de se greffer à la révolte qui secouait le pays, à l'appel du co-fondateur du FIS Abassi Madani, réfugié au Qatar.

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Algerie-huit-tentatives-d-immolation-par-le-feu-en-seulement-une-semaine.htm?&rub=2&xml=newsmlmmd.19ad60f1cdd7e2c00d3ad1ee14e75d70.301.xml

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Lun 24 Jan - 1:15

موقف نائب رئيس الجبهة الإسلامية للإنقاذ من قمع مسيرة الأرسيدي

الجزائر : السبت 17/2/1432 هـ - الموافق 22/1/2011 م




بسم الله الرحمن الرحيم-

السؤال:

توجهت الهيئة الإعلامية بسؤال لنائب رئيس الجبهة الإسلامية للإنقاذ الشيخ علي بن حاج بخصوص ما تعرضت له المسيرة الغير المرخصة لحزب التجمع من أجل الثقافة والديمقراطية وهل من حق بعض الأحزاب السياسية المعارضة وبعض حملة الأقلام الصحفية التنديد بما قام به حزب الأرسيدي.

الجواب:

مما لا شك فيه أن حجم الاختلاف العقدي والسياسي بيننا وبين حزب التجمع من أجل الثقافة والديمقراطية كبير جدا ولكن رغم هذا الاختلاف العميق فإنه لا يسمح لنا أخلاقيا بقمع ومنع المتظاهرين وإلحاق الضرر بهم كما لا يجوز لنا تزكية أو الصمت عن استخدام القوة البوليسية الضخمة في تفريق المتظاهرين والتي طوقت العاصمة تطويقا فاق التوقعات والذي كنت شاهدا عليه ميدانيا فمن حق أي حزب سياسي تنظيم مظاهرات و مسيرات واعتصامات إن اقتضى الأمر بشكل سلمي للتعبير الجماعي عن أفكاره ورؤيته السياسية كما أنه ليس من حق حملة الأقلام الصحفية أو رؤساء الأحزاب المعارضة شن حملة على حزب سياسي مهما كانت توجهاته فله الحق في ممارسة حقوقه السياسية مهما اختلفنا معه في الطرح الإيديولوجي أو السياسي إذ ليس من مهام الصحافة الجادة – مهنيا وموضوعيا - والمعارضة الحقيقية تحريض النظام السياسي أو عموم المواطنين على معارضة تريد الاحتجاز السلمي في الشارع بل الواجب على هذه الأقلام وهذه المعارضة تذكير السلطة بحقهم في التظاهر السلمي والتنديد بالنظام السياسي إذا منع أو قمع المختلفين من ممارسة حقوقهم المشروعة وعلى رأسها حق تنظيم المسيرات والتظاهرات والاعتصامات بصفة جماعية.

أما أن يقدم النظام على التعامل مع القانون بأكثر من مكيال كأن يسمح لأحزاب الموالاة بحق التظاهر وتنظيم المسيرات ومنع أحزاب المعارضة التي لا تتوافق مع طروحاته السياسية أو توظيف القضاء في تصفية الخصوم و التساهل مع من يخرق القانون إذا كان مواليا.

أما مهام الأمن فتنحصر أثناء المسيرات والاعتصامات في أمرين اثنين:

الأول: حماية المتظاهرين و هم يمارسون حقهم في التظاهر والتعبير الجماعي.

الثاني: حماية الممتلكات العامة والخاصة من المندسين فلا يمكن التضحية بأحدهما لحماية الآخر وتلك مهام أجهزة الأمن في الدول المتحضرة كما هو مشاهد عند العام والخاص والحاصل أن الاختلاف مع بعض الأحزاب في طرحها السياسي لا يبرر التشفي أو الانتقام أو السكوت عن الظلم إذا نزل بها فالأخلاق السياسية الرشيدة تمنع ذلك والله ولي التوفيق.

(المصدر) الهيئة الإعلامية للشيخ علي بن حاج

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Lun 24 Jan - 1:21

موقف الشيخ علي بن حاج من مسيرة الأرسيدي 2011/01/22



_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mar 25 Jan - 8:34

Le maire lui conseilla de faire comme Mohamed Bouazizi : Mohcin Bouterfif succombe à ses brûlures
Lundi, 24 Janvier 2011, 16:50 | Mehdi Benslimane et Slim Badaoui


Mohcin Bouterfif succombe à ses brûlures

Après neuf jours de souffrances, Mohcin Bouterfif est décédé lundi 24 janvier à 11h30 du matin au service des grands brûlés du centre hospitalo-universitaire Ibn-Sina de Annaba, à l’Est d’Algérie, a appris DNA de source hospitalière sur place. L’information nous a été confirmée également par un membre de la famille du défunt. C’est le deuxième cas de décès par immolation par le feu en Algérie. Le jeune chômeur s’est immolé le 15 janvier dernier pour protester contre le refus du maire de lui accorder un emploi. Ce dernier lui avait conseillé de faire comme le jeune tunisien, Mohamed Bouazizi, qui s'est immolé le 17 décembre dernier à Sidi Bouzid, en Tunisie.

Placé en coma artificiel depuis plusieurs jours, Mohcin Bouterfif est décédé des suites de ses brûlures lundi 24 janvier. Son corps a été transporté dans la matinée à son domicile au village de Boukhadra, dans la région de Tébessa, à l’extrême est du pays.

Mohcin Bouterfif, 37 ans, père de deux enfants, a tenté de mettre fin à sa vie samedi 15 janvier dernier après s'être aspergé d'essence et avoir mis le feu à ses habits. ll faisait partie d'un groupe d'une vingtaine de jeunes rassemblés devant la mairie de Boukhadra pour protester contre le refus du maire de les recevoir, selon des habitants de la région. Ils demandaient des emplois et des logements.

Le P/APC avait rabroué Mohcin de la manière la plus inconvenante qui soit, lui suggérant de faire, si sa réponse ne l’agréait pas, comme le jeune tunisien Mohamed Bouazizi qui s’est immolé par le feu à Sidi Bouzid, en Tunisie, le 17 décembre dernier. Depuis, le président de l’APC de Boukhara avait été relevé de ses fonctions par le wali (préfet) de Tébessa.

Donné pour mort par plusieurs organes de presse, DNA y compris, la victime était en vérité placée sous sédatif et se trouvait dans un état critique depuis son admission à l’hôpital. « Il est en vie mais dans un état critique. Il est sous assistance respiratoire », déclarait lundi 17 janvier à l'AFP Salah Medjalakh, anesthésiste-réanimateur à l'hôpital d'Annaba où l'homme avait été admis samedi. « On lui administre des sédatifs pour calmer ses douleurs », avait-il ajouté.

Dimanche 16 janvier, un membre de la famille de la victime avait indiqué à l'AFP que Mohcin avait succombé à ses brûlures en fin d'après-midi. « Il est toujours en soins intensifs à l'hôpital d'Annaba. Il est actuellement suivi par de grands spécialistes venus d'Alger », a assuré de son côté lundi 17 janvier à l'agence de presse APS le père de la victime, Amor Bouterfif.

La mort de Mohcin porte à deux le cas de décès par immolation par le feu en Algérie. Samedi 22 janvier, Karim Bendine a succombé à ses brûlures après s’être immolé par le feu le 18 janvier en plein centre-ville de Dellys, dans l'est de l'Algérie.

Karim Bendine, célibataire et souffrant, semble-t-il, de troubles mentaux, est mort à l'hôpital de Douéra à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest d'Alger, où il avait été admis après avoir tenté, pour des raisons inconnues, de mettre fin à ses jours.

Sept autres actes de suicide par le feu ont été enregistrés en Algérie depuis le 12 janvier ernier. Ces tentatives d'immolation interviennent après un retour au calme dans le pays, secoué du 6 au 9 janvier par des émeutes qui ont fait cinq morts et plus de 800 blessés.

En Tunisie, la révolte qui a contraint le président Zine Al-Abidine Ben Ali à la fuite a eu pour point de départ la tentative de suicide par le feu de Mohamed Bouazizi, 26 ans, le 17 décembre à Sidi Bouzid. Vendeur de légumes, Mohamed Bouazizi est décédé le 4 janvier devenant ainsi une sorte de martyr en Tunisie, au Maghreb et dans le monde arabe.

http://dna-algerie.com/politique/42-interieure/1210-le-maire-lui-conseilla-de-faire-comme-mohamed-bouazizi-mohcin-bouterfif-succombe-a-ses-brulures-.html

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mer 26 Jan - 8:05

Tentative d'immolation dans une caserne à Oum El Bouaghi : L’acte désespéré d’un pompier

Mardi, 25 Janvier 2011, 16:27 | Mehdi Benslimane




Un pompier appartenant à l'unité centrale de la protection civile d'Oum El Bouaghi, à l’Est d’Algérie, a tenté de mettre fin à ses jours dans l’après-midi du mardi 25 janvier en s’immolant par le feu, a appris DNA auprès d’un proche du pompier. Evacué à l’hôpital, celui-ci se trouve dans un état stationnaire. C'est la deuxième tentative d'immolation par le feu dans cette caserne de pompiers en moins de dix jours. Dimanche 16 janvier, un autre agent a tenté de s'immoler avant d'être dissuadé.

L’agent Bouria Kamel, 38 ans, employé à l'infirmerie de l'unité d’Oum El Bouaghi, a tenté de s'immoler par le feu mardi à 14 h10. Ce père d'un enfant est entrée, selon le témoigne de son collègue Mehdi recueilli par DNA, dans son infirmerie avant de ressortir avec ses vêtements aspergés d'alcool.

Une fois à l’extérieur, il sort son briquet et s'immole. Ses collègues qui assistaient à la scène accourent pour lui porter secours et éteindre le feu qui avait déjà presque consommé son uniforme. A l'hôpital, son collègue Mehdi apprendra que le malheureux avait absorbé des barbituriques et bu l'alcool utilisé en infirmerie avant de passer à l’acte.

L’agent a subi une fibroscopie dans l’après-midi et son état est jugé stationnaire. Selon son collègue, les raisons de cette tentative de suicide seraient liées à des difficultés rencontrées par le pompier dans son lieu de travail. Kamel a été traduit dans la matinée même devant une commission de discipline et en est ressorti abattu.

C’est la deuxième tentative de suicides par immolation enregistrée dans cette unité de la protection civile d’Oum El Bouaghi en moins de dix jours. Un agent de la protection civile, Mehanaine Karim, 38 ans, père de 3 enfants, a tenté de s’immoler par le feu dans la matinée du dimanche 16 janvier dans la même caserne. L’homme voulait protester contre la décision de sa direction de le muter dans une unité située dans le sud d’Algérie, décision que l’intéressé conteste et juge « arbitraire ».

Karim avait expliqué à DNA qu'il a attenté à sa vie en montant sur le toit de la caserne muni de deux bouteilles d'essence avant d'être dissuadé de passer à l'acte. « Le wali m'a promis de régler mon problème prochainement. Mon geste ne relève pas d'un acte de folie, mais c'est un geste de désespoir. Je ne peux plus supporter l'injustice que me fait subir mon supérieur. »

Le suicide par immolation par le feu prend des proportions alarmantes en Algérie. Depuis le début du mois de janvier 2011, pas moins de dix tentatives ont été recensées dans plusieurs villes du pays. Deux personnes dont Mohcin Bouterfif ont trouvées la mort des suites de leurs brûlures.

Les Algériens prennent-ils exemple sur les Tunisiens ? Il est sans doute hasardeux de faire le parallèle entre les situations qui prévalent dans les deux pays voisins, mais la multiplication des tentatives de suicide par le feu est troublante.

La révolte populaire qui a embrasé la Tunisie depuis la mi-décembre et qui provoqué la chute du régime de Ben Ali a pris ses racines du suicide de Mohamed Bouazizi le 17 décembre 2010, dans la ville de Sidi Bouzid. Décédé de ses brûlures, le jeune Bouaziz est devenu aujourd'hui le symbole de la révolte tunisienne contre un régime oppresseur et corrompu.

http://dna-algerie.com/politique/42-interieure/1217-seconde-tentative-dimmolation-dans-une-caserne-a-oum-el-bouaghi-lacte-desespere-dun-pompier.html

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Mer 26 Jan - 22:00

Un jeune s’immole à Djelfa : « Ils ne m’ont pas donné de logement ! »

Mercredi, 26 Janvier 2011, 14:54 | Soumia Adli

Une jeune homme a fait une tentative de suicide par immolation devant le siège de la wilaya de Djelfa, à 300 kms au sud d’Alger, avant d’être transféré en toute urgence à Alger, dans une situation très critique.

Selon un témoin présent sur le lieu du drame et dont le témoignage a été recueilli par DNA au téléphone, le jeune âgé entre 25 et 30 ans, s’est présenté mercredi matin (entre 09h et 9h30 )devant le siège de la wilaya de Djelfa.

Il fait irruption dans le parc habillé d’une djellaba déjà aspergée d’essence, une bouteille remplie d’un liquide dans une main et demande aux passagers d’éloigner leurs véhicules. Notre témoin, un fonctionnaire dans une administration d’une direction limitrophe au siège de la wilaya, raconte la scène : « Le jeune hésite un long moment, un briquet dans la main, s’aspergé encore d’essence et met le feu à ses vêtements. La police essaye d’intervenir. Trop tard. L’homme s’est déjà transformé en torche humaine… ».

La scène, selon notre témoin, était insoutenable. Le jeune homme avait hurlé à maintes reprises : « Ils ne m’ont pas donné de logement ! Ils ne m’ont pas donné de logement !»

Des agents de sécurité et des fonctionnaires de la wilaya ont accouru pour secourir le malheureux et réussirent à éteindre le feu à l'aide d'extincteurs : « Le jeune était dans une situation éprouvante, nu, ses vêtement brulés, il est resté Kima khelkou Rebbi ! (nu comme Dieu l’avait créé). »

L’homme a été évacué en urgence vers Alger et e trouverait actuellement dans un état critique. Le jeune aurait introduit une demande d’audience auprès des responsables de la wilaya, mais celle-ci lui aurait été refusé Ce qui aurait précipité son acte.


http://dna-algerie.com/component/content/article/34-politique/1223-un-jeune-simmole-a-djelfa-l-ils-ne-mont-pas-donne-de-logement-r.html

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Sam 29 Jan - 9:50

Rachid Benyellès. Général à la retraite, ancien chef d’état-major de la marine

Les militaires ne verraient aucun inconvénient à la levée de l’état d’urgence

le 28.01.11 | 03h00

Que penseraient les hauts gradés de l’armée d’une éventuelle levée de l’état d’urgence ? El Watan Week-end, à l’approche du 19e anniversaire, le 9 février prochain, de l’instauration de l’état d’urgence, a posé la question à l’un des plus anciens hauts officiers de l’ANP.



- Qu’implique l’état d’urgence, concrètement, en Algérie ?


L’état d’urgence fait partie d’une panoplie de mesures restrictives dont la première implication concrète concerne la restriction des libertés publiques. C’est un instrument pseudo légal permettant d’empêcher toutes les réunions publiques, manifestations ou la création d’associations à caractère politique. Pour rappel, l’état d’urgence a été mis en place en 1992, après l’arrêt du processus électoral. Dix-neuf ans plus tard, alors que le terrorisme est vaincu et que la réconciliation nationale a porté ses fruits, selon ses dires, le pouvoir refuse toujours de lever l’état d’urgence. Lorsqu’il est justifié par une situation exceptionnelle, l’état d’urgence doit être limité dans le temps et ne doit pas dépasser quelques jours ou quelques semaines.


- Comme si le pouvoir avait peur du peuple !


Absolument ! Aujourd’hui un immense fossé sépare le peuple de ses dirigeants. Pour ces dirigeants, le peuple est une «populace», immature qui ignore son bonheur et sa chance de vivre sous sa direction.


- Dans ces conditions, à qui profite le maintien de l’état d’urgence ?


Au seul pouvoir bien sûr ! Celui-ci ne veut à aucun prix que les Algériens puissent manifester leur opinion et débattre de la situation de leur pays. Il veut maintenir les Algériens en dehors de la vie politique.


- Mais de quel pouvoir s’agit-il ? Celui de Bouteflika ou celui des militaires ?


Il n’y a qu’un seul pouvoir et c’est celui qui est entre les mains de M. Bouteflika, car, contrairement aux spéculations en vogue dans certains milieux dits bien informés, il n’y a pas de dualité de pouvoir en Algérie. Les militaires, et cela depuis plusieurs années déjà, se sont volontairement éloignés de la vie politique et ont confié les rênes du pouvoir à M. Bouteflika. Je sais qu’en disant cela, je laisserai sceptiques beaucoup de personnes persuadées du contraire.


- Qu’est-ce qui pourrait faire évoluer la situation vers plus de démocratie ?


D’une part, des partis politiques crédibles capables de mobiliser une population et de l’encadrer et, d’autre part, des manifestations populaires massives et durables et non des feux de paille, comme cela a été le cas jusqu’à présent. L’autre hypothèse est liée à une éventuelle intervention de l’armée qui pourrait provoquer le changement. Cela me semble peu probable, car l’armée, qui se revendique comme légaliste, s’est rangée du côté du pouvoir politique actuel.


- Mais l’armée n’est pas contre la levée de l’état d’urgence ?


Comme je le dis depuis de nombreuses années, la décision appartient à M. Bouteflika et uniquement à lui. Je suis absolument certain que les militaires ne verraient aucun inconvénient à la levée de l’état d’urgence. Mais ils ne peuvent pas imposer leurs points de vue, puisqu’ils se sont effacés de la vie politique. Personne, aujourd’hui, à l’intérieur du système, ne lui conteste ce pouvoir.

- Serait-il envisageable que le Président décide la levée de l’état d’urgence ?


Je ne le crois pas. Je pense d’ailleurs que c’est le dernier de ses soucis, lui qui se considère comme une bénédiction pour le pays, alors que celui-ci, depuis de nombreuses années, est à la dérive dans tous les domaines. Un pays naufragé, sans commandant et avec un équipage livré à lui-même. Je ne pense pas que M. Bouteflika ait pris la mesure du danger dans lequel le pays se trouve, ni des conséquences que pourraient avoir les événements de Tunisie.


- Une révolution à la tunisienne est-elle envisageable en Algérie ? Et si oui ou non, pourquoi?


La révolution en Tunisie s’est distinguée par une montée en puissance progressive et soutenue dans le temps, des manifestations marquées par une prépondérance des adultes (les adolescents étaient quasiment absents) et par un accompagnement, pour ne pas dire un encadrement, d’une organisation à caractère sociopolitique, l’UGTT en l’occurrence. Tous ces facteurs ne semblent malheureusement pas être réunis en Algérie. C’est pourquoi, il me paraît peu probable qu’une telle révolution puisse avoir lieu chez nous, dans un proche avenir. Mais il n’y a, cependant, aucun doute que les retombées de l’expérience tunisienne auront des effets profonds sur la situation dans le monde arabe et notamment en Algérie.


- L’Egypte connaît à son tour des troubles qui ont fait plusieurs morts. Ce pays peut-il basculer alors que le poids de l’armée est très fort (comparable à celui de l’Algérie) ?


Je ne pense pas que l’Egypte puisse basculer. Les Etats-Unis et l’Europe ne le permettront pas. Les enjeux géostratégiques liés à l’Egypte et au Moyen-Orient sont d’une telle importance, que ces pays empêcheront par tous les moyens ce basculement, quitte à imposer une plus grande ouverture politique tout en conseillant, avec «insistance», au président Moubarak et à sa descendance, de renoncer à un prochain mandat.


http://www.elwatan.com/weekend/aujourdhui/les-militaires-ne-verraient-aucun-inconvenient-a-la-levee-de-l-etat-d-urgence-28-01-2011-109149_234.php

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green


Dernière édition par forums le Sam 29 Jan - 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Sam 29 Jan - 20:50

Un jeune décède après s’être immolé par le feu à Bordj Bou Arréridj

le 29.01.11 | 16h25



Abdelhafid Boudechicha, 26 ans, est décédé, ce samedi 29 janvier à 4h au CHU de Constantine, après s’être immolé par le feu vendredi à 20h30, à Medjana, à 10 km au nord de Bordj Bou Arréridj

Selon ses proches, la victime était un journalier qui vivait dans le dénuement avec ses parents et ses cinq frères et sœurs.

Des témoins ont affirmé que la scène de l’immolation était insoutenable.

Le jeune homme avait hurlé à maintes reprises : « J’en ai marre, j’en ai marre ! » puis avait demandé pardon à sa mère.

Brûlé au 3e degré, Abdelhafid a été évacué au CHU de Constantine où il y a rendu l’âme,
Les raisons de son geste demeurent encore indéfinies, mais ses proches et amis évoquent sa perte de tout espoir de décrocher un emploi fixe ou un logement.

A.B


http://www.elwatan.com/actualite/un-jeune-decede-apres-s-etre-immole-par-le-feu-a-bordj-bou-arreridj-29-01-2011-109323_109.php

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Dim 30 Jan - 1:23

Une seconde tentative d'immolation à Mostaganem

le 29.01.11 | 17h29


Fils d’un riche entrepreneur de Aâchaâcha, le jeune B.S, 21 ans, a mis le feu à son corps face au lycée Mohamed Khemisti (l’ex ITE), qui jouxte le siège de la wilaya de Mostaganem.

Brulé au troisième degré, il a immédiatement été admis au service de réanimation des UMC de Tigditt.

Selon des sources sécuritaires, le motif de l’immolation par le feu n’aurait aucun lien avec le chômage ou l’absence de logement, mais serait dû à une déception amoureuse, le jeune en question ayant, semble-t-il, essuyé un double refus à sa demande de mariage.

Habitant la localité de Khadra, 65 km à l’est de Mostaganem, il a fait le déplacement jusqu’à l’établissement où l’élue de son cœur, elle-même originaire d’Aâchaâcha, poursuit des études d’institutrice, pour tenter de s’immoler. C'est la seconde tentative d'immolation en l'espace de deux semaines qu'enregistre la ville de Mostaganem


A. Yacine

http://www.elwatan.com/actualite/une-seconde-tentative-d-immolation-a-mostaganem-29-01-2011-109328_109.php

_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
forums
Habitué


Nombre de messages : 1580
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Lun 31 Jan - 0:09

Tizi Ouzou : Tentative d’immolation devant le siège de l’ADE

le 30.01.11 | 15h38



Un jeune a tenté de se suicider par immolation, ce dimanche, 30 janvier, à l’intérieur du siège de la direction de l’Algérienne des eaux ADE, à Tizi Ouzou.

Cet agent S. Hakimi, la trentaine, originaire de la région de Beni Douala, employé depuis plus cinq années à l’ADE, est rentré, durant la matinée, au bureau du directeur, le menaçant de s’immoler.

Il a commencé à s’asperger d’essence, selon des témoins. Il a fallu l’intervention de ses collègues pour l’empêcher de mettre fin à ses jours par immolation. Les raisons de cette tentative de suicide seraient liées à une mutation jugée arbitraire, par l’intéressé.


Hafid Azzouzi


http://www.elwatan.com/actualite/tizi-ouzou-tentative-d-immolation-devant-le-siege-de-l-ade-30-01-2011-109462_109.php








_________________
forums a écrit:
il se trouve que ma mère ne pige rien, mais alors rien, a l’arabe


Soustara a écrit:



Vu mes valeurs et traditions musulmanes, je ne peux pas dialoguer avec une personne qui ramène la vie privée sa mère dans le débat


Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali   Aujourd'hui à 11:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Des émeutes dans plusieurs villes &arrestation de cheikh Ali
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Bruit étrange dans plusieurs villes du Maroc
» Les émeutes dans le monde
» Des ovnis à Albi ? “Une petite et une grande sphère très lumineuses” ont été aperçues dans plusieurs villes françaises
» Les émeutes dans les banlieues POURQUOI ?
» Inscription CRPE 2012 dans plusieurs académies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: La crise politique-
Sauter vers: