Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant
AuteurMessage
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mar 7 Fév - 18:31

Assalam;

Officiers turcs arrêtés en Syrie

Officiers turcs arrêtés en Syrie,
Al Manar, Lundi 20 Février 2012

Les aveux des officiers turcs arrêtés en Syrie la semaine passée révèlent que Tel Aviv est impliqué dans le mouvement d’insurrection mené par des bandes armées dans ce pays pour renverser le régime de Bachar el Assad. Selon le correspondant de l’agence iranienne Fars News à Damas, citant des sources sécuritaires syriennes, sept des 49 officiers turcs arrêtés ont reconnu avoir été entrainés par le Mossad israélien pour perpétrer des opérations terroristes. Ils affirment aussi avoir entamé des contacts avec l’Arabie saoudite et le Qatar.
Officiers turcs arrêtés en Syrie, Al Manar Lundi 20 Février 2012

Les aveux des officiers turcs arrêtés en Syrie la semaine passée révèlent que Tel Aviv est impliqué dans le mouvement d’insurrection mené par des bandes armées dans ce pays pour renverser le régime de Bachar el Assad. Selon le correspondant de l’agence iranienne Fars News à Damas, citant des sources sécuritaires syriennes, sept des 49 officiers turcs arrêtés ont reconnu avoir été entrainés par le Mossad israélien pour perpétrer des opérations terroristes. Ils affirment aussi avoir entamé des contacts avec l’Arabie saoudite et le Qatar.

Le Mossad aide-t-il l’ASL?


L’un d’entre eux indique que des commandos israéliens se sont infiltrés dans le territoire syrien et apportent leur aide à l’armée syrienne libre (ASL).
Selon lui, le Mossad a aussi dépêché une équipe en Jordanie pour entrainer des membres d’Al-Qaida venus de la Libye et les envoyer en Syrie combattre l’armée régulière syrienne et semer le chaos dans ce pays en y perpétrant des assassinats ciblés et des bombardements dans quelques villes syriennes.
La Turquie est de mèche avec l’entité sioniste vu qu’elle a envoyé ses officiers suivre des entrainements en Israël, avoue l’officier turc, selon Fars news, citant des sources syriennes sécuritaires.

Des sources syriennes, les autorités se gardent de publier la totalité des aveux de ces officiers et refusent de les livrer aux Turcs. Elles ont posé comme condition de restituer les officiers syriens et les membres de l’ASL, de s’engager à ne pas armer les groupes terroristes et à contrôler ses frontières pour empêcher le passage d’armements et l’infiltration d’éléments terroristes, et que la République islamique d’Iran soit la partie qui parraine l’accord.

Les aveux dévoilent aussi les activités du Mossad dans plusieurs pays arabes, notamment dans la région du Golfe, au Bahreïn, au Qatar, en Arabie saoudite et en Jordanie.

11 mille djihadistes se préparent à envahir la Syrie ??

Dans le même contexte et selon le site en ligne du journal arabophone Al-Bina, la région située entre Ramtha et le nord de la Jordanie est désormais une zone militaire fermée comptant 11.000 terroristes armés, de nationalité libyenne et autres, qui ont pour mission de mener le Jihad contre la Syrie en échange de 1.000 $ chacun par mois. Sachant que ce sont Riyad et Doha qui les financent.
Citant des sources syriennes, le journal écrit que des forces spéciales qataries et britanniques sont assiégées dans des tunnels qui s’étendent de Baba Amr à Homs jusque dans une région proche de la frontière avec le Liban.

Des drones américains sur la Syrie ?
Par ailleurs, une télévision américaine a révélé que des drones américains surveillent les événements en Syrie.

Un “bon nombre” de drones militaires et des services de renseignement américains opèrent au-dessus de la Syrie pour suivre les attaques des militaires contre l’opposition et les civils, a rapporté samedi la chaîne américaine NBC.


Ces vols d’avions sans pilotes ne constituent pas une préparation à une intervention militaire américaine, a ajouté la chaîne qui cite des responsables américains de la défense s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

http://www.alterinfo.net/Officiers-t...e_a71670.html/
IRIB- «Les services syriens spécialisés ont arrêté une brigade française de transmission composée de 120 militaires, à Zabadani». «Cette nouvelle explique le changement de ton de Paris, qui fait, désormais, profil bas, de peur que cette affaire n’affecte la campagne de Nicolas Sarkozy. Alain Juppé a été chargé de négocier avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, pour trouver une solution et libérer les 120 militaires Français».

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/171517-syrie-120-militaires-français-arrêtés
Silence radio sur les agences de presse française !

Si la nouvelle se confirme, elle risquerait d’avoir l’effet d’un tremblement de terre sur la campagne présidentielle française.

C'est l'agence de presse syrienne Dampress qui a annonce en effet, ce mardi, une « chasse fructueuse »:

قطر تطلع إسرائيل على "أسرار الربيع العربي"




Après le QATAR, c'est au tour de SARKOZYSION de perdre le peu de crédibilité qu'il pourrait avoir eu auprès des SALAFIS et des névrosés qui veulent en découdre avec la Syrie arabe, pour en faire un CALIFAT oméya-saoudi-wahabi.

ويكيليكس يكشف عن تنسيق حمد بن جاسم مع إسرائيل و"الجزيرة" لضرب استقرار مصر !!120 عسكرياً فرنسياً في قبضة الجيش السوري ..صيد ثمين في الزبداني السورية يهز اركان حكومة ساركوزي
[color=red]؟½ï؟½ ï؟½ï؟½ï؟½ : 120 عسكرياً فرنسياً في قبضة الجيش السوري ..صيد ثمين في الزبداني السورية يهز اركان حكومة ساركوزي]

دام برس – خاص
تحدثت بعض المصادر عن صيد ثمين للأجهزة المختصة في منطقة الزبداني السورية فقد تواردت المعلومات من بعض المصادر الموثوقة بأن الجهات المختصة القت القبض على كتيبة فرنسية مختصة بالاشارة والاتصالات عددها نحو 120 عسكري , معتبرة أن صحة الخبر تأتي من خلال تخفيض سقف تصريحات "جوبيه" حيث يخشى الرئيس " ساركوزي " في استخدام هذا الخبر ضد حملته الانتخابية في وقت أعلمه مدير حملته الانتخابية أن مجرد الإعلان عن هذه الكتيبة يعني سقوط ساركوزي في الانتخابات، وليس هناك من قوة دعائية يمكنها تغيير هذه النتيجة. ساركوزي أوفد جوبيه للتفاوض مع لافروف حول تأمين مخرج مع القيادة السورية حول هذا الموضوع الشائك .

وقال صحفي فرنسي ...على قناة فرنس 1 ...ساخرا من ساركوزي ...ارسل ساركو الى سوريا ترسانه من السلاح لتصل الى يد معارضي الاسد لكن المعلومات التي وصلت للاستخبارات الفرنسية ان معظمها وقع في يد الجيش السوري ...اي اننا نسلح الاسد وجشيه من غباء ساركو ومن معه


Et si le The Guardian publie que la plupart des syriens sont avec Bachar?

Un sondage d'opinion de renom qui aurait constaté que la plupart des Syriens sont en faveur à la présidence de Bachar al-Assad , ne serait-il pas une information de la
plus haute importance?

Surtout si la conclusion de ce sondage va justement à l'encontre du discours dominant sur la crise syrienne, et va à l'encontre des médias qui préfèrent les suspicions plutôt que l'évidence.

Et bien hélas, non, pas dans tous les cas. Lorsque la couverture d'un drame qui se déroule cesse d'être objective et se transforme en une arme de propagande, les faits gênants sont tout simplement supprimés.


Les résultats du récent sondage YouGov Siraj sur la Syrie, réalisé par Les Débats de Doha (financé par la Fondation du Qatar) vont justement dans ce sens.

La famille royale du Qatar qui a pris une position des plus rudes contre Assad - l'émir vient tout juste d'appeler les troupes arabes à intervenir militairement- aurait bien fait de publier ce sondage sur son site web.

Tristement, celui ci a été ignoré par presque tous les médias des pays occidentaux qui se sont déclarés pour une intervention en Syrie.

Selon la principale conclusion de ce sondage, la plupart des arabes vivant hors de Syrie considèrent que le président devrait démissionner, alors que dans le pays même, le point de vu diffère du tout au tout.

Quelques 55% des Syriens veulent qu' Assad reste, motivés par la crainte d'une guerre civile - un spectre qui n'est pas théorique contrairement aux dires de ceux vivant hors des frontières syriennes.

(...) Le sondage montre également que la moitié des syriens qui acceptent son maintien au pouvoir considère que Bachar el Assad se doit d'ouvrir la voie à des élections libres dans un proche avenir.


Un point que le président a maintes et une fois approuvé dans ces récents discours. Il est cependant vital qu'il décrète au plus vite la nouvelle loi électorale, permettre ainsi de nouveaux partis politiques et s'engage à laisser les observateurs indépendants avoir l'œil sur le scrutin.

La couverture biaisée des médias continue également d'entraver la mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie. Quand elle a approuvé une zone d'exclusion aérienne en Libye au printemps dernier, il y avait des éloges à l'ouest pour son action. Sa décision de médiation en Syrie était moins bienvenue pour les gouvernements occidentaux, et surtout les groupes d'opposition syriens, qui préfèrent un soutien armé plutôt qu'une solution politique.


Ainsi, les dirigeants occidentaux et la plupart de leurs médias qui leur ont fait écho, ont appelé la Ligue à se retirer. En attaquant à couteaux tirés, les performances du président de la mission par la voix, mis au devant de la scène, par seul de ces 165 membres, ils ont demandé que la ligue arabe laisse place à une intervention de l'ONU.

Ils craignent sans doute que les observateurs arabes rapportent que la violence armée ne se limite plus aux forces du régime, et que l'image des manifestations pacifiques violemment réprimées par l'armée et la police se révèle erronée.

Homs et quelques autres villes syriennes ressemblent à Beyrouth dans les années 1980 ou à Sarajevo dans les années 1990, avec des combats entre milices qui font rage à travers les failles confessionnelles et ethniques.

Quant à l'intervention militaire étrangère, elle a déjà commencé. Cependant, elle ne suit pas le modèle libyen, la Russie et la Chine s'étant soulevées contre la trahison de l'Occident au Conseil de sécurité l'an dernier. Elles se sont d'ailleurs maintes et une fois déclarées contre une nouvelle résolution des Nations Unies permettant l'usage de la force.

Non, le modèle est une version plus ancienne, remontant à l'ère de la guerre froide…Vous rappelez-vous du soutien de Ronald Reagan pour les Contras, qu'il armait et entrainait à partir de bases au Honduras pour tenter de renverser les sandinistes du Nicaragua? …

Le silence médiatique de l'ouest est dramatique. Pas un seul journaliste n’a pris en compte un article significatif écrit récemment par Philip Giraldi, un ancien officier de la CIA qui écrit maintenant pour le Conservateur américain - un magazine qui critique le complexe militaro-industriel américain…

Giraldi considère que la Turquie, membre de l'OTAN, est devenue mandataire de Washington et que des avions de guerre de l'Otan non identifiés ont atterris à Iskenderum, près de la frontière syrienne, avec à son bord des « bénévoles » libyens et des armes saisies dans l'arsenal de Mouammar Khadafi.

Et de poursuivre que « des formateurs des forces spéciales françaises et britanniques sont un atout essentiel sur le terrain pour aider les rebelles syriens, pendant que la CIA et des États-Unis fournissent des équipements de communication et l'aide des Renseignements américains pour aider la cause des rebelles, et permettre aux combattants d'éviter les concentrations de soldats syriens »…

Comme le danger de l'augmentation de guerre à grande échelle est aux portes de la Syrie, les ministres des Affaires Etrangères de la Ligue arabe se préparent à se réunir au Caire ce week-end pour discuter de l'avenir de leur mission syrienne. Et là, à coup sur, il y aura la présence des médias occidentaux qui se focaliseront sur une mission qui a «perdu sa crédibilité », et « été dupé par le régime » ou « n'a pas réussi à arrêter la violence ». Et sans aucun doute non plus, les contre-arguments seront minimisés voir supprimés.

En dépit des provocations de tous côtés, la ligue doit se tenir sur ses positions. Sa mission en Syrie a vu des manifestations pacifiques à la fois pour et contre le régime. Elle a été témoin, et, dans certains cas souffert de la violence par les forces adverses. Mais elle n'a pas encore eu assez de temps ni une équipe assez grande pour discuter avec une gamme complète de responsable syriens pour parvenir ensuite à mettre en place des recommandations claires.

Et surtout, elle n'a même pas commencé à remplir cette partie de son mandat lui enjoignant d'aider à organiser un dialogue entre le régime et ses détracteurs. La mission a besoin de rester en Syrie et ne doit pas être victime d'intimidation.

The Guardian/ Jonathan Steele (Traduit par Eline Briant)


Dernière édition par ithviriw le Mer 22 Fév - 17:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mar 7 Fév - 18:35



إسرائيل تؤكد تزويد "الجيش الحر" بصواريخ "شيبون 300" بمساعدة قطرية






النخيل-أكدت مصادر إسرائيلية ما تناقلته وسائل الإعلام منذ أيام "أن إسرائيل Twisted Evil زودت مسلحي "الجيش السوري الحر" affraid بقواذف مضادة للدروع من طراز Shipon B-300".


وقال باحث صهيوني مشارك في المؤتمر السنوي لـ"مركز هرتزليا" للدراسات والأبحاث الأمنية، "إن جهات إسرائيلية رسمية زودت مسلحي "الجيش الحر" بصواريخ من هذا النوع، وجرى شحنها على دفعات إلى المسلحين بواسطة الحقيبة الدبلوماسية القطرية عن طريق لبنان وتركيا، وعلى متن طائرة إيطالية وصلت إلى مطار بيروت في 22 من الشهر الجاري وكانت تحمل مواد طبية للاجئين السوريين في شمال لبنان بناء على طلب سبق لبرهان غليون أن تقدم به إلى الحكومة الإيطالية خلال زيارته الأخيرة إلى روما.

وأكد الباحث الصهيوني أن هذه الصواريخ استخدمت بالفعل ضد المدرعات السورية في منطقة حمص وفي منطقة جبل الزاوية خلال الأيام الأخيرة، وقد حصلنا على صور لنتائج استخدام هذه الصواريخ وكشف الباحث أن ما بين 15 و 20 قاذفا من هذا النوع أصبحت فعلا بين أيدي المسلحين في أكثر من منطقة سورية، وبعضها مزود بمناظير تعمل بالأشعة تحت الحمراء للاستخدام الليلي.

وقال الباحث إن المواصفات الفنية للقاذف، الذي أنتج من قبل الصناعات العسكرية الإسرائيلية نهاية السبعينيات الماضية، تسمح بنقله وتهريبه واستخدامه بسهولة.. فوزنه لا يتجاوز 8 كغ مع المقذوف، بينما لا يتجاوز طوله 140 سم وهو مناسب جدا للاستخدام في المناطق السكنية والمأهولة، لاسيما الشوارع، إذ إن مداه الأقصى لا يتجاوز 400 متر كما أنه مناسب لاستهداف التحصينات والأبنية وهذا أكثر ما يحتاجه عناصر الجيش السوري الحرفي الوقت الراهن، على حد تعبيره.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mar 7 Fév - 23:46




Merci Tonton Google pour la photo aérienne...MON MARTEAU PIQUEUUUUUUUUUUUUUUUR CA VIENT..?






Citation :
LE 1 DECEMBRE 2010.
En effet, lors de la mise en place de la République Majouss d'Iran en 1980, l'ordre d'effacer tout signe de la collaboration entre Iran et les sionistes avec été donné. Seulement, l'étoile de David a visiblement été oubliée:pale: affraid affraid affraid .
Pour autant, elle ne devrait désormais plus rester en place très longtemps, puisque le président du pays aurait d'ores et déjà demandé à ce que ce symbole juif soit démonté et détruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mer 8 Fév - 4:30

Assalam;
Syrie ou l'ancrage de la Tunisie dans le camp Occidental/wahhabite

Publié le Lundi 06 Février 2012 à 17:15
La Syrie, est le dernier bastion de résistance contre Israël. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les autorités tunisiennes, ont réagi au quart de tour, suite à l’accélération de l’histoire en Syrie et n’ont respecté aucune règle diplomatique, passant directement au renvoi de l’ambassadeur, l’ultime sanction, sans passer par le rappel de notre ambassadeur pour consultation et sans passer par les canaux diplomatiques usuels, utilisant tout d’abord la page Facebook de la présidence et ensuite la voie de presse avant même de notifier l’ambassade syrienne. Et quelle presse, celle-là même qui ne cesse depuis des mois de jeter de l’huile sur le feu : Al-Jazira, qui se consume à petit feu, perdant, petit à petit, ses journalistes historiques qui ont certes accepté sa dépendance viscérale au petit émirat mais n’ont pu supporter que celle-ci participe directement, hier par l’exagération en Libye, aujourd’hui par le mensonge en Syrie, aux crimes contre de milliers d’arabes et de musulmans.

Il est vrai que la décision de renvoyer l'ambassadeur de la République syrienne à Tunis à été prise depuis plusieurs mois et ne vient pas du président de la République qui visiblement a du s’exécuter malgré ses réserves publiques, mais de Rached Ghannouchi, comme il l’a annoncé au mois de novembre dernier, au Qatar, encore sur Al-Jazira, ancien employeur de notre ministre des Affaires étrangères et désormais canal officiel de la république. Si l’on se réfère à cette déclaration, le président de la République doit se préparer à avaler encore plusieurs couleuvres, car Rached Ghannouchi avait décidé depuis plusieurs mois qu’il fallait reconnaître le CNS et remettre l’ambassade syrienne à ces représentants auto-proclamés du peuple Syrien. Bon courage Monsieur le président !

Au lieu de cette rupture irresponsable, la diplomatie tunisienne aurait du convoquer l’ambassadeur Syrien et entendre la version des autorités syriennes, pour les recouper ensuite avec celles de nos observateurs en Syrie et celles de notre ambassadeur de retour de Syrie après son rappel en Tunisie.

Ainsi, aucune règle de prudence n’a été respectée, malgré le caractère exceptionnel de cette journée, à plus d’un titre : Jour sacré du ‘Mouled’ du prophète Mohamed (sas), jour de réunion du Conseil de sécurité pour, justement statuer sur de nouvelles sanctions existentielles contre la Syrie, et hasard du calendrier, jour de l’annonce du massacre à Homs perpétré insinue-t-on par les forces syriennes.

Rien que cette juxtaposition de faits le même jour, aurait du éveiller des soupçons et inviter nos responsables en matière d’affaires étrangères à plus de retenue et à une analyse plus approfondie de la situation … cela ne vous rappelle pas un certain Colin Powell qui agitait une fiole en plein conseil de sécurité, fiole censée contenir la preuve que l’Irak fabrique des armes de destruction massive.

D’autant plus que la veille, Ahmed Manai, l’un des observateurs tunisiens en Syrie déclarait : «Je suis dans la mission des observateurs arabes en Syrie et je témoigne que le massacre exécuté ce matin à Homs, est le fait des groupes armés, dans le but manifeste de faire pression sur le vote du Conseil de sécurité" et Fethi Belhadj l’autre observateur tunisien de retour de Syrie déclarait la veille que : «les grands organes de presse ont exagéré la réalité sur le terrain, et au bout d’un mois seulement, certaines parties ont voulu geler la mission, car elle ne correspondait pas aux attentes de ces parties bien que notre travail ait été objectif. A défaut de pouvoir geler la mission, ces parties, ont alors rappelé les observateurs originaires de leurs propres pays. Mais le plus scandaleux, concerne le projet du rapport de la mission des observateurs arabes de la Ligue qui n’a pas été traduit et a été caché par les pays qui ont un rôle hégémonique au sein de la ligue Arabe, ainsi, les observateurs avaient le sentiment d’être mêlés à une grande pièce de théâtre produite par ces pays et dans laquelle les observateurs ne seraient qu’un épisode. » Et Ahmed Manai d’ajouter « C'est une honte. L'histoire retiendra qu'un pays arabe, berceau de la civilisation arabe et humaine, a été sauvé de la destruction totale à laquelle le prédestinaient d'autres pays arabes, par la Chine et la Russie ». Au contraire pour M. Hamadi Jebali, c’est le droit de véto qui serait incongru, remettant en cause, comme ça, en deux temps trois mouvements les accords de Yalta et l’ensemble des équilibres géopolitiques résultant de la seconde guerre mondiale. J’ai, tout d’abord, cru déceler dans cette proposition, une vision stratégique qui ferait partie intégrante du programme d’Ennahdha, mais après vérification, il s’avère que cette proposition n’est que conjoncturelle, juste pour faire tomber le régime Syrien et le livrer à qui vous savez. Heureusement, que le ridicule ne tue pas.

Ainsi, cette affaire pue à mille lieux l’opération sous fausse bannière, sinon comment expliquer que la Syrie, réputée pour sa diplomatie sinueuse, pondérée et calculatrice, sous la menace des plus graves sanctions émanant de la plus haute juridiction internationale, choisit ce jour vital ou elle joue sa tête pour commettre le plus important massacre depuis le début des événements en Syrie.

Encore une fois, un pays arabe, la Tunisie en l’occurrence, souille une journée sacrée, en chargeant cette décision irresponsable d’une symbolique religieuse, comme l’a fait l’Irak vengeur, à la date de l’exécution de Saddam Hussein le jour de l’Aïd.

Bien que le régime Syrien, dernier pays arabe rebelle à l’ordre Israélien, soit à l’origine d’une croissance économique soutenue et ininterrompue depuis trois décennies sans aucune dette extérieure, bien que la Syrie soit moins despotique que ces monarchies rétrogrades qui appellent à sa démocratisation, alors que ces derniers n’ont ni constitution, ni parlement, ni élection, ni droit de la femme, il n’en demeure pas moins que le régime Syrien reste encore une vraie dictature à reformer !

Mais est-ce que tous les moyens seraient bons pour faire tomber Assad ?
Au prix du massacre du tiers de la population syrienne comme le préconise le chef salafiste Syrien S. Arrour réfugié en Arabie Saoudite et qui attend son heure à l’ombre de l’alliance contre nature Occident/Wahhabisme ?

Au prix de la liquidation de la résistance à Israël comme le préconise le chef de l’insurrection Syrienne B. Ghalouin qui serait prêt à ouvrir un front avec le petit Liban du grand Hezbollah, seul rempart contre l’expansionnisme Israélien ? Le même Borhane Ghalioun qui dit, dans une déclaration au journal américain ‘ Wall Street journal », que le conseil rompra ses relations avec l’Iran, le Hezbollah, le Hamas et qu’il établira des relations avec Israël.
Au prix d’une guerre de religion moyenâgeuse qui embraserait toute la région et la ferait retourner à la préhistoire, dominé par un Israël sûr de lui et désormais sans rival ?

Assurément, Non, Non et Non !

Cette affaire confirme le vrai visage de la Ligue arabe, tout juste bonne à fournir les couvertures nécessaires aux assaillants occidentaux. Il est bon de rappeler que la Ligue arabe à été créée pour régler les problèmes de nos pays en interne, autour de solutions arabes. L’histoire a montré qu’il n’en était rien et que l’internationalisation a été la règle, ce qui veut dire que la ligue arabe ne sert pas à grand-chose pour les peuples arabes, mais elle reste très utile à l’Occident pour interférer dans nos affaires, même quand des structures internes de la Ligue, ne vont pas dans le sens espéré par ceux qui détiennent le pouvoir, comprenez les pays du golfe. Ainsi lorsque le rapport des observateurs arabes indique qu’une grande partie des exactions est commise par des groupes terroristes lourdement armés, eh bien les pays du Golfe retirent leurs propres observateurs et internationalisent la crise au conseil de sécurité. Cette tragi-comédie permanente au sein de ligue est possible à cause du mode de représentativité de nos peuples qui est doublement injuste. Injuste tout d’abord car la majorité de ces pays ne choisissent pas leurs dirigeants et injuste encore car un grand pays comme l’Algérie vaut aux yeux de la Ligue, un micro Etat comme le Bahreïn, créant ainsi une parité douteuse d’un Bahreïni pour plus de soixante Algériens.

Cette affaire révèle, par ailleurs, que la Tunisie est la première République arabe à être embrigadée dans le camp Wahhabite/occidental, confirmant le repositionnement géostratégique de la Tunisie post révolutionnaire qui apparaît clairement ; repositionnement qui n’a rien de révolutionnaire et qui dévoile au passage la soumission contrainte ou volontaire du président de la république aux thèses nahdhaouies, qui vient corriger ainsi la cacophonie qui prévalait au sein de la direction bicéphale de la diplomatie tunisienne.

Comme si cette ineptie ne suffisait pas, notre ministère des affaires étrangères demande à la « communauté internationale » de protéger les ressortissants tunisiens en Syrie, alors qu’il n’y a aucune menace pesant sur eux, jetant artificiellement de l’huile sur le feu, pendant que le Premier ministre de Munich appelle les autres pays arabes à rompre leurs relations diplomatiques avec la Syrie, et comble de l'ironie et de la fanfaronnade, critiquait la Russie et la Chine d'avoir usé de leur droit de véto.

Si on voulait vraiment protéger le peuple syrien, on aurait du garder grand ouvert les canaux de communications diplomatiques et fort de notre révolution pacifique et exemplaire, jouer un rôle unificateur entre régime et opposition pacifique en exigeant l'application immédiate des réformes promises. Ainsi, la Tunisie s'est privée de tout moyen d'action, qu'elle a remis au groupe de monarchies les plus rétrogrades et les plus corrompus du Moyen-Orient, celles-là mêmes qui n'ont eu de cesse de comploter contre la Palestine, à charge pour ces monarchies de remettre à, leur tour, ces moyens d'action entre les mains de l'Occident donc dans les mains d'Israël.

Last but not Least, Quel est notre plan pour nos quinze mille émigrés en Syrie, Vont-ils être expulsés ? Maltraités ? Ont-ils les moyens de rentrer en Tunisie ? Pour le reste, on doit certainement penser dans la stratosphère politique actuelle que l'on n'est pas à quelques milliers de chômeurs près ! Et quelle serait la réaction algérienne, qui observe notre politique, d’autant plus que Doha aurait laissé entendre à Alger, que le même scénario l’attend, lorsque son tour viendrait. Déjà que nos relations ne sont pas au beau fixe et que la visite prévue de Moncef Marzouki serait reportée.

Dommage que la première révolution pour la liberté s’improvise en fossoyeur de l’un des principaux bastions de la résistance à Israël.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mer 8 Fév - 4:33

]Syrie : Bachar Al-Assad, le tyran qui s'ignorait

Ne sois pas faible ! Fais ce que ton père aurait fait.

Anissa al-Assad, s'adressant à son fils Bachar


Arrivé au pouvoir malgré lui, le président syrien s’est mué en un dictateur implacable. Marchant dans les pas de son père, Hafez, Bachar Al-Assad réprime sans retenue les manifestations pacifiques qui réclament son départ. Comment le « lionceau de Damas » est-il devenu si féroce ?

« Crimes contre l’humanité » : même son père, Hafez al-Assad, ordonnateur de grands massacres, n’avait pas fait l’objet d’une telle réprobation. Missionnée par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, une commission d’enquête internationale indépendante a dressé un constat accablant de la sauvagerie du régime syrien qui s’abat sur des manifestants pacifiques et désarmés. « Tueries, tortures, détentions arbitraires, disparitions, abus sexuels, atteintes aux enfants : des violations massives et systématiques. » Selon l’ONU, cette implacable et terrifiante répression a fait, en neuf mois, plus de 4 000 morts. De quoi rendre le président Bachar al-Assad indéfendable.

« Si j’étais à sa place, je quitterais le pouvoir », suggère son voisin le roi Abdallah de Jordanie. « Le président Assad doit quitter son poste », déclare le vice-président américain Joe Biden, tandis que le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, autrefois son ami, lui lance : « Le jour viendra où tu partiras aussi. » Le 27 novembre, ses pairs de la Ligue arabe ont adopté des sanctions économiques d’une ampleur inédite contre la Syrie. Même les indéfectibles alliés d’Assad commencent à prendre leurs distances : la plupart des cadres du Hamas palestinien auraient ainsi quitté le quartier général de l’organisation à Damas pour gagner d’autres pays arabes, selon le quotidien israélien Haaretz.

Assiégé

Plus isolé que jamais sur la scène internationale, Bachar al-Assad est assiégé dans sa capitale, que seule l’omniprésence des forces de sécurité tient à l’écart de la contestation. À Deraa, Hama, Homs, Idleb, Deir ez-Zor, dans tout le pays des foules se rassemblent quotidiennement et chantent : « Maudite soit ton âme, Bachar ! » Constituée en août, l’Armée syrienne libre (ASL) compterait 15 000 combattants et lance maintenant des offensives meurtrières, après s’être cantonnée à la défense des manifestants. Le 30 novembre, sept soldats ont ainsi été tués et deux véhicules des forces de sécurité détruits dans une embuscade à Dael, dans le sud du pays. Durement touchée par les sanctions décidées par les États-Unis, l’Union européenne, la Ligue arabe et la Turquie, l’économie du pays est au bord de l’asphyxie.

Face au chaos qui s’installe et à la guerre civile qui menace, le raïs montre un sang-froid et un détachement qui sidèrent ceux qui l’ont approché. « Je suis calme par nature. Je ne gère pas les crises émotionnellement, je les gère calmement », expliquait-il le 16 novembre à une journaliste de l’hebdomadaire britannique Sunday Times. Rien à voir avec la bête « aux abois » qui « change chaque soir de maison et ne dort jamais chez elle » décrite par Abdel Halim Khaddam, son ex-vice-président exilé à Paris. Serait-il « coupé des réalités », comme l’affirme l’opposant Burhan Ghalioun ? Aurait-il « perdu toute humanité », comme l’a supposé Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU ?

Le 7 décembre, devant les caméras de la chaîne américaine ABC, le président syrien a voulu s’absoudre des atrocités commises en son nom : « Il y a une grande différence entre une répression politique délibérée et quelques erreurs commises par certains responsables. […] Il n’y a pas eu d’ordre donné de tuer ou d’être brutal. […] Nous ne tuons pas notre peuple, aucun gouvernement au monde ne fait cela à moins d’être dirigé par des fous. » Déclarations consternantes d’un homme « droit dans ses bottes » qui oscille entre déni, cynisme et provocation.


Cet héritier avait-il la carrure pour endosser les habits de son père ? En 1994, quand Bachar apprend, à 29 ans, qu’il devra lui succéder, il n’en a pas la vocation. Docteur en médecine, il se destine à l’ophtalmologie, qu’il étudie avec application au Royaume-Uni. Mais son frère aîné, le fringant Bassel, vient de se tuer au volant de sa Mercedes, et Hafez décide que Bachar sera son dauphin de substitution. L’intéressé commence par refuser, mais finit par assumer son rôle de futur chef de clan. Il est initié aux arcanes du pouvoir, aux secrets du Baas – le parti unique qui dirige la Syrie depuis 1963 – et aux recettes paternelles. Celles-ci ont fait leurs preuves.

Disciple de Machiavel et habile stratège, Hafez al-Assad s’est taillé un régime à sa mesure depuis son coup d’État de 1970. Le « lion de Damas » a étendu son emprise à tous les organes du pouvoir. Les postes clés ont été attribués à des fidèles, au premier rang desquels sa famille et sa clientèle alaouite, la minorité religieuse du clan Assad (lire encadré). Le renforcement de l’appareil sécuritaire et le culte de la personnalité lui ont assuré le contrôle de la société. Seule opposition agissante à la fin des années 1970, les Frères musulmans ont été anéantis. À leur initiative, la ville de Hama s’est soulevée en 1982. Rifaat, frère de Hafez, s’est chargé de mater la révolte : 20 000 morts.

En 2000, Assad père meurt. Le lionceau a fait ses griffes, mais il souffre d’un défaut de légitimité que ne compense pas son peu de charisme. Élevé au rang de colonel après une formation militaire accélérée, il n’aura jamais l’estime de l’armée dont jouissait son aîné, Bassel, et que recueille désormais son cadet Maher. La Constitution doit être révisée : à 35 ans, Bachar n’a pas l’âge minimum pour exercer la présidence, et certains vieux apparatchiks contestent la succession. Rifaat, l’oncle violent tombé en disgrâce après avoir tenté d’évincer son frère en 1984, demande en vain l’aide des Israéliens pour prendre le pouvoir. Autre cacique, l’ambitieux vice-président
Autre cacique, l’ambitieux vice-président Abdel Halim Khaddam doit être menacé arme au poing par le ministre de la Défense, Mustafa Tlass, pour se soumettre.

Réformateur éphémère

Bachar va progressivement remplacer les membres de la vieille garde paternelle, dont il se méfie, par des fidèles. Il met en place un réseau qui lui est dévoué : l’oligarchie devient plus homogène mais perd le subtil équilibre communautaire que Hafez avait savamment entretenu en laissant des places à la majorité sunnite. Il lui faut aussi gagner l’affection du peuple. Il met en avant sa nature modeste et offre l’image inhabituelle d’un raïs proche de ses concitoyens : il dîne dans les restaurants de la capitale, conduit lui-même sa vieille voiture et habite un pavillon ordinaire. En 2000, il a épousé la belle Asma, une Syrienne rencontrée au Royaume-Uni : il en fait sa Lady Di médiatique, mais elle reste à l’écart de la scène politique. Les journalistes qui ont pu la rencontrer récemment à Damas la décrivent comme distante, ne paraissant ni s’émouvoir ni se soucier de la situation.

La jeunesse et le séjour européen de Bachar le font passer pour un moderniste : il sera Assad le réformateur. Et ses premières promesses font naître de grands espoirs. Quelque 600 prisonniers politiques sont libérés. Le régime relâche son emprise sur les médias, et une effervescence intense anime les salons ouverts par les intellectuels : c’est le « printemps de Damas », lancé en septembre 2000… et aussitôt étouffé. En janvier suivant, le « manifeste des 1 000 », signé par des intellectuels, demande la levée de l’état d’urgence, le respect des libertés publiques et la restauration du multipartisme. À peine l’expression est-elle libérée que la position de l’oligarchie est contestée. Bachar et son clan ne peuvent le tolérer. Il faut refermer la boîte de Pandore : les intellectuels séditieux sont renvoyés en prison.

Les Syriens ont davantage besoin de prospérité que de liberté, se persuade Bachar, qui décide de concentrer son effort réformateur sur la modernisation de l’économie. Le chômage touche en effet un Syrien sur cinq. Le pays s’ouvre à l’économie de marché et le secteur privé se développe. Entre 2004 et 2009, la croissance oscille entre 4,5 % et 7 % par an. Mais la majeure partie des bénéfices est captée par les affairistes du clan.

Al-Assad l'arrogant au Liban

Autre « domaine » mis en coupe réglée par les Assad : le Liban, légalement occupé par l’armée syrienne depuis les accords de Taëf, qui ont mis fin à la guerre civile en 1989. La paix a relancé l’économie, et le régime de Damas va se servir grassement : en 2005, il aurait détourné à son profit plus de 560 millions d’euros, estimation basse selon Jean-Marie Quéméner, journaliste et auteur de Docteur Bachar, Mister Assad. Pour le système Assad, le pays du Cèdre est une tirelire, ses dirigeants sont des marionnettes. En 2004, le Premier ministre libanais, Rafic Hariri, refuse la reconduction imposée par Damas du président Émile Lahoud et le signifie à Bachar… lequel lui promet de « casser le Liban sur [sa] tête ». Le 14 février 2005, une gigantesque explosion fait trembler tout Beyrouth. Des centaines de kilos de TNT viennent de pulvériser la voiture de Hariri. Assad est immédiatement soupçonné.

Le 14 mars suivant, plus de 1 million de Libanais se rassemblent à Beyrouth pour réclamer le départ de l’occupant. Soumis à la pression populaire mais aussi à celle des États-Unis et de la France, Bachar n’a plus le choix. Pour la première fois, un peuple arabe chasse un dictateur par l’occupation pacifique de la rue. Mais Damas, qui garde de nombreux pions au Liban, dont le puissant Hezbollah, veut rappeler aux Libanais qu’il conserve son influence. Dans les mois qui suivent, des politiciens, des intellectuels et des journalistes sont victimes d’attentats. Contrefaçon grossière du machiavélisme paternel, dont le seul résultat est de faire la démonstration de la maladresse et de l’arrogance de Bachar.

Ennemi de l’administration Bush depuis qu’il s’est opposé en 2003 à l’invasion de l’Irak, honni par un Jacques Chirac ami des Hariri, Bachar est devenu un paria diplomatique. Mais, à partir de 2007, la fortune politique lui donne une nouvelle chance : en France, Nicolas Sarkozy est élu, et, l’année suivante, Obama succède à Bush. Les deux hommes veulent rompre avec la diplomatie de leurs prédécesseurs. Les liens sont rétablis avec la Syrie et Bachar est réhabilité. Pour peu de temps : les événements de 2011 vont de nouveau le mettre au ban de la communauté internationale



Lame de fond

En ce début d’année, une lame de fond est née dans une région déshéritée de Tunisie : le réveil arabe vient de soulever les peuples d’Égypte, de Libye, du Yémen, de Bahreïn… Le 31 janvier, Bachar explique au Wall Street Journal que son pays est immunisé. Ironie du sort : le virus de la contestation va se transmettre via internet, dont il a tenu à favoriser la diffusion en Syrie. Le 15 mars, à Deraa, chef-lieu d’une région rurale excentrée et frappée par le chômage, une poignée d’adolescents badigeonnent sur les murs des slogans révolutionnaires qu’ils ont lus sur la Toile. Ils sont arrêtés par la police, qui les torture. Deraa s’indigne et descend dans la rue : les forces de sécurité répliquent à balles réelles. Les premiers martyrs de la révolution syrienne sont tombés. L’indignation gagne rapidement le reste du pays.

Au cours d’une réunion familiale où le clan étudie la réponse à donner à ce début d’insurrection, sa mère, Anissa, aurait ordonné à Bachar : « Ne sois pas faible ! Fais ce que ton père aurait fait ! » Hafez avait envoyé son frère Rifaat anéantir le soulèvement de Hama en 1982, Bachar charge son cadet Maher de mater les contestataires. À la tête de la garde républicaine, ce dernier déploie une violence inouïe contre les manifestants pacifiques. Mais au lieu d’imposer la terreur comme à Hama, la répression nourrit la fureur. La révolte de 2011 n’est pas un soulèvement politique comme en 1982 : c’est une révolte de la faim animée par une rage et une soif de liberté que les balles n’apaiseront pas.

Pourtant, Bachar aurait pu désamorcer la crise. Pendant les premières semaines de la contestation, il bénéficiait de l’indulgence populaire, beaucoup de manifestants pensant qu’il était manipulé par son entourage. Dans les premières manifestations, Maher, son militaire de frère, et le cousin businessman Rami Makhlouf étaient les cibles principales des quolibets. Et contrairement à ses deux comparses, il n’est pas encore sanctionné par l’Union européenne début mai. Mais quinze jours plus tard, son nom figure en tête de liste : il y est décrit comme « ordonnateur et maître d’œuvre de la répression ».

Sa communication peu subtile n’a pas arrangé la situation. Les manifestants pacifiques ont été systématiquement assimilés à des terroristes. Rares sont ceux qui l’écoutent encore quand il évoque les actions menées par des bandes armées. Car celles-ci ont eu lieu bien avant la formation de l’ASL en août : début avril, 9 soldats sont ainsi tués à Banias, et 120 autres à Jisr al-Choughour début juin. Dans l’interview qu’il donne le 16 novembre au Sunday Times, Bachar ne parle plus de terroristes mais de « militants ». Les conseils des communicants arrivent trop tard. Entre les deux camps, un dialogue de sourds s’est instauré. Au Sunday Times, Bachar affirme : « La seule solution est de traquer les gens armés. » La veille, le Financial Times citait le chef de l’ASL à propos du régime baasiste : « Il s’agit d’un gang. […] Ils ne comprennent que la force. »

L’opposition pacifique peine désormais à faire entendre sa voix. L’impasse est totale, et la situation menace de dégénérer en guerre civile. Cependant, la position du raïs est loin d’être désespérée, et Bachar a encore des raisons de conserver son flegme. La désunion de l’opposition ne sert pas la cause des contestataires. De plus, faute de résolution à l’ONU – du fait du blocage de la Russie et de la Chine, notamment – et d’un interlocuteur comparable au Conseil national de transition libyen, l’Otan n’interviendra pas militairement. Les puissances occidentales misent donc sur les sanctions économiques et l’isolement pour provoquer des défections et la désagrégation du régime.

Poudrière levantine

Mais le Baas et les forces de sécurité restent pour l’instant loyaux. Le clan est soudé pour sa survie et la minorité alaouite se tient derrière lui, consciente qu’elle pourrait être marginalisée, voire réprimée, si l’un des siens n’était plus au pouvoir. Bachar peut aussi compter sur le soutien de la bourgeoisie conservatrice et des minorités ethniques et religieuses, qui craignent pour leur sécurité en cas de changement de régime ou de guerre civile. Une telle perspective pourrait convaincre la majorité silencieuse de se ranger clairement derrière le chef de l’État.

Enfin, atouts majeurs, la Russie et l’Iran, alliés historiques de la Syrie assadienne, lui sont fidèles. Bachar sait aussi que, au cœur de la poudrière levantine, la crise syrienne représente une menace internationale bien plus inquiétante que les épisodes tunisien, libyen et égyptien. Fin octobre, il prévient, via le Telegraph : « Le moindre problème en Syrie embrasera toute la région. » La capacité de nuisance des Assad a déjà fait ses preuves et, pour préserver son pouvoir et son clan, le président syrien se veut inflexible. Le 16 novembre, dans une déclaration dont les accents rappellent les imprécations de feu Mouammar Kaddafi, il se dit « tout à fait prêt à combattre et à mourir » pour son pays. Détermination absolue ou fanfaronnade d’un tyran à bout de souffle ? Lui seul le sait.



Syrie : Bachar Al-Assad, le tyran qui s'ignorait | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
Merci Tonton Google pour la photo aérienne...MON MARTEAU PIQUEUUUUUUUUUUUUUUUR CA VIENT..?






Citation :
LE 1 DECEMBRE 2010.
En effet, lors de la mise en place de la République Majouss d'Iran en 1980, l'ordre d'effacer tout signe de la collaboration entre Iran et les sionistes avec été donné. Seulement, l'étoile de David a visiblement été oubliée:pale: affraid affraid affraid .
Pour autant, elle ne devrait désormais plus rester en place très longtemps, puisque le président du pays aurait d'ores et déjà demandé à ce que ce symbole juif soit démonté et détruit.
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mer 8 Fév - 4:53





Syrie : Bachar Al-Assad, le tyran qui s'ignorait



Ne sois pas faible ! Fais ce que ton père aurait fait.

Anissa al-Assad, s'adressant à son fils Bachar






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mer 8 Fév - 13:18

Assalam;

UN TEMOIGNAGE CLAIR, NET et PRECIS de la TRAITRISE arabe, en collusion avec leurs maitres sionistes, sous la pression de leurs SUZERAINS US et France-Grande Bretagne, ex colonisateurs.

Bientôt, on pleurera la "perte de la Syrie", comme aujourd'hui, on pleure la perte de l'Andalousie, puis celui de la Palestine et enfin, celui d'El Qods, tout comme on se devrait de pleurer la perte inéluctable des Lieux saints de l'Islam, laissés à l'abandon, aux mains de la SECTE JUDEO-NAJDI, le Wahabisme et son ersatz "islamo-Kaab al Ahbar-Ibn Saloul", pour ne pas dire, tout simplement, l'islam revu et corrigé selon le juif OMEYADE Ibn SABA..., PERE FONDATEUR de l'hérésie SALAFIE, qui rejette la SOUNA authentique, pour lui substituer les Khourafates des "Compagnons" triés en fonction de leur éloignement de Rassoulou Allah, aswaws, et surtout, de leur rébellion contre AHl Beyti, Rassoulou Allah, aswaws, d'un côté, et leur adoubement des mounafiqins et des talaqas, promus "scribes de la Révélation", ou encore, "quasi prophètes", pour banaliser les VERTUS EXCLUSIVES de Amir AL MOU'MININ, ALI, as, d'autre part.

Des responsables israéliens ont publiquement annoncé avoir des contacts avec des activistes éminents au sein de l'opposition syrienne. Selon eux, cette opposition leur a promis de négocier avec "Israël" Twisted Evil une fois le régime d'Assad renversé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Dim 12 Fév - 16:45

Nasrou ellat kalbou el iran tout comme le kelb ithroutiwtiw dit qu'il ne se passe rien à Homs !!!!!

Il dit que tout est "fabriqué " et qu'il s'y passe les choses habituelles.......Mais il dit vrai : on y assissine les sunnites comme d'habitude et il y a pas de quoi fouetter un chat !!

Al Fassade applique à merveille la fetwa de ses gourous : si tu tu peux abattre un mur sur les nacibis (les sunnites), fais-le !!!!!

Le chien du forum aboie que al-Fassade lutte contre les sionistes qui en veulent à son maître !

http://www.youtube.com/watch?v=-9u6T9k6KNY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Dim 12 Fév - 22:23

ithviriou a écrit:
Bientôt, on pleurera la "perte de la Syrie





Commence par récupérer le GOLAN avant de pleurer une éventuelle "perte" qui ressemble aux frappes sur la Majoussie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mer 22 Fév - 17:28

Assalam;

Officiers turcs arrêtés en Syrie

Officiers turcs arrêtés en Syrie,
Al Manar, Lundi 20 Février 2012

Les aveux des officiers turcs arrêtés en Syrie la semaine passée révèlent que Tel Aviv est impliqué dans le mouvement d’insurrection mené par des bandes armées dans ce pays pour renverser le régime de Bachar el Assad. Selon le correspondant de l’agence iranienne Fars News à Damas, citant des sources sécuritaires syriennes, sept des 49 officiers turcs arrêtés ont reconnu avoir été entrainés par le Mossad israélien pour perpétrer des opérations terroristes. Ils affirment aussi avoir entamé des contacts avec l’Arabie saoudite et le Qatar.
Officiers turcs arrêtés en Syrie, Al Manar Lundi 20 Février 2012

Les aveux des officiers turcs arrêtés en Syrie la semaine passée révèlent que Tel Aviv est impliqué dans le mouvement d’insurrection mené par des bandes armées dans ce pays pour renverser le régime de Bachar el Assad. Selon le correspondant de l’agence iranienne Fars News à Damas, citant des sources sécuritaires syriennes, sept des 49 officiers turcs arrêtés ont reconnu avoir été entrainés par le Mossad israélien pour perpétrer des opérations terroristes. Ils affirment aussi avoir entamé des contacts avec l’Arabie saoudite et le Qatar.

Le Mossad aide-t-il l’ASL?


L’un d’entre eux indique que des commandos israéliens se sont infiltrés dans le territoire syrien et apportent leur aide à l’armée syrienne libre (ASL).
Selon lui, le Mossad a aussi dépêché une équipe en Jordanie pour entrainer des membres d’Al-Qaida venus de la Libye et les envoyer en Syrie combattre l’armée régulière syrienne et semer le chaos dans ce pays en y perpétrant des assassinats ciblés et des bombardements dans quelques villes syriennes.
La Turquie est de mèche avec l’entité sioniste vu qu’elle a envoyé ses officiers suivre des entrainements en Israël, avoue l’officier turc, selon Fars news, citant des sources syriennes sécuritaires.

Des sources syriennes, les autorités se gardent de publier la totalité des aveux de ces officiers et refusent de les livrer aux Turcs. Elles ont posé comme condition de restituer les officiers syriens et les membres de l’ASL, de s’engager à ne pas armer les groupes terroristes et à contrôler ses frontières pour empêcher le passage d’armements et l’infiltration d’éléments terroristes, et que la République islamique d’Iran soit la partie qui parraine l’accord.

Les aveux dévoilent aussi les activités du Mossad dans plusieurs pays arabes, notamment dans la région du Golfe, au Bahreïn, au Qatar, en Arabie saoudite et en Jordanie.

11 mille djihadistes se préparent à envahir la Syrie ??

Dans le même contexte et selon le site en ligne du journal arabophone Al-Bina, la région située entre Ramtha et le nord de la Jordanie est désormais une zone militaire fermée comptant 11.000 terroristes armés, de nationalité libyenne et autres, qui ont pour mission de mener le Jihad contre la Syrie en échange de 1.000 $ chacun par mois. Sachant que ce sont Riyad et Doha qui les financent.
Citant des sources syriennes, le journal écrit que des forces spéciales qataries et britanniques sont assiégées dans des tunnels qui s’étendent de Baba Amr à Homs jusque dans une région proche de la frontière avec le Liban.

Des drones américains sur la Syrie ?
Par ailleurs, une télévision américaine a révélé que des drones américains surveillent les événements en Syrie.

Un “bon nombre” de drones militaires et des services de renseignement américains opèrent au-dessus de la Syrie pour suivre les attaques des militaires contre l’opposition et les civils, a rapporté samedi la chaîne américaine NBC.


Ces vols d’avions sans pilotes ne constituent pas une préparation à une intervention militaire américaine, a ajouté la chaîne qui cite des responsables américains de la défense s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

http://www.alterinfo.net/Officiers-t...e_a71670.html/
IRIB- «Les services syriens spécialisés ont arrêté une brigade française de transmission composée de 120 militaires, à Zabadani». «Cette nouvelle explique le changement de ton de Paris, qui fait, désormais, profil bas, de peur que cette affaire n’affecte la campagne de Nicolas Sarkozy. Alain Juppé a été chargé de négocier avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, pour trouver une solution et libérer les 120 militaires Français».

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/171517-syrie-120-militaires-français-arrêtés
Silence radio sur les agences de presse française !

Si la nouvelle se confirme, elle risquerait d’avoir l’effet d’un tremblement de terre sur la campagne présidentielle française.

C'est l'agence de presse syrienne Dampress qui a annonce en effet, ce mardi, une « chasse fructueuse »:





Après le QATAR, c'est au tour de SARKOZYSION de perdre le peu de crédibilité qu'il pourrait avoir eu auprès des SALAFIS et des névrosés qui veulent en découdre avec la Syrie arabe, pour en faire un CALIFAT oméya-saoudi-wahabi.
قطر تطلع إسرائيل على "أسرار الربيع العربي"
ويكيليكس يكشف عن تنسيق حمد بن جاسم مع إسرائيل و"الجزيرة" لضرب استقرار مصر !!120 عسكرياً فرنسياً في قبضة الجيش السوري ..صيد ثمين في الزبداني السورية يهز اركان حكومة ساركوزي
: 120 عسكرياً فرنسياً في قبضة الجيش السوري ..صيد ثمين في الزبداني السورية يهز اركان حكومة ساركوزي]

دام برس – خاص
تحدثت بعض المصادر عن صيد ثمين للأجهزة المختصة في منطقة الزبداني السورية فقد تواردت المعلومات من بعض المصادر الموثوقة بأن الجهات المختصة القت القبض على كتيبة فرنسية مختصة بالاشارة والاتصالات عددها نحو 120 عسكري , معتبرة أن صحة الخبر تأتي من خلال تخفيض سقف تصريحات "جوبيه" حيث يخشى الرئيس " ساركوزي " في استخدام هذا الخبر ضد حملته الانتخابية في وقت أعلمه مدير حملته الانتخابية أن مجرد الإعلان عن هذه الكتيبة يعني سقوط ساركوزي في الانتخابات، وليس هناك من قوة دعائية يمكنها تغيير هذه النتيجة. ساركوزي أوفد جوبيه للتفاوض مع لافروف حول تأمين مخرج مع القيادة السورية حول هذا الموضوع الشائك .

وقال صحفي فرنسي ...على قناة فرنس 1 ...ساخرا من ساركوزي ...ارسل ساركو الى سوريا ترسانه من السلاح لتصل الى يد معارضي الاسد لكن المعلومات التي وصلت للاستخبارات الفرنسية ان معظمها وقع في يد الجيش السوري ...اي اننا نسلح الاسد وجشيه من غباء ساركو ومن معه

Et si le The Guardian publie que la plupart des syriens sont avec Bachar?


Un sondage d'opinion de renom qui aurait constaté que la plupart des Syriens sont en faveur à la présidence de Bachar al-Assad , ne serait-il pas une information de la
plus haute importance?

Surtout si la conclusion de ce sondage va justement à l'encontre du discours dominant sur la crise syrienne, et va à l'encontre des médias qui préfèrent les suspicions plutôt que l'évidence.

Et bien hélas, non, pas dans tous les cas. Lorsque la couverture d'un drame qui se déroule cesse d'être objective et se transforme en une arme de propagande, les faits gênants sont tout simplement supprimés.


Les résultats du récent sondage YouGov Siraj sur la Syrie, réalisé par Les Débats de Doha (financé par la Fondation du Qatar) vont justement dans ce sens.

La famille royale du Qatar qui a pris une position des plus rudes contre Assad - l'émir vient tout juste d'appelé les troupes arabes à intervenir militairement- aurait bien fait de publier ce sondage sur son site web.

Tristement, celui ci a été ignoré par presque tous les médias des pays occidentaux qui se sont déclarés pour une intervention en Syrie.

Selon la principale conclusion de ce sondage, la plupart des arabes vivant hors de Syrie considèrent que le président devrait démissionner, alors que dans le pays même, le point de vu diffère du tout au tout.

Quelques 55% des Syriens veulent qu' Assad reste, motivés par la crainte d'une guerre civile - un spectre qui n'est pas théorique contrairement aux dires de ceux vivant hors des frontières syriennes.

(...) Le sondage montre également que la moitié des syriens qui acceptent son maintien au pouvoir considère que Bachar el Assad se doit d'ouvrir la voie à des élections libres dans un proche avenir.


Un point que le président a maintes et une fois approuvé dans ces récents discours. Il est cependant vital qu'il décrète au plus vite la nouvelle loi électorale, permettre ainsi de nouveaux partis politiques et s'engage à laisser les observateurs indépendants avoir l'œil sur le scrutin.

La couverture biaisée des médias continue également d'entraver la mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie. Quand elle a approuvé une zone d'exclusion aérienne en Libye au printemps dernier, il y avait des éloges à l'ouest pour son action. Sa décision de médiation en Syrie était moins bienvenue pour les gouvernements occidentaux, et surtout les groupes d'opposition syriens, qui préfèrent un soutien armé plutôt qu'une solution politique.


Ainsi, les dirigeants occidentaux et la plupart de leurs médias qui leur ont fait écho, ont appelé la Ligue à se retirer. En attaquant à couteaux tirés, les performances du président de la mission par la voix, mis au devant de la scène, par seul de ces 165 membres, ils ont demandé que la ligue arabe laisse place à une intervention de l'ONU.

Ils craignent sans doute que les observateurs arabes rapportent que la violence armée ne se limite plus aux forces du régime, et que l'image des manifestations pacifiques violemment réprimées par l'armée et la police se révèle erronée.

Homs et quelques autres villes syriennes ressemblent à Beyrouth dans les années 1980 ou à Sarajevo dans les années 1990, avec des combats entre milices qui font rage à travers les failles confessionnelles et ethniques.

Quant à l'intervention militaire étrangère, elle a déjà commencé. Cependant, elle ne suit pas le modèle libyen, la Russie et la Chine s'étant soulevées contre la trahison de l'Occident au Conseil de sécurité l'an dernier. Elles se sont d'ailleurs maintes et une fois déclarées contre une nouvelle résolution des Nations Unies permettant l'usage de la force.

Non, le modèle est une version plus ancienne, remontant à l'ère de la guerre froide…Vous rappelez-vous du soutien de Ronald Reagan pour les Contras, qu'il armait et entrainait à partir de bases au Honduras pour tenter de renverser les sandinistes du Nicaragua? …

Le silence médiatique de l'ouest est dramatique. Pas un seul journaliste n’a pris en compte un article significatif écrit récemment par Philip Giraldi, un ancien officier de la CIA qui écrit maintenant pour le Conservateur américain - un magazine qui critique le complexe militaro-industriel américain…

Giraldi considère que la Turquie, membre de l'OTAN, est devenue mandataire de Washington et que des avions de guerre de l'Otan non identifiés ont atterris à Iskenderum, près de la frontière syrienne, avec à son bord des « bénévoles » libyens et des armes saisies dans l'arsenal de Mouammar Khadafi.

Et de poursuivre que « des formateurs des forces spéciales françaises et britanniques sont un atout essentiel sur le terrain pour aider les rebelles syriens, pendant que la CIA et des États-Unis fournissent des équipements de communication et l'aide des Renseignements américains pour aider la cause des rebelles, et permettre aux combattants d'éviter les concentrations de soldats syriens »…

Comme le danger de l'augmentation de guerre à grande échelle est aux portes de la Syrie, les ministres des Affaires Etrangères de la Ligue arabe se préparent à se réunir au Caire ce week-end pour discuter de l'avenir de leur mission syrienne. Et là, à coup sur, il y aura la présence des médias occidentaux qui se focaliseront sur une mission qui a «perdu sa crédibilité », et « été dupé par le régime » ou « n'a pas réussi à arrêter la violence ». Et sans aucun doute non plus, les contre-arguments seront minimisés voir supprimés.

En dépit des provocations de tous côtés, la ligue doit se tenir sur ses positions. Sa mission en Syrie a vu des manifestations pacifiques à la fois pour et contre le régime. Elle a été témoin, et, dans certains cas souffert de la violence par les forces adverses. Mais elle n'a pas encore eu assez de temps ni une équipe assez grande pour discuter avec une gamme complète de responsable syriens pour parvenir ensuite à mettre en place des recommandations claires.

Et surtout, elle n'a même pas commencé à remplir cette partie de son mandat lui enjoignant d'aider à organiser un dialogue entre le régime et ses détracteurs. La mission a besoin de rester en Syrie et ne doit pas être victime d'intimidation.

The Guardian/ Jonathan Steele (Traduit par Eline Briant)



Mais pour rappeler certaines vérités aux NAIFS comme confiture, Soustara, et leur dingo Luckyluke 70 idiots, je ne vais pas commencer par leur rappeler que c'est la Grande Bretagne qui a créé la SAOUDI, et que c'est aussi elle qui a créé les émirats arabes, et leurs chouyoukhs EX supplétifs de la couronne, ainsi que la CREATION du Salafisme, par les orientalistes depuis le PREMIER VIZIR du TALIQ Mou'awiya, en la personne de son TOUT PUISSANT VIZIR SARJOUN Assouryii, albyzanti, aujourd'hui, LA CLINTON, croit nous révéler que ce sont eux qui ont créé ALQAIDA, ce que TOUT le monde SAVAIT, sauf les idiots du forum.

Hillary Clinton : We created Al-Qaeda

Comme hier la GB a créé les émirats du Golfe en promouvant ses affidés, avec Lawrence d'Arabie, et avant, en créant grâce à la complicité de ses rabbins arabes du Nejd, le WAHABISME qui n'est rien d'autre que la doctrine d'Ibn SABA et de KAAB AL AHBAR, revue et corrigés par le RABIN RAV Ibn Taymiya, aujourd'hui, la petite Clinton, croit révéler ce que tous nous savons, hormis bien entendu les Soustara, CONfiture, et LUCKULUCK 70 idiots, qui boivent tout ce que leur distille la Presse mensonge...


La question pourtant n'est pas de savoir qui est pour ou contre BACHAR AL ASSAD, mais bien de savoir si les arabes sont vraiment INCAPABLES génétiquement de se débarrasser de leurs présidents à VIE, ou leurs MONARQUES, ou leurs "imams de palais", sans avoir besoin de faire appel à leurs maîtres SIONISTES, IMPERIALISTES et autres "généraux affectés sur place" comme en Algérie, à la préservation des "intérêts occidentaux ou colonialistes".... mais cela nos ZEROS du forum, n ele COMPRENDRONT JAMAIS....


Dernière édition par ithviriw le Mer 22 Fév - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: ve   Mer 22 Fév - 17:45

l'arracheur de dent a écrit:
Quelques 55% des Syriens veulent qu' Assad reste, motivés par la crainte d'une guerre civile - un spectre qui n'est pas théorique contrairement aux dires de ceux vivant hors des frontières syriennes.






C'est tout..???affraid affraid affraid

Hier on nous disait que 100% des Irakiens étaient avec Saddam,

99% des Egyptiens avec Momo,

96% des Tunisiniens avec Benamy,

99% avec le guide Kaddafou..

Et pour finir 96% ont voté pour Bouteftifa.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Dim 18 Mar - 21:17

Le « journaliste » Paul Conroy, agent opérationnel du MI6

Réseau Voltaire | 6 mars 2012
English Español Deutsch русский
+
Présenté comme reporter photographe au Sunday Times, Paul Conroy, qui vient de s’échapper de l’Émirat islamique de Baba Amr, est un agent du MI6 britannique.


Sur cette photo, on le voit en Libye (en gilet pare-balles bleu) avec les dirigeants d’Al-Qaeda : à sa droite Mahdi al-Harati (en gilet pare-balles noir) et Abdelhakim Belhaj (en vareuse camouflée).

• Mahdi al-Harati a épousé une Irlandaise et a vécu à Dublin. Paul Conroy est Irlandais du Nord, élevé à Liverpool.

Selon l’ancien Premier ministre José Maria Aznar, Mahdi al-Harati est toujours recherché en Espagne pour son implication dans les attentats de Madrid du 11 mars 2004.

En 2010, avec une barbe plus soignée et la couverture d’une ONG, Mahdi al-Harati était infiltré par le MI6 au sein de la « Flottille de la Liberté » qui tenta d’apporter de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

Mahdi al-Harati dirigeait la brigade d’Al-Qaeda qui assiégea l’hôtel Rixos de Tripoli, en août 2011. Selon Khamis Kadhafi, il était encadré par des instructeurs français. Selon une source militaire étrangère de très haut niveau, al-Harati avait reçu pour mission de l’OTAN de capturer les dirigeants libyens réfugiés dans une facilité secrète de l’hôtel, et d’assassiner dans l’hôtel l’ex-congressman et assistant de Martin Luther King, Walter Fauntroy. Il devait aussi éliminer les deux collaborateurs du Réseau Voltaire Thierry Meyssan et Mahdi Darius Nazemroaya qui résidaient à l’hôtel Radisson, où al-Harati installa son centre de torture. Cette décision avait été prise lors d’une réunion restreinte au commandement de l’OTAN à Naples quelques jours plus tôt. Le compte-rendu fait mention de la présence à cette réunion d’Alain Juppé. Interrogé à ce sujet, son secrétariat dément toute participation du ministre français des Affaires étrangères et indique qu’il était en vacances à cette date.

En octobre 2011, Mahdi al-Harati a mis en scène en Syrie, un village témoin situé dans la montagne à la frontière turque. Durant deux mois, il y a reçu des reporters occidentaux pour leur vanter la « révolution » syrienne. Le village est habité par une tribu qui était rémunérée pour jouer des manifestations et poser pour la presse. Al-Harati y a notamment reçu Paul Moreira de Canal Plus et Édith Bouvier du Figaro.

• Abdelhakim Belhaj est le bras droit d’Ayman al-Zawahiri, et l’actuel numéro 2 d’Al-Qaida. Bien qu’il soit officiellement toujours un des criminels les plus recherchés dans le monde, il a été promu par l’OTAN gouverneur militaire de Tripoli.

Abdelhakim Belhaj dispose d’un titre de résident au Qatar.

Abdelhakim Belhaj a effectué récemment plusieurs séjours en Turquie, où il a disposé d’un bureau sur la base de l’OTAN à Incirlik, et en Syrie où il a infiltré plusieurs groupes jusqu’à atteindre un total de 1 500 combattants. Selon Ayman al-Zawahiri, ses hommes ont notamment perpétré les attentats de Damas et d’Alep.

Son organisation, le Groupe islamique combattant en Libye, a fusionné avec Al-Qaeda mais figure toujours sur la liste des organisations terroristes du Département d’État US et du Département de l’Intérieur Britannique.

En s’associant à des terroristes reconnus, Conroy tombe sous le coup de la loi à la fois aux États-Unis et au Royaume-Unis pour soutien ou association à un groupe terroriste. Il encourt 15 ans de prison, sauf à faire valoir son immunité en excipant de sa qualité d’agent de Sa Majesté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Dim 18 Mar - 21:37

Soustara a écrit:
l'arracheur de dent a écrit:
Quelques 55% des Syriens veulent qu' Assad reste, motivés par la crainte d'une guerre civile - un spectre qui n'est pas théorique contrairement aux dires de ceux vivant hors des frontières syriennes.






C'est tout..???affraid affraid affraid

Hier on nous disait que 100% des Irakiens étaient avec Saddam,

99% des Egyptiens avec Momo,

96% des Tunisiniens avec Benamy,

99% avec le guide Kaddafou..

Et pour finir 96% ont voté pour Bouteftifa.


Et ce que tu as cité c'était en temps de paix !!

Et la paix pour le Fassade, c'est autre chose !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Dim 15 Avr - 12:41

Assalam;

La République syrienne paye le prix de la protection de GHAZA, de HAMAS, de la VRAIE RÉSISTANCE palestinienne aux projets séoudo-israélo-US, de pax américaine.

La SYRIE, fut avec l'Algérie de Boumedienne, membre du front du refus, et c'est pour cela que Boumedienne, fut assassiné avec un flash laser, et aujourd'hui, Bachar Al Assad, malgré toutes les critiques que l'on peut lui asséner, tout, comme pour feu Nasser, et Boumedienne, demeure le symbole de la RESISTANCE arabe, et constitue par sa présence, un GAGE contre la reddition arabe à l'impérialisme et au sionisme, sous la houlette des roitelets de la Péninsule arabe...
ASHA'B AL 'ARABI ASSOURI YOURID BASHAR AL ASSAD...
ISRAÎL wa ASSAHÂINA YOURÎDOUNA ÂL ASSA'OUD wa ÄL HARIRI

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Lun 16 Avr - 5:18

ithviriw a écrit:
Assalam;

La République syrienne paye le prix de la protection de GHAZA,





TOOOOOOOOOOOOOZ, au lieu de protéger Ghaza, ils 'ont qu'à libérer le Golan c'st plus sérieux,

charité bien ordonnée...tu connais la chanson

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lucky70
Habitué


Nombre de messages : 1040
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mar 24 Juil - 16:05

فهذا يدل على أن الاسد ورث العقد عن أبيه في خدمة الامن الاسرائيلي .. النظام يتهاوى ، وينهار ، ومازال آخر لحظة يحافظ على أمن اسرئيل ويخاف عليها من الجيش الحر او الاسلاميين او القاعدة .. إلى جهنم يا نظام الممانعة
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mer 25 Juil - 17:21

ithviriw a écrit:
Assalam;

Officiers turcs arrêtés en Syrie

Officiers turcs arrêtés en Syrie,
Al Manar, Lundi 20 Février 2012

Les aveux des officiers turcs arrêtés en Syrie la semaine passée révèlent que Tel Aviv est impliqué dans le mouvement d’insurrection mené par des bandes armées dans ce pays pour renverser le régime de Bachar el Assad. Selon le correspondant de l’agence iranienne Fars News à Damas, citant des sources sécuritaires syriennes, sept des 49 officiers turcs arrêtés ont reconnu avoir été entrainés par le Mossad israélien pour perpétrer des opérations terroristes. Ils affirment aussi avoir entamé des contacts avec l’Arabie saoudite et le Qatar.
Officiers turcs arrêtés en Syrie, Al Manar Lundi 20 Février 2012

Les aveux des officiers turcs arrêtés en Syrie la semaine passée révèlent que Tel Aviv est impliqué dans le mouvement d’insurrection mené par des bandes armées dans ce pays pour renverser le régime de Bachar el Assad. Selon le correspondant de l’agence iranienne Fars News à Damas, citant des sources sécuritaires syriennes, sept des 49 officiers turcs arrêtés ont reconnu avoir été entrainés par le Mossad israélien pour perpétrer des opérations terroristes. Ils affirment aussi avoir entamé des contacts avec l’Arabie saoudite et le Qatar.

Le Mossad aide-t-il l’ASL?


L’un d’entre eux indique que des commandos israéliens se sont infiltrés dans le territoire syrien et apportent leur aide à l’armée syrienne libre (ASL).
Selon lui, le Mossad a aussi dépêché une équipe en Jordanie pour entrainer des membres d’Al-Qaida venus de la Libye et les envoyer en Syrie combattre l’armée régulière syrienne et semer le chaos dans ce pays en y perpétrant des assassinats ciblés et des bombardements dans quelques villes syriennes.
La Turquie est de mèche avec l’entité sioniste vu qu’elle a envoyé ses officiers suivre des entrainements en Israël, avoue l’officier turc, selon Fars news, citant des sources syriennes sécuritaires.

Des sources syriennes, les autorités se gardent de publier la totalité des aveux de ces officiers et refusent de les livrer aux Turcs. Elles ont posé comme condition de restituer les officiers syriens et les membres de l’ASL, de s’engager à ne pas armer les groupes terroristes et à contrôler ses frontières pour empêcher le passage d’armements et l’infiltration d’éléments terroristes, et que la République islamique d’Iran soit la partie qui parraine l’accord.

Les aveux dévoilent aussi les activités du Mossad dans plusieurs pays arabes, notamment dans la région du Golfe, au Bahreïn, au Qatar, en Arabie saoudite et en Jordanie.

11 mille djihadistes se préparent à envahir la Syrie ??

Dans le même contexte et selon le site en ligne du journal arabophone Al-Bina, la région située entre Ramtha et le nord de la Jordanie est désormais une zone militaire fermée comptant 11.000 terroristes armés, de nationalité libyenne et autres, qui ont pour mission de mener le Jihad contre la Syrie en échange de 1.000 $ chacun par mois. Sachant que ce sont Riyad et Doha qui les financent.
Citant des sources syriennes, le journal écrit que des forces spéciales qataries et britanniques sont assiégées dans des tunnels qui s’étendent de Baba Amr à Homs jusque dans une région proche de la frontière avec le Liban.

Des drones américains sur la Syrie ?
Par ailleurs, une télévision américaine a révélé que des drones américains surveillent les événements en Syrie.

Un “bon nombre” de drones militaires et des services de renseignement américains opèrent au-dessus de la Syrie pour suivre les attaques des militaires contre l’opposition et les civils, a rapporté samedi la chaîne américaine NBC.


Ces vols d’avions sans pilotes ne constituent pas une préparation à une intervention militaire américaine, a ajouté la chaîne qui cite des responsables américains de la défense s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

http://www.alterinfo.net/Officiers-t...e_a71670.html/
IRIB- «Les services syriens spécialisés ont arrêté une brigade française de transmission composée de 120 militaires, à Zabadani». «Cette nouvelle explique le changement de ton de Paris, qui fait, désormais, profil bas, de peur que cette affaire n’affecte la campagne de Nicolas Sarkozy. Alain Juppé a été chargé de négocier avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, pour trouver une solution et libérer les 120 militaires Français».

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/171517-syrie-120-militaires-français-arrêtés
Silence radio sur les agences de presse française !

Si la nouvelle se confirme, elle risquerait d’avoir l’effet d’un tremblement de terre sur la campagne présidentielle française.

C'est l'agence de presse syrienne Dampress qui a annonce en effet, ce mardi, une « chasse fructueuse »:





Après le QATAR, c'est au tour de SARKOZYSION de perdre le peu de crédibilité qu'il pourrait avoir eu auprès des SALAFIS et des névrosés qui veulent en découdre avec la Syrie arabe, pour en faire un CALIFAT oméya-saoudi-wahabi.
قطر تطلع إسرائيل على "أسرار الربيع العربي"
ويكيليكس يكشف عن تنسيق حمد بن جاسم مع إسرائيل و"الجزيرة" لضرب استقرار مصر !!120 عسكرياً فرنسياً في قبضة الجيش السوري ..صيد ثمين في الزبداني السورية يهز اركان حكومة ساركوزي
: 120 عسكرياً فرنسياً في قبضة الجيش السوري ..صيد ثمين في الزبداني السورية يهز اركان حكومة ساركوزي]

دام برس – خاص
تحدثت بعض المصادر عن صيد ثمين للأجهزة المختصة في منطقة الزبداني السورية فقد تواردت المعلومات من بعض المصادر الموثوقة بأن الجهات المختصة القت القبض على كتيبة فرنسية مختصة بالاشارة والاتصالات عددها نحو 120 عسكري , معتبرة أن صحة الخبر تأتي من خلال تخفيض سقف تصريحات "جوبيه" حيث يخشى الرئيس " ساركوزي " في استخدام هذا الخبر ضد حملته الانتخابية في وقت أعلمه مدير حملته الانتخابية أن مجرد الإعلان عن هذه الكتيبة يعني سقوط ساركوزي في الانتخابات، وليس هناك من قوة دعائية يمكنها تغيير هذه النتيجة. ساركوزي أوفد جوبيه للتفاوض مع لافروف حول تأمين مخرج مع القيادة السورية حول هذا الموضوع الشائك .

وقال صحفي فرنسي ...على قناة فرنس 1 ...ساخرا من ساركوزي ...ارسل ساركو الى سوريا ترسانه من السلاح لتصل الى يد معارضي الاسد لكن المعلومات التي وصلت للاستخبارات الفرنسية ان معظمها وقع في يد الجيش السوري ...اي اننا نسلح الاسد وجشيه من غباء ساركو ومن معه

Et si le The Guardian publie que la plupart des syriens sont avec Bachar?


Un sondage d'opinion de renom qui aurait constaté que la plupart des Syriens sont en faveur à la présidence de Bachar al-Assad , ne serait-il pas une information de la
plus haute importance?

Surtout si la conclusion de ce sondage va justement à l'encontre du discours dominant sur la crise syrienne, et va à l'encontre des médias qui préfèrent les suspicions plutôt que l'évidence.

Et bien hélas, non, pas dans tous les cas. Lorsque la couverture d'un drame qui se déroule cesse d'être objective et se transforme en une arme de propagande, les faits gênants sont tout simplement supprimés.


Les résultats du récent sondage YouGov Siraj sur la Syrie, réalisé par Les Débats de Doha (financé par la Fondation du Qatar) vont justement dans ce sens.

La famille royale du Qatar qui a pris une position des plus rudes contre Assad - l'émir vient tout juste d'appelé les troupes arabes à intervenir militairement- aurait bien fait de publier ce sondage sur son site web.

Tristement, celui ci a été ignoré par presque tous les médias des pays occidentaux qui se sont déclarés pour une intervention en Syrie.

Selon la principale conclusion de ce sondage, la plupart des arabes vivant hors de Syrie considèrent que le président devrait démissionner, alors que dans le pays même, le point de vu diffère du tout au tout.

Quelques 55% des Syriens veulent qu' Assad reste, motivés par la crainte d'une guerre civile - un spectre qui n'est pas théorique contrairement aux dires de ceux vivant hors des frontières syriennes.

(...) Le sondage montre également que la moitié des syriens qui acceptent son maintien au pouvoir considère que Bachar el Assad se doit d'ouvrir la voie à des élections libres dans un proche avenir.


Un point que le président a maintes et une fois approuvé dans ces récents discours. Il est cependant vital qu'il décrète au plus vite la nouvelle loi électorale, permettre ainsi de nouveaux partis politiques et s'engage à laisser les observateurs indépendants avoir l'œil sur le scrutin.

La couverture biaisée des médias continue également d'entraver la mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie. Quand elle a approuvé une zone d'exclusion aérienne en Libye au printemps dernier, il y avait des éloges à l'ouest pour son action. Sa décision de médiation en Syrie était moins bienvenue pour les gouvernements occidentaux, et surtout les groupes d'opposition syriens, qui préfèrent un soutien armé plutôt qu'une solution politique.


Ainsi, les dirigeants occidentaux et la plupart de leurs médias qui leur ont fait écho, ont appelé la Ligue à se retirer. En attaquant à couteaux tirés, les performances du président de la mission par la voix, mis au devant de la scène, par seul de ces 165 membres, ils ont demandé que la ligue arabe laisse place à une intervention de l'ONU.

Ils craignent sans doute que les observateurs arabes rapportent que la violence armée ne se limite plus aux forces du régime, et que l'image des manifestations pacifiques violemment réprimées par l'armée et la police se révèle erronée.

Homs et quelques autres villes syriennes ressemblent à Beyrouth dans les années 1980 ou à Sarajevo dans les années 1990, avec des combats entre milices qui font rage à travers les failles confessionnelles et ethniques.

Quant à l'intervention militaire étrangère, elle a déjà commencé. Cependant, elle ne suit pas le modèle libyen, la Russie et la Chine s'étant soulevées contre la trahison de l'Occident au Conseil de sécurité l'an dernier. Elles se sont d'ailleurs maintes et une fois déclarées contre une nouvelle résolution des Nations Unies permettant l'usage de la force.

Non, le modèle est une version plus ancienne, remontant à l'ère de la guerre froide…Vous rappelez-vous du soutien de Ronald Reagan pour les Contras, qu'il armait et entrainait à partir de bases au Honduras pour tenter de renverser les sandinistes du Nicaragua? …

Le silence médiatique de l'ouest est dramatique. Pas un seul journaliste n’a pris en compte un article significatif écrit récemment par Philip Giraldi, un ancien officier de la CIA qui écrit maintenant pour le Conservateur américain - un magazine qui critique le complexe militaro-industriel américain…

Giraldi considère que la Turquie, membre de l'OTAN, est devenue mandataire de Washington et que des avions de guerre de l'Otan non identifiés ont atterris à Iskenderum, près de la frontière syrienne, avec à son bord des « bénévoles » libyens et des armes saisies dans l'arsenal de Mouammar Khadafi.

Et de poursuivre que « des formateurs des forces spéciales françaises et britanniques sont un atout essentiel sur le terrain pour aider les rebelles syriens, pendant que la CIA et des États-Unis fournissent des équipements de communication et l'aide des Renseignements américains pour aider la cause des rebelles, et permettre aux combattants d'éviter les concentrations de soldats syriens »…

Comme le danger de l'augmentation de guerre à grande échelle est aux portes de la Syrie, les ministres des Affaires Etrangères de la Ligue arabe se préparent à se réunir au Caire ce week-end pour discuter de l'avenir de leur mission syrienne. Et là, à coup sur, il y aura la présence des médias occidentaux qui se focaliseront sur une mission qui a «perdu sa crédibilité », et « été dupé par le régime » ou « n'a pas réussi à arrêter la violence ». Et sans aucun doute non plus, les contre-arguments seront minimisés voir supprimés.

En dépit des provocations de tous côtés, la ligue doit se tenir sur ses positions. Sa mission en Syrie a vu des manifestations pacifiques à la fois pour et contre le régime. Elle a été témoin, et, dans certains cas souffert de la violence par les forces adverses. Mais elle n'a pas encore eu assez de temps ni une équipe assez grande pour discuter avec une gamme complète de responsable syriens pour parvenir ensuite à mettre en place des recommandations claires.

Et surtout, elle n'a même pas commencé à remplir cette partie de son mandat lui enjoignant d'aider à organiser un dialogue entre le régime et ses détracteurs. La mission a besoin de rester en Syrie et ne doit pas être victime d'intimidation.

The Guardian/ Jonathan Steele (Traduit par Eline Briant)



Mais pour rappeler certaines vérités aux NAIFS comme confiture, Soustara, et leur dingo Luckyluke 70 idiots, je ne vais pas commencer par leur rappeler que c'est la Grande Bretagne qui a créé la SAOUDI, et que c'est aussi elle qui a créé les émirats arabes, et leurs chouyoukhs EX supplétifs de la couronne, ainsi que la CREATION du Salafisme, par les orientalistes depuis le PREMIER VIZIR du TALIQ Mou'awiya, en la personne de son TOUT PUISSANT VIZIR SARJOUN Assouryii, albyzanti, aujourd'hui, LA CLINTON, croit nous révéler que ce sont eux qui ont créé ALQAIDA, ce que TOUT le monde SAVAIT, sauf les idiots du forum.

Hillary Clinton : We created Al-Qaeda

Comme hier la GB a créé les émirats du Golfe en promouvant ses affidés, avec Lawrence d'Arabie, et avant, en créant grâce à la complicité de ses rabbins arabes du Nejd, le WAHABISME qui n'est rien d'autre que la doctrine d'Ibn SABA et de KAAB AL AHBAR, revue et corrigés par le RABIN RAV Ibn Taymiya, aujourd'hui, la petite Clinton, croit révéler ce que tous nous savons, hormis bien entendu les Soustara, CONfiture, et LUCKULUCK 70 idiots, qui boivent tout ce que leur distille la Presse mensonge...


La question pourtant n'est pas de savoir qui est pour ou contre BACHAR AL ASSAD, mais bien de savoir si les arabes sont vraiment INCAPABLES génétiquement de se débarrasser de leurs présidents à VIE, ou leurs MONARQUES, ou leurs "imams de palais", sans avoir besoin de faire appel à leurs maîtres SIONISTES, IMPERIALISTES et autres "généraux affectés sur place" comme en Algérie, à la préservation des "intérêts occidentaux ou colonialistes".... mais cela nos ZEROS du forum, n ele COMPRENDRONT JAMAIS....


Assalam;

ECOUTEZ iMPORTANT....[youtube]Salâm salâm, - Opération cinématographique "chute du régime syrien" - Un projet de film hollywoodien montrant la chute présumée de la Syrie d'Assad est en cours. Le budget, de 36 milliards est financé conjointement par le Qatar, l'Arabie des Séoud, Oman, l’Égypte, la Tunisie plus des contributions de l'Irak et du Maroc, pour reconstituer des places et des bâtiments syriens connus grandeur nature. Le scénario consiste à montrer une défaite de l'armée syrienne afin de la démoraliser psychologiquement et de provoquer des défections. Selon Zonko Kingpau, porte-parole des Renseignements chinois, ces informations proviennent de l'intérieur même de la MGM, la compagnie qui en charge de la réalisation du film. Ci-dessous lien almanar: Hollywodd aussi se mêle de la Syrie


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Mer 25 Juil - 17:28


Si ça vient du "Manar enchaîné" lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucky70
Habitué


Nombre de messages : 1040
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Jeu 26 Juil - 11:56


فهذا يدل على أن الاسد ورث العقد عن أبيه في خدمة الامن الاسرائيلي .. النظام يتهاوى ، وينهار ، ومازال آخر لحظة يحافظ على أمن اسرئيل ويخاف عليها من الجيش الحر او الاسلاميين او القاعدة .. إلى جهنم يا نظام الممانعة
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Sam 4 Aoû - 13:14

Le sénateur du TEXAS, RON PAUL répond aux hyènes du forum qui soutiennent la guerre contre la République syrienne, et à leurs maîtres USionistes.


(3-08-2012) Ron Paul - L'obsession des États-Unis pour la guerre (Iran -- Syrie)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Sam 4 Aoû - 15:14

On comprend ta colère et le désarroi de tes gourous !!!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Dim 5 Aoû - 8:51

"الحر" يهدد بقتل الإيرانيين ويؤكد أنهم كانوا في مهمة قتالية





إيران: لن نسمح للأعداء بالتقدم في سوريا!!
هدَّد الجنرال مسعود جزائري - نائب رئيس أركان الجيش الإيراني - بأن إيران لن تسمح لـ"العدو" بالتقدم في سوريا، وقال: "إيران لا ترى ضرورة للتدخل في الوقت الحالي

Notez bien cette déclaration plus haut, en rouge.
إيران تؤكد دعمها لنظام الأسد لـ "أقصى الحدود
أكدت إيران أنها ستظل تدعم نظام بشار الاسد مهما حدث , مشيرة إلى أنها ترفض تماما الحديث عن تنحي بشار عن الحكم .
ونقل تلفزيون برس الإيراني عن محمد رضا رحيمي نائب الرئيس الايراني قوله إن دعم طهران لسوريا "لا يقبل التغيير" ليرد على تلميحات إلى أن طهران يمكن أن تخفف دعمها للأسد , وفقا لرويترز
[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Dim 5 Aoû - 12:57

confiture a écrit:
On comprend ta colère et le désarroi de tes gourous !!!




A qui appartiennent ces cercueils et qui les a tué ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Lun 6 Aoû - 1:21

Timour Le Boiteux a écrit:
confiture a écrit:
On comprend ta colère et le désarroi de tes gourous !!!
A qui appartiennent ces cercueils et qui les a tué ?

Inna li Allah wa Inna ilayhi Raji'oun, ces martyrs de la cause islamique, seront comme les martyrs de BADR, in cha'a Allah, au nombre des bienheureux, alors que leurs assassins, qui ne sont que les bras armés du SHIRK ASSOUFYANI, iront en ENFER, in cha'a Allah, bi Jâh hadha Al youm tadjkirat Badr el Kubra, qui a vu la VICTOIRE des musulmans sur les mouchrikines.

Depuis, quelques temps ALKHANZEERA et AL'ARBIHIM, ABOIENT à qui veut les entendre, que la SYRIE tombera dans l'escarcelle des COALISES (AL AHZAB) franco-arabes-SOUFYANIS-du-Golfe-et-duNejd-et leurs-ancêtres*deKHAYBER-et-anglo-US, le 17 RAMADHAN, 1433.

Mais Allah, Le JUSTE, a au contraire fait TRIOMPHER la République syrienne sur les MOUNAFIQINS, même si le régime de Bachar, n'est pas le meilleur qui soit, étant descendant des SHIRIR Omeyades...
Mais en tout état de cause, le régime de BACHAR AL ASSAD, est sans comparaison avec les DICTATURES SANGUINAIRES des rois, émirs et potentats de la Péninsule arabique, qui traitent leurs peuples en SUJETS sans droits, et ont droit de vie et de mort, sur eux, comme au QATAR, à BAHREIN, au YEMEN, en ARABIE SA-HOUDITE.


Salâm salâm,

- Syrie: le plus important journal autrichien joue avec Photoshop -


Dans l'édition Kronen Zeitung (aussi connue sous le nom de Krone) du 28 Juillet 2012, le plus important quotidien autrichien qui touche près de 43% de tous les lecteurs de journaux du pays, on pouvait y voir une photo de la ville d'Alep complétement détruite avec un couple et son enfant fuyant les combats. Pour titre :

"Les chars d'Assad roulent à travers les rues vers la Mère de toutes les batailles"





Cependant, cette photo est un montage
comportant des images d'une photographie de l'Agence EPA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Lun 6 Aoû - 2:35








خبر الله اعلم بصحته ان ايران سوف تعلن فى الساعات القليلة المقبلة خبر وصول بشار الى اراضيها[

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi   Aujourd'hui à 23:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Syrie: Opération de déstabilisation israélo-américano-séoudi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un artefact trouvé en Israël mentionne le nom de Goliath
» Le plan de la politique israélienne au Moyen-Orient (2) : Le Liban, la Syrie et l’Irak [Ali Dani]
» Votre avion de combat 5ème génération préféré ?
» Syrie 1941 - Operation Exporter
» Opération Lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: