Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Iran, les ravages de la drogue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucky70
Habitué


Nombre de messages : 1040
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Iran, les ravages de la drogue   Lun 22 Aoû - 9:32

Iran, les ravages de la drogue


Dans les parcs publics de Téhéran, les jardiniers ramassent tous les matins, non pas les feuilles mortes, mais des victimes d’overdose ou des prostituées en train de vendre leur corps pour acheter une dose de crack.

Un paysage apocalyptique dans le Parc Kassan, au sud de Téhéran : un sol couvert de seringues usées et des junkies défoncés sur tous les bancs, les joues creuses la bouche ouverte, les yeux révulsés. Le procédé de consommation le plus courant est Khoun-bazi, jeu de sang : on s’injecte une dose, on retire le sang de la même veine pour se le réinjecter immédiatement. Selon les deux jeunes spécialistes interrogés, c’est l’effet garanti.

Selon l'Onu, l’Iran a la plus grande population d’héroïnomanes et d’opiomanes au monde, estimée entre 5 et 6 millions de drogués. Parmi ces toxicomanes, 16% à 21% sont des consommateurs de drogues injectables. Sida ou non, les mêmes seringues usagées se partagent les bras couverts de plaies.



Environ 10% des drogués sont des femmes. Celles-ci doivent immanquablement se prostituer pour se procurer leur dose d’héroïne ou autres drogues injectables.





Différents types de drogue :

- La cigarette : Les Iraniens consomment actuellement quelque 60 milliards de cigarettes par an.


Khamenei, le guide suprême de l'Iran montre le bon exemple

- L'alcool : Le produit le plus vendu par les pharmaciens iraniens est l’alcool à 90°. Apparement, il ne sert pas qu'à désinfecter les plaies.


- Résine de cannabis : Le Hashish est la drogue des mystiques, des poètes et des illuminés. Selon eux, « le Hashish est un don de Dieu car il apaise tous les désirs et rend indifférent à toutes les choses du monde. C'est bien cela : il procure le contentement. Vous pourriez placer une montagne d'or devant un hashashi - non seulement au moment où il fume, mais n'importe quand - il ne bougera même pas son petit doigt. Le hashish tue la peur et rend l'homme brave comme un lion. Et si un homme dépasse la crainte, il dépasse également le danger... » raconte un consommateur.


- L'opium : C'est la drogue traditionnelle des perses, celle des vieux sages et leurs fameuses pipes d'opium. Voici le témoignage de Muhammad Asad, dans son livre « Le chemin de la Mecque » lorsqu'il visita la ville de Kirmanshah :

« Dans une maison de thé, quelques hommes de la classe ouvrière étaient assis sur des nattes, peut-être des artisans, des manoeuvres ou des caravaniers, serrés autour d'une cuve de fer remplie de charbons ardents. Ils faisaient circuler parmi eux deux pipes à longs tuyaux avec des fourneaux ronds de porcelaine. L'odeur douceâtre de l'opium était dans l'air. Ils fumaient en silence. Chaque homme prenait quelques bouffées profondes et passait la pipe à son voisin. Et alors je constatai ce que je n'avais pas observé auparavant : en très grand nombre les gens fumaient l'opium, certains publiquement, d'autres moins. Le boutiquier dans sa niche, le fainéant sous la porte cochère d'un caravansérail, le chaudronnier dans son atelier pendant un moment de répit : tous fumaient, tous avaient le même visage absent, un peu fatigué, qui regardait un espace vide avec des yeux ternes ...

Dans tout le bazar des vendeurs offraient des pavots frais et verts à gros boutons que l'on consommait apparemment sous cette forme, ce qui représentait une manière relativement douce de prendre l'opium. Même les enfants en mangeaient les graines dans les embrasures de portes et aux coins de rues. Deux ou trois de ces enfants se partageaient cette friandise avec des égards d'adultes les uns envers les autres, sans égoïsme puéril, mais non plus sans joie ou vivacité enfantine. Mais comment en aurait-il été autrement ? Dès leur âge le plus tendre, on leur donnait à boire une lourde décoction de graines de pavot chaque fois qu'ils pleuraient et importunaient leurs parents. Quand ils avaient grandi et commençaient à flâner dans les rues, les limites entre la quiétude, la lassitude et la gentillesse étaient déjà effacées en eux.

Et je sus alors ce qui m'avait tant impressionné quand je considérai pour la première fois les yeux mélancoliques des Iraniens : c'était le signe d'une destinée tragique. J'eus le sentiment que l'opium leur appartenait de la même manière qu'un sourire souffrant appartient au visage d'une personne qui souffre. Cela faisait partie de leur gentillesse, de leur lassitude intérieure ; cela faisait même partie de leur grande pauvreté et de leur grande frugalité. Ce n'était pas tant l'expression d'un vice, mais peut-être était ce pour eux aussi une aide. Une aide contre quoi ? Etrange pays de questions... »

- La Cocaïne et l'Héroïne : Ces drogues sont consommées par les jeunes iraniens. Elles sont apparues sur le marché lorsque les Talibans afghans avaient arrêté la production d'opium dans les années 2000.




- Crystal Meth : C'est la drogue qui provoque la défonce totale pour les toxicos durs d'Iran. Il est fait à partir de la méthamphétamine pure à 80%. C’est un euphorisant et il se présente comme du verre brisé. Il provoque des pertes de dents, une inflammation de la peau, une léthargie (vie au ralentie), une perte de poids, des hallucinations et la paranoïa.

Les principales causes qui amènent les Iraniens à consommer de la drogue sont :

- La pauvreté : 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

- Le chômage : 25% des iraniens sont au chômage.

- L’ennui de la jeunesse et le manque d'espérance en une vie meilleure.

- Eclatement familiale (mariage temporaire, mise au monde d'enfants non désirés, vagabondage des orphelins, mise à la porte des adolescents drogués par leurs propres familles, divorces, filles fugueuses...)


- Baisse de la pratique religieuse de l'ensemble de la société iranienne.


« Vous n’avez pas de travail, vous n’avez pas de famille, vous n’avez pas de distraction. » raconte un drogué Iranien « Pour quelques heures au moins on oublie tout. »

Officiellement, les trafiquants de drogues sont pendus en Iran. Mais pour beaucoup d’Iraniens, les drogues sont tellement faciles à se procurer qu'il est impossible que le gouvernement des mollahs n’y soit pas mêlé. Il est également surprenant que les tarifs chutent à chaque contestation massive du peuple. La drogue est elle un des leviers aux mains des Ayatullahs pour faire taire le peuple et contenir les protestations ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ali la pointe
Habitué


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Mer 24 Aoû - 21:11

salam alaikoum
pourquoi tu ecris en lettre capitale et en rouge!! alors que ce phenomene existe en pagaille dans le monde musulman surtout en Algerie....peux-tu nous donner les sources stp??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Jeu 25 Aoû - 21:55

Ali la pointe a écrit:
salam alaikoum
pourquoi tu ecris en lettre capitale et en rouge!! alors que ce phenomene existe en pagaille dans le monde musulman surtout en Algerie....peux-tu nous donner les sources stp??




S
Salam

Ce phénomènbe existe depuis la nuit des temps mais la grosse différence, c'est que les Majouss la légalisent par les fetwas de leur mollahs, et en Algérie même le consommateur sait qu'elle est haram


<p>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ali la pointe
Habitué


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Ven 26 Aoû - 21:43

Soustara a écrit:
Ali la pointe a écrit:
salam alaikoum
pourquoi tu ecris en lettre capitale et en rouge!! alors que ce phenomene existe en pagaille dans le monde musulman surtout en Algerie....peux-tu nous donner les sources stp??




S
Salam

Ce phénomènbe existe depuis la nuit des temps mais la grosse différence, c'est que les Majouss la légalisent par les fetwas de leur mollahs, et en Algérie même le consommateur sait qu'elle est haram


<p>


salam alaikoum

Les majousse?? tu veux dire les musulmans perse sont des Majousse??..No monsieur il faut faire attention ce que tu avance.Le prophete [Alaihi salat wa salam] a combatu le racisme,le regionalisme..Et il a bien precise` que la piere de touche devant Allah[swt] c'est bien "AL TAQWA".[Inna Akramakoum inda Allah Atkakoum]
Donc,reste a prouve` via les sources authentique tes accusations concernant la legalisation de la drogue et l'alcool chez la jurisprudence chiites??
Merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucky70
Habitué


Nombre de messages : 1040
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Sam 27 Aoû - 1:42

un joli cadeau....

http://www.youtube.com/watch?v=aqVjYPTNb24&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Sam 27 Aoû - 3:20

Salam
D'une manière objective si on regard de près, l'Iran est le pays musulman qui s'en sort le mieux et il est le seul pays que tire ces épingle de jeu et cela presque dans tous les domains, seul les jaloux peuvent ignorer cette évidence.

Que ça soit en medecine, en technologie, en armement, en construction et en innovation, l'iran est le seul pays indépendant comparé aux autres pays musulmans nottament arabe sunite.

Pour un arabe sunite c'est un peu osé d'ouvrir un poste et parler de la drogue chez les perse chiites à l'heure actuelle, mais lorsqu'on a la merde devant ces yeux, on ne peut regarder devant sa propre maison.

De l'Algérie à l'Irak en passant par l'Egypte et l'Arabie saoudite, les pays arabes sunites sont pllongé dans l'ignorance, cahos, désordre et soumission, et nos deffenseurs des arabes sunites osent venir reprocher à l'Iran d'avoir un chiffre de drogué plus important que dans certains autres pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Sam 27 Aoû - 3:24

Lucky70 a écrit:
un joli cadeau....

http://www.youtube.com/watch?v=aqVjYPTNb24&feature=related
Des jolie cadeau comme ça tu peux aussi en trouver pas loin de chez toi, voici un exemple qui date d'à peine un mois chez nos frères marocains.

Si tu veux des histoire comme ça chez les algériens je peux aussi lancer une recherche sur google.

http://www.afrik.com/article23274.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Sam 27 Aoû - 3:27

Des imam qui viole a toujours existé partout et dans tous les pays, voici une autres histoire encore plus grave, car cette fois l'imam algérien s'attaque à sa propre nièce et la met en plus en ceinte.

Un imam viole sa nièce à Skikda Le procureur de la république près le tribunal d’El Harrouche, à l’est de Skikda, a ordonné la mise en détention de (B. A.A.), un sexagénaire originaire de Teleghma dans la wilaya de Mila et sa nièce (B. K.), âgée de 20 ans poursuivi pour adultère avec inceste.

L’accusé, qui est imam d’une mosquée dans la région de Teleghma, a été arrêté il y a quelques jours suite à une plainte déposée par le père de la jeune fille, résidente à la Commune de Zerdaza dans la wilaya de Skikda, après que sa fille ait mis au monde un enfant illégal.
Le procureur de la république ordonne alors l’ouverture d’une enquête et il s’avère que l’accusé rendait visite à sa nièce régulièrement sur qui il pratiquait des roukia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Sam 27 Aoû - 8:01

Ali la pointe a écrit:

salam alaikoum

Les majousse?? tu veux dire les musulmans perse sont des Majousse??

(=





Salam

<p>Les Majouss Iraniens sont tout ce qu'on veut sauf musulmans

<p>
<p>
la pointe a écrit:



..No monsieur il faut faire attention ce que tu avance.Le prophete [Alaihi salat wa salam] a combatu le racisme,le regionalisme..Et il a bien precise` que la piere de touche devant Allah[swt] c'est bien "AL TAQWA".[Inna Akramakoum inda Allah Atkakoum]
Donc,reste a prouve` via les sources authentique tes accusations concernant la legalisation de la drogue et l'alcool chez la jurisprudence chiites??
Merci





Alors va apprendre la religion des majouss avant de venir débattre merci



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ali la pointe
Habitué


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Sam 27 Aoû - 10:04

Soustara a écrit:
Ali la pointe a écrit:

salam alaikoum

Les majousse?? tu veux dire les musulmans perse sont des Majousse??

(=





Salam

<p>Les Majouss Iraniens sont tout ce qu'on veut sauf musulmans

<p>
<p>
la pointe a écrit:

..No monsieur il faut faire attention ce que tu avance.Le prophete [Alaihi salat wa salam] a combatu le racisme,le regionalisme..Et il a bien precise` que la piere de touche devant Allah[swt] c'est bien "AL TAQWA".[Inna Akramakoum inda Allah Atkakoum]
Donc,reste a prouve` via les sources authentique tes accusations concernant la legalisation de la drogue et l'alcool chez la jurisprudence chiites??
Merci





Alors va apprendre la religion des majouss avant de venir débattre merci






salam alaikoum
Ce que j'ai compris selon ton Agenda, le sahabi salman al farisi [ra]c'est un majoussi?? les savants musulmans scientifique pluridisciplinaire perse qui ont donnee beaucoup a la civilisation musulmane tel ABOU BAKR AL RAZI ,al khawarizmi,Al kashi,Ibn sina etc..la liste est longue sont tous des Majoussi??? Je pense que ton raisonnement envers les musulmans chiite perse est base` sur la haine,le complexe d'inferiorite, et l'Ignorance,car si tu attaque au chiisme en tant que Dogme il faut mettre tous les arabes chiites dans le meme sac,c'est a dire sont tous des majousse??? alors je vois aucun lien entre la majoussi avant l'Islam et le Dogme chiite qui est reconnu comme l'un des secte musulmane.

Merci

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ali la pointe
Habitué


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Sam 27 Aoû - 10:21

LUKcY 70


salam Alaikoum
Il faut bien savoir que" Youtube " n'importe qui peut creer un petit film selon son desir pour polluer x ou y..Donc c'est Haram de propager des accusations basee sur des montages.Esuite meme si c'etait vrai ,est strictement Illicite de faire l'espionnage pour divulguer x ou y selon la chari'a.
قال الله تعالى " ولا تجسسوا ولا يغتب بعضكم بعضا"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Dim 28 Aoû - 4:38

Ali la pointe a écrit:
salam alaikoum
Ce que j'ai compris selon ton Agenda, le sahabi salman al farisi [ra]c'est un majoussi??
Merci








Que veint faire salmane la dedans...frappait-il son dos comme les Madjouss..??

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Dim 28 Aoû - 16:22

Ali la pointe, ici t'as affaire avec deux ou trois haineux avec un complexe d'inferiorite devant un Iran qui avance et qui réussi sur tous les domaines, un jour ils vont compter le nombre de drogué un autre jour le nombre de transexuel ou le nombre de prostituées.
Ils ne savent pas que l'Iran et les iraniens les emmerdes, eux et leurs alliés sionistes et le pays avance comme un éclaire vers un avenir meilleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Dim 28 Aoû - 17:35

Pendant que certains se masturbe sur les images des trans et des prostitués en iran, un autre pays arabes sunite vient de tomber entre les mains des bani sahyoune.
Heureusement que l'Iran est un peu loin, autrement les chiens galeux de sionisme modiale auraient accusé l'Iran chite et perse d'avoir destabiliser un autre pays arabe sunite.

BHL est un héro pour les arabes sunite comme ouaga et sa bande .

http://www.youtube.com/watch?v=AiqdzLzQTsI&feature=player_embedded
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Dim 28 Aoû - 21:24

Noureddine Zenki a écrit:
Pendant que certains se masturbe sur les images des trans et des prostitués en iran......,




....D'autres comme toi, se masturbent en regardant les téléspeakrines de TV









Zenka a écrit:
.




Heureusement que l'Iran est un peu loin,







Ils sont tellement épuisés les Majouss, après avoir fait tomber 2, l'Iraq et l'Afghanistan...



Ma siganture juste en bas



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
justicepourtous
Membre


Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 26/11/2008

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Dim 28 Aoû - 22:57

Essalam aleykoum

http://mejliss.com/video/nouvelle-video-sheikh-imran-hosein-r-pond-aux-questions-pendant-la-conf-rence-du-24-juillet-20
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Lun 29 Aoû - 1:52

Soustara a écrit:
Noureddine Zenki a écrit:
Pendant que certains se masturbe sur les images des trans et des prostitués en iran......,




....D'autres comme toi, se masturbent en regardant les téléspeakrines de TV









Zenka a écrit:
.




Heureusement que l'Iran est un peu loin,







Ils sont tellement épuisés les Majouss, après avoir fait tomber 2, l'Iraq et l'Afghanistan...



Ma siganture juste en bas



Tu es un vrai traitre, comme les rats de benghazi, rien d'étonnant de ta part que tu te soumets aux plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Lun 29 Aoû - 3:15

Soustara a écrit:
Noureddine Zenki a écrit:
Pendant que certains se masturbe sur les images des trans et des prostitués en iran......,
....D'autres comme toi, se masturbent en regardant les téléspeakrines de TV
Zenka a écrit:
.Heureusement que l'Iran est un peu loin,
Ils sont tellement épuisés les Majouss, après avoir fait tomber 2, l'Iraq et l'Afghanistan...Ma siganture juste en bas
Assalam;

Heureusement, que les grands experts comme OUAGA, sont ici avec LULU, pour donner des bons points, du haut de leur FUMIER, supposé être TRIBUNE ECONOMIQUE, internationale...
http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_chitour/138145-les-autres-opportunites-pour-l-algerie.html

Par Pr Chems Eddine CHITOUR - Lundi 29 Aout 2011

L'Algérie c'est un pays qui exploite tant bien que mal une manne imméritée qui n'est pas le fruit d'un effort L'Algérie c'est un pays qui exploite tant bien que mal une manne imméritée qui n'est pas le fruit d'un effort


«Lorsque la vérité entrera en lutte avec le mensonge millénaire, nous aurons des ébranlements comme il n'y en eut jamais, une convulsion de tremblements de terre, un déplacement de montagnes et de vallées, tel qu'on n'en a jamais rêvé de pareils. Toutes les combinaisons de puissance de la vieille société auront alors sauté en l'air, car elles sont toutes assises sur le mensonge...» Nietzsche, (Ecce Homo)

La dégradation de la note de la dette souveraine américaine par l'agence Standard & Poor's a relancé en Algérie la polémique sur la politique de gestion des réserves de change. Le ministre des Finances a tenté de rassurer et le 2 août, le gouverneur de la Banque d'Algérie s'est lancé à son tour dans un plaidoyer où il ressort que tout va bien, les 173 milliards ou 160 milliards de dollars, c'est selon, que nous avons arrachés à la terre, sont là. Après le ministre des Finances, Karim Djoudi, c'est au tour du gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci de s'exprimer sur les réserves de change de l'Algérie. Environ 98% de ces placements, répartis entre les États-Unis et l'Europe, sont effectués en portefeuille de titres souverains (valeurs d'État) que l'Algérie avait achetés entre les années 2004 et 2007, Les placements de ces réserves à l'étranger ont rapporté 4,60 milliards de dollars en 2010, contre un rendement de 4,74 milliards de dollars en 2009. Mais, il «ne faut surtout pas confondre excès de réserves de change et excès de richesse», dira M. Laksaci, car le premier représente tout simplement l'épargne publique alors que la richesse économique provient de l'investissement, a-t-il précisé. Nous lui savons gré de cette mise au point, à savoir, que l'Algérie ne crée pas de la richesse, c'est un pays qui exploite tant bien que mal une manne imméritée qui n'est pas le fruit d'un effort de la sueur, bref de l'intelligence. Pour Luis Martinez, l'Algérie a raté son développement et se contente de distribuer la rente et calmer les foules par des dépenses sociales sans création de richesse. Ecoutons- le: «Les fondamentaux économiques (capital humain, éducation, liberté), conditions du développement économique selon l'économiste Amartya Sen, ne sont pas mis en avant en Algérie. C'est la rente qui continue de financer l'économie: de 2004 à 2009, par un plan de soutien à la relance de l'économie, et de 2009 à 2014, par une stratégie de développement d'un montant de 280 milliards de dollars. L'Algérie se retrouve confrontée aux trois mêmes défis que par le passé: premièrement, le pays ne dispose pas d'une structure politique à même de décider des choix de développement et de contrôler leurs applications. Tout est réalisé dans la plus grande opacité, si bien que des projets colossaux sont au coeur de scandales de corruption: 200 millions de dollars de pots-de-vin auraient été versés pour un projet autoroutier de 9 milliards de dollars. L'absence de contrôle étatique (la Cour des comptes, l'Inspection générale des finances et le Parlement ne remplissent pas leur fonction de surveillance) risque d'engendrer un immense gâchis. Deuxièmement, le développement basé sur les hydrocarbures accroît de nouveau la dépendance du pays au secteur pétrolier. Troisièmement, le développement économique algérien dépend entièrement des investissements d'entreprises étrangères. Résultat, ce sont des emplois perdus pour les Algériens. L'Algérie achète sa stratégie de développement, car elle n'a ni les moyens ni les outils, les idées ou les ressources humaines pour mettre en oeuvre une stratégie de diversification. Elle dispose pourtant d'un fonds de réserve de 150 milliards de dollars qui l'éloigne d'un risque financier.(...) L'économie basée ces dernières décennies sur la seule rente pétrolière a détruit le capital humain en faisant fuir les cerveaux. Cinquante ans après l'Indépendance, l'Algérie n'est pas capable de construire seule une autoroute, n'ayant pas de capacités nationales, et c'est un drame pour la population. Surtout si l'on compare le pays à la Malaisie qui a su, grâce à sa petite rente pétrolière, mettre en oeuvre une stratégie de développement de son système éducatif et de santé afin de doter le pays des outils pour asseoir sa politique de développement».(1)
Le Dr Benbitour résume encore d'une façon plus critique la situation du pays. Ecoutons-le: «La crise financière internationale vient à point nommé pour nous rappeler le prix à payer pour les pays qui se sont laissés aller à vivre au-dessus de leurs moyens sans penser à l'avenir. En réalité, l'Algérie s'est installée dans une crise structurelle grave, bien avant celle vécue par les pays développés. Lattention est actuellement focalisée sur le risque que peuvent encourir les réserves de change déposées à l'étranger. Or, ce qu'il faut bien noter, c'est que la source d'accumulation de ces réserves étant les exportations d'hydrocarbures et non l'épargne du travail des Algériens, ce sont des pertes définitives à leur naissance. (...) Comme j'ai eu à le dire à différentes occasions, l'économie algérienne se distingue par la transformation d'une réserve non renouvelable (les hydrocarbures) en une réserve volatile (les dollars déposés à l'étranger). Chaque baril de pétrole extrait du sous-sol est, au départ, une perte pour les générations futures. Cela deviendra un gain par la manière efficiente dont sont utilisées les recettes générées des ventes de ce pétrole. Que peut-on faire de ces 173 milliards $ US? Les faire fructifier pour qu'ils passent de 173 à 200 ou plus. Laisser faire et les voir perdre de leur valeur! Mais quelle conséquence pour le développement national? Rien».(2)
(...) Lorsque le niveau de réserves en devises couvre trois mois d'importations, c'est bien. Si c'est six mois, c'est excellent! Mais au-delà, c'est du gaspillage! En augmentant de façon inconsidérée des dépenses publiques, sans effet notable, sur la création de richesses et en utilisant la fiscalité pétrolière comme source principale des recettes budgétaires, l'on se trouve à extraire de plus en plus d'hydrocarbures du sous-sol. Lorsque nous parlons de 286 milliards $ US d'investissements, nous ne parlons pas d'une épargne réalisée sur des revenus permanents, renouvelables à partir de notre travail ou notre développement technologique, mais d'extraction en quelques années d'un patrimoine non renouvelable(...) Quel avenir pour les générations futures? Des réserves d'hydrocarbures sur la voie de l'épuisement. Des constructions et des infrastructures sans développement qui vont exiger plus d'exportations de ressources naturelles pour financer leur maintenance et leurs frais d'exploitation.»(2) S'agissant justement des bons du Trésor, voie choisie par l'Algérie, les T-Bonds ou Treasury Bond (bons du Trésor) sont des titres obligataires à intérêt fixe, sécurisé, émis par le gouvernement américain. L'économiste auprès de la Banque mondiale, M'hamed Hamidouche, explique que si la Banque d'Algérie garde les titres qu'elle a acquis jusqu'au terme de l'emprunt, elle pourra récupérer son capital, ce qui semble être le cas aujourd'hui puisque l'Algérie dispose d'immenses liquidités. M. Hamidouche s'interroge si la Banque d'Algérie a pensé à une stratégie d'immunisation lors de l'achat des obligations. (...) Il a d'ailleurs, considéré que le meilleur modèle de gestion des réserves est celui de la Norvège, lequel se caractérise par sa transparence. Le fonds souverain norvégien est doté d'un comité d'investissement représentant les élus pour prendre les décisions stratégiques. Il publie un rapport annuel pour rendre compte de toutes les opérations engagées et de leur rendement et transmet un compte rendu trimestriel au Parlement.(3)
De plus, les bons du Trésor ne garantissent nullement une protection à toute épreuve. Ainsi, selon un expert saoudien des marchés financiers mondiaux, Sami Ben Abdel Aziz al-Nawaser, le volume des pertes d'investissements saoudiens dans les réserves américaines, basées sur la dette américaine, est de 45 milliards de dollars, soit 20 pour cent des investissements saoudiens. Il a souligné que la crise américaine a incité les investisseurs internationaux à investir dans l'or, qui a atteint des taux record sur les marchés mondiaux. Il ajoute que l'impact de la crise américaine sur l'économie saoudienne est réel! Al-Nawasar a souligné l'importance de préparer des plans pour un désengagement progressif du riyal saoudien par rapport au dollar américain, et de trouver des canaux d'investissement pour profiter des nouveaux changements et des fluctuations financières mondiales.(4)

Les autres opportunités pour gérer la rente: l'or et les fonds souverains
Il existe de par le monde, différentes voies pour faire fructifier, à moindre risque, ses excédents financiers. Il y a d'abord, l'or valeur qui devient de plus en plus la valeur refuge dans cette situation de crise. L'or ne fait qu'augmenter; plus de 60 fois depuis 40 ans. En 2009, l'once d'or valait 900 dollars, elle est à 1800 $. Ce qui explique la frénésie actuelle au point que le président Chavez va retirer tout son or des banques occidentales pour le sécuriser ailleurs.
Les fonds souverains sont la voie la plus utilisée avec des variantes. Un fonds souverain (sovereign wealth funds), est un fonds de placements financiers (actions, obligations, etc.) détenu par un État. Les fonds souverains gèrent l'épargne nationale et l'investissent dans des placements variés (actions, obligations, immobilier, etc.). Ils sont gérés ou contrôlés par un gouvernement national; ils gèrent des actifs financiers dans une logique de plus ou moins long terme. Le premier fonds souverain, le Koweit Investment Board, créé, a été le fonds du Koweït en 1953. Il gère en 2009 entre $200 et $250 milliards d'excédents liés à l'exportation de pétrole. Forts de leurs ressources en devises ou matières premières, une quarantaine de fonds souverains gèrent aujourd'hui entre 2500 et 3500 milliards de dollars, selon les sources. Selon des estimations réalisées par Morgan Stanley en mai 2007, ces actifs pourraient s'élever à 8000 milliards de dollars en 2011 et 12.000 milliards de dollars en 2015. Les fonds les plus importants en montant sont: - Abu Dhabi (huit fonds) (ADIA, 875 milliards de $), Singapour (GIC,330 milliards de $), Norvège Fund (GPFG, 322 milliards de $); Kuwaït Investment Authority (KIA, 213 milliards de $). L'objectif commun de tous ces fonds est de transférer de la richesse aux générations suivantes. Encyclopédie Wikipédia

Le cas admirable de l'Iran
Un pays qui semble avoir trouvé le juste équilibre pour son développement est l'Iran. Malgré sa diabolisation par les médias occidentaux, qui parle, de chaos, le pays avance. Georges Stanechy avec sa lucidité coutumière et son humour décapant, nous présente le rapport fait par le FMI en aout 2011. Ecoutons-le: «A sa lecture, loin des diatribes hystériques coutumières, ce pays de 75 millions d'habitants, est un des meilleurs exemples actuels de gestion économique d'un Etat! Des experts du FMI en pleine galère! Malgré eux, au terme de mois de travaux, contraints de déconstruire les clichés de la propagande impériale, jusqu'à concéder une croissance annuelle de 3,2%. Avec des réserves en devises de 100 milliards de dollars, estimées à 109,7 milliards pour 2011/2012, pour être précis».

(...) Des finances ultra-saines, semblent se lamenter les experts. Aucun endettement auprès du FMI, ni accords spéciaux. Mieux encore: les perspectives sont bonnes avec une croissance estimée par prudence à 4,5% (la cible étant 8%), avec une inflation chutant de moitié pour se situer au niveau des pays européens de 12% dès 2011/2012. Malgré un doublement prévisible de ses importations de biens et de services, les réserves sont évaluées à 305,3 milliards de dollars en 2016/2017. L'Iran a créé 1,6 million d'emplois lors du dernier exercice et vise, pour 2012, la création de 2,5 millions d'emplois. Avec comme objectif à terme: le plein emploi... Autre nouveauté constatée dans la stratégie énergétique iranienne que je ne cesse de marteler depuis des années, «En décembre 2010, les subventions des prix de l'énergie et des produits agricoles ont été supprimées. (...) Agissant sur trois plans, avec un sens de l'organisation exceptionnel: une intense campagne de communication, une action sociale méticuleusement menée, et une redistribution soigneusement contrôlée. Les produits pétroliers, électricité, et blé, en particulier, ont subi une forte augmentation. Pendant une période transitoire, le montant économisé est redistribué aux ménages sous forme d'une allocation en espèces librement utilisable (30 milliards de dollars), aux entreprises pour activer leur restructuration et leur modernisation en termes d'économies d'énergie (15-18 milliards), et aux administrations publiques pour financer leur modernisation (10-12 milliards). Les experts du FMI, ébahis, parlent de plein succès dans la mise en place de cette réforme jusqu'à en reconnaître les avantages immédiats: amélioration de la redistribution des revenus, réduction de la pauvreté, et stimulation de la demande intérieure»
Le volet certainement le plus prometteur pour l'avenir du pays: la gestion maîtrisée de ses richesses pétrolières et gazières. Leur contrôle, dans l'indépendance de leur exploitation et la bonne affectation de leurs revenus, est considéré comme un vecteur essentiel de développement et de garantie pour les futures générations.(...) D'après ce rapport du FMI, l'Iran travaille, progresse, s'organise, prépare l'avenir.(...)».(5)
Que peut-on dire en définitive? Il nous faut arriver à freiner cette frénésie hémorragique de bradage inconsidéré du pétrole. Il nous faut extraire que ce qui est nécessaire pour notre développement. Il nous faut aller vers la sobriété énergétique à marche forcée, notamment en pratiquant la vérité des prix pour éviter la gabegie du gaspillage. Bref, il nous faut, là aussi, une stratégie énergétique adossée à un modèle flexible de prévision de consommation de recours aux énergies renouvelables. Au risque de nous répéter, notre meilleure banque c'est notre sous-sol qu'il nous faudra exploiter d'une façon rationnelle et rationnée. S'agissant des placements, l'Algérie gère actuellement ses réserves d'une façon frileuse avec une mentalité encore bloquée à Bretton Woods, loin de la sphère financière mondiale qui comporte certes, une part de risque mais qui dans le même temps, évite à l'Algérie de s'installer dans une position pantouflarde qui ne la met nullement à l'abri d'un coup dur face aux règles du jeu financières imposées par les grands pays occidentaux. Les exemples de la Norvège avec ses fonds de pension, ses achats d'immeubles dans les grandes capitales, ses achats d'entreprises multinationales sont à méditer. La nécessité de convertir une partie de nos dollars en or apparaît de plus en plus comme une nécessité. Souvenons-nous: le 15 août 1971 Nixon décide que le dollar n'est plus convertible en or. Ce fut le début de la panique boursière mais la FED a vu ses réserves d'or réévaluées de 31 $ l'once à l'époque à plus de 1800 $ soit soixante fois! D'où l'utilité séculaire de se tourner vers la valeur refuge, cette «relique barbare» dont parle Keynes. Dans tous les cas, un débat national parait incontournable. Le secret de toute bonne gouvernance est en définitive, de convertir «l'or noir» éphémère en «or humain» pérenne et ceci par un système éducatif performant.

1.La rente pétrolière http://lessakele.over-blog.fr/20-categorie-10984450.html 12 février 2011
2.http://www.lesoirdalgerie.com/articles/ 2011/08/27/article.php?sid=122094&cid=2
3.Melissa Roumadi: Incertitudes sur les placements de l'Algérie El Watan 09.08.2011
4.http://www.alterinfo.net/L-Arabie-saoudite-perd-45-milliards-de-dollars-dans-les-obligations-americaines_b3215599.html?preaction=nl&id=2634765&idnl=95126&
5.http://www.legrandsoir.info/iran-rapport-fmi-aout-2011.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ali la pointe
Habitué


Nombre de messages : 105
Date d'inscription : 24/08/2011

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Lun 29 Aoû - 21:46

Noureddine Zenki a écrit:
Ali la pointe, ici t'as affaire avec deux ou trois haineux avec un complexe d'inferiorite devant un Iran qui avance et qui réussi sur tous les domaines, un jour ils vont compter le nombre de drogué un autre jour le nombre de transexuel ou le nombre de prostituées.
Ils ne savent pas que l'Iran et les iraniens les emmerdes, eux et leurs alliés sionistes et le pays avance comme un éclaire vers un avenir meilleurs.



salam alaikoum

les chinois disent: "LE CRAPAUD AU FOND DU PUITS REDUIT LE CIEL AU DIAMETRE DU PUITS"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Mar 30 Aoû - 3:34

Noureddine Zenki a écrit:
Tu es un vrai traitre, comme les rats de benghazi, rien d'étonnant de ta part que tu te soumets aux plus fort.







NOn se somettre au plus fort, c'st accepter Kaddafi le pourri, le criminel...tu aurais fait quoi à leur place ?





la pointe a écrit:
les chinois disent: "LE CRAPAUD AU FOND DU PUITS REDUIT LE CIEL AU DIAMETRE DU PUITS"





Les Africains disent "le fruit ne tombe jamais loin de l'arbre"



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Mer 31 Aoû - 1:47

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
linformateur
Habitué


Nombre de messages : 62
Date d'inscription : 20/07/2011

MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Mer 14 Sep - 7:53

Les principales causes qui amènent les Iraniens à consommer de la drogue sont :

- La pauvreté : 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté.

--->Strictement faux, ça c'est les chiffres de la CIA(c'est pas une blague). J'avais regardé le taux de pauvreté était quasi équivalent à celui de la France.


- Le chômage : 25% des iraniens sont au chômage.
sans doute,pas de chance, comme dans beaucoup de pays


- L’ennui de la jeunesse et le manque d'espérance en une vie meilleure.
Faux argument si tu veux mon avis.

- Eclatement familiale (mariage temporaire, mise au monde d'enfants non désirés, vagabondage des orphelins, mise à la porte des adolescents drogués par leurs propres familles, divorces, filles fugueuses...)
Si t'as des chiffres? je pense pas que ce soit pire que dans les autres pays musulmans..


- Baisse de la pratique religieuse de l'ensemble de la société iranienne.
ça m'étonnerait beaucoup....Les jeunes sont la plus grosse tranche a avoir voté Ahmadinejad(chiffres à l'appui)


« Vous n’avez pas de travail, vous n’avez pas de famille, vous n’avez pas de distraction. » raconte un drogué Iranien « Pour quelques heures au moins on oublie tout. »

Venant d'un drogué...Je sais pas quoi te dire...le pauvre...Tu prends n'importe quel drogué du monde, il te dira la meme chose...

Tu devrais mon frère regarder le taux d'obésité chez la femme dans les pays sunnite, c'est catastrophique...


Ce qui ai dommage c'est que tu as cité toute une série d'arguments alors que le vrai argument c'est que l'Iran possède une frontière avec l'Afhganistan, le plus grand producteur de drogue au monde,et la drogue transite via l'Iran. Donc c'est assez difficile de pouvoir tout controler... L'Iran si ma mémoire est bonne est le pays qui a fait le plus de saisis au monde selon l'Onu(ou un organisme dans le genre)

La question que tu devrais te poser, c'est pourquoi l'Occident s'acharne à réaliser de tels reportage pour casser l'Iran?
Alors je sais que tu as une haine sans doute patologique des Perses, mais ils ont réussis leurs révolution. Donc si le système Occidental braque la caméra sur certains points obscure, c'est pour te détourner de l'essentiel...et surtout ne pas donner d'idées aux sunnites qui serait intéréssé de faire une révolution de type Iranienne.... Donc en diabolisant le système Iranien, les sunnites ne regardent pas L'Iran....C'est exactement ce que recherches le système Occidental.

Et tu verras qu'ils appliquent les memes méthodes avec Cuba et le Venezuela...Le but est de casser le 'mythe'.Que le mythe soit réel ou faux peu importe, l'important c'est la fraicheur révolutionnaire qu'elle inspire aux autres peuples....Et le système est la pour casser le mythe, et te détourner de l'essentiel...Et au final tu deviens l'idiot utile du système...Puisque le système Occidental n'a meme pas besoin de te payer pour rabaisser l'Iran, tu le fais gratuitement! Réfléchis mon frère, tu verras que j'ai raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iran, les ravages de la drogue   Aujourd'hui à 5:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Iran, les ravages de la drogue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De la liberté de religion en Iran
» Ça y est... Ils vont attaquer l'Iran.
» (1970) La vague d’OVNI en Iran Auteur : John Greenewald Jr.
» LE PRÉSIDENT RUSSE MEDVEDEV AVERTIT SÉRIEUSEMENT L'IRAN... BRAVO !
» Arretons les tortures en Iran.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: