Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Jeu 5 Jan - 2:24

اللهم صل على محمد وعلى آله و السلام عليكم ورحمة الله وبركاته

Assalam;

La Syrie et le projet de démembrement du monde arabe

La déstabilisation de la Syrie, comme celle de l’Irak, fait partie du projet de démembrement du monde arabe sur des bases ethniques, tribales ou confessionnelles. Les contre-mesures adoptées pour détourner les « Printemps arabes » de leurs objectifs semblent inspirées du plan Yinon de 1982, du nom d’un fonctionnaire du ministère israélien des Affaires étrangères qui préconisait la création de mini-Etats antagonistes partout dans le monde arabe.


Interview de Gilles Munier par Chérif Abdedaïm


La Syrie et le projet de démembrement du monde arabe
Interview de Gilles Munier par Chérif Abdedaïm (La Nouvelle République – 31/12/11) *

Lundi 2 janvier 2012

A Alger où il résidait, Gilles Munier a milité dès 1964 dans des associations françaises de solidarité avec le monde arabe et de soutien à la lutte du peuple palestinien. Son père, favorable à l’indépendance de l’Algérie, avait rejoint, symboliquement, le colonel Amirouche au maquis. Arrêté à son retour, il a été plus tard interdit de séjour dans les départements algériens.

Depuis 1986, Gilles Munier est secrétaire général des Amitiés franco- irakiennes. A ce titre, il a milité contre l’embargo et rencontré le président Saddam Hussein à plusieurs reprises. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Les espions de l’or noir, collabore au magazine Afrique Asie, et analyse la situation au Proche-Orient sur le blog France-Irak- Actualite.com .

1/Pour vous la campagne anti-Bachar est un complot. Qui sont les instigateurs de ce complot et à quel dessein ?

Le complot vise la Syrie, Bachar al-Assad se trouve en être le président. L’ordre instauré par les grandes puissances après la Première guerre mondiale est en fin de course. L’élan nationaliste qui a tenu la dragée haute aux Occidentaux est épuisé, faute d’avoir pu évoluer. Les peuples arabes se révoltent contre la corruption, l’arrogance et les compromissions de leurs dirigeants. L’influence grandissante de l’Iran, allié de la Syrie, gêne les plans géostratégiques de l’Otan. L’Occident tente de reprendre en main la situation.

La déstabilisation de la Syrie, comme celle de l’Irak, fait partie du projet de démembrement du monde arabe sur des bases ethniques, tribales ou confessionnelles. Les contre-mesures adoptées pour détourner les « Printemps arabes » de leurs objectifs semblent inspirées du plan Yinon de 1982, du nom d’un fonctionnaire du ministère israélien des Affaires étrangères qui préconisait la création de mini-Etats antagonistes partout dans le monde arabe. En Syrie, il s’agirait, au mieux, de reconstituer la fédération d’Etats confessionnels créée par le général Gouraud en 1920, du temps du mandat français, c’est-à-dire : un Etat d’Alep, un Etat de Damas, un Etat alaouite et un Etat druze. A l’époque, ce fut un échec. Rien ne dit que les occidentaux parviendront cette fois à leurs fins. En Libye, par exemple, le colonel Kadhafi a été renversé, mais la situation est loin d’être stabilisée, la donne peut changer. Le « chaos constructif et maîtrisé », prôné par les néo-conservateurs américains, sous George W. Bush, risque fort d’aboutir au chaos tout court. Cela, les multinationales n’en ont cure, le principal étant pour elles de contrôler les champs pétroliers… et qu’Israël survive en tant qu’Etat juif.

2/Parmi cette opposition, il faut compter également les Frères Musulmans; n’est-il pas à craindre une guerre civile si demain le régime de Bachar venait à chuter ?

La guerre civile, c’est le scénario du pire. La Syrie l’évitera si un dialogue franc et décomplexé s’instaure entre les Frères Musulmans et les baasistes, s’il aboutit à des élections réellement démocratiques, ouvertes à tous les courants politiques représentatifs. Bachar al-Assad y est favorable, mais il a trop tardé à le proposer. Les Frères Musulmans, incontournables, le refusent pour l’instant. Comme toujours, la confrérie mise sur les anglo-saxons pour accéder au pouvoir, une politique opportuniste à courte vue qui lui fait négliger les réalités du terrain, les arrières pensées de l’Otan et de la France, l’ancienne puissance coloniale.

3/Dans le cas syrien la situation semble plus complexe qu’on le croit notamment avec plusieurs acteurs dont les intérêts géostratégiques diffèrent. D’un côté, Washington, OTAN, Israël, les monarchies arabes sunnites et la Turquie ; et de l’autre, l’axe Téhéran-Damas comprenant le Hezbollah, le Hamas, soutenu par la Chine et la Russie. Une guerre contre la Syrie ne risquerait-elle pas de déborder et de provoquer un embrasement généralisé de la situation au Proche-Orient, dont les conséquences seraient incalculables.

Fin octobre dernier, le président Bachar al-Assad a déclaré au Sunday Telegraph qui si le but des Occidentaux est de diviser la Syrie, il embraserait toute la région, qu’il y aurait des dizaines d’Afghanistan. Mais, cela ne fera pas reculer les faucons de l’Otan car, au-delà de la campagne contre la Syrie, se profile un conflit de grande ampleur, aux conséquences imprévisibles, avec l’Iran des mollahs…

« Arc chiite » contre « Croissant sunnite » ?

4/ Vous pensez, comme certains, que frapper la Syrie sous couverture « humanitaire » vise à « cacher en fait une opération complexe anti-chiite et anti-Iran »…

Le nombre des victimes civiles annoncé par l’ONU, qui donne une couverture « humanitaire » à l’opération contre la Syrie, n’a jamais été corroboré. Pour l’Otan et Israël, le renversement du régime de Damas, la liquidation du Hezbollah libanais et du Hamas palestinien, ne sont que des étapes. Les Américains et les Français ont demandé à plusieurs reprises à Bachar al-Assad de prendre ses distances avec son allié iranien. Il a refusé, se doutant que son tour viendrait ensuite et qu’à ce moment là, il serait seul face à la machine de guerre occidentale.

Les camps antagonistes font le compte de leurs partisans. A Bagdad, par exemple, la crise traversée par la Syrie a fait naître des clivages contre-nature. Les sunnites pro-américains, Al-Qaïda au Pays des deux fleuves et le conseil de la région d’Al-Anbar soutiennent le CNS (Conseil national syrien), tandis que le régime de Nouri al-Maliki, Moqtada al-Sadr et, dans une certaine mesure, la résistance baasiste réfugiée à Damas, sont du côté de Bachar al-Assad. Nouri al-Maliki s’est débarrassé du vice-président de la République Tarek al-Hashemi, pro-américain et ancien chef du parti islamique issu du mouvement des Frères Musulmans, en l’accusant, sans preuve, de diriger un escadron de la mort et d’avoir voulu l’assassiner. Hashemi s’est réfugié au Kurdistan – sunnite - et la Turquie « néo-ottomane » lui accordera l’asile, s’il le demande. A toute fin utile, si la situation à Bagdad se détériore encore plus, 50 000 GI’s, basés dans cette perspective au Koweït, sont prêts à intervenir à nouveau en Irak.

Face à l’ « arc chiite » pro-iranien – l’expression est du roi Abdallah II de Jordanie – les occidentaux veulent opposer un « croissant sunnite » réunissant les émirs du Golfe, les rois d’Arabie et de Jordanie, et les partis politico-religieux qui leur sont plus ou moins favorables, ne serait-ce que par opportunisme, comme les Frères Musulmans.

5/ A Moscou, le 18 novembre dernier, Vladimir Poutine a dit clairement à François Fillon qu’en Syrie la France ferait mieux « de s’occuper de ses oignons ». Aussi, la flotte russe se dirige vers Tartous. On a le sentiment que cela a valeur de message aux Occidentaux. Qu’en pensez-vous ?

Vladimir Poutine a qualifié la guerre de Libye de « croisade », mais je m’étonne que la Russie se soit laissée berner en votant la résolution 1973 permettant à la France et à l’Otan d’intervenir et de renverser le colonel Kadhafi. Le porte-avion Maréchal Kouznetsov vogue vers Tartous avec une escadre importante. Le message est clair, mais je crains qu’il ne soit pas suffisamment dissuasif pour empêcher les Occidentaux d’effectuer, le moment venu, des « tirs ciblés » en Syrie et au Liban.

La réponse de Barack Obama a été toute aussi claire. Les Etats-Unis se sont fait le porte-voix des blogueurs russes et des ONG qu’ils financent et qui dénoncent des fraudes présumées lors des dernières élections législatives. L’ancien président Mikhaïl Gorbatchev, soutenu par des oligarques réfugiés en Grande-Bretagne, est monté au créneau pour réclamer de nouvelles élections. Hillary Clinton lui a emboîté le pas. Des manifestations anti-Poutine ont été organisées et Gorbatchev est revenu à la charge pour « conseiller » à Poutine de démissionner. Tous les ingrédients utilisés par le milliardaire George Soros, spécialiste des « révolutions oranges », ont été réunis. Des « centaines de millions de dollars de fonds étrangers » auraient d’abord circulé en Russie, selon Vladimir Poutine, pour influencer le scrutin. Les fonds finançant les ONG russes pro-occidentales ont, dit-on, transité par le NDI (National Democracy Institute) que préside l’ancienne secrétaire d’Etat Madeleine Albright, une organisation que l’on retrouve derrière les blogueurs des « Printemps arabes ». Se débarrasser de Poutine, ou le déconsidérer, est crucial pour éviter les veto russes au Conseil de sécurité lorsqu’il sera question d’intervenir militairement en Syrie ou en Iran.

On en est là, mais quand on sait que le président Dmitri Medvedev a décidé de déployer de nouvelles armes pour répondre à l’Otan qui va construire un bouclier anti-missiles aux frontières de la Russie, sous prétexte de protéger l’Europe de tirs provenant d’Iran, on est en droit de s’inquiéter. Il suffirait d’un rien pour déclencher l’apocalypse.

Qatar, dictature obscurantiste

6/ A travers son engagement en Libye et son influence au sein de la Ligue arabe pour sanctionner la Syrie, à quoi joue d’après-vous le Qatar ? Chercherait-il un rôle de leadership arabe ou ne serait-il qu’un simple vassal au service de Washington et de Paris?

Les Al-Thani qui dirigent le Qatar sont des vassaux des Etats-Unis, comme ils l’étaient hier de Londres ou, au 19ème siècle, du gouvernement des Indes britanniques via le Bahreïn dont ils dépendaient. Les réserves financières inépuisables de leur micro-Etat de 11 437 km², l’ombrelle protectrice de la base militaire US d’Al-Eideïd, la plus grande du Proche-Orient et d’une petite base navale française, leur sont monté à la tête.

Ce pays montré en exemple aux militants des « Printemps arabes » n’a rien de démocratique : les partis politiques y sont interdits, les membres du Majlis al-Shoura sont désignés par le pouvoir et n’ont qu’un rôle consultatif, les travailleurs étrangers – 80% de la population de l’émirat – n’ont aucun droit, l’information est bâillonnée. C’est une dictature obscurantiste. Seuls 200 000 nantis profitent, en rentiers à vie, des revenus pétroliers et gaziers. La chaîne Al-Jazeera, devenue un organe de propagande de l’Otan, n’a pas le droit de couvrir l’actualité locale. On ne saura rien sur la tentative de coup d’Etat monté fin février 2011 par des officiers qataris, soutenus par des membres de la famille régnante, qui mettaient en cause la légitimité de l’émir et l’accusaient d’entretenir des relations avec Israël et de créer la discorde entre pays arabes pour le compte des Etats-Unis. Aujourd’hui, l’émir Hamad bin Khalifa Al-Thani et cheikha Mozah, sa seconde épouse, se croient tout permis. Plus dure sera leur chute…

« il faut accorder à Bachar al-Assad

au moins le bénéfice du doute »

7/ Quelle est votre vision personnelle de l’avenir de la Syrie ? Quelle(s) solution(s) possible (s) pour dénouer cette crise ?

La Syrie devrait recouvrer les territoires dont elle a été dépecée par les accords secrets Sykes-Picot de 1916, puis par la France, notamment la province d’Alexandrette. Je regrette que Damas se soit laissé embarquer dans des négociations sans fin avec Israël à propos des territoires syriens occupés. Il y a quelques jours, une manifestation d’opposants druzes syriens a eu lieu à Magdal Shams, gros bourg du Golan. Ils brandissaient l’ancien drapeau syrien, conspuaient Bachar al-Assad, l’accusant de tuer des manifestants syriens alors qu’aucune balle n’a été tirée, depuis 1973, en direction des colons sionistes. Nul doute que ce genre de slogan démagogique atteint son but dans les milieux nationalistes arabes.

L’avenir de la Syrie ne devrait appartenir qu’aux Syriens. Le président al-Assad a engagé le pays sur la voie des réformes. La question de savoir pourquoi il ne l’a pas fait plus tôt est dépassée. Pour dénouer la crise, il faut lui faire confiance, lui accorder au moins le bénéfice du doute. En août, il a autorisé, par décret, le multipartisme. L’article 8 de la Constitution qui faisait du parti Baas le parti dirigeant a été abrogé. Une nouvelle constitution sera proposée en février. C’est plus que ne réclamaient ses opposants en mars dernier, avant que l’Otan, enivrée par son expérience libyenne, les incitent à adopter des positions jusqu’au-boutistes. J’espère qu’au final les Frères Musulmans s’intègreront, comme en Egypte, dans le jeu démocratique. Sinon, la Syrie s’épuisera dans des combats sanglants, pires que ceux des guerres civiles au Liban.

Vers une 3ème guerre mondiale ?

8/ D’après-vous, quelle serait la responsabilité de l’ONU dans les crimes qu’elle est en train de légaliser, notamment avec l’incongruité de son Conseil de sécurité, le principe des deux poids deux mesures appliqué par les cinq membres permanents et qui sert les intérêts d’une minorité, etc. ?

L’ONU a été créée pour servir les intérêts des vainqueurs de la Seconde guerre mondiale. Aucun membre de l’ONU ne devrait être au-dessus des lois et des conventions internationales, comme c’est le cas des Etats-Unis. Le secrétaire général de l’ONU et les officiers des missions dites de paix qui en dépendent, non plus. En avril dernier, la présidente brésilienne Dilma Roussef a déclaré que le temps des « politiques impériales », des « affirmations catégoriques » et des « sempiternelles réponses guerrières » n’étaient plus acceptables, qu’il fallait réformer l’ONU. Elargir le Conseil de sécurité aux grands pays émergents : Inde, Brésil, Afrique du Sud est nécessaire, mais pas suffisant. La réforme du droit de veto est primordiale ; mais on n’en prend pas le chemin. Estimant l’entreprise trop risquée, certains membres du Council on Foreign Relations, think tank américain qui a contribué au remplacement de la SDN (Société des Nations) par l’ONU, voudrait réduire l’organisation internationale à un « endroit pour faire des discours ». La gouvernance mondiale reviendrait au G20. Trop d’intérêts sont en jeu, il faudra peut-être, malheureusement, attendre une 3ème guerre mondiale pour que naisse une organisation plus représentative.

9/Certains considèrent que l’Occident est malade économiquement et politiquement, d’où cette politique de la canonnière au jour le jour. Qu’en pensez-vous ?

La politique de la canonnière – ou du porte-avion – est de retour, comme au 19ème siècle au service des intérêts économiques et géostratégiques occidentaux. L’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan, la Côte d’Ivoire, la Libye et bientôt, peut-être, la Syrie et l’Iran en ont été, sont ou seront les victimes. Je ne suis pas le seul à penser que pour enrayer leur déclin économique et politique, les Etats-Unis et leurs alliés s’en prendront à la Fédération de Russie et à la Chine.

Le plan actuel d’encerclement et de déstabilisation de ces deux pays en est le signe avant-coureur. Dans un discours prononcé à Camberra en novembre dernier, Barack Obama a déclaré que la région Asie-Pacifique est désormais une «priorité absolue» de la politique de sécurité américaine. Il a annoncé que 2 500 Marines seront basés à Darwin, en Australie, déclenchant des protestations de la Chine. Une guerre, inévitablement thermonucléaire, est à craindre à moyen terme. Si elle n’est pas évitée, une grande partie de l’espèce humaine et de l’écosystème de la planète disparaîtra.

* http://www.lnr-dz.com/pdf/journal/journal_du_2011-12-31/lnr.pdf

Titre original : Gilles Munier à La Nouvelle République : « il y a un projet de démembrement du monde arabe » – Sous-titres : AFI-Flash

http://www.france-irak-actualite.com/article-la-syrie-et-le-projet-de-demembrement-du-monde-arabe-95919351.html/



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Jeu 5 Jan - 5:09



Si le Golan n'était pas aux mains des sionistes, si les sionistes n'avaient pas bombardé le site nucléaire Syrien....pn aurait pu croire à ce scénraio d'une fantaisie burlesque.

Et enfin si les Majouss avaoient défendu la Syrie, on aurait pu dire ah ben oui c'est vrai....bon sang mais c'est bien sur.

Mais les sionistes eux mêmes reconnaissent l'utilité de Bechar El Qird.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Jeu 5 Jan - 22:13

Soustara a écrit:


Si le Golan n'était pas aux mains des sionistes, si les sionistes n'avaient pas bombardé le site nucléaire Syrien....pn aurait pu croire à ce scénraio d'une fantaisie burlesque.

Et enfin si les Majouss avaoient défendu la Syrie, on aurait pu dire ah ben oui c'est vrai....bon sang mais c'est bien sur.

Mais les sionistes eux mêmes reconnaissent l'utilité de Bechar El Qird.


Les exploits du hizbou ibliss !!!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Sam 7 Jan - 18:00



Les écoles sovietiques sont connues pour la manipulation, et les pays arabes sont de fidèles élèves de ces méthodes staaliniennes.

Le caméramen Syrien par hasard bien sur a oublié certaines images qui donnent ça

http://www.islammemo.cc/vedio-images/vedio/2012/01/07/141476.html



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boukobrine
Habitué


Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Sam 7 Jan - 20:01

les ecoles sovietique ça fait 23 ans qu'elles n'existent plus et depuis le temps les us ont fait pas mal de progrès dans le domaine. n'est ce pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Sam 7 Jan - 20:08

N'est-ce pas !!!!!

Parait que l'iran, pour s'occuper de son peuple, reçoit elle aussi cette technologie, mais de chez....... sahyoun !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boukobrine
Habitué


Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Sam 7 Jan - 20:24

N'est-ce pas !!!!!

Parait que l'iran, pour s'occuper de son peuple, reçoit elle aussi cette technologie, mais de chez....... sahyoun !!


parait que.... n'a jamais été une preuve. et on peut croire qu'un pays qui peut capturer un drone n'a pas besoin qu'on lui vende un manuel d'espionnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Sam 7 Jan - 21:15

boukobrine a écrit:
N'est-ce pas !!!!!

Parait que l'iran, pour s'occuper de son peuple, reçoit elle aussi cette technologie, mais de chez....... sahyoun !!


parait que.... n'a jamais été une preuve. et on peut croire qu'un pays qui peut capturer un drone n'a pas besoin qu'on lui vende un manuel d'espionnage

Hum !!!!

Donc la madjoussie n'a pas besoin qu'on lui vende un manuel pour s'occuper de sa population récalcitrante.....Elle fait fort !!!
Il parait aussi qu'on a capturé un drone......Les méchantes langues disent qu'il est tombé !!! Mais dans les deux cas, c'est une preuve contre les américains qui ne semble pas offusquer le régime madjousse ......Faut-il rappeler les pompeuses déclarations ramenées par jeha ben zenki ?!!!!

Mais que peut bien acheter l'iran aux russes et aux chinois ? Peut-être juste des manuels de cuisine !!


Dernière édition par confiture le Sam 7 Jan - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Sam 7 Jan - 21:36

confiture a écrit:
N'est-ce pas !!!!!

Parait que l'iran, pour s'occuper de son peuple, reçoit elle aussi cette technologie, mais de chez....... sahyoun !!










Et comme on peut le voir dans TYRAN....il y'a IRAN...mais je ne sais pas moi je vois

MADJOUSSIE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boukobrine
Habitué


Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Mer 11 Jan - 21:23

a défaut d'une réponse claire tu me craches une embrouille.

en plus tu changes de fournisseurs à ta guise. ça n'est plus les "sahiounes" qui ravitaillent les iraniens en technologie mais
les russes et les chinois. faudrait savoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Mer 11 Jan - 21:28


I don't want that I don't want that I don't want that
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
boukobrine
Habitué


Nombre de messages : 190
Date d'inscription : 07/01/2012

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Mer 11 Jan - 21:58

bien! continue de ronronner c'est ce que t'a de mieux à faire
et si tu te réveilles un jour débarrasse tes yeux de ton khol tu verras plus clair ('batman')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Mer 11 Jan - 21:59

boukobrine a écrit:
.

. ça n'est plus les "sahiounes" qui ravitaillent les iraniens en technologie mais
les russes et les chinois. faudrait savoir



En résumé, les Madjouss fournissent les sionistes en hommes politiques spécislistes du tayhudimse ,et en échange les bani sahyoune fournissent les Madjouss en armes et autres techniciens militaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Ven 20 Jan - 22:44


Pfffffffff; l'argent et encore l'argent !!

علاقة زوج ابنة العربي بعائلة بشار
ما كاد الفنان السوري المعارض علي فرزات يضع هذه التغريدة على موقع تويتر حتى فتحت النار على الأمين العام لجامعة الدول العربية، نبيل العربي.."زوج ابنة نبيل العربي هو أكبر شريك لرامي مخلوف في أكثر من مشروع بالإمارات العربية المتحدة".. بهذه العبارة القصيرة تبعثرت أوراق كثيرة في الملف السوري، وبدأ المحللون يحاولون جمع شعاثها مرة أخرى بترتيب جديد في حافظة جديدة.

لا شأن لكثيرين باستثمارات تتجمع في سوق الإمارات المفتوح، ولا حاجة لغالبية متوسطي الدخل بتشابكات أسواق المال وتداخلاتها، لكن الاسمين اللذين طرحا يثيران شهية أي باحث لتتبع خيوط اللعبة الصعبة في المنطقة، لاسيما حين تخطف عينيه هذه العبارات التي ألقيت بذكاء في معظم تعليقات الصفحات الثورية المناوئة للنظام السوري، والتي تطرح تلك التساؤلات بالصيغة ذاتها في كل مكان.. تقول تلك التساؤلات:



"هل تعلم أن ابنة نبيل العربي هى زوجة الملياردير د.أحمد محمد حسنين هيكل شريك رامي مخلوف وأن زوجة نبيل العربي هي خالة د. أحمد محمد حسنين هيكل !!



هل تعلم أن أحمد محمد حسنين هيكل مستثمر الآن أكثر من 2 مليار دولار في العراق!



هل تفسر حماس نبيل العربي لعودة علاقات مصر الدبلومسية مع ايران!


هل تكشف بعض خلفيات الدفاع المتكرر للصحفي محمد حسنين هيكل عن نظام الملالي الإيراني!

هل تعلم ان إرضاء ايران أمر مهم وجوهري لاستمرار هذا البزنس!".



وكما يتقدم؛ فإن إطلاق هذه التساؤلات/الاتهامات بحق من قيل إنه زوج ابنة نبيل العربي، شريك ابن خال بشار الأسد، رامي مخلوف، أحد حيتان النظام السوري، وأحد المتهمين سورياً ودولياً بتمويل عصابات الشبيحة، دون أن يتصدى الأمين العام لجامعة الدول العربية لدحضها، في وقت يتعرض فيه مراقبو الجامعة العربية لجملة من الانتقادات والاعتراضات من قبل الشعب السوري الذي ينظر إليها باعتبارها وسيلة من وسائل قتله البطيء وأداة من أدوات التغييب السياسي لدور الدول العربية المفترض في وقف شلالات الدم في سوريا، وحلقة من حلقات التواطؤ الواضح مع نظام أدار ظهره لكل متطلبات حقوق الإنسان، وارتكب جرائم ضد الإنسانية، وتعامل بطيش ووحشية غير مسبوقة تستدعي الحجر عليه في أدنى الأحوال، ومحاكمته في أعدلها.


والواقع أن شيوع هذه المعلومة التي لا أشك أنها قد وصلت إلى أذني الأمين العام للجامعة يضع الرجل في موضع شبهة غير عادية، ويجعل كثيرين يفسرون موقفه المتردد في سوريا وتصريحه بسحب النظام السوري لأسلحته من المدن السورية فيما كانت دباباته ومجنزراته تطوف أرجاءها، واستمراره في تحميل طرفين لـ"العنف" بصيغة لا تبتعد كثيراً عن لغة النظام الإيراني، بل حتى النظام السوري نفسه في لحظات اعتراف بعض أذنابه بجزء من الحقيقة، ومن ثم كان لزاماً عليه أن يقف معلناً إما أنها غير صحيحة، أو أنها لا تؤثر في قراراته وتوجهاته شيئاً.



فالمتشككون قد لفتتهم الطريقة التي دفعت بالعربي من موقعه إلى تولي حقيبة الخارجية المصرية بعد "نجاح الثورة"، ثم قفزت به إلى الأمانة العامة لجامعة الدول العربية في وقت كان الجميع متطلع إلى أمين جديد يعبر عن روح الثورة السارية في ربوع العالم العربي، ويدعم حقوق الشعوب، ويرفع من درجة الاهتمام بالحريات العربية ودعم الديمقراطيات؛ فإذا هم أمام وزير خارجية يتطلع أول ما يتطلع إلى علاقة دافئة مع "إيران"، وأمين عام يطير أول ما يطير إلى دمشق في أوج ثورة شعبها ضد نظامها المستبد، ليبدأ مسلسلاً طويلاً من "المشاورات" و"الزيارات" و"المباحثات" وتشكيل اللجان واستقبال الوفود المعارضة والرسمية وإرسال الوسطاء دون أن يفضي كل هذا إلى أي فعل حقيقي يعبر عن رغبة الرجل في إنضاج حل يتسق مع تطلعات الشعب السوري الثائر.




وقطعاً؛ فإن سلوك الأمين العام للجامعة لا يعبر عن رأيه الشخصي حيال ما يجري هنا أو هناك، فلا يمكن أن نظلم الرجل (الذي يتردد ترشحه لرئاسة مصر بين فينة وأخرى) ونحمله تبعات منظمة هزيلة كالجامعة العربية التي هي تجسيد واضح لإرادة عربية مرتهنة لقوى إقليمية ودولية، تلاقت عند نقطة تسليم الضحايا السوريين لجزارهم على مدى عشرة شهور، وارتأت جميعها أن نظاماً يحفظ أمن "إسرائيل" كعصابة بشار ـ كما عصابة المالكي في بغداد ـ هو أولى بالبقاء حتى لو استدعى جسراً جوياً كالذي أقامته واشنطن أثناء حرب 73 بينها وبين تل أبيب، وإن أخذ طوراً آخر كالطريق البري طهران/بغداد/دمشق/الضاحية الجنوبية ببيروت، حيث قطعان الشبيحة والمرتزقة والميليشيات العابرة للحدود، أو كالجسر البحري بين موسكو ودمشق، حيث السفن المحملة بإمدادات عسكرية ولوجيستية للنظام الطائفي في سوريا، وكلاهما مما تغض العواصم الغربية عنه رضاً وامتناناً، من نظام مجهول قادم قد يستنفر طبائع أهل الشام، ويستحضر تاريخهم، ويمهد لسيادتهم، ويمثل تهديداً مستقبلياً ـ مثلما اعتبر نظام صدام كذلك من قبل ـ، وهي أمور لا يمكن لأمين عام للجامعة أن يقف في وجهها إلا إذا كان متسقاً مع تطلعات الشعوب العربية المنتفضة، وانتظم في الصف الثوري الحقيقي، ولو دفع منصبه ثمناً لذلك.


وإذا كنا لا نطمع في هذا الانتصار المبدئي لحق الشعب السوري في الحياة من لدن شخصيات عشقت الدبلوماسية حتى ذابت في أسيدها، فلا أقل من أن نسمع نفياً قاطعاً لهذه المعلومات أو إعلاناً صريحاً بأن صلات القرابة والمصاهرة مع ابن الكاتب المخضرم هيكل، الذي يجزم البعض ـ كما الفنان الكاريكاتوري علي فرزات ـ بأنه شريك كبير لابن خال السفاح بشار، ويشيع البعض ـ كما في موقع المعرفة ـ أنه المستثمر الأكبر لأموال "حزب الله" في السودان، حيث يحتل ابن الاشتراكي هيكل، المركز الـ47 في قائمة أغنى أغنياء العرب (باستثناء الملوك والرؤساء) طبقاً لفوربيس العربية، وهي معلومات تحتاج إلى تدقيق ودحض والتفات من الأمين العام للجامعة العربية في وقت تعبر قطعان من ميليشيا "حزب الله" الحدود السورية/اللبنانية لارتكاب فظائع ومجازر بحق أهلنا في سوريا.. أو لا؛ فاسمح لنا أيها "الأمين" أن نسترسل في "خيالنا" الخصب بشأن علاقتك بما يجري في سوريا، وحول هذه المعلومات، وغيرها مما يفتح من جديد ملف تقديمك للمصريين كوزير خارجية "الثورة" وطريقة تنصيبك، والدوافع التي ساهمت في ذلك، من أول كتابات هيكل حول ضرورة تكوين هيئة حكماء لوضع عقد اجتماعي للمصريين قبل عدة سنوات، مروراً ببروز هؤلاء "الحكماء" وانتهاء بمشهد ذبح السوريين على أيدي "الأصدقاء".



الكاتب

أمير سعيد

موقع المسلم
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Lun 23 Jan - 12:42

Sarkozy et la Syrie : l’aventure commence à tourner court !
21 jan

Le vent tourne indéniablement… Un journaliste meurt tué par des rebelles montrant là leur vrai visage et l’archevêque d’Alep, Mg Jeanbart, accorde deux entretiens grand public simultanés, l’un publié par l’honorable correspondant du Figaro Malbrunot, l’autre diffusé sur la chaîne publique France 24… des propos en rupture de consensus qui constituent peut-être des indices avant-coureurs – certes discrets – d’une éventuelle volte-face française sur le dossier syrien !? Or les états-majors, en France et en Allemagne, semblent désormais passablement défavorables à une nouvelle intervention au Levant alors que la contestation donne des signes d’essoufflement… ne seraient les cruels attentats perpétrés par des hommes de mains encadrés et formés par les Forces et les Services spéciaux de l’axe démoniaque Paris-Londres-Washington-Tel-Aviv.

Aussi le temps commence-t-il certainement à jouer en faveur du Baas et des Alaouites au pouvoir ! Mais également en faveur d’une modernisation de la Syrie et de ses institutions parce qu’à tout chose malheur est bon, et si la Syrie n’en crève pas, si elle échappe au chaos programmé et à la guerre civile, alors el-Assad pourra certainement faire promulguer une nouvelle Constitution et casser l’hégémonie du Baas sur la vie politique syrienne, intégrant ou associant toutes les composantes sociales, culturelles et confessionnelles sans exclusion – la question de la place des Frères musulmans n’étant pas encore tranchée – dans le cadre d’un pacte Républicain et d’une laïcité que souhaitent ardemment les communautés chrétiennes.

Au demeurant les militaires occidentaux, américains compris, échaudés par les cuisants fiasco irakien et afghan – chat échaudé craint l’eau froide – ne sont pas emballés par la perspective d’une nouvelle aventure militaire en Syrie, et au-delà, en Iran. Parce que la Syrie, n’est pas la Libye, c’est un gros morceau, qui plus est « équipée » par la Russie revenue depuis peu à ses positions premières de ferme soutien de Damas ! Un nouveau revers donc pour M. Sarkozy, cette fois diplomatique et militaire, après la dégradation peu reluisante de la cotation triple A de l’économie hexagonale. Le ludion élyséen, perdant une à une ses cartes maîtresses, notamment celle, à cent jours de l’échéance présidentielle, d’apparaître une fois de plus en chef de guerre… et de même que l’on ne change pas de cheval au milieu du gué, pendant les hostilités le peuple souverain n’est pas supposé limoger le commandant suprême des armées ! Reste que le président céfran semble ces temps-ci marqué par une féroce scoumoune et qu’il apparaît à présent presque aussi nu qu’un perdant du petit matin sur le perron d’un casino… À tel point, que la question se pose désormais de savoir si oui ou non il pourrait finir par renoncer à briguer un second mandat ? Qui sait ?

Manifestation du million du peuple syrien opposé aux "agents séoudiens, d'Israël et des US-atlantistes"
La mort d’un journaliste manipulée et récupérée par les cyniques

Gilles Jacquier, grand reporter de France 2, est décédé le 11 janvier à Homs, dans le centre de la Syrie, victime d’une roquette antichar, l’attaque ayant causé huit morts et fait 25 blessés. Récit [AFP] : « Devant l’hôpital de Zahira, un attroupement de militants pro-Assad s’était formé scandant des slogans favorables au régime. Brutalement un projectile de lance-roquette antichar a frappé la foule… Les journalistes se sont précipités pour voir, et à ce moment précis une seconde roquette les a touchés tuant Jacquier sur le coup ».

Les choses semblent simples, et bien non. Dès le lendemain, M. Juppé ci-devant ministre des Affaires étrangères, exigeait qu’une « enquête soit menée afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce décès » ! [Paris soupçonne une manipulation - Le Figaro 13 janv.] Les choses paraissaient pourtant assez claires, mais l’Élysée – pour lequel « tout fait ventre » – au lieu de déplorer la mort d’un fonctionnaire français – Fr2 relève du Service public n’est-ce pas ? – ne pouvait pas ne pas chicaner et chercher des poux dans la tête des autorités syriennes, sous-entendant qu’elles pourraient être les instigatrices des tirs meurtriers 1.

Le simple bon sens n’impose-t-il pas de voir dans cet incident l’un de ces tristes hasards de la guerre ? Une guerre dont se passeraient bien les Syriens à en croire les témoignages qui se multiplient tel celui de l’archevêque d’Alep, Mg Jean-Clément Jeanbart [Fr24 13 janv.11]. Mais c’est le contraire que nous lisons, voyons et entendons sur ces vecteurs de propagande que sont aujourd’hui nos médias libres, ardents promoteurs de toutes les ingérences et de la guerre à coup de bilans truqués et d’infos biaisées. Car la distance se creuse toujours davantage dans le cas syrien entre les informations « non alignées » et ce que les médias officiels nous disent de la rébellion… nous donnant par exemple, à prendre pour argent comptant, les « 5000 morts dus à la répression ». Chiffre avancé, sans aucune base sérieuse, par le Secrétariat général des Nations unies [dont les hélicoptères de la paix et de l’harmonie universelle participèrent activement au bombardement, en Côte d’Ivoire, du palais président Laurent Gbagbo] et qui n’opère aucun distinguo entre les victimes effectivement dues aux opérations de maintien de l’ordre et celles liées à la violence des factions dissidentes, dont, entres autres, Gilles Jacquier a fait les frais !

D’ailleurs n’est-ce pas un tantinet indécent d’accuser à la hâte, avant toute enquête, alors qu’il est établi que la France est justement l’un des boutefeux étrangers à l’œuvre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire syrien, au Liban et en Turquie ? N’est-ce pas là un cas de la plus belle espèce d’inversion accusatoire, soit de « projection » de ses propres intentions et roueries sur autrui ? Ce qui en dirait long sur la duplicité et l’aptitude aux coups tordus de l’équipe aux manettes à Paris. Le jour même de ce tir au but réussi 2, le président Sarkozy avait demandé que les Autorités syriennes « fassent toute la lumière sur la mort d’un homme qui ne faisait que son métier : informer ». Ou désinformer, selon le point de vue auquel on se place : Kossovo, Zaïre, Algérie, Afghanistan, Printemps arabe, Jacquier aura été de tous les fronts chauds de ces douze dernières années… Or nous savons quel a été le travail de tromperie auquel se sont livrés les grands médias. Il ne s’agit pas ici de mettre en cause les lampistes désignés pompeusement sous le vocable « grands reporters », mais qui peut ignorer maintenant que l’on peut tout faire dire, et son contraire, à une caméra ? Filmer en « plan serré » permet ainsi de créer des effets de foules là où n’est rassemblée qu’une poignée de pékins et de figurants… comme à Benghazi pour les 2’ 40’’ du discours triomphaliste de M. Sarkozy après le lynchage du Raïs déchu [Lemonde.fr 16 sept]. Nagy Bocsa, de Gaulle au petit pied, mal à l’aise dans les grandes godasses de son prédécesseur, lançant pour sa part un poussif « Vive Benghazi, vive la Libye, vive l’amitié entre la France et la Libye » 3. Cela pour dire que lorsque l’on parle du « métier d’informer » l’on peut à bon escient se tapoter le menton de façon ultra dubitative… M. Sarkozy, maître ès manipulations, sait de quoi il retourne en ce noble domaine 4.

Le vent tourne et la Russie, hier hésitante, raffermit ses positions anti-euratlantistes

Mardi 10 janvier, après une escale de trois jours sur les côtes syriennes face au port de Tartous, le porte-avions Amiral Kouznetsov repartait vers la haute mer. Le navire amiral était accompagné de cinq autres bâtiments et de plusieurs submersibles, d’où furent déchargés des équipements indéterminés ! La Russie, déjà principal fournisseur d’armes de la Syrie pendant la Guerre froide, s’oppose fermement au Conseil de Sécurité à tout un embargo sur les armes qui pourrait être adopté à l’encontre de Damas. Quant à savoir si parmi les matériels débarqués se trouvaient des éléments des fameuses batteries des missiles supersoniques sol-air S-300, il faudrait être dans le secret des Dieux de la guerre…

Trois jours plus tard, le 13 [AFP] Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, dénonçait vertement les amendements apportés par la Trilogie du mal anglo-franco-américaine à son projet de Résolution relatif aux événements syriens, considérant que les modifications apportées camouflaient l’intention arrêtée de renverser le régime 5. Une tromperie sur la marchandise du même tonneau que, pour la Libye, le détournement de la Résolution 1973 qui avait servi de prétexte à la conduite d’une vilaine guerre de conquête sous couvert d’intervention à populations en danger… Mi-décembre, Moscou avait en effet présenté un projet de Résolution – jugé trop modéré par les interventionnistes va-t’en-guerre de Washington, Londres, Berlin et Paris – condamnant les violences exercées « par toutes les parties, y compris l’usage disproportionné de la force par les autorités syriennes ». Mais cela était trop raisonnable pour ces Messieurs les démocrates à la fleur au fusil !

Auto-dénonciation des média-mensonges

Alors que la presse britannique confirme – avec un certain cynisme ou une inconscience certaine – que les Forces spéciales de sa Majesté, la CIA et le MI6 appuient l’insurrection armée et entraînent les rebelles syriens suivant un modus operandi analogue à celui suivi en Libye où les SAS – Special Air Services britanniques – auraient été à l’œuvre au sol bien avant le déclenchement des frappes aériennes de l’Otan 6. De la même façon, les forces spéciales britanniques et françaises forment actuellement les éléments de l’Armé Syrienne Libre… sur le sol turc, mais également vraisemblablement en Libye et au nord Liban, tandis que les Américains lui fourniraient sa logistique en matière de télécommunication !

Difficile de savoir ce qu’il en est réellement. Les rumeurs vont bon train, dans un sens comme dans l’autre et la guerre des communiqués fait rage. L’ASL revendique quelque 40 000 personnels ayant fait défection – c’est-à-dire en langage courant, ayant déserté – depuis le 15 mars 2011, mais les chiffres paraissent fantaisistes et sont totalement invérifiables… Tout comme la plupart des chiffres assénés avec un aplomb d’enfer par des envoyés très spéciaux habitués à répéter en boucle ce que l’ensemble de leur profession serine à longueur de temps. Sans jamais mentionner bien sûr faits et témoignages qui pourraient corriger, ou écorner, la vision aussi dramatique qu’idyllique d’un peuple en lutte pour sa liberté… Ainsi la rumeur persistante d’un contingent de combattants libyens salafistes venus prêter main forte aux radicaux sunnites locaux. Un retour des Brigades internationales en quelque sorte, cette fois non plus au profit du bolchévisme, mais à celui du Nouvel Ordre Mondial judéo-protestant, libéral et chariatique tout à la fois ! Du déjà vu pour qui se souvient des djihadistes recrutés par Al Qaïda opérant naguère en Afghanistan, au service de la CIA sous couvert de l’ISI pakistanaise et sous la direction éclairée d’Oussama Ben Laden, prosélyte zélé de l’Islam rigoriste et wahhabite saoudien.

Le 3 octobre dernier le Conseil national syrien – CNS – demandait instamment à la communauté internationale d’intervenir en Syrie afin de prodiguer soins et assistance au « peuple assassiné ». De tous temps une poignée de factieux a su se prétendre être et représenter « le peuple » tout entier… les ultra minorités parlent toujours en pareilles circonstances au nom de majorités, lesquelles n’en peuvent mais. Il n’en reste pas moins que la politologue Bassma Kodmani, membre du Secrétariat général du CNS – son Politburo ! – trahissait incidemment [Le Figaro 3 oct.11] une réalité de terrain moins glorieuse, avouant au quotidien de M. Dassault qu’à l’heure actuelle le mouvement de protestation serait en passe de s’essouffler, convenant que « la stratégie de répression du pouvoir est beaucoup plus efficace aujourd’hui qu’au début de la contestation. Les manifestants ont parfois du mal à tenir. C’est pourquoi le Conseil national syrien demande pour le peuple la protection de la communauté internationale ». Et le CNS a été entendu puisqu’il n’a été créé que justement pour cela : exiger de manière pressante, et par-là justifier, une intervention extérieure de la « Communauté internationale » !

Signalons que les membres de ce fameux CNS, en principe représentatifs – mais en principe seulement – de la nation syrienne, lui sont presque totalement inconnus ou parfois pire, détestés par eux 7… Contrairement à Assad qui n’a jamais été plus légitime à leurs yeux ! Un faux paradoxe, évidemment. Qui d’ailleurs s’interroge ou s’offusque que les médias occidentaux ne relatent jamais les meurtres et les exactions de l’opposition syrienne, nous les présentant exclusivement comme de pitoyables victimes de la vindicte d’un État tyrannique ? A contrario, quand il s’agit d’un journaliste étranger, français en l’occurrence, tous se déchaînent pour jeter la suspicion sur les autorités légitimes coupables a priori des crimes des rebelles ! Comprenne qui pourra ?

Quant à Mme Bassma Kodmani, celle-ci vit en France depuis en 1968 et peut difficilement prétendre connaître de l’intérieur les évolutions et les événements qui affectent en ce moment son pays d’origine. Elle n’a pas connu l’époque d’Hafez el-Assad, père de Bachar et instaurateur du régime actuel, à telle enseigne qu’elle évoque complaisamment dans l’émission de débat de la Cinq « C dans l’air », le marasme économique syrien alors que l’économie du pays connaît un taux de croissance soutenu tournant autour de 4 à 5% et que le Pib par habitant aurait été doublé depuis l’arrivée au pouvoir de Bachar el-Assad en l’an 2000 !

Le vent commence-t-il à tourner ?

Reste que quelques certitudes finissent par émerger malgré tout de ce brouillard d’informations contradictoires : les événements syriens n’ont rien, absolument rien à voir avec une révolte populaire : les chiffres sont bidonnés, la révolte est cantonnée au sud-ouest du pays dans des zones où l’emprise des Frères musulmans est avérée – Hama, Homs et Deraa proche de la frontière libano-israélo-jordanienne -, et où a démarré la révolte. Cependant le régime tient bon, bénéficiant d’un indéniable appui populaire et la révolte marque le pas. Elle se serait sans doute déjà éteinte si elle n’était alimentée en armes de l’extérieur et si les démocraties occidentalistes ne s’époumonaient à souffler sur les braises.

La Russie – elle aussi très proche d’échéances présidentielles – a par contre durci le ton et rejoint dans un front du refus – à toutes sanctions et de toutes mesures de coercition à l’encontre de Damas – la Chine intraitable sur ce dossier… et cela n’est pas de bon augure pour l’agenda atlantiste qui risque d’en être bouleversé.

Le seul fait que le 11 janvier Le Figaro, puis le 13, France 24 aient donné la parole à Jean-Clément Jeanbart, archevêque catholique d’Alep, est un fait remarquable dans le désert intellectuel du Paf – paysage audiovisuel français. Celui-ci exprime sans ambiguïté et sans précautions oratoires excessives, la peur des Églises syriennes, au vu des persécutions dont les Catholiques assyro-chaldéens et les Nestoriens sont victimes en Irak depuis la chute de Saddam Hussein qui en était le grand protecteur. Les Chrétiens craignent effectivement de subir un sort équivalent à l’occasion de l’éventuelle chute du régime baasiste et de l’inévitable prise du pouvoir par les Frères musulmans, aussi modérés se présentent-ils à présent. Une telle liberté de parole marque à l’évidence un tournant remarquable dans le traitement médiatique du dossier syrien, d’autant que la présentatrice ne présentait aucun des symptômes et tics habituels de désagrément se manifestant lorsqu’un invité outrepasse la doxa dominante ou le politiquement correct de rigueur. Cela mérite réflexion. Mais laissons donc la parole à un témoin crédible et critique s’il en est…

Qu’en dit Mgr Jeanbart ?

« Nous sommes très préoccupés par les conséquences d’un renversement du régime, qui pousserait beaucoup de nos fidèles à émigrer comme en Irak depuis la chute de Saddam Hussein… Nous redoutons la domination de Frères musulmans dogmatiques… C’est précisément parce qu’ils ne pèsent pas lourd [15 % de la population] que les islamistes veulent aller vite pour renverser le régime. C’est également pour cette raison qu’ils sont aussi actifs dans les rangs de l’opposition à l’extérieur du pays et qu’ils refusent tout dialogue avec le pouvoir. Les Frères musulmans ne peuvent renaître que dans le cadre d’un renversement brutal auquel ils prétendront avoir participé depuis l’étranger grâce à l’appui des Turcs et des monarchies du Golfe. Comme en Libye ».

Que faire ?

« … Il faut une transition démocratique dans le cadre de réformes que le pouvoir doit engager. C’est encore possible. Bachar el-Assad est en train de persuader le parti Baas d’accepter les réformes. Des avancées ont été enregistrées… Une nouvelle Constitution sera annoncée le mois prochain… Il sera stipulé qu’aucun parti ne pourra être fondé sur une base confessionnelle. Le président ne pourra pas non plus être élu plus de deux fois, et l’Article VIII qui garantissait l’hégémonie du Baas, sera supprimé. Malgré les violences il faut encore donner sa chance à Assad… Le régime bénéficie de l’appui des minorités. Les alaouites sont environ 12-13 % et ils soutiennent intégralement le président, les menaces proférées par les Frères musulmans ont uni la communauté dans la peur des règlements de comptes. Les chrétiens sont 10 % environ, avec 90 % d’entre eux derrière le régime ; les Kurdes, les druzes et les ismaéliens dans la même proportion. Et il ne faut pas oublier les 2,5 millions de baasistes qui ont, eux aussi, un intérêt à ce que le régime survive. Si vous y ajoutez les commerçants sunnites de Damas et d’Alep, vous dépassez probablement les 50 % appuyant Bachar. Et les attentats terroristes sont en train de regrouper d’autres Syriens autour du pouvoir. Nous avons peur. Nous avons toujours vécu dans un pays sûr. On ne veut pas ressembler à l’Irak. Et puis l’évolution des transitions en Libye et en Égypte ne nous rassure pas. Tout cela renforce le pouvoir, même s’il réprime certainement trop ».

L’opposition à l’étranger ?

« Je l’aurais soutenue si ses responsables n’avaient pas approuvé une intervention étrangère contre mon pays. Mais depuis le début ils refusent tout dialogue. Ils ont le droit de critiquer, mais sans aller jusqu’à vouloir détruire la Syrie. D’autre part, leur représentativité auprès du peuple est faible. Nous n’avions jamais entendu parler de Buhran Ghalioun ou de Bassma Kodmani avant ces événements. Les seuls dont on connaissait le nom sont ceux liés aux Frères musulmans qui avaient des relais anciens en Syrie. »

L’attitude de la France ?

« Je ne vous cache pas qu’il y a une équivoque que je ne comprends pas. La position française ne va ni dans le sens de votre pensée républicaine, ni dans le sens de ses intérêts. Jamais la France n’a eu autant la faveur de la Syrie que ces dernières années. À Alep, j’ai réussi par exemple à ouvrir quatre écoles en partenariat avec la France. Pourquoi être aussi en pointe contre la Syrie ? On n’aurait jamais imaginé cela de la France, en particulier nous autres les Chrétiens » 8

Alain Juppé et des responsables du Conseil national syrien (CNS), (mis en place par les services français), dont son dirigeant provisoire Burhan Ghalioun, désignés par le MOSSAD.


« Le président syrien est loyal, je le connais bien »

Sur France 24 Jean-Clément Jeanbart, en direct et par conséquent non soumis à quelconque restriction mentale inhérente aux rigides colonnes du Figaro, s’exprime tel qu’en lui-même et non revu et corrigé par le plumitif de service… Ainsi Bachar al-Assad est-il au regard du prélat, qui pèse ses mots et les répète « un homme loyal et sincère » et non le monstre sanguinaire habituellement présenté dans nos médias libre. « Un homme loyal et sincère… auquel il faut laisser une chance de mener ses réformes pour sortir le pays de l’impasse ». Nous sommes ici en direct, un cran au-dessus du différé et du truchement de l’écrit : « Nous, les chrétiens, avons peur. Nous redoutons non seulement une guerre civile mais aussi la domination des salafistes, des fondamentalistes ». Les choses sont dites !

« Assad tiendra ses promesses »

Le problème véritable de la Syrie n’est pas « la dictature du président alaouite mais la dictature du parti Baas… Ce régime est dictatorial, il n’avance pas. Il y a du bon et du mauvais dans ce parti, mais aujourd’hui, le mauvais a pris le dessus ». Mgr Jeanbart remonte patiemment le courant : « Les chaînes de télévision ne montrent que les manifestations anti-régime, elles existent, mais je puis vous affirmer que des mobilisations pro-Assad ont également lieu, et elles réunissent quotidiennement des centaines de milliers de personnes ». « …Assad a promis la tenue d’un référendum sur une nouvelle Constitution en mars, laissons-le travailler… J’attends que le président tienne ses promesses. Et je crois qu’il les tiendra » ! Sans doute, s’il le peut, si les Forces spéciales franco-anglo-qattaries lui en laissent le temps et si le Baas, fort des précédents irakiens et libyens ne durcit pas encore une politique de répression apparemment trop souvent indiscriminée.

Initiative contre la guerre : résistants de tous pays unissez-vous

In fine, il existe tout, il y a un « bon et un mauvais cholestérol » une bonne gauche et une gauche détestable, une droite de l’argent et une droite des valeurs… Lancé à l’initiative de Domenico Losurdo, communiste italien professeur d’histoire de la philosophie à l’université d’Urbino, un appel international multilingue à destination des gouvernements occidentaux quémande l’arrêt d’urgence de la machine à broyer les peuples que nos gouvernements ont mis en marche au Proche-Orient et dans le Golfe arabo-persique… Un dispositif dont le tic-tac infernal est chaque jour davantage amplifié par le concert des caisses de résonance médiatiques.

En substance, ce que dit l’appel et que nous pouvons faire nôtre : « À présent que se prépare sans vergogne une guerre contre l’Iran et la Syrie, deux pays stratégiquement importants, riches en matières premières et qui refusent, en toute indépendance politique, de se soumettre aux diktats atlantistes. Une agression de l’Otan en Syrie ou en Iran serait susceptible de provoquer un conflit direct avec la Russie et la Chine avec des conséquences inimaginables »…

« De continuelles menaces de guerre, le déploiement de troupes aux frontières de l’Iran et de la Syrie, sans parler d’actions terroristes et de sabotage par des unités spéciales infiltrées, tout cela fait partie de l’arsenal avec lequel les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France cherchent à imposer leur imperium à ces deux États. Ainsi les États-Unis et l’Union européenne entendent-ils de façon cynique et inhumaine paralyser par l’embargo le commerce extérieur et les transactions financières de ces pays. De manière délibérée, ils veulent précipiter les économies iranienne et syrienne dans le marasme le plus grave, multiplier le nombre de chômeurs et compromettre l’approvisionnement de la population. Pour trouver un prétexte à des interventions armées planifiées depuis belle lurette, ils cherchent à attiser les conflits ethniques et sociaux internes et à provoquer la guerre civile ». Nous ne saurions mieux dire !
Notes

(1) Figaro 13 janv. Paris, selon « une source proche du président Sarkozy », soupçonne « une manipulation » des autorités syriennes qui les impliquerait dans la mort du journaliste de France 2 compte tenu que « les responsables syriens étaient seuls à savoir qu’un groupe de journalistes occidentaux visitait Homs ce jour-là ». Si ce n’était aussi grotesque, ce serait risible, cela nous rappelant l’acharnement de Chirac – et de la Communauté internationale ! – à imputer à Bachar el-Assad l’assassinat en février 2005 de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri. Cela rappelle également l’exploitation de l’attentat de Markalé, le marché principal de Sarajevo, le 5 février 1994, laquelle apporta le prétexte nécessaire à l’Otan pour resserrer son emprise sur les Serbes accusés d’en être les auteurs… Alors que de nombreux témoignages démentaient la version attribuant aux « milices Serbes » cet acte de terrorisme, M. Juppé déjà déclarait à l’émission télévisuelle 7/7 : « Au fond peu importe qui a tiré, la question n’est pas là ! Les coupables ce sont les responsables de la situation de violence qui règne à Sarajevo, c’est à dire les Serbes » ! Sentence évidemment applicable ou réutilisable dans les circonstances actuelles et la mort du journaliste français.

(2) Malgré l’ironie apparente du propos nous compatissons bien entendu à la douleur des proches du preneur d’images défunt, victime de la déplorable politique d’un gouvernement fauteur tous azimuts de guerres civiles au profit d’un nouvel empire califal et de l’unification de l’aire islamique convertie aux bienfaits de la démocratie universelle concocté à Manhattan, Brooklyn et Chicago.

(3) Le 24 juil. 1967 le chef de l’État lançait à Montréal un « Vive le Québec libre » devant cinq cent mille personnes, cri du cœur qui allait déclencher une extraordinaire crise diplomatique entre Paris et Ottawa.

(4) Sans doute n’est pas pur hasard si l’article 27 (modifié en sept. 2000 et dont l’utilisation ressort de la seule initiative du procureur de la République) de la loi de 1881 sur la presse sanctionnant le délit de « fausses nouvelles » n’a jamais été adapté aux mutations de la société de l’information et à ses capacités surmultipliées de falsifications en tous genres. Pourtant on ne sait que trop bien qu’une information déformée, biaisée peut être cause de troubles graves et dans certains cas peut constituer un acte de haute trahison. Souvenons-nous de la « Dépêche d’Ems » – télégramme envoyé par le chancelier Bismarck le 13 juillet 1870 – dont la transcription tronquée fut à l’origine de la désastreuse guerre franco-prussienne, elle-même origine de la Grande guerre.

(5) L’opposition russe aux « projets » belliqueux des Atlantistes concerne autant la Syrie que l’Iran qui devrait être prochainement soumis à un nouvel embargo renforcé – notamment pétrolier portant sur ses exportations de brut – de la part des Vingt-Sept. La Russie a jusqu’à aujourd’hui, accepté quatre trains de sanctions, mais désormais, à l’instar de la Chine populaire, elle entend s’opposer catégoriquement à toutes « nouvelles sanctions contre l’Iran ainsi qu’à une éventuelle opération militaire ». Notons que ce sont les huiles moscovites qui parlent à cette heure de guerre potentielle et non un quelconque blogueur atteint de paranoïa aiguë ! L’UE, après l’adoption à la suite des É-U du principe d’un embargo pétrolier contre l’Iran, prépare en outre pour le 23 janvier un dispositif de sanctions supplémentaires, soit le garrotage complet de l’Iran rétif, voire son asphyxie définitive… ne serait le cordon ombilical qui le relie à la Chine par le truchement du Pakistan.

(6) Cf. Michel Chossudovsky, professeur Université d’Ottawa, « Global Research » 7 janvier, s’appuyant sur l’article « British Special Forces Training Syrian Rebels ? » – UK Forces 5 janv. Source non vérifiée.

(7) Les Américains avaient utilisé pour l’Irak, selon un procédé identique Ahmed Chalabi, escroc notoire – voir la faillite de l’établissement bancaire jordanien Petra – en cheville avec les Likoudniki les plus influents de Washington, enseignant à l’Université de Chicago et au MIT (?), il fut mis à la tête du fantomatique Congrès national irakien ayant pour mission de valider le mythe dévastateur des armes de destruction massives. En récompense il fut nommé ministre du pétrole par intérim en 2005 puis vice-premier ministre de mai 2005 à mai 2006. Démasqué, il s’évanouit finalement dans la nature, cependant Ahmed Chalabi continuerait d’être membre du Groupe de Bilderberg !

(Cool Propos recueillis par Georges Malbrunot – Le Figaro 11 janvier 2012

Geopolintel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Lun 23 Jan - 13:56


Israël doit être prêt à accueillir des Syriens de la communauté alaouite sur le plateau du Golan en cas de chute du régime du président syrien Bachar Al-Assad, a soutenu mardi le chef d'état-major israélien Benny Gantz.

« La chute d'Assad portera préjudice à la communauté alaouite. Nous devons, nous, être prêts à accueillir des réfugiés sur le Golan », a déclaré M. Gantz devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement israélien, selon le porte-parole de cette commission.

Le président Assad est issu de la communauté alaouite, une branche de l'islam chiite très minoritaire dans le pays. Les alaouites représentent de 10 % à 15 % de la population, contre environ 75 % de musulmans sunnites.

Les alaouites détiennent cependant les postes-clés au sein de l'appareil de sécurité du président Al-Assad, responsable selon l'ONU de plus de 5000 morts depuis le début du soulèvement populaire en mars 2011.

Les chabbiha, des milices utilisées par le régime pour mater la dissidence dans plusieurs villes du pays, sont aussi composées d'alaouites. Détestés par les protestataires, ils pourraient être la cible d'attaques si le régime devait s'écrouler comme en Libye.

Au début du mois, le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, avait mis en garde contre les conséquences que pourrait avoir la chute du président Assad sur la situation dans le Golan, un territoire stratégique appartenant à la Syrie, mais occupé par Israël en 1967 et annexé en 1981. Quelque 20 000 colons s'y sont installés.

Ehoud Barak a récemment déclaré devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement israélien que la famille Assad « n'en a plus que pour quelques semaines » à diriger la Syrie, et que cela risque d'avoir des conséquences sur le plateau du Golan.


http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/01/10/006-syrie-alaouites-israel.shtml

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Lun 23 Jan - 14:36

Sarkozy et la Syrie : l’aventure commence à tourner court !
21 jan

Le vent tourne indéniablement… Un journaliste meurt tué par des rebelles montrant là leur vrai visage et l’archevêque d’Alep, Mg Jeanbart, accorde deux entretiens grand public simultanés, l’un publié par l’honorable correspondant du Figaro Malbrunot, l’autre diffusé sur la chaîne publique France 24… des propos en rupture de consensus qui constituent peut-être des indices avant-coureurs – certes discrets – d’une éventuelle volte-face française sur le dossier syrien !? Or les états-majors, en France et en Allemagne, semblent désormais passablement défavorables à une nouvelle intervention au Levant alors que la contestation donne des signes d’essoufflement… ne seraient les cruels attentats perpétrés par des hommes de mains encadrés et formés par les Forces et les Services spéciaux de l’axe démoniaque Paris-Londres-Washington-Tel-Aviv.

Aussi le temps commence-t-il certainement à jouer en faveur du Baas et des Alaouites au pouvoir ! Mais également en faveur d’une modernisation de la Syrie et de ses institutions parce qu’à tout chose malheur est bon, et si la Syrie n’en crève pas, si elle échappe au chaos programmé et à la guerre civile, alors el-Assad pourra certainement faire promulguer une nouvelle Constitution et casser l’hégémonie du Baas sur la vie politique syrienne, intégrant ou associant toutes les composantes sociales, culturelles et confessionnelles sans exclusion – la question de la place des Frères musulmans n’étant pas encore tranchée – dans le cadre d’un pacte Républicain et d’une laïcité que souhaitent ardemment les communautés chrétiennes.

Au demeurant les militaires occidentaux, américains compris, échaudés par les cuisants fiasco irakien et afghan – chat échaudé craint l’eau froide – ne sont pas emballés par la perspective d’une nouvelle aventure militaire en Syrie, et au-delà, en Iran. Parce que la Syrie, n’est pas la Libye, c’est un gros morceau, qui plus est « équipée » par la Russie revenue depuis peu à ses positions premières de ferme soutien de Damas ! Un nouveau revers donc pour M. Sarkozy, cette fois diplomatique et militaire, après la dégradation peu reluisante de la cotation triple A de l’économie hexagonale. Le ludion élyséen, perdant une à une ses cartes maîtresses, notamment celle, à cent jours de l’échéance présidentielle, d’apparaître une fois de plus en chef de guerre… et de même que l’on ne change pas de cheval au milieu du gué, pendant les hostilités le peuple souverain n’est pas supposé limoger le commandant suprême des armées ! Reste que le président céfran semble ces temps-ci marqué par une féroce scoumoune et qu’il apparaît à présent presque aussi nu qu’un perdant du petit matin sur le perron d’un casino… À tel point, que la question se pose désormais de savoir si oui ou non il pourrait finir par renoncer à briguer un second mandat ? Qui sait ?

Manifestation du million du peuple syrien opposé aux "agents séoudiens, d'Israël et des US-atlantistes"
La mort d’un journaliste manipulée et récupérée par les cyniques

Gilles Jacquier, grand reporter de France 2, est décédé le 11 janvier à Homs, dans le centre de la Syrie, victime d’une roquette antichar, l’attaque ayant causé huit morts et fait 25 blessés. Récit [AFP] : « Devant l’hôpital de Zahira, un attroupement de militants pro-Assad s’était formé scandant des slogans favorables au régime. Brutalement un projectile de lance-roquette antichar a frappé la foule… Les journalistes se sont précipités pour voir, et à ce moment précis une seconde roquette les a touchés tuant Jacquier sur le coup ».

Les choses semblent simples, et bien non. Dès le lendemain, M. Juppé ci-devant ministre des Affaires étrangères, exigeait qu’une « enquête soit menée afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce décès » ! [Paris soupçonne une manipulation - Le Figaro 13 janv.] Les choses paraissaient pourtant assez claires, mais l’Élysée – pour lequel « tout fait ventre » – au lieu de déplorer la mort d’un fonctionnaire français – Fr2 relève du Service public n’est-ce pas ? – ne pouvait pas ne pas chicaner et chercher des poux dans la tête des autorités syriennes, sous-entendant qu’elles pourraient être les instigatrices des tirs meurtriers 1.

Le simple bon sens n’impose-t-il pas de voir dans cet incident l’un de ces tristes hasards de la guerre ? Une guerre dont se passeraient bien les Syriens à en croire les témoignages qui se multiplient tel celui de l’archevêque d’Alep, Mg Jean-Clément Jeanbart [Fr24 13 janv.11]. Mais c’est le contraire que nous lisons, voyons et entendons sur ces vecteurs de propagande que sont aujourd’hui nos médias libres, ardents promoteurs de toutes les ingérences et de la guerre à coup de bilans truqués et d’infos biaisées. Car la distance se creuse toujours davantage dans le cas syrien entre les informations « non alignées » et ce que les médias officiels nous disent de la rébellion… nous donnant par exemple, à prendre pour argent comptant, les « 5000 morts dus à la répression ». Chiffre avancé, sans aucune base sérieuse, par le Secrétariat général des Nations unies [dont les hélicoptères de la paix et de l’harmonie universelle participèrent activement au bombardement, en Côte d’Ivoire, du palais président Laurent Gbagbo] et qui n’opère aucun distinguo entre les victimes effectivement dues aux opérations de maintien de l’ordre et celles liées à la violence des factions dissidentes, dont, entres autres, Gilles Jacquier a fait les frais !

D’ailleurs n’est-ce pas un tantinet indécent d’accuser à la hâte, avant toute enquête, alors qu’il est établi que la France est justement l’un des boutefeux étrangers à l’œuvre, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire syrien, au Liban et en Turquie ? N’est-ce pas là un cas de la plus belle espèce d’inversion accusatoire, soit de « projection » de ses propres intentions et roueries sur autrui ? Ce qui en dirait long sur la duplicité et l’aptitude aux coups tordus de l’équipe aux manettes à Paris. Le jour même de ce tir au but réussi 2, le président Sarkozy avait demandé que les Autorités syriennes « fassent toute la lumière sur la mort d’un homme qui ne faisait que son métier : informer ». Ou désinformer, selon le point de vue auquel on se place : Kossovo, Zaïre, Algérie, Afghanistan, Printemps arabe, Jacquier aura été de tous les fronts chauds de ces douze dernières années… Or nous savons quel a été le travail de tromperie auquel se sont livrés les grands médias. Il ne s’agit pas ici de mettre en cause les lampistes désignés pompeusement sous le vocable « grands reporters », mais qui peut ignorer maintenant que l’on peut tout faire dire, et son contraire, à une caméra ? Filmer en « plan serré » permet ainsi de créer des effets de foules là où n’est rassemblée qu’une poignée de pékins et de figurants… comme à Benghazi pour les 2’ 40’’ du discours triomphaliste de M. Sarkozy après le lynchage du Raïs déchu [Lemonde.fr 16 sept]. Nagy Bocsa, de Gaulle au petit pied, mal à l’aise dans les grandes godasses de son prédécesseur, lançant pour sa part un poussif « Vive Benghazi, vive la Libye, vive l’amitié entre la France et la Libye » 3. Cela pour dire que lorsque l’on parle du « métier d’informer » l’on peut à bon escient se tapoter le menton de façon ultra dubitative… M. Sarkozy, maître ès manipulations, sait de quoi il retourne en ce noble domaine 4.

Le vent tourne et la Russie, hier hésitante, raffermit ses positions anti-euratlantistes

Mardi 10 janvier, après une escale de trois jours sur les côtes syriennes face au port de Tartous, le porte-avions Amiral Kouznetsov repartait vers la haute mer. Le navire amiral était accompagné de cinq autres bâtiments et de plusieurs submersibles, d’où furent déchargés des équipements indéterminés ! La Russie, déjà principal fournisseur d’armes de la Syrie pendant la Guerre froide, s’oppose fermement au Conseil de Sécurité à tout un embargo sur les armes qui pourrait être adopté à l’encontre de Damas. Quant à savoir si parmi les matériels débarqués se trouvaient des éléments des fameuses batteries des missiles supersoniques sol-air S-300, il faudrait être dans le secret des Dieux de la guerre…

Trois jours plus tard, le 13 [AFP] Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, dénonçait vertement les amendements apportés par la Trilogie du mal anglo-franco-américaine à son projet de Résolution relatif aux événements syriens, considérant que les modifications apportées camouflaient l’intention arrêtée de renverser le régime 5. Une tromperie sur la marchandise du même tonneau que, pour la Libye, le détournement de la Résolution 1973 qui avait servi de prétexte à la conduite d’une vilaine guerre de conquête sous couvert d’intervention à populations en danger… Mi-décembre, Moscou avait en effet présenté un projet de Résolution – jugé trop modéré par les interventionnistes va-t’en-guerre de Washington, Londres, Berlin et Paris – condamnant les violences exercées « par toutes les parties, y compris l’usage disproportionné de la force par les autorités syriennes ». Mais cela était trop raisonnable pour ces Messieurs les démocrates à la fleur au fusil !

Auto-dénonciation des média-mensonges

Alors que la presse britannique confirme – avec un certain cynisme ou une inconscience certaine – que les Forces spéciales de sa Majesté, la CIA et le MI6 appuient l’insurrection armée et entraînent les rebelles syriens suivant un modus operandi analogue à celui suivi en Libye où les SAS – Special Air Services britanniques – auraient été à l’œuvre au sol bien avant le déclenchement des frappes aériennes de l’Otan 6. De la même façon, les forces spéciales britanniques et françaises forment actuellement les éléments de l’Armé Syrienne Libre… sur le sol turc, mais également vraisemblablement en Libye et au nord Liban, tandis que les Américains lui fourniraient sa logistique en matière de télécommunication !

Difficile de savoir ce qu’il en est réellement. Les rumeurs vont bon train, dans un sens comme dans l’autre et la guerre des communiqués fait rage. L’ASL revendique quelque 40 000 personnels ayant fait défection – c’est-à-dire en langage courant, ayant déserté – depuis le 15 mars 2011, mais les chiffres paraissent fantaisistes et sont totalement invérifiables… Tout comme la plupart des chiffres assénés avec un aplomb d’enfer par des envoyés très spéciaux habitués à répéter en boucle ce que l’ensemble de leur profession serine à longueur de temps. Sans jamais mentionner bien sûr faits et témoignages qui pourraient corriger, ou écorner, la vision aussi dramatique qu’idyllique d’un peuple en lutte pour sa liberté… Ainsi la rumeur persistante d’un contingent de combattants libyens salafistes venus prêter main forte aux radicaux sunnites locaux. Un retour des Brigades internationales en quelque sorte, cette fois non plus au profit du bolchévisme, mais à celui du Nouvel Ordre Mondial judéo-protestant, libéral et chariatique tout à la fois ! Du déjà vu pour qui se souvient des djihadistes recrutés par Al Qaïda opérant naguère en Afghanistan, au service de la CIA sous couvert de l’ISI pakistanaise et sous la direction éclairée d’Oussama Ben Laden, prosélyte zélé de l’Islam rigoriste et wahhabite saoudien.

Le 3 octobre dernier le Conseil national syrien – CNS – demandait instamment à la communauté internationale d’intervenir en Syrie afin de prodiguer soins et assistance au « peuple assassiné ». De tous temps une poignée de factieux a su se prétendre être et représenter « le peuple » tout entier… les ultra minorités parlent toujours en pareilles circonstances au nom de majorités, lesquelles n’en peuvent mais. Il n’en reste pas moins que la politologue Bassma Kodmani, membre du Secrétariat général du CNS – son Politburo ! – trahissait incidemment [Le Figaro 3 oct.11] une réalité de terrain moins glorieuse, avouant au quotidien de M. Dassault qu’à l’heure actuelle le mouvement de protestation serait en passe de s’essouffler, convenant que « la stratégie de répression du pouvoir est beaucoup plus efficace aujourd’hui qu’au début de la contestation. Les manifestants ont parfois du mal à tenir. C’est pourquoi le Conseil national syrien demande pour le peuple la protection de la communauté internationale ». Et le CNS a été entendu puisqu’il n’a été créé que justement pour cela : exiger de manière pressante, et par-là justifier, une intervention extérieure de la « Communauté internationale » !

Signalons que les membres de ce fameux CNS, en principe représentatifs – mais en principe seulement – de la nation syrienne, lui sont presque totalement inconnus ou parfois pire, détestés par eux 7… Contrairement à Assad qui n’a jamais été plus légitime à leurs yeux ! Un faux paradoxe, évidemment. Qui d’ailleurs s’interroge ou s’offusque que les médias occidentaux ne relatent jamais les meurtres et les exactions de l’opposition syrienne, nous les présentant exclusivement comme de pitoyables victimes de la vindicte d’un État tyrannique ? A contrario, quand il s’agit d’un journaliste étranger, français en l’occurrence, tous se déchaînent pour jeter la suspicion sur les autorités légitimes coupables a priori des crimes des rebelles ! Comprenne qui pourra ?

Quant à Mme Bassma Kodmani, celle-ci vit en France depuis en 1968 et peut difficilement prétendre connaître de l’intérieur les évolutions et les événements qui affectent en ce moment son pays d’origine. Elle n’a pas connu l’époque d’Hafez el-Assad, père de Bachar et instaurateur du régime actuel, à telle enseigne qu’elle évoque complaisamment dans l’émission de débat de la Cinq « C dans l’air », le marasme économique syrien alors que l’économie du pays connaît un taux de croissance soutenu tournant autour de 4 à 5% et que le Pib par habitant aurait été doublé depuis l’arrivée au pouvoir de Bachar el-Assad en l’an 2000 !

Le vent commence-t-il à tourner ?

Reste que quelques certitudes finissent par émerger malgré tout de ce brouillard d’informations contradictoires : les événements syriens n’ont rien, absolument rien à voir avec une révolte populaire : les chiffres sont bidonnés, la révolte est cantonnée au sud-ouest du pays dans des zones où l’emprise des Frères musulmans est avérée – Hama, Homs et Deraa proche de la frontière libano-israélo-jordanienne -, et où a démarré la révolte. Cependant le régime tient bon, bénéficiant d’un indéniable appui populaire et la révolte marque le pas. Elle se serait sans doute déjà éteinte si elle n’était alimentée en armes de l’extérieur et si les démocraties occidentalistes ne s’époumonaient à souffler sur les braises.

La Russie – elle aussi très proche d’échéances présidentielles – a par contre durci le ton et rejoint dans un front du refus – à toutes sanctions et de toutes mesures de coercition à l’encontre de Damas – la Chine intraitable sur ce dossier… et cela n’est pas de bon augure pour l’agenda atlantiste qui risque d’en être bouleversé.

Le seul fait que le 11 janvier Le Figaro, puis le 13, France 24 aient donné la parole à Jean-Clément Jeanbart, archevêque catholique d’Alep, est un fait remarquable dans le désert intellectuel du Paf – paysage audiovisuel français. Celui-ci exprime sans ambiguïté et sans précautions oratoires excessives, la peur des Églises syriennes, au vu des persécutions dont les Catholiques assyro-chaldéens et les Nestoriens sont victimes en Irak depuis la chute de Saddam Hussein qui en était le grand protecteur. Les Chrétiens craignent effectivement de subir un sort équivalent à l’occasion de l’éventuelle chute du régime baasiste et de l’inévitable prise du pouvoir par les Frères musulmans, aussi modérés se présentent-ils à présent. Une telle liberté de parole marque à l’évidence un tournant remarquable dans le traitement médiatique du dossier syrien, d’autant que la présentatrice ne présentait aucun des symptômes et tics habituels de désagrément se manifestant lorsqu’un invité outrepasse la doxa dominante ou le politiquement correct de rigueur. Cela mérite réflexion. Mais laissons donc la parole à un témoin crédible et critique s’il en est…

Qu’en dit Mgr Jeanbart ?

« Nous sommes très préoccupés par les conséquences d’un renversement du régime, qui pousserait beaucoup de nos fidèles à émigrer comme en Irak depuis la chute de Saddam Hussein… Nous redoutons la domination de Frères musulmans dogmatiques… C’est précisément parce qu’ils ne pèsent pas lourd [15 % de la population] que les islamistes veulent aller vite pour renverser le régime. C’est également pour cette raison qu’ils sont aussi actifs dans les rangs de l’opposition à l’extérieur du pays et qu’ils refusent tout dialogue avec le pouvoir. Les Frères musulmans ne peuvent renaître que dans le cadre d’un renversement brutal auquel ils prétendront avoir participé depuis l’étranger grâce à l’appui des Turcs et des monarchies du Golfe. Comme en Libye ».

Que faire ?

« … Il faut une transition démocratique dans le cadre de réformes que le pouvoir doit engager. C’est encore possible. Bachar el-Assad est en train de persuader le parti Baas d’accepter les réformes. Des avancées ont été enregistrées… Une nouvelle Constitution sera annoncée le mois prochain… Il sera stipulé qu’aucun parti ne pourra être fondé sur une base confessionnelle. Le président ne pourra pas non plus être élu plus de deux fois, et l’Article VIII qui garantissait l’hégémonie du Baas, sera supprimé. Malgré les violences il faut encore donner sa chance à Assad… Le régime bénéficie de l’appui des minorités. Les alaouites sont environ 12-13 % et ils soutiennent intégralement le président, les menaces proférées par les Frères musulmans ont uni la communauté dans la peur des règlements de comptes. Les chrétiens sont 10 % environ, avec 90 % d’entre eux derrière le régime ; les Kurdes, les druzes et les ismaéliens dans la même proportion. Et il ne faut pas oublier les 2,5 millions de baasistes qui ont, eux aussi, un intérêt à ce que le régime survive. Si vous y ajoutez les commerçants sunnites de Damas et d’Alep, vous dépassez probablement les 50 % appuyant Bachar. Et les attentats terroristes sont en train de regrouper d’autres Syriens autour du pouvoir. Nous avons peur. Nous avons toujours vécu dans un pays sûr. On ne veut pas ressembler à l’Irak. Et puis l’évolution des transitions en Libye et en Égypte ne nous rassure pas. Tout cela renforce le pouvoir, même s’il réprime certainement trop ».

L’opposition à l’étranger ?

« Je l’aurais soutenue si ses responsables n’avaient pas approuvé une intervention étrangère contre mon pays. Mais depuis le début ils refusent tout dialogue. Ils ont le droit de critiquer, mais sans aller jusqu’à vouloir détruire la Syrie. D’autre part, leur représentativité auprès du peuple est faible. Nous n’avions jamais entendu parler de Buhran Ghalioun ou de Bassma Kodmani avant ces événements. Les seuls dont on connaissait le nom sont ceux liés aux Frères musulmans qui avaient des relais anciens en Syrie. »

L’attitude de la France ?

« Je ne vous cache pas qu’il y a une équivoque que je ne comprends pas. La position française ne va ni dans le sens de votre pensée républicaine, ni dans le sens de ses intérêts. Jamais la France n’a eu autant la faveur de la Syrie que ces dernières années. À Alep, j’ai réussi par exemple à ouvrir quatre écoles en partenariat avec la France. Pourquoi être aussi en pointe contre la Syrie ? On n’aurait jamais imaginé cela de la France, en particulier nous autres les Chrétiens » 8

Alain Juppé et des responsables du Conseil national syrien (CNS), (mis en place par les services français), dont son dirigeant provisoire Burhan Ghalioun, désignés par le MOSSAD.


« Le président syrien est loyal, je le connais bien »

Sur France 24 Jean-Clément Jeanbart, en direct et par conséquent non soumis à quelconque restriction mentale inhérente aux rigides colonnes du Figaro, s’exprime tel qu’en lui-même et non revu et corrigé par le plumitif de service… Ainsi Bachar al-Assad est-il au regard du prélat, qui pèse ses mots et les répète « un homme loyal et sincère » et non le monstre sanguinaire habituellement présenté dans nos médias libre. « Un homme loyal et sincère… auquel il faut laisser une chance de mener ses réformes pour sortir le pays de l’impasse ». Nous sommes ici en direct, un cran au-dessus du différé et du truchement de l’écrit : « Nous, les chrétiens, avons peur. Nous redoutons non seulement une guerre civile mais aussi la domination des salafistes, des fondamentalistes ». Les choses sont dites !

« Assad tiendra ses promesses »

Le problème véritable de la Syrie n’est pas « la dictature du président alaouite mais la dictature du parti Baas… Ce régime est dictatorial, il n’avance pas. Il y a du bon et du mauvais dans ce parti, mais aujourd’hui, le mauvais a pris le dessus ». Mgr Jeanbart remonte patiemment le courant : « Les chaînes de télévision ne montrent que les manifestations anti-régime, elles existent, mais je puis vous affirmer que des mobilisations pro-Assad ont également lieu, et elles réunissent quotidiennement des centaines de milliers de personnes ». « …Assad a promis la tenue d’un référendum sur une nouvelle Constitution en mars, laissons-le travailler… J’attends que le président tienne ses promesses. Et je crois qu’il les tiendra » ! Sans doute, s’il le peut, si les Forces spéciales franco-anglo-qattaries lui en laissent le temps et si le Baas, fort des précédents irakiens et libyens ne durcit pas encore une politique de répression apparemment trop souvent indiscriminée.

Initiative contre la guerre : résistants de tous pays unissez-vous

In fine, il existe tout, il y a un « bon et un mauvais cholestérol » une bonne gauche et une gauche détestable, une droite de l’argent et une droite des valeurs… Lancé à l’initiative de Domenico Losurdo, communiste italien professeur d’histoire de la philosophie à l’université d’Urbino, un appel international multilingue à destination des gouvernements occidentaux quémande l’arrêt d’urgence de la machine à broyer les peuples que nos gouvernements ont mis en marche au Proche-Orient et dans le Golfe arabo-persique… Un dispositif dont le tic-tac infernal est chaque jour davantage amplifié par le concert des caisses de résonance médiatiques.

En substance, ce que dit l’appel et que nous pouvons faire nôtre : « À présent que se prépare sans vergogne une guerre contre l’Iran et la Syrie, deux pays stratégiquement importants, riches en matières premières et qui refusent, en toute indépendance politique, de se soumettre aux diktats atlantistes. Une agression de l’Otan en Syrie ou en Iran serait susceptible de provoquer un conflit direct avec la Russie et la Chine avec des conséquences inimaginables »…

« De continuelles menaces de guerre, le déploiement de troupes aux frontières de l’Iran et de la Syrie, sans parler d’actions terroristes et de sabotage par des unités spéciales infiltrées, tout cela fait partie de l’arsenal avec lequel les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France cherchent à imposer leur imperium à ces deux États. Ainsi les États-Unis et l’Union européenne entendent-ils de façon cynique et inhumaine paralyser par l’embargo le commerce extérieur et les transactions financières de ces pays. De manière délibérée, ils veulent précipiter les économies iranienne et syrienne dans le marasme le plus grave, multiplier le nombre de chômeurs et compromettre l’approvisionnement de la population. Pour trouver un prétexte à des interventions armées planifiées depuis belle lurette, ils cherchent à attiser les conflits ethniques et sociaux internes et à provoquer la guerre civile ». Nous ne saurions mieux dire !
Notes

(1) Figaro 13 janv. Paris, selon « une source proche du président Sarkozy », soupçonne « une manipulation » des autorités syriennes qui les impliquerait dans la mort du journaliste de France 2 compte tenu que « les responsables syriens étaient seuls à savoir qu’un groupe de journalistes occidentaux visitait Homs ce jour-là ». Si ce n’était aussi grotesque, ce serait risible, cela nous rappelant l’acharnement de Chirac – et de la Communauté internationale ! – à imputer à Bachar el-Assad l’assassinat en février 2005 de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri. Cela rappelle également l’exploitation de l’attentat de Markalé, le marché principal de Sarajevo, le 5 février 1994, laquelle apporta le prétexte nécessaire à l’Otan pour resserrer son emprise sur les Serbes accusés d’en être les auteurs… Alors que de nombreux témoignages démentaient la version attribuant aux « milices Serbes » cet acte de terrorisme, M. Juppé déjà déclarait à l’émission télévisuelle 7/7 : « Au fond peu importe qui a tiré, la question n’est pas là ! Les coupables ce sont les responsables de la situation de violence qui règne à Sarajevo, c’est à dire les Serbes » ! Sentence évidemment applicable ou réutilisable dans les circonstances actuelles et la mort du journaliste français.

(2) Malgré l’ironie apparente du propos nous compatissons bien entendu à la douleur des proches du preneur d’images défunt, victime de la déplorable politique d’un gouvernement fauteur tous azimuts de guerres civiles au profit d’un nouvel empire califal et de l’unification de l’aire islamique convertie aux bienfaits de la démocratie universelle concocté à Manhattan, Brooklyn et Chicago.

(3) Le 24 juil. 1967 le chef de l’État lançait à Montréal un « Vive le Québec libre » devant cinq cent mille personnes, cri du cœur qui allait déclencher une extraordinaire crise diplomatique entre Paris et Ottawa.

(4) Sans doute n’est pas pur hasard si l’article 27 (modifié en sept. 2000 et dont l’utilisation ressort de la seule initiative du procureur de la République) de la loi de 1881 sur la presse sanctionnant le délit de « fausses nouvelles » n’a jamais été adapté aux mutations de la société de l’information et à ses capacités surmultipliées de falsifications en tous genres. Pourtant on ne sait que trop bien qu’une information déformée, biaisée peut être cause de troubles graves et dans certains cas peut constituer un acte de haute trahison. Souvenons-nous de la « Dépêche d’Ems » – télégramme envoyé par le chancelier Bismarck le 13 juillet 1870 – dont la transcription tronquée fut à l’origine de la désastreuse guerre franco-prussienne, elle-même origine de la Grande guerre.

(5) L’opposition russe aux « projets » belliqueux des Atlantistes concerne autant la Syrie que l’Iran qui devrait être prochainement soumis à un nouvel embargo renforcé – notamment pétrolier portant sur ses exportations de brut – de la part des Vingt-Sept. La Russie a jusqu’à aujourd’hui, accepté quatre trains de sanctions, mais désormais, à l’instar de la Chine populaire, elle entend s’opposer catégoriquement à toutes « nouvelles sanctions contre l’Iran ainsi qu’à une éventuelle opération militaire ». Notons que ce sont les huiles moscovites qui parlent à cette heure de guerre potentielle et non un quelconque blogueur atteint de paranoïa aiguë ! L’UE, après l’adoption à la suite des É-U du principe d’un embargo pétrolier contre l’Iran, prépare en outre pour le 23 janvier un dispositif de sanctions supplémentaires, soit le garrotage complet de l’Iran rétif, voire son asphyxie définitive… ne serait le cordon ombilical qui le relie à la Chine par le truchement du Pakistan.

(6) Cf. Michel Chossudovsky, professeur Université d’Ottawa, « Global Research » 7 janvier, s’appuyant sur l’article « British Special Forces Training Syrian Rebels ? » – UK Forces 5 janv. Source non vérifiée.

(7) Les Américains avaient utilisé pour l’Irak, selon un procédé identique Ahmed Chalabi, escroc notoire – voir la faillite de l’établissement bancaire jordanien Petra – en cheville avec les Likoudniki les plus influents de Washington, enseignant à l’Université de Chicago et au MIT (?), il fut mis à la tête du fantomatique Congrès national irakien ayant pour mission de valider le mythe dévastateur des armes de destruction massives. En récompense il fut nommé ministre du pétrole par intérim en 2005 puis vice-premier ministre de mai 2005 à mai 2006. Démasqué, il s’évanouit finalement dans la nature, cependant Ahmed Chalabi continuerait d’être membre du Groupe de Bilderberg !

(Cool Propos recueillis par Georges Malbrunot – Le Figaro 11 janvier 2012

Geopolintel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Lun 23 Jan - 22:29

confiture a écrit:

Israël doit être prêt à accueillir des Syriens de la communauté alaouite sur le plateau du Golan en cas de chute du régime du président syrien Bachar Al-Assad, a soutenu mardi le chef d'état-major israélien Benny Gantz.


« La chute d'Assad portera préjudice à la communauté alaouite. Nous devons, nous, être prêts à accueillir des réfugiés sur le Golan », a déclaré M. Gantz devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement israélien, selon le porte-parole de cette commission.

Le président Assad est issu de la communauté alaouite, une branche de l'islam chiite très minoritaire dans le pays. Les alaouites représentent de 10 % à 15 % de la population, contre environ 75 % de musulmans sunnites.

Les alaouites détiennent cependant les postes-clés au sein de l'appareil de sécurité du président Al-Assad, responsable selon l'ONU de plus de 5000 morts depuis le début du soulèvement populaire en mars 2011.

Les chabbiha, des milices utilisées par le régime pour mater la dissidence dans plusieurs villes du pays, sont aussi composées d'alaouites. Détestés par les protestataires, ils pourraient être la cible d'attaques si le régime devait s'écrouler comme en Libye.

Au début du mois, le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, avait mis en garde contre les conséquences que pourrait avoir la chute du président Assad sur la situation dans le Golan, un territoire stratégique appartenant à la Syrie, mais occupé par Israël en 1967 et annexé en 1981. Quelque 20 000 colons s'y sont installés.

Ehoud Barak a récemment déclaré devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement israélien que la famille Assad « n'en a plus que pour quelques semaines » à diriger la Syrie, et que cela risque d'avoir des conséquences sur le plateau du Golan.


http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/01/10/006-syrie-alaouites-israel.shtml

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Jeu 26 Jan - 0:30

confiture a écrit:
[b]
Israël doit être prêt à accueillir des Syriens de la communauté alaouite sur le plateau du Golan en cas de chute du régime du président syrien Bachar Al-Assad, a soutenu mardi le chef d'état-major israélien Benny Gantz.

« La chute d'Assad portera préjudice à la communauté alaouite. Nous devons, nous, être prêts à accueillir des réfugiés sur le Golan », a déclaré M. Gantz devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement israélien, selon le porte-parole de cette commission.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucky70
Habitué


Nombre de messages : 1040
Date d'inscription : 14/11/2008

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Ven 27 Jan - 8:47

..اعتقال قناصة إيرانيين بسوريا
الجزيرة – منذ ٦ ساعات....
إرسال بريد إلكترونيطباعة......محتويات ذات صلة.
..
تكبير الصورة.اعتقال قناصة إيرانيين بسوريا
....
أعلنت أمس الخميس "كتيبة الفاروق في الجيش السوري الحر" عن احتجازها لسبعة إيرانيين، في حين قالت الخارجية الإيرانية إن مجهولين اختطفوا 11 إيرانيا داخل سوريا وهم في طريقهم إلى العاصمة دمشق برا لزيارة العتبات المقدسة فيها.

وأوضحت "كتيبة الفاروق في الجيش السوري الحر" أن خمسة منهم ينتمون إلى الحرس الثوري الإيراني أحدهم ضابط، وقد ألقي القبض عليهم مسلحين وكانوا يعملون قناصة تحت إمرة فرع الأمن الجوي بحمص. أما الآخران فهما مدنيان يعملان في محطة جندر الكهربائية وسيُطلق سراحهما.

في غضون ذلك أدان المتحدث باسم وزارة الخارجية الإيرانية رامين مهمانبرست اختطاف 11 زائرا إيرانيا كانوا في طريقهم إلى دمشق برا لزيارة العتبات المقدسة من قبل مجموعة مجهولة.


دعا المتحدث السلطات السورية إلى استخدام كل إمكانياتها للإفراج عنهم على وجه السرعة، حسب ما ذكرته وكالة الأنباء الإيرانية الرسمية (إرنا).


وأضاف أن مثل هذه الأعمال المنافية للمبادئ الإنسانية والالتزامات الأخلاقية والدولية ليست مبررة إطلاقا، وأن المتوقع هو أن يفرج الخاطفون عن الإيرانيين بأسرع وقت ممكن.


وكان مدير مكتب منظمة الحج والزيارة الإيرانية في سوريا مسعود إخوان قد أعلن عن اختطاف الإيرانيين.


وقال إخوان في تصريح للوكالة الإيرانية في دمشق، إن الحافلة التي كانت تقلهم كانت في طريقها من مدينة حلب شمال سوريا إلى دمشق حيث اعترضتهم عناصر مسلحة وسط البلاد، وجرى اختطاف 11 من ركاب الحافلة.


وكان من المقرر أن يقوم هؤلاء الزوار بعد زيارة العتبات المقدسة في سوريا بزيارة العراق أيضا.


يشار إلى أن الحادث هو ثاني عملية اختطاف يتعرض لها إيرانيون في سوريا، حيث اختطف خمسة إيرانيين الشهر الماضي.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Ven 27 Jan - 12:26


نائب المرشد العام للإخوان يؤكد إلتزام الجماعة بمعاهدة السلام مع إسرائيل:لسنا في حالة حرب مع أحد

طنطاوي يلغي حالة الطوارئ في مصر


القاهرة- (د ب أ): أعلن المشير محمد حسين طنطاوي رئيس المجلس الأعلى للقوات المسلحة الذي يدير شئون البلاد في مصر إلغاء حالة الطوارئ “إلا في مواجهة جرائم البلطجة”.
وقال طنطاوي في كلمة ألقاها الثلاثاء بمناسبة ذكرى “ثورة 25 يناير” إن قرار إلغاء حالة الطوارئ سيسري اعتبارا من غد الأربعاء 25 كانون ثان/ يناير الجاري”.

كما أكد طنطاوي أن المجلس الأعلى للقوات المسلحة سيلتزم بتعهده بتسليم السلطة إلى سلطة مدنية.

وقال طنطاوي في خطابه “إن ما تشهده مصر الآن من تغييرات جذرية هي نتاج تضحيات شعب عظيم، وفى هذا اليومِ نذكر بكل الفخر والإجلال أرواح شهداء ثورة يناير”.

ووجه التحية لضحايا الثورة ومصابيها “الذين ضحوا بأرواحهم وأجسادهم الطاهرة في سبيل يوم ترتفع فيه رايات الوطن تخفق بالعزة والشرف والإباء”.

وأكد طنطاوي حرص المجلس الأعلى للقوات المسلحة في أدائه لمهامه على التواصل والتشاور مع مختلف القوى السياسية وجميع طوائف الشعب ومع شباب الثورة.

وقدم الشكر والتقدير للوزارات الثلاثة التي “شاركتنا المسئولية على ما تحملوه من مسئولية في ظل الظروف الصعبة التي مرت بها البلاد خاصة على الصعيدين الاقتصادي والأمني”.

ووجه رسالة طمأن فيها المجتمع الدولي إلى أن مصر “ماضية في تحمل مسئولياتها الإقليمية والدولية.. تدافع عن قضايا أمتها وتحمى أمنها القومى، وتدافع عن مصالحها.. ملتزمون بالأهداف الوطنية العليا ومصالحنا الإستراتيجية التي تقوم على ثوابت راسخة تؤمن مصالحنا، وتخدم أهدافنا من خلال علاقات إقليمية ودولية تحترمُ سيادتنا وتحفظ حقوقنا ومصالحنا الحيوية، ونسعى لتحقيق هذه المصالح بمنظور شامل يمتد إلى قضايا منطقتنا وعلاقاتنا الدولية”.

وأكد ” أننا ملتزمون بمعاهداتنا واتفاقياتنا الدولية ونمد يد الصداقة والتعاون لجميع دول العالم”.

نائب اخواني يطالب بإيداع مبارك السجن وبمحاكمة سياسية لقتلة ضحايا الثورة

القاهرة- (ا ف ب): طالب النائب عن حزب الحرية والعدالة المنبثق عن الاخوان المسلمين اكرم الشاعر الثلاثاء في أول جلسة استماع لمجلس الشعب الجديد التي بثها التلفزيون الرسمي على الهواء مباشرة بوضع الرئيس السابق حسني مبارك في السجن بدلا من المستشفى العسكري الذي اودع به.
وقال النائب اكرم الشاعر خلال الجلسة، الذي اصيب أحد ابنائه بالرصاص بالقرب من ميدان التحرير أثناء ثورة 25 كانون الثاني/ يناير 2010، “نريد حق الشهداء والمصابين، لا نريد تعويضات وانما نريد حقهم بالقانون ونريد محاكمة سياسية” للمتورطين في قتل واصابة المتظاهرين.

واضاف ان “المحاكمات التي تجرى حاليا” لمبارك ووزير داخليته حبيب العادلي وستة من كبار مسؤولي الوزارة في عهده هي “محاكمة هزلية”.

واتهم وزير الداخلية الاسبق “باعدام الأوراق التي تثبت تورط” مسؤولي نظام مبارك في قتل المتظاهرين. وقال “مطلوب أن يوضع حسني مبارك في السجن وليس في المستشفى الذي يعالج فيه على نفقة الشعب المصري”.

واكد الشاعر الذي دمعت عيناه واختنق صوته اثناء حديثه والذي قاطعة النواب اكثر من مرة بعاصفة من التصفيق، انه “لا يتحدث لان ابنه من مصابي الثورة لكنه يتحدث باسم اب كل شهيد وكل مصاب في مصر”.

وطلب الشاعر “تشكيل لجنة تقصي حقائق من اعضاء مجلس الشعب” في وقائع قتل واصابة المتظاهرين ابان ثورة 25 كانون الثاني/ يناير الماضي التي تحل ذكراها الاولى الاربعاء.

وشوهد رئيس مجلس الشعب الجديد سعد الكتاتني والعديد من النواب وهو يمسحون دموعهم اذ بكوا تأثرا بكلمات الشاعر.

وكان أكثر من 850 متظاهرا قتلوا واصيب اكثر من ستة الاف اثناء التظاهرات التي استمرت 18 يوما وانتهت باكاحة مبارك في 11 شباط/ فبراير الماضي.

وافتتحت اعمال مجلس الشعب المصري الذي فاز الاخوان بما يقرب من نصف اعضائه، الاثنين بجلسة اجرائية طويلة تم خلالها انتخاب الكتاتني، وهو من قياديي حزب الحرية والعدالة، رئيسا للمجلس.

نائب المرشد العام للإخوان المسلمين في مصر يؤكد إلتزام الجماعة بمعاهدة السلام مع إسرائيل

القاهرة- (يو بي اي): أعلن نائب المرشد العام لجماعة الإخوان المسلمون في مصر خيرت الشاطر، إلتزام الحركة وحزبها (الحرية والعدالة) الحائز على الأغلبية النيابية بمعاهدة السلام المصرية – الإسرائيلية.
وأضاف الشاطر، في مقابلة مع صحيفة (الأهرام) المصرية نشرته الثلاثاء، “لقد أعلنا بشكل واضح أننا كمصريين سنلتزم بما التزمت به الحكومة المصرية بغض النظر عن تحفظاتنا على أي شيء آخر وهناك التزام بكل الأمور المتعلقة بالاتفاقيات بشكل عام وليس مع إسرائيل فقط سواء اتفاقيات الغاز أو البترول أو أي أمر من الأمور فكلها مرتبطة بالمؤسسات وليس بأفراد”.

وأشار إلى أن موضوع تشكيل “الإخوان المسلمون” الحكومة المصرية المقبلة هو موضوع سابق لأوانه وليس لدى الجماعة أي ترشيحات لمن سيتولى رئاسة الحكومة الجديدة، لافتاً إلى أنه وفقاً للبرنامج الزمني الذي وضعه المجلس الأعلى للقوات المسلحة فإن تشكيل الحكومة سيكون بعد 30 يونيو/ حزيران المقبل.

واستطرد قائلاً “اننا نمد أيدينا لكل من يريد أن يتعاون معنا، ولكن من الطبيعي والمنطقي أن حزب الحرية والعدالة هو الذي سيشكِّل الحكومة”.

وانتقد الشاطر الحديث عن “الشرعية الثورية”، مؤكداً أن الشرعية الأساسية والأصلية “دائماً هي الشرعية البرلمانية أو الشرعية الديمقرطية الشرعية الشعبية وهذا هو الأصل”، لافتاً إلى أن” الشعب في البداية يكون في حالة ثورة ثم يقرِّر الانتقال إلى الشرعية الدائمة وهذا يتم من خلال صناديق الانتخابات”.

وأضاف ان أي “شرعية ثورية لابد أن تنتهي إلى شرعية مؤسسة ولا يمكن أبدا أن تظل شرعية ثورية إلى ما لانهاية”.

وحول ما إذا كان الإخوان المسلمون سيلجأون لآليات رقابة خاصة لتجفيف منابع الفساد خاصة في فترة حكمهم الأولى، قال نائب المرشد العام للإخوان “إن منظومة الرقابة في مصر بها أجزاء قوية وجيدة وسيتم تفعيلها لأنها لم تكن مفعَّلة ونحن لسنا في حاجة لإيجاد آليات جديدة إلا لو تم إثبات أن الآليات القديمة لا تصلح، ولو تم ذلك فإننا لن نخلق آليات جديدة خاصة بالأخوان ولكن خاصة بالدولة، ونحن لا نتحدث الآن عن جماعة أو حزب ولكن نتحدث عن دولة وهذا أمر مختلف”.

ومن جهة أخرى أكد الشاطر على الدور الرئيسي للأزهر كمنارة للفكر الإسلامي الوسطي، معبراً عن رغبة الإخوان في أن يأخذ الأزهر مكانته الطبيعية على المستوي الديني بالدرجة الأولى، ويأخذ دورا عالميا كبيرا داخل مصر وخارجها في الفترات المقبلة في افريقيا وآسيا ودول الاتحاد السوفيتي السابقة.

واعتبر الشاطر أن المشهد الدولي والإقليمي ومواقف مختلف الأطراف واضح أمام جماعة الإخوان المسلمين، مشيراً إلى أن” بعض الدول لازالت متخوفة منا ونقوم بإرسال رسائل تطمين لها ونحاول فتح علاقات مع كل الأطراف”.

وأضاف “نحن لسنا في حالة حرب مع أحد ولكن كل ما يهمنا بناء بلدنا في المرحلة المقبلة والخروج بها من عنق الزجاجة الحالية والسعي في سبيل بناء نهضة مصر”.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Ven 27 Jan - 15:08

Lucky70 a écrit:
..اعتقال قناصة إيرانيين بسوريا
الجزيرة – منذ ٦ ساعات....
إرسال بريد إلكترونيطباعة......محتويات ذات صلة.
..
تكبير الصورة.اعتقال قناصة إيرانيين بسوريا
....
أعلنت أمس الخميس "كتيبة الفاروق في الجيش السوري الحر" عن احتجازها لسبعة إيرانيين، في حين قالت الخارجية الإيرانية إن مجهولين اختطفوا 11 إيرانيا داخل سوريا وهم في طريقهم إلى العاصمة دمشق برا لزيارة العتبات المقدسة فيها.

وأوضحت "كتيبة الفاروق في الجيش السوري الحر" أن خمسة منهم ينتمون إلى الحرس الثوري الإيراني أحدهم ضابط، وقد ألقي القبض عليهم مسلحين وكانوا يعملون قناصة تحت إمرة فرع الأمن الجوي بحمص. أما الآخران فهما مدنيان يعملان في محطة جندر الكهربائية وسيُطلق سراحهما.

في غضون ذلك أدان المتحدث باسم وزارة الخارجية الإيرانية رامين مهمانبرست اختطاف 11 زائرا إيرانيا كانوا في طريقهم إلى دمشق برا لزيارة العتبات المقدسة من قبل مجموعة مجهولة.


دعا المتحدث السلطات السورية إلى استخدام كل إمكانياتها للإفراج عنهم على وجه السرعة، حسب ما ذكرته وكالة الأنباء الإيرانية الرسمية (إرنا).


وأضاف أن مثل هذه الأعمال المنافية للمبادئ الإنسانية والالتزامات الأخلاقية والدولية ليست مبررة إطلاقا، وأن المتوقع هو أن يفرج الخاطفون عن الإيرانيين بأسرع وقت ممكن.


وكان مدير مكتب منظمة الحج والزيارة الإيرانية في سوريا مسعود إخوان قد أعلن عن اختطاف الإيرانيين.


وقال إخوان في تصريح للوكالة الإيرانية في دمشق، إن الحافلة التي كانت تقلهم كانت في طريقها من مدينة حلب شمال سوريا إلى دمشق حيث اعترضتهم عناصر مسلحة وسط البلاد، وجرى اختطاف 11 من ركاب الحافلة.


وكان من المقرر أن يقوم هؤلاء الزوار بعد زيارة العتبات المقدسة في سوريا بزيارة العراق أيضا.


يشار إلى أن الحادث هو ثاني عملية اختطاف يتعرض لها إيرانيون في سوريا، حيث اختطف خمسة إيرانيين الشهر الماضي.

Et dir qu'avec hizbou al-chaytan ils étaient là pour aider le peuple syrien !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Mer 8 Fév - 12:58



Le vent tourne et la Russie, hier hésitante, raffermit ses positions anti-euratlantistes

Mardi 10 janvier, après une escale de trois jours sur les côtes syriennes face au port de Tartous, le porte-avions Amiral Kouznetsov repartait vers la haute mer. Le navire amiral était accompagné de cinq autres bâtiments et de plusieurs submersibles, d’où furent déchargés des équipements indéterminés ! La Russie, déjà principal fournisseur d’armes de la Syrie pendant la Guerre froide, s’oppose fermement au Conseil de Sécurité à tout un embargo sur les armes qui pourrait être adopté à l’encontre de Damas. Quant à savoir si parmi les matériels débarqués se trouvaient des éléments des fameuses batteries des missiles supersoniques sol-air S-300, il faudrait être dans le secret des Dieux de la guerre…

Trois jours plus tard, le 13 [AFP] Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, dénonçait vertement les amendements apportés par la Trilogie du mal anglo-franco-américaine à son projet de Résolution relatif aux événements syriens, considérant que les modifications apportées camouflaient l’intention arrêtée de renverser le régime 5. Une tromperie sur la marchandise du même tonneau que, pour la Libye, le détournement de la Résolution 1973 qui avait servi de prétexte à la conduite d’une vilaine guerre de conquête sous couvert d’intervention à populations en danger… Mi-décembre, Moscou avait en effet présenté un projet de Résolution – jugé trop modéré par les interventionnistes va-t’en-guerre de Washington, Londres, Berlin et Paris – condamnant les violences exercées « par toutes les parties, y compris l’usage disproportionné de la force par les autorités syriennes ». Mais cela était trop raisonnable pour ces Messieurs les démocrates à la fleur au fusil !

Auto-dénonciation des média-mensonges

Alors que la presse britannique confirme – avec un certain cynisme ou une inconscience certaine – que les Forces spéciales de sa Majesté, la CIA et le MI6 appuient l’insurrection armée et entraînent les rebelles syriens suivant un modus operandi analogue à celui suivi en Libye où les SAS – Special Air Services britanniques – auraient été à l’œuvre au sol bien avant le déclenchement des frappes aériennes de l’Otan 6. De la même façon, les forces spéciales britanniques et françaises forment actuellement les éléments de l’Armé Syrienne Libre… sur le sol turc, mais également vraisemblablement en Libye et au nord Liban, tandis que les Américains lui fourniraient sa logistique en matière de télécommunication !

Difficile de savoir ce qu’il en est réellement. Les rumeurs vont bon train, dans un sens comme dans l’autre et la guerre des communiqués fait rage. L’ASL revendique quelque 40 000 personnels ayant fait défection – c’est-à-dire en langage courant, ayant déserté – depuis le 15 mars 2011, mais les chiffres paraissent fantaisistes et sont totalement invérifiables… Tout comme la plupart des chiffres assénés avec un aplomb d’enfer par des envoyés très spéciaux habitués à répéter en boucle ce que l’ensemble de leur profession serine à longueur de temps. Sans jamais mentionner bien sûr faits et témoignages qui pourraient corriger, ou écorner, la vision aussi dramatique qu’idyllique d’un peuple en lutte pour sa liberté… Ainsi la rumeur persistante d’un contingent de combattants libyens salafistes venus prêter main forte aux radicaux sunnites locaux. Un retour des Brigades internationales en quelque sorte, cette fois non plus au profit du bolchévisme, mais à celui du Nouvel Ordre Mondial judéo-protestant, libéral et chariatique tout à la fois ! Du déjà vu pour qui se souvient des djihadistes recrutés par Al Qaïda opérant naguère en Afghanistan, au service de la CIA sous couvert de l’ISI pakistanaise et sous la direction éclairée d’Oussama Ben Laden, prosélyte zélé de l’Islam rigoriste et wahhabite saoudien.

Le 3 octobre dernier le Conseil national syrien – CNS – demandait instamment à la communauté internationale d’intervenir en Syrie afin de prodiguer soins et assistance au « peuple assassiné ». De tous temps une poignée de factieux a su se prétendre être et représenter « le peuple » tout entier… les ultra minorités parlent toujours en pareilles circonstances au nom de majorités, lesquelles n’en peuvent mais. Il n’en reste pas moins que la politologue Bassma Kodmani, membre du Secrétariat général du CNS – son Politburo ! – trahissait incidemment [Le Figaro 3 oct.11] une réalité de terrain moins glorieuse, avouant au quotidien de M. Dassault qu’à l’heure actuelle le mouvement de protestation serait en passe de s’essouffler, convenant que « la stratégie de répression du pouvoir est beaucoup plus efficace aujourd’hui qu’au début de la contestation. Les manifestants ont parfois du mal à tenir. C’est pourquoi le Conseil national syrien demande pour le peuple la protection de la communauté internationale ». Et le CNS a été entendu puisqu’il n’a été créé que justement pour cela : exiger de manière pressante, et par-là justifier, une intervention extérieure de la « Communauté internationale » !

Signalons que les membres de ce fameux CNS, en principe représentatifs – mais en principe seulement – de la nation syrienne, lui sont presque totalement inconnus ou parfois pire, détestés par eux 7… Contrairement à Assad qui n’a jamais été plus légitime à leurs yeux ! Un faux paradoxe, évidemment. Qui d’ailleurs s’interroge ou s’offusque que les médias occidentaux ne relatent jamais les meurtres et les exactions de l’opposition syrienne, nous les présentant exclusivement comme de pitoyables victimes de la vindicte d’un État tyrannique ? A contrario, quand il s’agit d’un journaliste étranger, français en l’occurrence, tous se déchaînent pour jeter la suspicion sur les autorités légitimes coupables a priori des crimes des rebelles ! Comprenne qui pourra ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Mer 8 Fév - 15:11

[
..اعتقال قناصة إيرانيين بسوريا
الجزيرة – منذ ٦ ساعات....
إرسال بريد إلكترونيطباعة......محتويات ذات صلة.
..
تكبير الصورة.اعتقال قناصة إيرانيين بسوريا
....
أعلنت أمس الخميس "كتيبة الفاروق في الجيش السوري الحر" عن احتجازها لسبعة إيرانيين، في حين قالت الخارجية الإيرانية إن مجهولين اختطفوا 11 إيرانيا داخل سوريا وهم في طريقهم إلى العاصمة دمشق برا لزيارة العتبات المقدسة فيها.

وأوضحت "كتيبة الفاروق في الجيش السوري الحر" أن خمسة منهم ينتمون إلى الحرس الثوري الإيراني أحدهم ضابط، وقد ألقي القبض عليهم مسلحين وكانوا يعملون قناصة تحت إمرة فرع الأمن الجوي بحمص. أما الآخران فهما مدنيان يعملان في محطة جندر الكهربائية وسيُطلق سراحهما.

في غضون ذلك أدان المتحدث باسم وزارة الخارجية الإيرانية رامين مهمانبرست اختطاف 11 زائرا إيرانيا كانوا في طريقهم إلى دمشق برا لزيارة العتبات المقدسة من قبل مجموعة مجهولة.


دعا المتحدث السلطات السورية إلى استخدام كل إمكانياتها للإفراج عنهم على وجه السرعة، حسب ما ذكرته وكالة الأنباء الإيرانية الرسمية (إرنا).


وأضاف أن مثل هذه الأعمال المنافية للمبادئ الإنسانية والالتزامات الأخلاقية والدولية ليست مبررة إطلاقا، وأن المتوقع هو أن يفرج الخاطفون عن الإيرانيين بأسرع وقت ممكن.


وكان مدير مكتب منظمة الحج والزيارة الإيرانية في سوريا مسعود إخوان قد أعلن عن اختطاف الإيرانيين.


وقال إخوان في تصريح للوكالة الإيرانية في دمشق، إن الحافلة التي كانت تقلهم كانت في طريقها من مدينة حلب شمال سوريا إلى دمشق حيث اعترضتهم عناصر مسلحة وسط البلاد، وجرى اختطاف 11 من ركاب الحافلة.


وكان من المقرر أن يقوم هؤلاء الزوار بعد زيارة العتبات المقدسة في سوريا بزيارة العراق أيضا.


يشار إلى أن الحادث هو ثاني عملية اختطاف يتعرض لها إيرانيون في سوريا، حيث اختطف خمسة إيرانيين الشهر الماضي.

Et dir qu'avec hizbou al-chaytan ils étaient là pour aider le peuple syrien !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Mar 17 Mar - 23:34


الشيخ وسيم يوسف يرد على فتوى الجهاد في سوريا
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe   Aujourd'hui à 11:51

Revenir en haut Aller en bas
 
Syrie et projet israélien de démembrement du monde arabe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sémite, Hébreu, Israélite, Juif, Sioniste, Israélien...
» Un rabbin influent d’Israël révèle le nom du Messie
» Israël vu du ciel en hélicoptère
» Israël va fonder son propre fonds souverain avec un Gazoduc vers l'Europe
» History - Une enquête sur le mythe fondateur d’Israël dérange la BBC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: