Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME

Aller en bas 
AuteurMessage
ithviriw
Habitué
avatar

Nombre de messages : 4469
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME   Mar 30 Avr - 6:45

2002 Iraqi Intel Reported Wahhabis Are of Jewish Origin, LES WAHABIS sont d'ORIGINE JUIVE
https://islampdf.files.wordpress.com/2010/03/confessions-d-un-espion-britannique.pdf
http://surrenderingislam.com/part-two-beginning-and-spreading-wahhabism-ayyub-sabri-pasha-1888-1893

The U.S. Department of Defense has released translations of a number of Iraqi intelligence documents dating from Saddam’s rule.  One, a General Military Intelligence Directorate report from September 2002, entitled “The Emergence of Wahhabism and its Historical Roots”, shows the Iraqi government was aware of the nefarious purposes of the Wahhabis of Saudi Arabia, often known as Salafis, in serving Western interests to undermine Islam.

The report relies heavily on the Memoirs of Mr. Hempher, which describe in detail how a British spy to the Middle East, in the middle of the eighteenth century, made contact with Adbul Wahhab, to create a subversive version of Islam, the notorious sect of Wahhabism, which became the founding cult of the Saudi regime.  The movement was temporarily suppressed by the Ottomam armies in the middle of the nineteenth century.  But with the assistance of the British, the Wahhabis and their Saudi sponsors returned to power and founded their own state in 1932.  Since then, the Saudis have collaborated closely with the Americans, to whom they owe their tremendous oil wealth, in funding various Islamic fundamentalist organizations and other American covert operations, particularly the "jihad" in Afghanistan.  But the Saudis simulatenously use the immense wealth at their dispossal to disseminate this disruptive brand of Islam to various parts of the world, categorized by some of the largest propaganda campaign in history.

Many who defend Wahhabism as a legitimate reform movement of Islam have tried to dismiss the Memoirs as a spurious fabrication.  These include Bernard Haykel, Professor in Near Eastern Studies at Princeton University, who, without providing any evidence, presumes the Memoirs to have been created by Ayyub Sabri Pasha.

However, while the Memoirs only emerged in the 1970s, Pasha wrote his version of the story already in 1888.  Ayyub Sabri Pasha was a well-known Ottoman writer and Turkish naval admiral, who served the Ottoman army in the Arabian Pensinsula, writing several works about the region and it's history.  Including The Beginning and Spreading of Wahhabism, where he recounts Abdul Wahhab's association and plotting with Hempher.

In addition to that revealed in the Hempher Memoirs, the Iraqi intelligence report also makes known some surprising claims, derived from works circulated in Arabic which have not been translated into English.  As the report recounts, both Abdul Wahhab, and his sponsor, ibn Saud, who founded the Saudi dynasty, were of Jewish origin.

For example, D. Mustafa Turan wrote, in The Donmeh Jews, that Muhammad ibn Abdul Wahhab was a descendant of a family of Donmeh Jews from Turkey.  The Donmeh were descendants of followers of the infamous false-messiah of Judaism, Shabbetai Zevi, who shocked the Jewish world in 1666 by converting to Islam.  Viewing it as a sacred mystery, Zevi's followers imitated his conversion to Islam, though secretly keeping to their Kabbalistic doctrines.  In Europe, the Shabbeteans were eventually led a century later by Jacob Frank, claiming to be a reincarnation of Zevi.  And, according to Rabbi Antelman in To Eliminate the Opiate, to them belonged the Rothschilds who had a hand in the founding of the Bavarian Illuminati.  The Donmeh community of Turkey were concentrated in the city of Salonika, which became a hotbed of Masonic activity, and from which the Young Turk movement evolved, which aided in the collapse of the Muslim empire of the Ottoman Turks.  There is evidence that Ataturk himself, the founder of the modern Turkish state, was of Donmeh origin as well.

Turan maintains that Abdul Wahhab's grandfather, Sulayman was actually Shulman, having belonged to the Jewish community of Bursa in Turkey.  From there he settled in Damascus, where he feigned Islam, but was apparently expelled for practicing sorcery.  He then fled to Egypt and he again faced condemnation, so made his way he to the Hijaz, where he got married and fathered Abdul Wahhab. According to the report, the same is claimed in The Donmeh Jews and the Origin of the Saudi Wahabis, Rifat Salim Kabar.

The notion of the Saudi family being of Jewish heritage has been published by Mohammad Sakher, who, it is claimed, was ordered killed by the regime for his revelations.  The report relates a similar account, but from different sources.  According The Wahabi Movement/The Truth and Roots, by Abdul Wahhab Ibrahim Al-Shammari, for example, ibn Saud is actually descended from Mordechai bin Ibrahim bin Mushi, a Jewish merchant from Basra.  Apparently, when he was approached by members from the Arabian tribe of Aniza, then claimed to be one of them, and traveled with them to Najd and his name became Markhan bin Ibrahim bin Musa.

Additionally, Abdul Wahhab was descended from Wahib Al-Tamimi, so, as reported by al Said Nasir, in The History of the Saud Family, the Saudi ambassador in Cairo, Abdullah bin Ibrahim al Mufaddal, paid Muhammad Al-Tamimi thirty five thousand Jinee in the year 1943, to forge a family tree of the Saudi family and that of Abdul Wahhab, and merge them into one, claiming their origin from the Prophet Mohammed.

While it would be difficult to independantly authenticate these claims, they are interesting in light of the role that the state of Saudi Arabia has and continues to play with regards to supporting and advancing Western power in the Middle East and elsewhere.  Especially astounding is the very dubious and virulent form of Islam, that Wahhabism and Salafism represent, which is currently wrecking havoc on Islamic traditions, and dividing the Muslim community in petty squabbles over trivial details, allowing the War on Islam to proceed effectively unchecked.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué
avatar

Nombre de messages : 4469
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME   Sam 27 Jan - 17:20

https://islampdf.files.wordpress.com/2010/03/confessions-d-un-espion-britannique.pdf

https://islampdf.files.wordpress.com/2010/03/confessions-d-un-espion-britannique.pdf https://islampdf.files.wordpress.com/2010/03/confessions-d-un-espion-britannique.pdf
Confessions d'un espion britannique
(Version provisoire)
"Memoirs of Hempher, l'espion britannique du Moyen-Orient est le titre d'un document qui fut publié par séries dans un journal allemand: "Speigel" et plus tard dans un proéminent journal français. Un docteur libanais avait traduit le document en langue arabe et de cette traduction ont découlé la traduction anglaise et des traductions en d'autres langues. Les publications "Waqf 'Ikhlas" ont répandu et fait circuler le document en anglais non seulement en version papier mais aussi en version électronique sous le titre :
"Confessions of a british spy and British enmity against islam" batman Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
.
Ce document révèle la vraie conjoncture du mouvement wahhabite qui fut innové par Mouhammed Ibn 'Abdou l-Wahhab et il explique les nombreux mensonges que ce mouvement a propagé au nom de l'islam et les mensonges propagés envers le prophètes Mouhammed alayhi s-salat wa s-salam et envers les musulmans notamment.

Il n'y a pas de doute qu'aujourd'hui les wahhabites se présentent ou tiennent le rôle de pivot dans le terrorisme, en permettant, en finançant, et en
organisant l'effusion du sang des musulmans et d'autres gens innocents.
Leur histoire bien connue du terrorisme, comme elle est documentée dans

"Fitnatou l-wahhabiyyah" par le moufti de la Mecque, Shaykh 'Ahmad Zayni Dahlan,

et leurs courants assassinats et infractions est due à leur mauvaise croyance que soit disant tout le monde serait blasphémateur sauf eux-mêmes (les wahhabites).
Que Allah protège notre communauté de leurs maux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué
avatar

Nombre de messages : 5495
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME   Mar 6 Fév - 17:39

après 40 ANS  de rafidhisme Da rachid continue de croire à l'espion Anglais, et sa fable, malgré plusieurs claques, de nombreuses fessées, il revendique le droir à l'ignorance, sans vérifier il fonce comme un buffle dans toute histoire qui prouve une supposée falsification au point que les chrétines en cas de débat copient sur cette secte

[size=40]Les mémoires de Hempher ou la fable "Wahhabite"[/size]

Si Livingstone avait vérifié ces dates, il aurait su qu’Ibn Abdel-Wahhâb est né en 1115 de l’hégire (c.-à-d. en 1703) [1]. De là, on comprend que, d’après la préface des « Mémoires de M. Hempher », l’espion secret choisi par le gouvernement britannique aurait établi son mouvement « Wahhabite » à l’âge de dix ans et cela, après avoir été trompé « durant plusieurs années ».
 
En ce qui concerne les dates de ce stratagème supposé, l’auteur précise dans ses «_mémoires » en quoi consistait sa mission :  
 
« En l’an 1122 de l’hégire (c.-à-d. en 1710), le ministre des Colonies m’a envoyé en Égypte, en Irak, au Hedjaz et à Istanbul en tant qu’espion pour obtenir des informations nécessaires et suffisantes pour causer la division des musulmans. » [2]
 
Dans le même document, nous lisons le passage suivant:
 
« Notre Grande-Bretagne est très vaste. Le soleil s’élève sur ses mers, et se couche, à nouveau, en dessous de ses mers. Notre État est encore relativement faible dans ses colonies en Inde, en Chine et au Moyen-Orient. Ces pays ne sont toujours pas entièrement sous notre domination. Cependant, nous avons poursuivi une politique très active et fructueuse dans ces endroits dont nous serons très bientôt en pleine possession. Deux choses sont d’une importance capitale: 1. Nous devons tout faire pour maintenir les endroits que nous avons déjà obtenus. 2. Nous devons prendre possession des endroits que nous n'avons pas encore conquis. » [3]
 
Si l’auteur de ce document avait fait des recherches sur la séquence d'événements historiques qui ont eu lieu en 1710, qui est la date mentionnée dans le texte, il aurait su que la Grande-Bretagne n’avait pas de colonie à cette époque en Inde ou en Chine, faibles soient elles ou fortes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué
avatar

Nombre de messages : 4469
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME   Mar 6 Fév - 19:51


https://rielpolitik.com/2016/02/01/oiligarghy-the-house-of-saud-its-jewish-origin-and-installation-by-the-british-crown/
The Saudi Royal Family Are Crypto-Jews

By Abdulaziz Saud

THE SAUDI DYNASTY: FROM WHERE IS IT? AND WHO IS THE REAL ANCESTOR OF THIS FAMILY?

RESEARCH AND PRESENTATION OF: MOHAMMAD SAKHER , who was ordered killed by the Saudi Regime for the following findings:

1. Are the Saudi Family members belonging to the Tribe of ANZA BEN WA’EL as they allege to be?

2. Is Islam their actual religion?

3. Are they of an ARAB ORIGIN at all?

In the year 851 A.H. a group of men from AL MASALEEKH CLAN, which was a branch of ANZA Tribe, formed a caravan for buying cereals (wheat and corn) and other food stuff from IRAQ, and transporting it back to NAJD. The head of that group was a man called SAHMI BIN HATHLOOL. The caravan reached BASRA, where the members of the group went to a cereal merchant who was a Jew, Called MORDAKHAI BIN IBRAHIM BIN MOSHE’. During their bargaining with that merchant, the Jew asked them : “Where are you from?” They answered: “From ANZA TRIBE; a clan of AL MASALEEKH.” Upon hearing that name, the Jew started to hug so affectionately each one of them saying that he, himself, was also from the clan of AL MASALEEKH, but he had come to reside in BASRA (IRAQ) in consequence to a family feud between his father and some members of ANZA Tribe.

After he recounted to them his fabricated narrative, he ordered his servants to load all the camels of the clan’s members with wheat, dates and tamman; a remarkable deed so generous that astonished the MASALEEKH men and aroused their pride to find such an affectionate (cousin) in IRAQ- the source of their sustenance; they believed each word he said , and , because he was a rich merchant of the food commodities which they were badly in need, they liked him (even though he was a Jew concealed under the garb of an Arab from AL MASALEEKH clan).

When the caravan was ready to depart returning to NAJD, that Jewish Merchant asked them to accept his company, because he intended to go with them to his original homeland, NAJD. Upon hearing that from him, they wholeheartedly welcomed him with a very cheerful attitude.


So that (concealed) Jew reached NAJD with the caravan. In NAJD, he started to promulgate a lot of propaganda for himself through his companions (his alleged cousins), a fact, which gathered around him a considerable number of new supporters; but, unexpectedly, he confronted a campaign of opposition to his views led by SHEIKH SALEH SALMAN ABDULLA AL TAMIMI, who was a Muslem religious preacher in AL-QASEEM. The radius of his preaching area included Najd, Yemen, and Hijaz, a fact which compelled the Jew (the Ancestor of the present SAUDI FAMILY to depart from AL QASEEM to AL IHSA, where he changed his name (MORDAKHAI) To MARKHAN BIN IBRAHIM MUSA. Then he changed the location of his residence and settled at a place called DIR’IYA near AL-QATEEF, where he started to spread among the inhabitants a fabricated story about the shield of our Prophet MOHAMMAD (p.b.u.h), that it was taken as a booty by an Arab Pagan in consequence of OHOD Battle between the Arab pagans and the Muslems. “That shield, he said, was sold by the Arab Pagan to a Jewish Clan called BANU QUNAIQA’ who preserved it as a treasure! He gradually enhanced his position among the Bedouins through such stories which indicated how the Jewish clans in Arabia were so influential and deserved high esteem. He gained some personal importance among the Bedouins, and decided to settle permanently there, at DIR’IYA town, near AL QATEEF, which he decided to be his (Capital) on the Persian Gulf. He aspired to make it his spring board for establishing a Jewish Kingdom in Arabia.

In order to fulfill his ambitious scheme, he started to approach the desert Arab Bedouins for support of his position, then gradually, he declared himself as their king!

At that juncture, AJAMAN Tribe together with BANU KHALED Tribe became fully aware of that Jewish cunning plan after they had verified his true identity, and decided to put an end to him. They attacked his town and conquered it, but before arresting him he had escaped by the skin of his teeth.

That Jewish Ancestor of the SAUDI FAMILY, (MORDAKHAI), sought shelter in a farm called at that time AL-MALIBEED-GHUSAIBA near AL-ARID, which is called at our present time : AL-RIYADH.

He requested the owner of that farm to grant him an asylum. The farmer was so hospitable that he immediately gave him sanctuary. But that Jew (MORDAKHAI), no longer than a month had he stayed there, when he assassinated the land lord and all members of his family, pretending that all were killed by an invading band of thieves. Then he pretended that he had bought that real estate from them before that catastrophe happened to them! Accordingly, he had the right to reside there as a land lord. He then gave a new name to that place: He named it AL-DIRIYA – the same name as that he had lost.

That Jewish Ancestor of the SAUDI FAMILY (MORDAKHAI), was quick to establish a “GUEST HOUSE” called “MADAFFA” on the land he usurped from his victims, and gathered around him a group of hypocrites who started to spread out false propaganda for him that he was a prominent Arab Sheikh. He plotted against Sheikh SALEH SALMAN ABDULLA AL TAMIMI, his original enemy, and caused his assassination in the mosque of the town called (AL-ZALAFI).

After that, he felt satisfied and safe to make (AL-DIRIYA) his permanent home. There he practiced polygamy at a wide scale, and indeed, he begot a lot of children whom he gave pure Arab names.

Ever since his descendants grew up in number and power under the name of SAUDI CLAN, they have followed his steps in practicing under ground activities and conspiracies against the Arab Nation. They illegally seized rural sectors and farm lands, and assassinated every person who tried to oppose their evil plans. They used all kinds of deceit for reaching their goals: they bought the conscience of their dissidents; they offered their women and money to influential people in that area, particularly to those who started to write the true biography of that Jewish Family; they bribed writers of history in order to purify their ignominious history, and make their lineage related to the most prominent Arab Tribes such as RABI’A, ANZA, and ALMASALEEKH.

A conspicuous hypocrite in our era whose name is MOHAMMAD AMIN AL TAMIMI- Director/Manager of the contemporary Libraries of the SAUDI KINGDOM, made up a genealogical tree (FAMILY TREE) for this JEWISH FAMILY (THE SAUDIS), connecting them to our Great Prophet, MOHAMMAD (P.B.U.H). For his false work, he received a reward of 35 (THIRTY FIVE) THOUSAND EYPTIAN POUNDS from the then SAUDI AMBASSADOR TO CAIRO, EGYPT, in the year 1362 AH.- 1943 A.D. The name of that Ambassador is: IBRAHIM AL-FADEL.

As aforementioned, the Jewish Ancestor of the SAUDI FAMILY, (MORDAKHAI), practiced polygamy by marrying a lot of Arab women and begot many children; his polygamous practice is, at the present time, being carried out ” to the letter” by his descendants; they cling to his marital heritage!

One of MORDAKHAI’S sons called AL-MAQARAN, arabized from the Jewish root (MACK-REN) begot a son called Mohammad, then another son called SAUD, which is the name of the present day SAUDI DYNASTY.

Descendants of SAUD (the present day SAUDI FAMILY )started a campaign of assassination of the prominent leaders of the Arab Tribes under the pretence that those leaders were apostates; renegading from the Islamic Religion, and deserting their Koranic doctrines; so they deserved the SAUDI condemnation and slaughter!

In the History Book of the SAUDI FAMILY pages (98-101), their private family historian declares that the SAUDI DYNASTY considers all the people of NAJD blasphemous; so their blood must be shed, their properties confiscated, and their females be taken as concubines; no Muslim is authentic in his /her belief unless he/she belongs (affiliates) to the sect of MOHAMMAD BIN ABDUL WAHAB, (whose origins are also Jewish from TURKEY.) His doctrines give authority to the SAUDI FAMILY to destroy the villages with all their inhabitants-males including children, and to sexually assault their women; stab the bellies of the pregnant, and cut off the hands of their children, then burn them! They are further authorized by such a BRUTAL DOCTRINE to plunder all the properties of whom they call renegades (not following their Wahabi Sect).

Their hideous Jewish Family has, in fact, done all that kind of atrocities in the name of their false religious sect (the Wahabi), which was actually invented by a Jew so as to sow the seeds of terror in the hearts of people in towns and villages. This Jewish Dynasty has been committing such brutal atrocities ever since 1163 A.H. They have named the whole Arabian Peninsula after their family name (SAUDI ARABIA) as if the whole region is their own personal real estate, and that all other inhabitants are their mere servants or slaves, toiling day and night for the pleasure of their masters (THE SAUDI FAMILY).

They are completely holding the natural wealth of the country as their own property. If any poor person from the common people raises his/her voice complaining against any of the despotic rules of this Jewish Dynasty, (the Dynasty) cuts off his/her head in the public square. A princess of theirs once visited FLORIDA, USA, with her retinue; she rented 90 (NINETY) Suite rooms in a Grand Hotel for about One Million Dollars a night! Can anyone of their subjects comment about that extravagant event? If he/she does, his/her fate is quite known: DEATH WITH THE EDGE OF THE SAUDI SWORD IN THE PUBLIC SQUARE!!!!!!

Witnesses on the Jewish Ancestry of this Saudi Family:

In the 1960’s the “SAWT AL ARAB” Broadcasting Station in Cairo, Egypt, and the YEMEN Broadcasting Station in SANA’A confirmed the Jewish Ancestry of the SAUDI Family.

King FAISAL AL-SAUD at that time could not deny his family’s kindred with the JEWS when he declared to the WASHINGTON POST on September 17, 1969 stating: “WE, THE SAUDI FAMILY, are cousins of the Jews: we entirely disagree with any Arab or Muslem [sic] Authority which shows any antagonism to the Jews; but we must live together with them in peace. Our country (ARABIA) is the Fountain head from where the first Jew sprang, and his descendants spread out all over the world.” That was the declaration of KING FAISAL AL-SAUD BIN ABDUL AZIZ!!!!!

HAFEZ WAHBI, The SAUDI Legal Adviser, mentioned in his book entitled: “THE PENINSULA OF ARABIA” that KING ABDUL AZIZ AL-SAUD, who died in 1953, had said : “Our Message (SAUDI MESSAGE) encountered the opposition of all Arab Tribes; my grandfather, SAUD AWAL, once imprisoned a number of the Sheikhs of MATHEER Tribe; and when another group of the same tribe came to intercede for the release of the prisoners, SAUD AWAL gave orders to his men to cut off the heads of all the prisoners, then, he wanted to humiliate and derogate the interceders by inviting them to eat from a banquet he prepared from the cooked flesh of his victims whose cut off heads he placed on the top of the food platters!! The interceders became so alarmed and declined to eat the flesh of their relatives; and, because of their refusal to eat, he ordered his men to cut off their heads too. That hideous crime was committed by that self imposed king to innocent people whose guilt was their opposition to his most cruel and extremely despotic rules.

HAFEZ WAHBI, states further that King ABDUL AZIZ AL-SAUD related that bloody true story to the Sheikhs of the MATHEER Tribe, who visited him in order to intercede for their prominent leader at that time, FAISAL AL DARWEESH, who was the king’s prisoner. He related that story to them in order to prevent them from interceding for the release of their Sheikh; otherwise, they would face the same fate; He killed the Sheikh and used his blood as an ablution liquid for him just before he stood up for his prayer (after the false sect doctrine of the Wahabi); The guilt of FAISAL DARWEESH at that time was that he had criticized King ABDUL AZIZ AL-SAUD when the king signed the document which the English Authorities prepared in 1922 as a declaration for giving PALESTINE to the Jews; his signature was obtained in the conference held at AL AQEER in 1922.

That was and still is the system of this Regime of the JEWISH FAMILY (SAUDI FAMILY): All its goals are: plundering the wealth of the country, robbing, falsifying, and committing all kinds of atrocity, iniquity, and blasphemy-all are executed in compliance with their self invented Wahhabi Sect which legalizes the chopping of the heads of their opposing subjects.


http://www.truedemocracy.net/hj33/08.html

The House Of Saud: It’s Jewish Origin And Installation By The British Crown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué
avatar

Nombre de messages : 5495
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME   Mer 7 Fév - 4:03



souvenirs souvenirs....hier j'avais 20 ans, main dans la main avec sharon






le sud liban c'est dominé par qui..?? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué
avatar

Nombre de messages : 4469
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME   Mer 7 Fév - 13:32


Il y a 35 ans, le massacre de Sabra et Chatila au Liban, Par Véronique Laroche-Signorile Publié le 15/09/2017 à 19:20

LES ARCHIVES DU FIGARO - Du 16 au 18 septembre 1982 des réfugiés palestiniens étaient massacrés par des milices chrétiennes (ALLIES DES SAOUDIENS ET DES ISRAELIENS), dans la banlieue de Beyrouth. Voici le récit du correspondant spécial du Figaro découvrant le camp de Sabra après la tuerie.

Tout commence par un assassinat. Le 14 septembre 1982 le président nouvellement élu, Bachir Gemayel -chef des Forces libanaises, milices chrétiennes-, est tué dans un attentat. Deux jours après, par vengeance, débute le massacre de civils palestiniens dans deux camps de réfugiés -Sabra et Chatila- dans la banlieue de Beyrouth. Il est perpétré par des miliciens chrétiens (les Phalangistes) et se poursuit jusqu'au 18 septembre au matin. Mais ce n'est que le 19 septembre que le monde apprend l'affreuse tuerie -méthodique, qui n'a épargné personne: hommes, femmes, enfants, animaux.

Dès le 17 septembre au matin des femmes palestiniennes -qui ont pu fuir les camps- alertent sur le drame en cours, dans les rues de Beyrouth-Ouest. De nombreux journalistes, qui couvrent la guerre civile au Liban, sont présents dans la capitale. Certains d'entre-eux commencent à enquêter et tentent d'entrer dans les camps de réfugiés. Mais ils sont bloqués par les troupes israéliennes qui encerclent les camps et contrôlent leur accès. Et ce n'est que le lendemain, quelques heures après la fin du carnage, que les premiers journalistes peuvent enfin pénétrer dans les camps de Sabra et Chatila. En France c'est le quotidien Libération qui annonce le massacre dans son édition du 19 septembre 1982. La première dépêche de l'AFP tombe quant à elle dans l'après-midi, ce même jour. Avec l'arrivée des photographes et médias internationaux à Sabra et Chatila, l'horreur fait le tour du monde, provoquant stupeur et indignation. En 1983 l'enquête officielle libanaise conclut à «l'entière responsabilité» des forces israéliennes. Et, en 1991, une loi d'amnistie générale est décrétée.

Voici l'intégralité du récit du correspondant spécial du Figaro de l'époque, Jean-Jacques Leblond.

Article paru dans Le Figaro du 20 septembre 1982.
Un spectacle insoutenable

Beyrouth vient de toucher le fonds de l'horreur. Plusieurs centaines de civils palestiniens, qui vivaient encore dans ce qui tenait debout dans les camps du sud de la capitale, ont été tués dans d'atroces et odieuses conditions. Atroces parce que les auteurs ont frappé indistinctement femmes et enfants; odieuses, parce qu'ils s'en sont pris à une population désarmée et désemparée. Des enfants ont été tués du seul fait qu'ils étaient Palestiniens et que plus tard, selon la déclaration des exécutants de la tuerie, «ils grandiraient et deviendraient des terroristes».
Carte localisant les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila parue dans Le Figaro du 20 septembre1982.

Je reviens de Sabra. Je traîne encore derrière moi l'odeur du charnier, la puanteur de la mort. Partout des cadavres déjà noircis par le soleil et raidis. Des nuages de mouches leur servent de linceuls. Ici, la mort n'est pas silencieuse. Des pleurs, des gémissements, des hurlements poussés par des femmes résonnent à nos oreilles. Dans cet univers dément et éclaté, chaque coin de ruelle est un drame. Des femmes vous entraînent dans les pires recoins où se gonflent des cadavres enchevêtrés et distordus. Chœur gémissant et autoritaire, elles nous tirent par le bras vers des carnages: autour d'une table, pas encore desservie, une famille gît en rond. Ailleurs, deux adolescents, dont l'un tient encore un fusil.

«Nous n'avons rien compris ensuite. Les autres ont tiré et tué.Ça a duré tout le lendemain, c'était horrible»

Réfugiés palestiniens.

Nous allons de cadavres en cadavres et l'on essaie de nous raconter la genèse du drame: «C'est jeudi que nous avons vu arriver des soldats. Parmi, nous, un franc-tireur a ouvert le feu et les autres ont riposté. Nous avons eu peur et beaucoup sont partis avec des drapeaux blancs vers l'est. D'autres se sont dirigés vers les lignes israéliennes. Nous n'avons rien compris ensuite. Les autres ont tiré et tué. Nous, nous avons pu nous cacher sous des maisons démolies. Ça a duré tout le lendemain, c'était horrible.»

Je donne ici, en raccourci, la traduction des témoignages que j'ai recueillis. Ils se ressemblent tous et tous sont pitoyables. Nous retenons au bord des lèvres des nausées irrépressibles qui mouillent nos mouchoirs. Les ambulanciers, visages masqués, brancardent des masses informes, dissimulées sous des couvertures. On parle de mille morts: mille morts, ce fut, si je m'en souviens bien, le bilan d'un autre massacre perpétré au Liban. Celui de Damour, cette ville proche de Beyrouth, que les Palestiniens, un soir de janvier exterminèrent.

Des familles ont été surprises alors qu'elles dormaient sur des nattes. Des bébés semblent encore dormir sur leur couche.

Dans l'une des rues du camp, où l'on relève des traces de bulldozers qui ont défoncé les murs des habitations, des morts sont allongés sur les trottoirs. Personne n'a été épargné, ni les hommes ni les animaux. Couchés dans une courette, près de huit corps humains, deux cadavres de chevaux dressent leurs jambes en l'air. Un peu plus loin, des poulets et des chats ont été abattus par des rafales d'armes automatiques. Le sol est jonché de douilles. À l'intérieur des maisons, on découvre le drame tout entier. Des familles ont été surprises alors qu'elles dormaient sur des nattes. Des bébés semblent encore dormir sur leur couche. Dans les cours traînent encore des jouets qui ont été précipitamment abandonnés. «En massacrant des innocents, c'est la paix au Liban qu'on a assassinée», me dit un Libanais, qui, comme nous tous, est horrifié.
Extrait de la Une du Figaro du 20 septembre 1982.

Pourtant, samedi, juste avant que nous prenions connaissance des premières rumeurs concernant ce massacre, la situation allait en se normalisant. Perquisitions en série, vérifications à la chaîne et récupération massive des matériels de tous calibres. L'armée israélienne achevait de prendre possession de Beyrouth-Ouest. Elle venait de passer à la deuxième phase de son opération éclair: le quadrillage de la capitale. Elle s'y était installée massivement. Samedi, elle avait renforcé sa présence et des colonnes de blindés avaient boudé tous les points chauds. Des chars Merkava et des transports de troupes M 113 quadrillaient tous les secteurs et tenaient les principaux axes.

Dans bien des cas, les combattants progressistes du mouvement mourabitoune avaient préféré céder leurs positions et déposer leurs armes. Tout allait vers le calme. Les Israéliens avaient occupé les principaux sièges des organisations adverses. Ceux des nassériens et du Parti populaire de Walid Joumblat. Ils atteignaient dans la foulée les locaux du bureau central de l'O.LP. à Mazraa, et, dans le même temps, ils installaient leurs différents services dans plusieurs grands hôtels après avoir coupé toutes les communications de Beyrouth avec le monde extérieur.
La chasse aux suspects

Et la chasse aux suspects avait commencé dans les rues et les immeubles. Des petits commandos légers de Land-Rovers, montées par des équipes de quatre hommes portant des gilets pare-balles, s'étaient mis à circuler à toute allure. Il était apparu que cette course répondait à un plan méthodiquement préparé: la mise en place d'un dispositif policier bien informé.

Cartes détaillées, photos aériennes commentées et documents divers en mains, les groupes spéciaux israéliens avaient fait leur entrée. Ils s'étaient immédiatement dirigés vers les caches secrètes de l'O.L.P. et de ses alliés. Dans un bâtiment proche de l'ambassade de France, dans un sous-sol parfaitement aménagé et profondément enterré, ils avaient découvert un important stock d'armes et de munitions. Peu après, plusieurs camions lourds, escortés de blindes, transportaient un chargement dé caisses scellées vers le port.
Une femme palestinienne pleure le 20 septembre 1982 au-dessus des corps de ses proches tués, le 17 septembre 1982 dans le camp de réfugié à Beyrouth.

La purge de Beyrouth commençait en même temps que les rafles. Avenue de Paris, sur le front de mer, des centaines d'hommes avaient été rassemblés sur la chaussée, attendant que leur situation soit éclaircie. Comme dans les territoires du Sud, les Israéliens disposaient ici de réseaux de renseignements solidement implantés. Et les «taupes», infiltrées dans les rangs de l'adversaire, réapparaissaient au grand jour. Certains habitants affirmeront même avoir reconnu sous les traits d'un officier israélien un ancien responsable palestinien bien connu d'eux. Toujours est-il que, convaincant ou pas, ce témoignage collectif conforte l'idée que le Mossad en savait long sur l'infrastructure adverse. Il avait repéré un bon nombre de dépôts clandestins de l'O.L.P. qu'il n‘a aujourd'hui aucune difficulté à découvrir. On racontait même que les services secrets israéliens avaient «marqué» à l'aide de pastilles électroniques certains des refuges les plus secrets des dirigeants palestiniens.

«Que les hommes se rendent pour protéger leurs familles. Il ne leur sera fait aucun mal.»

On récupère aussi, dans les rues, des armes qui ont été précipitamment abandonnées et des paquets d'explosifs. Si donc Tsahal campe aujourd'hui dans les jardins de Beyrouth, ce n'est que samedi matin qu'elle avait achevé l'investissement de la zone des camps palestiniens depuis la corniche Mazraa. Les unités israéliennes avaient avancé en tenaille. Elles avaient fait précéder leur progression par des appels au mégaphone: «Que les hommes se rendent pour protéger leurs familles. Il ne leur sera fait aucun mal.» En fin de matinée, quelque 1 500 réfugiés palestiniens s'étaient rendus aux patrouilles. En colonnes anxieuses, ils avaient été conduits vers la «cité sportive» et le stade municipal de Fakhani où commençaient les formalités de tri. Dans les ruines de la cité sportive, deux cents suspects, assis sous la carcasse effondrée de la tribune, attendaient encore dans l'après-midi. Une foule de femmes en pleurs interrogeaient un gradé sur le sort qui serait réservé aux captifs: «S'ils n'ont rien à se reprocher ils vous seront rendus», leur répondit-il.
Traces de massacres

Mais la neutralisation des redoutes ruinées de l'O.L.P. aurait pu passer pour une simple opération de contrôle si une information n'était venue lui donner un tour tragique. Dans certains secteurs de Sabra et de Chatila, on venait de découvrir des traces de massacre perpétré contre la population civile. Selon certaines sources contradictoires et impossibles à vérifier, on aurait retrouvé plusieurs centaines de victimes: hommes, femmes et enfants confondus, sommairement exécutés. On apprenait également que plusieurs habitations avaient été détruites à la dynamite ou défoncées par les bulldozers. On découvrit dans les maisons des corps figés dans le sommeil et, plus loin ceux de deux vieillards tombés à proximité de leur éventaire de primeurs.
Le général chrétien libanais Saad Haddad en 1979.

Une première enquête révéla que, dès jeudi soir, des éléments armés, revêtus de treillis vert olive, ne portant, aucun signe distinctif, s'étalent introduits dans les camps. Un communiqué de la télévision libanaise laissait entendre, dans la soirée de samedi, qu'il s'agissait des milices chrétiennes de l'Armée de libération du Sud opérant sous les ordres du major Saad Haddad. Celui-ci, ancien officier, avait fait dissidence en 1976. Avec deux mille hommes, il s'était taillé un petit fief autour de Marjayoum, dans le Sud, et il en avait fait un État tampon entre les lignes de l'O.L.P. et la frontière d'Israël. Il s'était fait connaître par ses méthodes expéditives à l'époque ou, jusqu'en juin dernier, les Palestiniens occupaient toute la partie méridionale du Liban. Allié des Israéliens, il n'avait toutefois que symboliquement participé à leurs interventions. Il avait été chargé du maintien de l'ordre dans les zones libérées. Bien que chrétien, le major Haddad n'entretenait aucune relation de caractère politique ou militaire avec l'organisation «kataïeb» de Bechir Gemayel. On n'avait jamais, d'autre part, signalé la présence de cette milice sudiste dans la région de Beyrouth jusqu'à samedi matin. Les effectifs de deux compagnies en uniformes non identifiables ont été vues en effet en train de manœuvrer à proximité de l'aéroport international.

La tuerie remonterait à jeudi soir et à vendredi matin.

On se pose bien évidemment des questions sur l'identification des véritables responsables de ces exécutions sommaires, et, surtout, on s'interroge sur les conséquences politiques immédiates de ces massacres. Selon certains témoins d'origine européenne, qui travaillaient à l'hôpital d'Acca (Saint Jean-d'Acre), au sud de la capitale, non loin des camps de Sabra et Chatila, la tuerie remonterait à jeudi soir et à vendredi matin. Elle aurait suivi les violents accrochages qui avaient opposé les derniers combattants progressistes aux forces israéliennes. Ces combats, qui avaient débuté mercredi à midi, s'étaient achevés vendredi à l'aube. Mais à aucun moment le contingent militaire israélien n'avait pénétré dans les camps, se contentant de les encercler et de se diriger vers le centre de la capitale.
Les corps des réfugiés palestiniens tués dans le camp de Sabra au Liban en septembre 1982.

Plusieurs des médecins et infirmiers, servant au titre du Croissant-Rouge palestinien et qui ont depuis été évacués vers leurs ambassades respectives, nous ont déclaré: «Des militaires sont arrivés jeudi à l'hôpital et nous ont accostés, ils paraissaient très nerveux et excités. Ils se sont ensuite calmés et nous ont offert des cigarettes. Après, nous avons été interrogés en français, en anglais et en arabe, selon nos nationalités; ils nous ont dit: «Allez voir les autorités israéliennes qui sont là-bas. Vous vous arrangerez avec elles.»

«Celles-ci ont vérifiés nos passeports après nous avoir fait baisser les bras et ils nous ont dit de rejoindre l'hôpital où nous avions des enfants à soigner.» Deux délégués de la Croix-Rouge internationale sont ensuite venus vérifier nos identités avant de nous envoyer plusieurs véhicules qui nous ont ramenés à Beyrouth. Au moment où nous partions, l'un des nôtres nous a affirmé que les soldats qui occupaient l'hôpital étaient bien des gens d'Haddad, et qu'ils avaient égorgé deux infirmières de nationalité libanaise. Mais nous n'avons pas été témoins de cet acte.» À Sabra, où j'ai passé une partie de la matinée, les civils palestiniens nous ont également affirmé que les tueurs étalent des miliciens sudistes. «Venez avec nous, nous allons encore vous montrer des choses horribles.»

II est bien difficile de mener une enquête dans un pays où la mort est devenue banale à force d'être quotidienne.

Et dans le dédale des ruelles à moitié démolies, nous sommes allés de maison en maison. Encore des cadavres, partout des cadavres. À un endroit, j'en ai compté huit, alignés au bas d'un mur qui portait des traces de balles. Il est bien difficile de mener une enquête dans un pays où la mort est devenue banale à force d'être quotidienne et où les atrocités, depuis huit ans, sont monnaie courante.

Toutefois, il est certain que des civils de tous les sexes et de tous âges ont été exécutés dans des conditions que plus rien ne justifie aujourd'hui. Et surtout pas la vengeance à l'heure où le Liban ne peut rétablir son unité qu'à travers la réconciliation de toutes ses communautés. Or c'est mardi que l'État libanais doit se donner un nouveau président de la République en remplacement de celui qui, élu il y a moins d'un mois, est mort dans la violence avant même d'être investi de son autorité suprême.

Hier, en fin de matinée, on vit arriver les premières colonnes motorisées de l'armée libanaise. Lorsqu'elles entrèrent dans le camp, leurs chefs se virent encerclés par des femmes en furie. «Pourquoi n'êtes-vous pas venus plus tôt? Si vous aviez été là, tout cela ne serait pas arrivé...» En fait les forces libanaises occupaient hier soir le terrain et le général Raphael Eytan, le commandant israélien, déclarait à midi à Baabda: «Nous sommes prêts à nous retirer immédiatement si l'armée libanaise est prête à nous relever.»

Hier soir, l'entrée des camps était interdite. Des barrages ont été posés, gardés par des Libanais, en même temps, je pouvais constater un certain allégement, des forces israéliennes dans Beyrouth même. Toutefois, la circulation entre les deux secteurs de la capitale était soumise à un strict contrôle et à l'ouest un couvre-feu a été décrété de 17 heures à 6 heures du matin.

Par Jean-Jacques Leblond
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME   

Revenir en haut Aller en bas
 
HIEMFER, mémoires de l'espion anglais père du WAHABISME
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notre Père
» Trois "versions chantées" du Notre Père...
» Notre Père!!!
» QUestion ANGLAIS
» Prière au Père ! Que Dieu te bénisse toi qui lit cette prière !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Islam-
Sauter vers: