Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'essor du salafisme en Kabylie vu par la bande a Abrika

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
salah bey
Habitué


Nombre de messages : 103
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: L'essor du salafisme en Kabylie vu par la bande a Abrika   Sam 11 Mar - 18:44

Sur fond de menaces contre Ali Gherbi

La CICB dénonce la «pandémie salafiste»

La Coordination intercommunale des citoyens de Béjaïa (CICB) a interpellé, dans une déclaration qui a sanctionné son conclave extraordinaire jeudi dernier, la société civile et la classe politique pour «ériger un rempart citoyen» dans les villages et les villes, devant ce qu’elle appelle «la pandémie salafiste» assimilée à une gangrène. «La classe politique et la société civile sont plus que jamais interpellées à intervenir devant cette pandémie salafiste. Il s’agit d’ériger un rempart citoyen dans nos villes et dans nos villages avant que cette gangrène ne prenne des proportions qui lui assureront un déferlement inexorable», peut-on lire dans la déclaration.

Dans cette dernière, un constat alarmant a été dressé sur le recul des libertés syndicales et la liberté de la presse pendant que «l’islamisme avance et opère des incursions spectaculaires dans les institutions de la République», estiment les aârouch de Béjaïa. Ils en veulent, pour preuve, l’annulation de la Star Academy arabe et la réinstauration de l’adhan à la télévision. A leurs yeux, ceci est «loin de répondre à un quelconque besoin de promouvoir l’Islam», mais «des concessions accordées aux islamistes» qui, selon eux, font tout pour occuper les espaces et asseoir leur idéologie intégriste.

Les aârouch accusent certains imams pour leurs prêches visant «le changement des traditions ancestrales de la région». Pour les aârouch, «en Kabylie, le mouvement salafiste manifeste ostensiblement ses velléités de changer les traditions ancestrales de la région et que se sont les imams qui agissent comme militants», tout en s’inquiétant aussi de la montée alarmante des fléaux sociaux et de la délinquance, des phénomènes qui constituent «une sève nourricière pour l’intégrisme rampant», feront remarquer les animateurs des aârouch de Béjaïa.

Cette sortie de la CICB vient-elle en soutien au porte-parole du comité de la société civile d’El Kseur, Ali Gherbi, qui a appelé le mouvement des aârouch et la tendance dialoguiste à le soutenir par rapport à la menace de mort dont il fait l’objet ? La CICB ne se fait aucune illusion à cette affaire.

Au cours de leur réunion, ces derniers ont relevé, par ailleurs, une lenteur dans la mise en œuvre de la plate-forme d’El Kseur, notamment dans le traitement des dossiers des victimes et blessés des événements qu’a connus la région et interpellent les pouvoirs publics pour «une meilleure efficacité dans leur prise en charge». Enfin, les aârouch ont mis sur pied une commission qui se chargera de préparer le premier forum de la citoyenneté le 23 mars 2006, les activités commémoratives du double anniversaire du Printemps noir et amazigh et la conférence de la wilaya sur le développement local au courant du mois de mai prochain.

Hocine Cherfa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'essor du salafisme en Kabylie vu par la bande a Abrika
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Notre-Dame de Kabylie
» JESUS en KABYLIE
» Salafisme, Jihadisme... ?
» Un Réveil Spirituel en Kabylie
» Notre Dame de Kabylie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Société-
Sauter vers: