Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 interpelation de cheikh Ali benhaj 3ème partie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jamal-biladi
Membre


Nombre de messages : 16
Age : 41
Date d'inscription : 10/08/2006

MessageSujet: interpelation de cheikh Ali benhaj 3ème partie   Lun 14 Aoû - 21:55

Ce qui suit est la suite de mon article précédant, je l'ai organisé de tel sorte que vous pouvez cliquer sur des liens pour avoir des informations suplémentaires sur la date citée.

Le 2 juillet 2003 : sortie du cheikh Ali après 12 ans et plus de détention injuste.
Juste après, deux procès verbaux émanant du tribunal militaire de Blida pour cheikh Ali et du commissariat central pour cheikh Abassi (écrits à la main d’un des bourreaux de l’Algérie) sont émis à leur encontre et qui contiennent dix interdictions (essentiellement l’interdiction de l’activité politique).
http://www.algeria-watch.org/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_madani_liberes.htm

Depuis sa sortie de prison, cheikh Ali aurait rencontré une dizaine de personnalités politiques, dont certaines à plusieurs reprises, et surtout réuni plusieurs anciens responsables du parti dissous. Même si nous ignorons les objectifs de ces réunions, il est clair que c’est des tentatives louables de compréhension et de recueil d’informations d’un ex-détenu éloigné par force de la réalité sur le terrain.

Le 20 juillet 2003 : cheikh Ali est cité dans le site (islam today) sous forme d’interview suite à une communication téléphonique avec cheikh Salmane Elaouda. Suite à cela il sera interpelé pour lui rappeler les 10 interdictions à son encontre.
http://algeria-watch.de/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_tounsi.htm
Voir aussi l’interview :
http://www.islamtoday.net/articles/show_articles_content.cfm?id=37&catid=77&artid=2545

Le 9 septembre 2003 : Arrestation à la sortie de son domicile à Kouba et conduit au commissariat central d’Alger. On reproche surtout à Ali Benhadj d’avoir failli à l’obligation de réserve et d’avoir poursuivi son activité politique en catimini, en violation des interdictions qui lui ont été prononcées à sa sortie de prison par le procureur militaire de Blida. Benhadj en refusant de suivre ses bourreaux a été maltraité, les policiers l’ont trainé à même le sol, sous le regard choqué de son fils et de son frère.
http://www.algeria-watch.de/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_interpelle.htm

Le 30 septembre 2003 : après des déplacements à Blida et Bouira, cheikh Ali est arrêté en voulant se rendre à Tizi-Ouzou (à proximité de la ville de Boumerdès). Il parait qu’il voulait assister à la prière du vendredi dans cette ville.
http://algeria-watch.de/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_tizi_interpelle.htm

Le 26 février 2004 : Suite à un assassinat arbitraire par la gendarmerie d’un citoyen algérien à Oued Smar, cheikh Ali s’est rendu à son enterrement pour apporter son soutien à la famille de la victime, il sera arrêté avec son frère Abdelhamid à la sortie du cimetière.
Communiqué des Messieurs AEK Omar et Abderrahim Abbou http://algeria-watch.de/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_commissariat.htm

Le 9 mars 2004 : Agression par arme à feu de l’imam de la mosquée El-Arbaoui d’El-Harach, Abou Hafs, un érudit du Hadith et un ex-détenu politique (pendant 5 ans) il est connu aussi pour ses tentatives de paix durant la période 1998/99. L’imam est décédé suite à ses blessure le lendemain, cheikh Ali s’est précipité pour l’assister dans sa douleur. Il sera interpelé une première fois le 10 mars et une deuxième fois le lendemain pour l’empêcher d’assister à l’enterrement. Suite à cela une notification de la police stipule l’interdiction à cheikh Ali de faire la prière dans toutes les mosquées d’El-Harach.
Agression de l’imam Abou Hafs http://algeria-watch.de/fr/mrv/mrvrepr/imam_blesse.htm
Communiqué des Messieurs AEK Omar et Abderrahim Abbou suite aux arrestations du cheikh Ali http://algeria-watch.de/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_100304.htm

24 novembre et 07 décembre 2004 : Arrestation la première fois pour avoir fait un discours lors de l’enterrement d’un ex-codétenu lors de son emprisonnement durant la période (83-1987) et une deuxième fois suite à une discussion fraternelle avec des citoyens algériens lors d’un simple mariage. Vous trouverez aussi une déclaration d’anciens militants du FIS.
http://forum.fisweb.org/viewtopic.php?t=4112

Le 23 décembre 2004 : Notification des forces de sécurité à cheikh Ali de ne pas quitter la ville d’Alger alors qu’il se rendait à Tlemcen, alors que des pieds noirs on eu la possibilité de visiter leurs anciennes demeures à Tlemcen même. Suite à sont insistance il est arrêté à la sortie de son domicile au quartier Laproval de Kouba.
Communiqué de Monsieur Mourad Dhina http://algeria-watch.de/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_231204.htm

Le 23 mai 2005 : arrestation du cheikh Ali sur sa route vers le palais de la culture pour assister au congrès sur la vie de l’imam El Bachir El Ibrahimi, il voulait apporter des éclaircissements sur les origines de la crise algérienne qui se cristallise selon lui en l’accaparement du droit à la parole au peuple algérien par une poigné de sanguinaires. En réaction au projet de la moussalaha (moughalata) de Monsieur Bouteflika (Boutefrika), il déclare que l’amnistie générale, même si elle est louable, ne doit pas être perçue comme une fin en soit mais plutôt comme une des conséquences d’un vrai dialogue, la solution selon lui doit être trouvée grâce à des bases juridiques islamiques ou suite à des négociations propres et honnêtes en divulguant la vérité et en précisant que le but principal c’est atteindre le pardon tous cela peut être fait sous forme d’un congrès réunissant tous les acteurs de la crise.
http://www.algeria-voice.org/Dhakira/Wathaik/Wathaik17/hauptteil_wathaik17.html

Le 13 juillet 2005 : après une entrevue avec Monsieur Khaled Bensmaïn au domicile de ce dernier qui a été interrompue par les forces de sécurité du système, cheikh Ali est interpellé en se rendant au domicile de Monsieur Ali Jeddi (à Oued Mazafran) pour être conduit au commissariat central.
http://www.algeria-watch.org/fr/mrv/mrvrepr/benhadj_130705.htm

Le 14 juillet 2005 : cheikh Ali se dirige en compagnie de son fils Abdelfetah vers Blida pour assister à l’enterrement de son neveu, le nommé Abdelmalek décédé accidentellement le jour même. Il est arrêté par les forces de répression aux alentours de Birtouta et conduit au commissariat central.
http://www.algeria-watch.de/fr/mrv/observatoire/benhadj_140705.htm

Le 27 juillet 2005 : cheikh Ali fait un appel aux ravisseurs des diplomates algériens en Irak pour leur libération sur les ondes d’Eljazeera, sa déclaration interprétée comme un appel au meurtre lui a causé une interpellation par les forces de police.
http://www.algeria-watch.de/fr/article/pol/irak/benhadj_diplomates.htm

Le 01 Août 2005 : communiqué des Messieurs Ali Jeddi, Kamal Guemmazi et AEK Boukhamkham suite à l’assassinat des diplomates algériens pour préciser les vraies (et bonnes) intentions de cheikh Ali.
http://www.algeria-watch.de/pdf/pdf_ar/communique_010805.pdf

Le 06 mars 2006 : après presque 8 mois de détention injuste (préventive selon les termes du pouvoir), cheikh Ali est libéré.
http://www.algeria-watch.de/pdf/pdf_ar/communique_010805.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
interpelation de cheikh Ali benhaj 3ème partie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AVALLON - UNE ÉTAPE POUR NAPOLEON 1er (3ème Partie)
» [3ème] Le Père Goriot ?
» [3ème] Boule de suif
» Recherche du dénominateur commun - 3ème partie
» Le Boddhisattva (Bouddha en Devenir) - 3ème partie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: La crise politique-
Sauter vers: