Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Coopération MOSSAD services "Sono" arabes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Dim 5 Nov - 18:53

Assalamou 'alaïkoum wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;

Ceux qui n'ont de musulmans que d'être nés tels ou de vivre dans un pays musulman, se révèlent comme de parfaits hypocrites, "mounafikuns", comme les a décrits Le CORAN.

Hier ils complotaient contre Rassoulou Allah, aswaws, et sa maisonnée (Ahlou Beytihi,as) aidés par les rabbins et les païens ou les chrétiens arabes ou arabisés ou juifs qui n'avaient de musulman que la déclaration et vivaient leurs religions antérieurs en cachette (Toqiya), aujourdh'ui leurs enfants comme le soi-disant descendant des "hachémites", l'indigne Abullla de Jordanie et ses frères ès hypocrisie les indignes comparses des Bandar et autres Abdulla de Séoudie wahabo pétroliers, se découvrent un nouvel ennemi, les Musulmans Iraniens.
Comme leurs ancêtres qui s'alliaient aux juifs et aux chrétiens, leur descendants spirituels intoxiqués par la "tradition des pères fondateurs de leur islam spécifique", et donc anti Mohamadien, ils créent des ponts avec le terrorisme sioniste, CONTRE les musulmans Palestiniens, Libanais, Syriens et Iraniens, au nom de la protection de l'hérésie des ancêtres et des "gens du peuple", contre AHL El Beyt, as et leurs adeptes évidemment.
Pour le neveu des américains Abdulla de Jordanie, il s'agit ni plus ni moins que de "purifier le Moyen Orient des authentiques disciples de Rassoulou Allah, aswaws", car comme Allah, Exalté Soit-IL l'a dit à Nouh, as, à propos de son "fils" qui a préféré se réfugier sur une montagne plutôt que de rejoindre son père sur l'Arche, que celui-ci n'est point son fils, ses oeuvres étant négatives et condamnables, Abdulla de Jordanie, est lui aussi un "descendant Ghayrou Salih", qui rejoindra le fils de Nouh, dans le MEPRIS et le mauvais chemin, celui de la Perdition et ses conséquences, en compagnie de la clique séoudienne et ... égyptienne qui bénit l'Union des "services" avec les sionistes, qui sont en réalité LES SEULS ENNEMIS de la NATION ARABE et de la OUMA ..... Mais le CORAN ne dit-il pas qu'ils lisent LE CORAN mais qu'ils ne le comprennent pas ?

En voici la preuve cinglante....

Tous les jours sur www.IntelligenceOnline.fr
N°533 ! Du 20 octobre au 2 novembre 2006

RENSEIGNEMENT, Une alliance régionale secrète contre l'Iran
Selon des informations de source diplomatique obtenues par Intelligence Online, Israël et quatre pays musulmans sunnites (Jordanie, Arabie Saoudite, Egypte et Turquie) ont décidé le mois dernier de créer une alliance régionale du renseignement afin de contrer l'Iran, à la fois dans sa course à l'armement nucléaire et dans sa tentative de créer un "croissant chiite", de Téhéran à Beyrouth.
L'initiative de cette alliance revient au roi Abdallah II de Jordanie. Canaux secrets saoudo-israéliens. Dès la fin de la guerre entre le Hezbollah et Israël, le 14 août, Abdallah II a multiplié les contacts avec le roi Abdallah d'Arabie Saoudite, également très préoccupé par les risques de "déferlante chiite" sur la région. Appuyé par son premier ministre, le général Maarouf al-Bakhit, ancien directeur du General Intelligence Department (GID) et ex-ambassadeur en Israël (IOL nº512), le chef de l'Etat jordanien est parvenu à convaincre son homologue saoudien de la nécessité d'ouvrir des canaux secrets de concertation et de coordination avec le gouvernement israélien. Avant de s'engager, le roi Abdallah a consulté le prince Bandar bin Sultan, secrétaire général du Conseil de sécurité nationale et ancien ambassadeur à Washington (où il entretenait des contacts suivis avec les Israéliens), ainsi que le prince Moqrin Bin Abdulaziz, chef du General Intelligence Directorate (GID). Ceux-ci ayant manifesté un intérêt certain pour l'ouverture de "canaux" avec Israël, le roi Abdallah a également sondé son ministre des affaires étrangères, le prince Saud al-Faysal, qui est l'un de ses conseillers de confiance. Ce dernier a aussi donné son aval. Le roi a ensuite consulté le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a aussitôt envoyé à Riyadh de hauts responsables du Milli Istihbarat Teskilati (MIT) pour rencontrer les princes Bandar et Moqrin. Parallèlement, le général Omar Suleiman, patron du General Directorate of State Security égyptien, s'est rendu à deux reprises à Riyadh, le 28 août et le 5 septembre, officiellement pour coordonner l'après-guerre au Liban et tenter de favoriser un gouvernement d'union nationale en Palestine (Fatah-Hamas). En fait, il a surtout apporté la caution du président Hosni Moubarak au projet de contacts secrets saoudo-israéliens.
Dîner royal à Aqaba. Fort de ces soutiens politiques et diplomatiques, le roi Abdallah a alors mandaté le prince Bandar bin Sultan pour discuter avec le chef du Mossad, le général Meir Dagan.
Selon nos sources, la rencontre a eu lieu le 18 septembre dans le palais d'Abdallah II à Aqaba, le port jordanien sur la mer Rouge. Meir Dagan était accompagné du directeur de cabinet du premier ministre Ehud Olmert, Yoram Turbowitz, et de son chef d'état-major personnel, le général Gadi Shamani. Le prince Bandar était venu avec trois hauts responsables du renseignement. Abdallah II, qui a accueilli lui-même ses hôtes, était entouré de Maarouf al-Bakhit ; du directeur du GID, le général Mohammed al-Thahabi (IOL nº514) ; et de l'ambassadeur de Jordanie en Israël, Ali al-Ayed. Selon des témoins, le dîner royal s'est déroulé dans une ambiance particulièrement détendue, et ce d'autant plus que Bandar bin Sultan et Meir Dagan s'étaient déjà rencontrés plusieurs fois à Washington. Intensifier les échanges. Au cours de la discussion, Meir Dagan a dressé un état de l'avancement du programme nucléaire iranien et décrit le rôle joué par les réseaux scientifiques pakistanais ainsi que par la coopération russe. Cependant, c'est le terrorisme chiite et l'exportation de la révolution iranienne qui ont accaparé l'essentiel des débats. Concernant la question palestinienne, Abdallah II a été d'accord avec Meir Dagan pour estimer qu'aucune évolution politique significative ne pouvait être attendue du Hamas, la direction du mouvement en Palestine étant affaiblie par les "faucons" installés à Damas et Téhéran. Le prince Bandar a insisté de son côté pour qu'Israël reprenne rapidement des négociations avec le président Mahmoud Abbas afin de le soutenir face au Hamas. En conclusion, il a été décidé de "renforcer et d'intensifier les échanges de renseignement" pour faire face aux menaces iraniennes. Sur ce plan, la Jordanie jouera le rôle de bureau de liaison entre le GID saoudien et le Mossad. Cette coopération doit jeter les bases d'une alliance régionale de renseignement, incluant la Turquie et l'Egypte. La riposte de l'Iran ne s'est pas faite attendre : Téhéran a fourni pour la première fois au Hamas (à Gaza) des roquettes antichars et anti-aériennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Mer 15 Nov - 0:10

Assalamou 'alaikoum wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;

Ce rapport fait froid dans le dos, pour le futur de l'Irak, et cela me rappelle comment Pharaon, faisait aux Banu Israel, dont il tuait les males et laissait vivre les femmes, ouvrant ainsi la voie à la perversion des moeurs....

:

تقرير الأمم المتحده8 ملايين أرمله عراقيه
100 أمرأة تترمل كل يوم
نتيجة الأعمال الأرهابيه للوهابيين والصداميين
في ظل الأحتلال الأمريكي

Traduction pour ceux qui ne lisent pas l'arabe:
8 millions de veuves en Irak
100 veuves par jour
toutes victimes des bombes des TERRORISTES Wahabo-salafis, et des baathistes inconditionnels du tyran Sadam, sous l'ombre de l'occupation et de la complicité INTERESSEE US de l'Irak....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Jeu 16 Nov - 19:00

Assalam alaykoum;

Accord américano-israelien pour la création d'un état "islamique" sunnite en Irak


Le journal espagnol SEBASTIEN BARCELONA de ce jour, a révélé que les terroristes d'Al Kaydah en Irak ont déclaré qu'ils envisagent la création d'un état "islamique" sunnite en Irak. Cette création "d'après le journal espagnol" est une volontée des USA, d'Israel, d'Egypte, de l'Arabie Séoudite et de la Jordanie.
L'agence d'information وكالة انباء براثا a rapporté que le journal en question de ce lundi précise que le projet de création d'un état islamique sunnite en Irak, par le groupe terroriste d'Al Quaïda basé en Irak a été béni et approuvé par le parti baâthiste en décomposition. La naissance de ce nouvel état n'est pas une nouvelle donne; ce projet existe depuis 5 ans, et il a été pensé pour servir le dessein d'ISRAEL et des USA, avec l'aval de l'Arabie Saoudite, de l'Egypte, de la Jordanie, ainsi que des dirigeants baathistes et sounis d'Irak pour permettre à la fois d' accueillir les Palestiniens,, dans le cadre d'un règlement définitif de la Question Palestinienne, par l'évacuation de l'actuelle Palestine, et la relocalisation des Palestiniens en Irak, et de l'autre côté, pour permettre, de contrebalancer la majorité chiite en Irak, en y implantant un Etat souni fort et capable de briser l'influence chiite en Irak..

Ce projet qui date depuis longtemps a fait l'objet (depuis 2 ans)de plusieurs visites en Israel de la part de personnalités politiques sounies et d'autorités religieuses sounies irakiennes et séoudiennes. Ces visites et rencontres avec Israel sur les territoires occupés ont été organisées par le Quatar avec la bénédiction de la Jordanie, de l'Arabie Séoudite et de l'Egypte pour étudier en concertation avec Israel la création de l'état irakien "islamique" sunnite.

Le journal déclare que l'entité sioniste en concertation avec les ba'assites irakiens et les terroristes d'Al quaïda ont perpetré des boucheries barbares parmi les civils irakiens, trés systématiquement chiites, afin de créer l'anarchie et la division entre sunites et chiites. Leur objectif étant de créer un esprit tribal et de créer la méfiance entre chiites, sunnites, kurdes...afin de créer un terreau fertile qui facilitera la création d'un futur état "islamique sunnite".

Ce projet diabolique vise à amener en Irak les 4 millions de réfugiés palestiniens sunnites afin de contre-balancer la majorité chiite en les implantant dans la province d'Al-anbâr et d'autres provinces qui seront désignées par le nouvel état crée par les USA+ Israel et les pays amis au moyen orient.


Olmert appelle ses amis du Monde arabe "modérés" à s'unir face à la République Islamique d'Iran

mercredi 15 novembre 2006, 9h06

LOS ANGELES (Reuters) - Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a appelé mardi les pays arabes modérés à s'unir face à l'Iran et a estimé que la communauté internationale devait sans attendre contrarier ses ambitions nucléaires.

"Nous avons atteint le moment de vérité concernant l'Iran", a déclaré Olmert lors d'un discours prononcé devant des organisations juives.

"Si l'Iran développe la capacité de produire des armes nucléaires, et nous savons que c'est le cas, nous entrerons dans une nouvelle ère d'instabilité comme le monde n'en a jamais connu", a-t-il ajouté. "Nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre."

Il a ajouté qu'Israël ne "pouvait tolérer ceux qui défient" son droit à exister tout en cherchant activement à mettre au point des "armes catastrophiques".

Le dirigeant israélien n'a toutefois pas évoqué d'éventuelles actions militaires contre la République islamique.

"MENACE MORTELLE"

Olmert s'exprimait devant l'Assemblée générale des communautés juives unies d'Amérique du Nord, au lendemain de discussions à la Maison blanche avec le président George Bush lors desquelles les deux hommes ont prôné la fermeté face au programme nucléaire iranien.

"Une coalition de pays arabes modérés peut et doit se former dans son intérêt commun, celui d'empêcher l'Iran de nuire à la stabilité au Proche-Orient", a-t-il dit, sans préciser à quels Etats il pensait.

"Cette coalition doit lutter contre les dangers de l'islam radical, qui manipule.... les sources mêmes de l'islam !!! ( que c'est bien dit, cela rappelle Seif Al Ahbar)."

Olmert a salué le rôle pilote joué par Bush pour "empêcher la nucléarisation de l'Iran" et a dit en avoir parlé longuement avec lui.

"Sa détermination à empêcher ce développement très grave est indiscutable. Mais l'Amérique doit avoir le soutien de la communauté internationale si nous voulons désamorcer avec succès cette menace mortelle", a-t-il dit.

L'Iran, dont le président a menacé de rayer Israël de la carte, affirme enrichir de l'uranium pour produire de l'électricité


http://fr.news.yahoo.com/15112006/290/olmert-appelle-les-pays-arabes-moderes-a-s-unir-face.html

Wassalam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 18 Nov - 14:57

Assalamou alaikoum wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;

Hier, c'était la création d'un Etat maronite, au Liban, sauf que cette option demeure ouverte, et pour preuve, la nature, la sauvagerie de l'agression contre le Liban, cet été, et le silence complice des opinions et des dirigeants occidentaux, voir leur appui inconditionnel et celui de leurs Médias, à cette agression diabolique, nous laissent à penser que cette agression a été "négociée" et préparée entre sionistes, démo-fascistes européens, nazillons du régime Bush, et versatiles "sonos" arabes toujours prêts à se faire les instruments serviles pour leurs maîtres parmi les "Ahl el Kitab".

Aujourd'hui, les mêmes forces colonialistes diaboliques, reviennent à la charge avec un nouveau plan "tiroir" de destabilisation, pour créer avec l'aide de leurs serviles roitelets et présidents à vie, un Etat "souni" en Irak, comme furent destabilisatrices, les tentatives des sionistes et de leurs soutiens de l'extrême droite chrétienne ou de la franc maçonnerie, au Maghreb et en particulier en Kabylie, pour créer un "état ethnique, cheval de bataille offert au MAK", après l'échec de cette stratégie au Maroc, avec le rejet du Dhahir "berbère" colonial, par les Imazighènes et les Marocains dans leur esemble, à l'exception de ces "imazighèn" fossilisés, qui se "réveillent aujourd'hui" pour tenter de nous enseigner que ce "Dahir", que leurs pères spirituels, ont soutenu de toutes leurs forces, n'aurait subitement "jamais existé", malgré les JO.

En effet, ces "imazighènes" de la 25ième heure, dont les prédécesseurs tentaient de nous imposer l'Afrique "Latine", demeurent comme les maronites au Liban, les germes à féconder pour les stratèges du Vatican ou de Tel Aviv...

Toutes ces stratégies, pour affaiblir le monde "arabe" et partant le lien islamique entre croyants, mais en fait toutes ces démarches procèdent d'une même démarche, celle d'un esprit colonialiste et d'une présomption de supériorité stratégique, chez ceux qui se croient tuteurs du Monde.

Ben Gourion sur la constitution d’un Etat maronite au Liban


Lettre de David Ben Gourion à Moshe Sharett, alors Premier ministre d’Israël, l’incitant à exécuter un plan de démembrement et de déstabilisation du Liban. Destinée à rester confidentielle, cette lettre fut néanmoins publiée, malgré la protestation du gouvernement israélien, par le fils de David Ben Gourion, en 1979, en annexe de ses mémoires posthumes.

http://mohsan.free.fr/spip.php?article34
Sdé-Boker, le 27 février 1954

Moshe,

En quittant le gouvernement, j’avais décidé de ne pas interférer dans les affaires politiques courantes. Et si vous ne m’aviez pas appelé, toi, Lavon et Moshe Dayan, je ne vous aurais pas donné mon opinion. Mais à partir du moment où vous avez fait appel à moi, j’ai considéré qu’il était de mon devoir de faire ce que vous me demandiez, en particulier vis-à-vis de toi qui es chef du gouvernement. C’est pourquoi je me permets de revenir sur une affaire où tu ne partages pas mon opinion. Il s’agit de l’affaire du Liban.

Sans aucun rapport avec les événements courants (entre-temps Neguib a été de nouveau président désigné de l’État, c’est là une disposition très habile de Nasser et de sa bande), il est clair que le Liban est le maillon le plus faible dans la chaîne de la Ligue arabe. Hormis les coptes, toutes les autres minorités du monde arabe sont musulmanes. Mais l’Égypte est le pays le plus compact et le plus solidement établi de tous les États arabes, la très large majorité y constitue un bloc très solide, véritablement de même race, de même religion et de même langue. La minorité chrétienne ne peut réellement y remettre en cause l’entité politique et la nation. Cela n’est pas le cas des chrétiens du Liban. Ils représentent la majorité dans le Liban historique, et cette majorité a une tradition et une culture radicalement différentes de celles des autres populations de la Ligue. Même dans ses frontières élargies (et c’est bien la plus grave des fautes qu’ait commises la France que d’avoir élargi les frontières du Liban), les musulmans ne sont pas libres de leurs mouvements par peur des chrétiens, bien qu’étant peut-être majoritaires (et je ne sais pas s’ils le sont).

La constitution d’un État chrétien est dans ces conditions quelque chose de naturel. Il aurait des racines historiques, et serait soutenu par des forces importantes dans le monde chrétien, aussi bien catholiques que protestantes. En temps normal, c’est quelque chose de presque impossible à réaliser, avant tout à cause de l’absence d’initiative et de courage des chrétiens. Mais dans des situations de confusion, de troubles, de révolution ou de guerre civile, les choses changent, et le faible peut se prendre pour un héros. Il est possible (en politique, il n’y a jamais de certitude) que maintenant le moment soit favorable pour provoquer la création d’un Etat chrétien à nos côtés. Sans notre initiative et notre aide, la chose n’aura pas lieu. Je pense qu’actuellement c’est notre tâche essentielle ou tout du moins l’une des tâches essentielles de notre politique extérieure, et il faut investir des moyens, du temps, de l’énergie, et agir par tous les moyens de nature à entraîner un changement fondamental au Liban.

Il faut mobiliser Eliahou Sasson et tous nos arabisants. S’il y a besoin d’argent, il ne faut pas compter des dollars, même s’il se révèle que l’argent aura été dépensé à fonds perdus. Il faut se concentrer de toutes nos forces sur cet objectif. Pour cela, peut-être faut-il faire immédiatement venir Reouven Shiloah. Manquer cette occasion historique ne serait pas pardonnable. Il n’y a de notre part aucune provocation à l’égard des Grands de ce monde. De toute manière, nous ne devons jamais agir « au nom » de quiconque. Et il faut, selon moi, agir rapidement, à toute vapeur.

Sans un rétrécissement des frontières du Liban, cela n’est bien entendu pas réalisable. Mais, si l’on trouve des gens et des éléments au Liban qui se mobilisent pour la création d’un État maronite, ils n’ont pas besoin de larges frontières ni d’une population musulmane importante, et ce n’est pas cela qui sera gênant.

Je ne sais pas si nous avons des gens au Liban, mais il y a toutes sortes de moyens pour réaliser la tentative que je propose.

Bien à toi

— David Ben Gourion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Lun 27 Nov - 5:19

ithviriw a écrit:
Assalamou 'alaikoum wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;:
تقرير الأمم المتحده8 ملايين أرمله عراقيه
100 أمرأة تترمل كل يوم
نتيجة الأعمال الأرهابيه للوهابيين والصداميين
في ظل الأحتلال الأمريكي
....


Wa alaikoum essalam..
Ta phrase est tirée du forum ANSARELHUJA.
Ya ithviriw khaf moulek, relis et vérifie tes nouvelles, ces chiffres sont RIDICULES, et toi avec....suis moi:
-l'Irak compte environ 24 millions d'hab recensés.
8 millions de veuves font 8 MILLIONS D'HOMMES ADULTES MORTS.....
qui peut tuer 8 MILLIONS EN 3 ANS..???

Apparement il ne reste que des enfants et des femmes en tout 16 millions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 7 Juil - 19:21

Assalam;

Je vous expose ci-après une étude sur la collusion d'intérêts entre l'impérialisme et le sionisme, d'une part, et le fondamentalisme religieux, "islamique", connu sous l'épithète d'INTEGRISME islamique, mais sans que cette idéologie, ne soit propre en fait à l'Islam, évidemment.

L'intégrisme et l'extrémisme se sont toujours nourris, aux sources de l'IGNORANCE et de l'interprétation LITTERALE des textes, tout aussi bien religieux, que tout simplement légaux.

Les fonctionnaires laïcs, le sont lorsqu'ils en viennent à IGNORER l'esprit des Lois, les intégristes religieux, eux, le sont de la même façon, lorsqu'ils enviennent à avoir une lecture textuelle des Paroles du Dieu Créateur, ou des Prophètes.

Mais derrière ces errements, il y a évidemment des idéologues qui manipulent la foi des fidèles religieux, ou la foi des fonctionnaires laïques ou séculier des Etats, pour leur rendre SACRE la lettre des textes de Loi, qu'ils fussent de source humaine comme les Lois votées par les Assemblées supposées démocratiques, ou simplement révélées par les Livres contenant la Parole d'Allah, ou inspiré par Dieu, ou enseignés par les Envoyés, Prophètes et hommes de Dieu, qui ont cotoyés les Envoyés.

Les juifs, ont eu leurs intégristes, les chrétiens et les hindouistes et autres Bouddhistes, ont eu et continuent d'avoir les leurs, présents dans les institutions des Etats, soit dans les clergés et les organes législatifs, tout comme les musulmans, dont on commence seulement à prendre conscience, du fait de leur opposition aux Etats en voie de décolonisation, dont ils constituent 90% de la population à travers le Monde.

L'intégrisme islamique, attire aujourd'hui l'attention en particulier, du fait des projecteurs des Médias, sur leurs actions "terroristes", surtout du fait que la plupart de leurs actions sont dirigiées contre tout aussi bien les intérêts des pays ex colonisateurs, qui avaient dévasté les pays musulmans et surtout éradiqué l'Islam moral dans ces pays, lorsqu'ils leur étaient soumis, et aussi du fait qu'il cible les agents conscients ou inconscients des ces puissances qui tout en s'ayant prêté à une décolonisation de facade, en donnant aux anciens colonisés, le pouvoir de estion directe de leurs propres affaires, prétendent toutefois leur imposer leurs idéologies, le respect de leurs seuls intérêts moraux, économiques, industriels, culturels, commerciaux et artistiques.

Une réaction prévisible a donc été suscitée chez les peuples musulmans, par cette domination exercée par les impérialismes occidentaux en particulier, et autres idéologies raciales comme le sionisme, entre autres, et comme il fallait contrer ces mouvements, les stratèges des grandes puissances, ont donc choisi plutôt que de contrer directement la menace, par des moyens militaires, combattre ces revendications islamistes, en suscitant au sein des foyers de tension des idéologies propres à neutraliser les revendications émancipatrices des peuples musulmans.

Pour ce faire, et l'expérience Afghane a été un terreau plein d'enseignements, pour les américains, ils ont décidé à l'instar de ce qu'avait fait le Ministère des colonies Anglais pour abattre l'Empire l'Empire Ottoman, au XVIII, utiliser la vieille recette du "DIVISER pour REGNER".

Ils ont tour à tour créé le WAHABISME, avec la prise en main par l'espion Hiemfer, du jeune Mohamed Ibn Abdel Wahab, et des Saoud, qui ont été instrumentalisés par les services de renseignements anglais, et ensuite Lawrence d'Arabie, puis Glub Pacha, et la liste est longue.

Cependant, au cours du XX siècle et en particulier avec l'apparition des nationalimes et surtout de l'ex Bloc de l'Est, les impérialistes occidentaux, préssés aussi par la question de la "protection de l'entité sioniste", ont été obligés, de rechercher l'efficacité qui consiste à occuper les mouvements d'émancipation dans des querelles intestines et fratricides au nom de défense de rites, d'idéologies, et enfin entretenir des guerres latentes entre musulmans, soit comme dans la question kurde, en dépeçant un pays dont l'ethnie différait des arabes, pour créer un point de conflit permanent entre musulmans, ou tout simplement en réveillant et en aiguisant des querelles de rites, comme dans le cas chiites-sounis, pour démotiver les arabes contre Israël, et leur faire porter leurs armes, dans l'agression du frère qui appartient à un autre rite, que celui qui plaît aux Israéloaméricains et leurs alliés chrétiens avides de ressources énergétiques à vil prix, au nom du développement du Seul Occident judéo-chrétien, si l'on juge les efforts des américains pour couper les sources énergétiques aux chinois, Indiens, et l'interdiction faite à la République Islamique d'Iran, de se créer les moyens de l'utilisation de l'énergie nucléaire pour son développement futur, et cette science pour se fabriquer les moyens de sa défense.

Pour cela, les USA et les pays impérialo-sionistes, s'uniront avec les factions les plus rétrogrades du Monde islamique, en dehors de leurs alliés comme les Al Saoud, et les Wahabys, auxquels ils ont OFFERT un pays symbolique, et sacré, la Péninsule arabique, et ils forgeront avec eux, leur idéologie du littéralisme dans l'interprétation des textes, et ils les manipuleront en leur faisant financer et donc en leur faisant croire, revenir à " L'islam des Salafs", les mouvements les plus rétrogrades qui soient, pour freiner le développement des pays musulmans.
Ces mouvements seront pour la plupart créés par des psychologues de la subversion, et mis aux mains de musulmans "persécutés" par les alliés gouvernants, et l'effet "boule de neige" fera ensuite son effet.... comme nous le verrons, dans cette étude.


ذكرنا في أبحاث سابقة لنا عن الدور الوهابي الذي دمر العلاقات الإسلامية بعضها البعض ؛ وجعل العالم يعتقد أن الإسلام هو ما يمارسه الفتية الذين اعتنقوا الوهابية نموذجا للسلوك والفهم الخاطئ لدين الله ؛ ونحن نؤكد أن كل ما قام به الوهابيون في العالم يتسق مع الفكر الصهيوني من حيث أنه يريد تدمير العلاقات بين الشعوب الإسلامية من جهة وبين المسلمين والعالم الغربي من جهة أخري ؛ كما نؤكد أن كل حركة وهابية في أي دولة كانت تصرفاتها ضد الإسلام والمسلمين على طول الخط ؛ حيث تستغل الصهيونية كل هذه الحركات بوعي أو بدونه ؛ ومن قتل بسبب الوهابيون من المسلمين في العالم يفوق أضعاف أضعاف من قتلهم اليهود والأمريكيين .

لذا فإننا سنركز على الحركات الإسلامية التي قتلت المسلمين وشوهت الإسلام خلال العقود الثلاثة الأخيرة ؛ مع التأكيد أن كل تلك الحركات تستقي أفكارها التكفيرية من كتب ابن عبد الوهاب وفتاوى بن باز وبن العثيمين ؛ ولا يوجد لدينا أي شك في أن الصهيونية تخترق هذه الجماعات لتريها ما ترى وتجعلها تقوم بالعمليات بما يخدم الصهيونية إما من خلال تمزيق أواصر الأمة حتى لا تتحقق الوحدة وتنفرد الصهيونية بمقدرات الشعوب الإسلامية أو من خلال تشويه الإسلام نفسه عندما يرتبط الإسلام في أذهان الغربيين بالقتل والترويع ؛ كما لا يوجد لدينا شك في أن المال السعودي / الوهابي الذي أنفق على تلك الدعوات التكفيرية كان السبيل لانتشارها في كل دول العالم بأسره ؛ كما أن تنظيم القاعدة مشروعه الفكري تكفيري وهو الذي قام بضم كل الحركات التكفيرية في العالم ليؤسس هذا التنظيم الذي أكتوي المسلمون وحدهم بما قام به من عمليات .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 7 Juil - 19:29


الحركات المتطرفة في مصر

1 - جماعة التكفير والهجرة
التعريف


جماعة المسلمين كما سمت نفسها ، أو جماعة التكفير والهجرة كما أطلق عليها إعلامياً ، هي جماعة إسلامية غالية نهجت نهج الخوارج في التكفير بالمعصية ، نشأت داخل السجون المصرية في بادئ الأمر ، وبعد إطلاق سراح أفرادها ، تبلورت أفكارها ، وكثر أتباعها في صعيد مصر وبين طلبة الجامعات خاصة .

[]الأفكار والمعتقدات
• أن التكفير عنصر أساسي في أفكار ومعتقدات هذه الجماعة .[/b]

- فهم يكفرون كل من أرتكب كبيرة وأصر عليها ولم يتب منها ، وكذلك يكفرون الحكام الذين لا يحكمون بما أنزل الله بإطلاق ودون تفصيل ، ويكفرون المحكومين لأنهم رضوا بذلك وتابعوهم أيضاً بإطلاق ودون تفصيل ، أما العلماء فيكفرونهم لأنهم لم يكفروا هؤلاء ولا أولئك ، كما يكفرون كل من عرضوا عليه فكرهم فلم يقبله أو قبله ولم ينضم إلى جماعتهم ويبايع إمامهم . أما من انضم إلى جماعتهم ثم تركها فهو مرتد حلال الدم ، وعلى ذلك فالجماعات الإسلامية إذا بلغتها دعوتهم ولم تبايع إمامهم فهي كافرة مارقة من الدين .

- وكل من أخذ بأقوال الأئمة بالإجماع حتى ولو كان إجماع الصحابة أو بالقياس أو بالمصلحة المرسلة أو بالاستحسان ونحوها فهو في نظرهم مشرك كافر .

- والعصور الإسلامية بعد القرن الرابع الهجري كلها عصور كفر وجاهلية لتقديسها لصنم التقليد المعبود من دون الله تعالى فعلى المسلم أن يعرف الأحكام بأدلتها ولا يجوز لديهم التقليد في أي أمر من أمور الدين .

- قول الصحابي وفعله ليس بحجة ولو كان من الخلفاء الراشدين .

والهجرة هي العنصر الثاني في فكر الجماعة ، ويقصد بها العزلة عن المجتمع الجاهلي ، وعندهم أن كل المجتمعات الحالية مجتمعات جاهلية والعزلة المعنية عندهم عزلة مكانية وعزلة شعورية ، بحيث تعيش الجماعة في بيئة تتحقق فيها الحياة الإسلامية الحقيقة - برأيهم - كما عاش الرسول صلى الله عليه (وآله) وسلم وصحابته الكرام في الفترة المكية .

- يجب على المسلمين في هذه المرحلة الحالية من عهد الاستضعاف الإسلامي أن يمارسوا المفاضلة الشعورية لتقوية ولائهم للإسلام من خلال جماعة المسلمين - التكفير والهجرة - وفي الوقت ذاته عليهم أن يكفوا عن الجهاد حتى تكتسب القوة الكافية .

• لا قيمة عندهم للتاريخ الإسلامي لأن التاريخ هو أحسن القصص الوارد في القرآن الكريم فقط .

• لا قيمة أيضاَ لأقوال العلماء المحققين وأمهات كتب التفسير والعقائد لأن كبار علماء الأمة في القديم والحديث - بزعمهم - مرتدون عن الإسلام
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 7 Juil - 19:35

• قالوا بحجية الكتاب والسنة فقط ولكن كغيرهم من أصحاب البدع الذي اعتقدوا رأياً ثم حملوا ألفاظ القرآن عليه فما وافق أقوالهم من السنة قبلوه وما خالفها تحايلوا في رده أو رد دلالته .

• دعوا إلى الأمية لتأويلهم الخاطئ لحديث (نحن أمة أمية …) فدعوا إلى ترك الكليات ومنع الانتساب للجامعات والمعاهد إسلامية أو غير إسلامية لأنها مؤسسات الطاغوت وتدخل ضمن مساجد الضرار .
[/b]
- أطلقوا أن الدعوة لمحو الأمية دعوة يهودية لشغل الناس بعلوم الكفر عن تعلم الإسلام ، فما العلم إلا ما يتلقونه في حلقاتهم الخاصة

• قالوا بترك صلاة الجمعة والجماعة بالمساجد لأن المساجد كلها ضرار وأئمتها كفار إلا أربعة مساجد : المسجد الحرام والمسجد النبوي وقباء والمسجد الأقصى ولا يصلون فيها أيضاً إلا إذا كان الإمام منهم .

يزعمون أن أميرهم شكري مصطفى هو مهدي هذه الأمة المنتظر وأن الله تعالى سيحقق على يد جماعته ما لم يحقق عل يد محمد صلى الله عليه (وآله) وسلم من ظهور الإسلام على جميع الأديان .
.
- وعليه فإن دور الجماعة يبدأ بعد تدمر الأرض بمن عليها بحرب كونية بين الولايات المتحدة الأمريكية والاتحاد السوفيتي تنقرض بسببها الأسلحة الحديثة كالصواريخ والطائرات وغيرها ويعود القتال كما كان في السابق رجل لرجل بالسلاح القديم من سيوف ورماح وحراب . ..

ادعى زعماء الجماعة أنهم بلغوا درجة الإمامة ، والاجتهاد المطلق ، وأن لهم أن يخالفوا الأمة كلها وما أجمعت عليه سلفاً وخلفاً .

- وأهم كتاب كشف عن أسرار دعوتهم وعقيدتهم هو (ذكريات مع جماعة المسلمين - التكفير والهجرة) لأحد أعضاء الجماعة عبد الرحمن أبو الخير الذي تركهم فيما بعد.

الجذور الفكرية والعقائدية

إن قضية تكفير المسلم قديمة ، ولها جذورها في تاريخ الفكر الإسلامي منذ عهد الخوارج . وقد تركت آثاراً علمية لعدة أجيال . وقد استيقظت هذه الظاهرة لأسباب عدة ذكرها العلماء ويمكن إجمالها فيما يلي :

- انتشار الفساد والفسق والإلحاد في المجمعات الإسلامية دونما محاسبة من أحد لا من قبل الحكام ولا من المجتمعات الإسلامية المسحوقة تحت أقدام الطغاة والظالمين .

- محاربة الحركات الإسلامية الإصلاحية من قبل حكام المسلمين ، وامتلاء السجون بدعاة الإسلام واستخدام أقسى أنواع التعذيب ، مع التلفظ بألفاظ الكفر من قبل المعذبين والسجانين .

- ظهور وانتشار بعض الكتب الإسلامية التي ألفت في هذه الظروف القاسية وكانت تحمل بذور هذا الفكر ، واحتضان هذا الفكر من هذه الجماعة - التكفير والهجرة - وطبعه بطابع الغلو والعنف .

- ويعد أساس جميع ما تقدم : ضعف البصيرة بحقيقية الدين والاتجاه الظاهري في فهم النصوص والإسراف في التحريم والتباس المفاهيم وتميع عقيدة ومنهج أهل السنة والجماعة لدى بعض قادة الحركة الإسلامية بالإضافة إلى إتباع المتشابهات وترك المحكمات وضعف المعرفة بالتاريخ والواقع وسنن الكون والحياة ومنهج أهل السنة والجماعة .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 7 Juil - 19:40

أبرز الشخصيات

- الشيخ علي إسماعيل :


§ كان إمام هذه الفئة من الشباب داخل المعتقل ، وهو أحد خريجي الأزهر ، وشقيق الشيخ عبد الفتاح إسماعيل أحد الستة الذين تم إعدامهم مع الأستاذ سيد قطب ، وقد صاغ الشيخ علي مبادئ العزلة والتكفير لدى الجماعة ضمن أطر شرعية حتى تبدو وكأنها أمور شرعية لها أدلتها من الكتاب والسنة ومن حياة الرسول صلى الله عليه (وآله) وسلم في الفترتين : المكية والمدنية ، متأثراً في ذلك بأفكار الخوارج ، إلا أنه رجع إلى رشده وأعلن براءته من تلك الأفكار التي كان ينادي بها .

- شكري أحمد مصطفى (أبو سعد) :
§ من مواليد قرية الحوائكة بمحافظة أسيوط 1942م ، أحد شباب جماعة الأخوان المسلمين الذين اعتقلوا عام 1965م لانتسابهم لجماعة الأخوان المسلمين وكان عمره وقتئذ ثلاثة وعشرون عاماً .

§ تولى قيادة الجماعة داخل السجن بعد أن تبرأ من أفكارها الشيخ علي عبده إسماعيل .

§ في عام 1971م أفرج عنه بعد أن حصل على بكالوريوس الزراعة ومن ثم بدأ التحرك في مجال تكوين الهيكل التنظيمي لجماعته . ولذلك تمت مبايعته أميراً للمؤمنين وقائداً لجماعة المسلمين -على حد زعمهم- فعين أمراء للمحافظات والمناطق واستأجر العديد من الشقق كمقار سرية للجماعة بالقاهرة والإسكندرية والجيزة وبعض محافظات الوجه القبلي .

§ في سبتمبر 1973م أمر بخروج أعضاء الجماعة إلى المناطق الجبلية واللجوء إلى المغارات الواقعة بدائرة أبي قاص بمحافظة المنيا بعد أن تصرفوا بالبيع في ممتلكاتهم وزودوا أنفسهم بالمؤن اللازمة والسلاح الأبيض ، تطبيقاً لمفاهيمهم الفكرية حول الهجرة .

§ في 26 أكتوبر 1973م اشتبه في أمرهم رجال الأمن المصري فتم إلقاء القبض عليهم وتقديمهم للمحاكمة في قضية رقم 618 لسنة 73 أمن دولة عليا .

§ في 21 ابريل 1974م عقب حرب أكتوبر 1973م صدر قرار جمهوري بالعفو عن مصطفى شكري وجماعته ، إلا أنه عاود ممارسة نشاطه مرة أخرى ولكن هذه المرة بصورة مكثفة أكثر من ذي قبل ، حيث عمل على توسيع قاعدة الجماعة ، وإعادة تنظيم صفوفها ، وقد تمكن من ضم أعضاء جدد للجماعة من شتى محافظات مصر ، كما قام بتسفير مجموعات أخرى إلى خارج البلاد بغرض التمويل ، مما مكن لانتشار أفكارهم في أكثر من دولة .

§ هيأ شكري مصطفى لأتباعه بيئة متكاملة من النشاط وشغلهم بالدعوة والعمل والصلوات والدراسة وبذلك عزلهم عن المجتمع إذ أصبح العضو يعتمد على الجماعة في كل احتياجاته ، ومن ينحرف من الأعضاء يتعرض لعقاب بدني ، وإذا ترك العضو الجماعة اعتبر كافراً ، حيث اعتبر المجتمع خارج الجماعة كله كافرا . ومن ثم يتم تعقبه وتصفيته جسدياً .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 7 Juil - 19:44

§ رغم أن شكري مصطفى كان مستبداً في قراراته ، إلا أن أتباعه كانوا يطيعونه طاعة عمياء بمقتضى عقد البيعة الذي أخذ عليهم في بداية انتسابهم للجماعة .

§ وكما هو معلوم وثابت أن هذه الجماعة جوبهت بقوة من قبل السلطات المصرية بخاصة بعد مقتل الشيخ حسين الذهبي وزير الأوقاف المصري السابق ، وبعد مواجهات شديدة بين أعضاء الجماعة والسلطات المصرية تم القبض على المئات من أفراد الجماعة وتقديمهم للمحاكمة في القضية رقم 6 لسنة 1977م التي حكمت بإعدام خمسة من قيادات الجماعة على رأسهم شكري مصطفى ، وماهر عبد العزيز بكري ، وأحكام بالسجن متفاوتة على باقي أفراد الجماعة .

§ في 390 مارس صبيحة زيارة السادات للقدس تم تنفيذ حكم الإعدام في شكري مصطفى وإخوانه .

§ بعد الضربات القاسية التي تلقتها الجماعة اتخذت طابع السرية في العمل ، الأمر الذي حافظت به الجماعة على وجودها حتى الآن ، ولكن وجود غير مؤثر ولا ملحوظ لشدة موجهة تيار الصحوة الإسلامية من أصحاب العقيدة والمنهج السلفي لهم بالحوار والمناظرات سواء كان داخل السجون والمعتقلات أم خارجه ، مما دفع الكثير منهم إلى العودة إلى رشده والتبرؤ من الجماعة .

- ماهر عبد العزيز زناتي (أبو عبد الله) :

§ ابن شقيقة شكري مصطفى ونائبه في قيادة الجماعة بمصر وكان يشغل منصب المسئول الإعلامي للجماعة ، أعدم مع شكري في قضية محمد حسين الذهبي رقم 6 لسنة 1977م وله كتاب الهجرة .

أماكن الانتشار

انتشرت هذه الجماعة في معظم محافظات مصر وفي منطقة الصعيد على الخصوص ، ولها وجود في بعض الدول العربية مثل اليمن والأردن والجزائر … وغيرها .

الخلاصة

أن هذه الجماعة هي جماعة غالية أحيت فكر الخوارج بتكفير كل من ارتكب كبيرة وأصر عليها وتكفير الحكام بإطلاق ودون تفصيل لأنهم لا يحكمون بشرع الله وتكفير المحكومين لرضاهم بهم بدون تفصيل وتكفر العلماء لعدم تكفيرهم أولئك الحكام . كما أن الهجرة هي العنصر الثاني في تفكير هذه الجماعة ، ويقصد بها اعتزال المجتمع الجاهلي عزلة مكانية وعزلة شعورية ، وتتمثل في اعتزال معابد الجاهلية (ويقصد بها المساجد) ووجوب التوقف والتبيين بالنسبة لآحاد المسلمين بالإضافة إلى إشاعة مفهوم الحد الأدنى من الإسلام . ولا يخفى مدى مخالفة أفكار ومنهج هذه الجماعة لمنهج أهل السنة والجماعة في مصادر التلقي والاستدلال وقضايا الكفر والإيمان وغير ذلك مما سبق بيانه؛ كما أنها تستقي مفردات أفكارها الأولي من دعوة التكفير الوهابية ؛ وإن
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
haydar
Habitué


Nombre de messages : 573
Localisation : Australia Adelaid
Date d'inscription : 06/08/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Lun 9 Juil - 16:32

Salam alaikoum brother Ithriviw

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 4 Aoû - 19:06

Assalam;

S'il était avéré que Madame Khalida Toumi – anciennement Khalida Messaoudi -, s'est adressée au Ministre de l'Intérieur, plutôt qu'à celui de la Justice, cette démarche en soi, témoigne s'il en était besoin, de cette "CULTURE DE POLICE" – sans mauvais jeu de mots – qui transcende notre pauvre classe dirigeante. Une culture de police où l'on a vu souvent, de simples inspecteurs de police, de simples gendarmes ou de simples sous officiers des DRS - de par leur "enquête d'habilitation" -, peser négativement sur la carrière ou la nomination d'un brillant fonctionnaire à telle ou telle haute fonction de l'Etat., quand bien même, jouissant de toutes les vertus morales et professionnelles, le malheureux candidat avait le tort de ne pas faire partie de la "famille sécuritaire".

Cette réflexion étant posée, et si Madame Khalida Toumi et ses complices présumés devaient un jour s'expliquer sur les graves dénonciations de détournements de fonds publics dont ils sont l'objet, ce devrait être par devant un Tribunal statuant en matière pénale, comme dans toute démocratie digne de ce nom.
Le pouvoir Judiciaire, - censément indépendant du pouvoir Exécutif -, devrait normalement s'autosaisir de cette affaire et l'instruire, aussi bien "à charge" que "à décharge", car c'est son droit d'une part, au nom de la défense de l'intérêt public; mais c'est aussi son devoir, d'autre part, au titre de la présomption d'innocence de chaque citoyen algérien.


Sauf que de mon point de vue de citoyen ordinaire, il y a des accusations beaucoup plus "lourdes" aux plans politique, civique et moral, attachées au nom de la ci-devant Khalida Messaoudi, à travers ses relations de notoriété publique avec les milieux sionistes parisiens et ses relations particulières – à tout le moins – avec l'une des figures de proue de ce milieu, la journaliste Elizabeth Chemla, qu'elle fit même recevoir par M. Bouteflika.

Il suffit d'ailleurs de citer quelques une des réponses de Khalida Toumi, dans l'interview sous forme d'un livre intitulé "Une Algérienne debout"…pour montrer à quel point le personnage de la "Ministre de la Culture" paraît totalement en décalage par rapport à la Société Algérienne profonde, en tant que Khalida Toumi semble totalement soumise à cette mode de pensée intellectuelle du parisianisme contemporain, que je qualifierais de "pensée sionistement correcte".

Jugez-en plutôt: (Nous somme en 1995)
------------------

Page: 27: - Elisabeth Schemla : "le Coran tu connais donc ? "

Khalida Messaoudi : "Et comment ! J’ai été élevée au Coran, et je l’ai étudié d’un bout à l’autre." …..

Page 33: KM: "Je mets quiconque au défi de trouver dans le Coran un seul verset qui indique le nombre et l’heure des prières quotidiennes. Foutaise !.........Se prosterner la tête contre terre, je trouvais cela humiliant. Je me mets à chercher dans le Coran à quelles directives cela répond : rien…Et j’ai décidé de faire ma prière autrement que les musulmans. Ça ressemblait à du yoga et c’est ainsi que je priais.
.


Page 34: KM : "Un jour, je commence à être par la position du fidèle dans la prière musulmane. Va savoir pourquoi.. Sans doute parce que je sui s une femme. Se prosterner la tête contre terre, je trouvais cela humiliant. Je me mets à chercher dans le Coran à quelles directives cela répond : rien. Je me suis dit : « J’ai une belle et grand idée de Dieu. Je ne vois pas pourquoi je vais la rabaisser en adoptant une position d’esclave inventée par des Bédouins esclavagistes de l’Arabie Saoudite. Dieu, chez nous c’est autre chose. » Et j’ai décidé de faire ma prière autrement que les musulmans. Ça ressemblait à du yoga et c’est ainsi que je priais.


Page:118 KM : "Chaque matin, dans une de mes classes, je trouvais une croix gammée dessinée au tableau … Je t’ai raconté que j’avais découvert l’existence de l’holocauste lors de mon premier séjour en France en 1979. .. En insistant, j’apprends que c’est un collègue, un prof d’histoire et de géographie, qui leur a expliqué qu’Hitler était un type très bien, parce qu’il avait tué les juifs, qu’il était en passe de tuer aussi tous les Occidentaux mécréants, communistes, francs-maçons etc. … C’était le résultat d’un programme d’histoire consacré pour les trois quarts au Moyen-Orient, et d’un matraquage quasi quotidien à la télévision qui présente le conflit israélo-palestinien sur le mode exclusif antijuif."-----------------------------------

N'est-ce pas ceux-ci qui devraient constituer les CIBLES des débats contradictoires des SALAFIS au lieu de s'attaquer aux MUSULMANS ????

Hippopotamus, pig pig pig rambo quen penses-tu ?
Je pense que Shemla, ne doit pas trop vous aimer, car chez vous, AMAR et AZOULAY sont sur place, et vous n'avez pas besoin d'aller VISITER les "casernes de TSAHAL jusqu'en Palestine occupée", vous avez chez vous des Consulats pour vous passer la propagande sioniste sur place....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rooney
Habitué


Nombre de messages : 990
Date d'inscription : 31/07/2007

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 4 Aoû - 21:55

ithviriw a écrit:
Assalamou 'alaïkoum wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;

Ceux qui n'ont de musulmans que d'être nés tels ou de vivre dans un pays musulman, se révèlent comme de parfaits hypocrites, "mounafikuns", comme les a décrits Le CORAN.

blablabla...


à force de te lire! je crois que tu es le dernier musulman! le reste de la oumma est une hypocrisie!

je te prète allégéance descendant du prophète pieux prédecesseur de la oumma! pardonnes mes offenses ou sang prophétiques! pardonnes ce misérable mounafik sunnites que je suis!

lol! tu me ais trop rire grand cheikh du takfirisme globalisé!

juste une chose tu crois réellement descendre du prophète! lol! wallah y'en a il rève des contes de fées!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 8 Sep - 17:34

Assalam;

Ayayay les sonisto-wahabis, ont frappé en Algérie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 8 Sep - 18:04

ithviriw a écrit:
Assalam;

Ayayay les sonisto-wahabis, ont frappé en Algérie...


Assalam
Les habitants d’une ville en Iran affirment que le nouveau ministre de l’intérieur a ordonné un massacre








Les noms de certaines victimes dont Pour-Mohammadi a ordonné l’exécution à Bandar-Abbas sont les suivants :















1. Mohammad Zazmat-Pisheh, 18 ans, étudiant
2. Mehdi Eezdeshnas, 16 ans, lycéen
3. Kamyar Esmaeil-Zadeh, 18 ans, étudiant
4. Karim Abdollah-Pour, 23 ans, docker
5. Mahshid Motazed Keyvan, femme au foyer, exécutée en prison quelques mois après avoir donné naissance à un enfant en prison.
6. Mohammad Cheshm-Bara, docker
7. Ali-Reza Ghasemian, 17 ans, étudiant
8. Mohammad Sarafraz, officier de la marine, marié, père de deux enfants
9. Mohammad Azimi, 18 ans, étudiant
10. Hamid Motaghedi, 18 ans, étudiant
11. Karim Torabi, 20 ans
12. Ne’mat Bashkhour, 23 ans, enseignant,
a été pendu à un réverbère au centre de Bandar-Abbas et son corps est resté suspendu pendant deux jours.
13. Mohammad Soleimani, 18 ans, étudiant
14. Mohammad-Hossein Sahafi, enseignant
15. Sharifian, étudiant
16. Yaghoub Zadeh
17. Nader Roosta, 17 ans, lycéen
18. Mahmoud Foolad-Khani, 19 ans, étudiant
19. Mohammad Ramazan-Pour, 22 ans, diplômé
20. Mohammad Amin-Torabi
21. Mohammad Moeeni, student
22. Hassan Bashiri
23. Mahmoud Khodadadzadeh
24. Parviz Shangi-Pour, étudiant
25. Fatollah Farbod, 22 ans, diplômé
26. Aref Bolouki, étudiant
27. Hossein Rakani, étudiant
28. Ahmad Eslami
29. Nasser Moradi
30. Mansour Ahmad-Shahi
31. Nasrollah Ahmad-Shahi
32. Raj Ahmad-Shahi
33. Moussa Pishdad
34. Jalali
35. Hossein Rowhani, 17 ans, lycéen
36. Ahmad Cheshm-Barah
37. Behrouz Youssefi
38. Hamid Makrani
39. Pourtaragh
40. Eskandari
41. Sadeghi
42. Hassan Ravan
43. Aziz Pour-Ahmadi
44. Mohammad Firouzi, étudiant
45. Mahmoud Youssefi
46. Qanbar Pishdast
47. Makkari
48. Yadollah Salari


http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=1711
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 8 Sep - 18:35

Citation :
http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=1711
Salam
Iranfocus ne sont pas crédibles et ils sont mal placé pour parlé de massacre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 8 Sep - 19:55

Abou Ouweis a écrit:
Citation :
http://www.iranfocus.com/french/modules/news/article.php?storyid=1711
Salam
Iranfocus ne sont pas crédibles et ils sont mal placé pour parlé de massacre.
Assalam;

Iranfocus est un organe d'information de la CIA, géré par les spécialistes du MOSSAD, et quelques "agents" arabes et Iraniens des ex forces du SHAH et des "mojahidines Khalq".

WA SHAHIDA SHAHIDOUN min ANFOUSSIHIM.

Lisez:


Les dessous de la guerre secrète de l’Iran pour l’Irak 22.08.2005



Time Magazine

Une enquête du TIME révèle la stratégie du régime de Téhéran pour gagner de l’influence en Irak et pourquoi les troupes américaines pourraient en conséquence faire face à un plus grand danger.


De notre envoyé spécial à BAGDAD, MICHAEL WARE

Le nouvel instrument de vengeance de l’armée américaine en Irak s’appelle Abu Mustafa al-Sheibani. Et ce n’est pas un baathiste, ni un membre d’Al Qaïda. Il travaille pour l’Iran. D’après un document des services de renseignements de l’armée américaine que Time s’est procuré, al-Sheibani est à la tête d’un réseau d’insurgés créé par les Corps des gardiens de la révolution iraniens, dont le seul but est de commettre des actes de violence terroristes contre les forces américaines et les forces de la coalition en Irak. Ces huit derniers mois, son groupe a introduit une nouvelle génération de bombes de bord de route plus meurtrières que jamais. Conçue par le Hezbollah, la milice libanaise soutenue par l’Iran, cette arme utilise des charges explosives acérées pouvant percer le blindage d’un char de combat comme le poing à travers un mur. D’après ce document, les Américains estiment que l’équipe d’al-Sheibani est composée de 280 membres, divisée en 17 équipes de fabrication de bombes et d’escadrons de la mort. Les Américains pensent qu’ils s’entraînent au Liban, à Sadr City (le quartier principalement chiite de Bagdad) et « dans un autre pays », et qu’ils ont fait exploser au moins 37 bombes contre les forces américaines cette année à Bagdad uniquement.
Depuis le début de l’insurrection en Irak, le danger le plus tenace pour les troupes américaines provient des insurgés et des terroristes arabes sunnites qui parcourent le centre et l’ouest du pays. Mais les responsables américains s’inquiètent pour un défi potentiellement plus grand pour le maintien de l’ordre en Irak et les intérêts américains dans le pays : l’influence grandissante de l’Iran. Avec un gouvernement en place élu, principalement shiite, siégeant à Bagdad et les Américains préoccupés par la répression de l’insurrection menée par les sunnites, le régime iranien grave son empreinte plus profondément sur le tissu social et politique de l’Irak, en achetant de l’influence dans le nouveau gouvernement irakien, en organisant des réseaux de collecte de renseignements et en collectant des fonds et des armes pour les groupes chiites militants, et tout cela dans l’objectif d’encourager un état chiite ami de l’Iran. Dans certaines régions du sud de l’Irak, des milices intégristes chiites (certaines financées et armées par l’Iran) ont imposé des restrictions dans la vie de tous les jours des Irakiens, comme l’interdiction de l’alcool et une limitation des droits des femmes. Les leaders chiites d’Irak, y compris le Premier ministre Ibrahim al-Jaafari, ont essayé de forger une alliance stratégique avec Téhéran, cherchant même à ce que les Iraniens soient reconnus comme un groupe minoritaire en Irak dans le projet de constitution. « Nous devons garder en tête que tout ce que nous disons ou partageons avec le gouvernement irakien finit par arriver à Téhéran », confie un diplomate occidental.

Chose plus inquiétante encore, l’influence grandissante de l’Iran, un pays qui a fait la guerre contre l’Irak pendant huit ans et dont la marque théocratique est rejetée par la plupart des Irakiens, est en train d’exacerber les tensions sectaires entre sunnites et chiites, poussant un peu plus l’Irak vers une guerre civile totale. Alors que les hauts responsables des services de renseignements ont essayé d’atténuer toute action financée par le régime de Téhéran visant à commettre des actes de violence contre la coalition, l’émergence d’al-Sheibani a jeté tous les soupçons sur l’Iran. Des sources de la coalition ont confié au Time que c’est un des engins explosifs d’al-Sheibani qui a tué trois soldats britanniques à Amarah le mois dernier. « On soupçonne que ce genre d’action ait besoin d’une approbation à un niveau plus élevé [à Téhéran] », affirme un gradé américain à Bagdad. D’après lui, les Américains pensent que l’Iran a négocié une alliance entre les militants irakiens chiites et le Hezbollah et a facilité l’importation d’armes sophistiquées qui tuent et qui blessent à l’heure actuelle les troupes britanniques et américaines. « Il est vrai que des armes provenant de manière évidente et sans aucune équivoque d’Iran ont été retrouvées en Irak », a déclaré le Secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld.

Comment évaluer la menace ? Une enquête du Time basée sur des documents sortis clandestinement d’Iran et des dizaines d’interviews d’officiers des services de renseignements américains, britanniques et irakiens, ainsi qu’un agent iranien, des dissidents armés, la milice irakienne et des alliés politiques de l’Irak, dévoile un plan de l’Iran pour gagner de l’influence en Irak ayant commencé avant que les Etats-Unis n’envahissent le pays. Dans leur perspective et d’après leur ambition, les activités de l’Iran rivalisent avec celles des Etats-Unis et de ses alliés, en particulier dans le sud. Une inquiétude intense pèse dans certains cercles de renseignements : si l’influence iranienne ne parvient pas à être contrecarrée, elle pourrait bien revenir pour hanter les Etats-Unis et ses alliés, en particulier dans le cas où les factions chiites bénéficiant d’un fort soutien de l’Iran finissent par arriver au pouvoir et à provoquer la révolte des sunnites. « C’est comme si nous étions somnambules », nous dit un officier britannique des services de renseignements de l’armée au sujet de la relative indifférence face à l’intrusion de l’Iran.

L’incursion iranienne en Irak était prévue depuis longtemps. Le 9 septembre 2002, alors que les bases américaines se tenaient prêtes au Koweït, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei a convoqué son conseil de guerre à Téhéran. D’après des sources iraniennes, le Conseil suprême de sécurité nationale en a conclu : « Il est nécessaire d’adopter une politique active afin de prémunir l’Iran contre des dangers à long terme et à court terme ». Les services de sécurité iraniens avaient soutenu les branches armées de plusieurs groupes irakiens qu’ils avaient protégés de Saddam en Iran. Des sources des services de renseignements iraniens disent que ces groupes étaient organisés sous le commandement du Général Qassim Sullaimani, un conseiller de Khamenei pour des questions concernant l’Afghanistan et l’Irak et un commandant du Corps des gardiens de la révolution. Avant l’invasion de mars 2003, selon des sources militaires, jusqu’à 46 bataillons d’infanterie et brigades de missiles se sont déplacés pour défendre la frontière. Des unités des Brigades Badr se trouvaient postées parmi eux, formées dans les années 1980 en tant que branche armée du groupe irakien chiite connu sous l’acronyme ASRI, actuellement le plus puissant parti d’Irak. Divisées selon des axes nord, centraux et sud, la mission de ces brigades était d’affluer en Irak dans le chaos provoqué par l’invasion et de s’emparer des villes et des bureaux du gouvernement, en remplissant le vide laissé après l’effondrement du régime de Saddam. Pas moins de 12.000 hommes armés accompagnés d’officiers des services secrets iraniens ont envahi l’Irak. Time a obtenu des copies de ce qui, d’après les services de renseignements de l’armée britannique et américaine, semble être des rapports des renseignements du Corps des gardiens de la révolution envoyés en avril 2003. L’un d’eux, daté du 10 avril et marqué comme confidentiel, note que les troupes américaines renforcées par des troupes blindées se déplacent dans la ville de Kut. Mais il est écrit : « Nous avons la ville sous contrôle ». Un autre daté du même jour, portant le code d’unité 1546, rapporte que « les forces qui nous sont affectées » ont le contrôle de la ville d’Amarah et qu’elles ont occupé les propriétés du Parti Baath. En 2004, une enquête de l’armée britannique fait remarquer que l’organisation Badr et une autre milice sont si puissantes à Amarah qu’ « il est vite devenu évident que la coalition allait avoir besoin de travailler avec eux afin d’assurer un environnement sécurisé dans la province ».

Pour beaucoup d’irakiens dans le sud, des groupes armés exilés ont apporté avec eux des restrictions religieuses sévères. « Des hommes avec des barbes et des Kalachnikovs se sont amenés en disant qu’ils venaient pour protéger le campus », déclare un étudiant leader de l’université de Bassora. « Le problème, c’est qu’ils ne sont jamais partis. » Des militants « enquêtent » fréquemment sur des étudiants accusés d’avoir un comportement non-islamique, tels que des couples se tenant par la main ou des filles portant du maquillage. « Ils nous observent, et ce sont eux qui contrôlent les rues, pendant que la police, qui est avec eux, reste là à ne rien faire », affirme un dirigeant étudiant qui ne désire pas être identifié. « Depuis le début, les partis islamiques remplissent le vide », nous dit un lieutenant colonel de la police qui travaille étroitement avec les forces britanniques. « Ils détiennent encore le vrai pouvoir. Les hommes de troupe appartiennent tous à ces partis. C’est pareil pour tout le monde. Ils sont présents partout. » Des responsables militaires disent qu’ils croient que des milices financées par l’Iran ont participé à l’organisation d’une action violente dans la commune de Majarr al-Kabir dans le sud du pays le 24 juin 2003 et qui a débouché sur l’exécution de six officiers de la police militaire britannique. D’après un document classé secret des services de renseignements de l’armée britannique, un chef de la milice locale est « impliqué dans le meurtre de 6 membres de la police militaire britannique ». Cet homme est à la tête d’une cellule des Moudjahiddins de la Révolution Islamique en Irak, un groupe paramilitaire coordonné en dehors de la base des gardiens de la révolution à Ahwaz en Iran. Bien que les officiers américains et britanniques pensent qu’il soit improbable que les soldats aient été tués sur ordre des officiers des gardiens de la révolution, ils s’accordent à dire que les meurtres cadrent avec les grandes directives générales iraniennes visant à enliser les forces de la coalition dans des attaques éclairs sporadiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 8 Sep - 19:58

Le programme iranien est aussi impressionnant que complet, rivalisant avec, et parfois dépassant, les efforts de la coalition. Les commerces, sociétés de façade, groupes religieux, ONG et les aides pour les écoles et les universités font tous partie de ce brassage. Au moment où Washington soutient des chaînes d’informations comme la chaîne de télévision al-Hurra, Téhéran finance des émissions et des journaux en Irak. En 2003, un mémo du Conseil suprême de sécurité nationale, sorti clandestinement d’Iran, suggère que même la Société iranienne du Croissant Rouge, l’équivalent de la Croix Rouge, a coordonné ses activités par l’intermédiaire des gardiens de la révolution iraniens. Le mémo apprend aux responsables que « les besoins immédiats du peuple irakien doivent être déterminés » par la Force des gardiens d’al-Qods. Chose encore plus sinistre, des bataillons de la mort sont chargés d’éliminer les opposants potentiels et les anciens baathistes. Des sources des services de renseignements américains confirment que les premières cibles comprenaient d’anciens membres de la section Iran des services de renseignements de Saddam. Dans les villes du sud, Thar-Allah (la vengeance de Dieu) est un des nombreux groupes militants suspectés de meurtres. Des commandants américains à Bagdad et dans les provinces de l’est disent que des cellules similaires opèrent dans leur secteur. Le chef du Service des Renseignements irakien, le général Mohammed Abdullah al-Chahwani, a accusé publiquement les cellules soutenues par l’Iran de traquer et de tuer ses officiers. En octobre, il a reproché aux agents de l’ambassade d’Iran à Bagdad d’avoir coordonné les assassinats de jusqu’à 18 de ses hommes, affirmant que des raids dans trois lieux sûrs ont permis de mettre à jour une mine de documents prouvant le lien entre les agents et les fonds destinés aux Brigades de Badr à des fins de « liquidation physique ».

Un ancien responsable irakien et membre des corps blindés de Saddam, qui s’identifie sous le nom d’Abu Hassan, a déclaré au Time l’été dernier qu’il a été recruté par un agent des renseignements iranien en 2004 afin de dresser une liste des noms et adresses des responsables du Ministère de l’Intérieur en contact étroit avec les officiers militaires et de liaison américains. Le contact iranien d’Abu Hassan voulait savoir « en qui les américains avaient confiance et où ils étaient » et l’a harcelé pour savoir si Abu Hassan, en se servant de son appartenance au parti politique l’Accord National irakien, pouvait faire rentrer quelqu’un dans le bureau du Premier Ministre Lyad Allawi sans qu’il soit fouillé. (Allawi a déclaré au Time qu’il pensait que des agents iraniens complotaient de l’assassiner.) Le contact a exigé également des informations concernant des concentrations de troupes américaines dans un quartier spécifique de Bagdad ainsi que des détails sur le matériel de guerre, blindés, ordres de marche et temps de réaction des Américains. Après avoir révélé ses conversations aux autorités américaines et irakiennes, Abou Hassan a disparu ; plus tôt cette année, un de ses supérieurs irakiens a été reconnu coupable d’espionnage.

D’après les services de renseignements, Téhéran assure toujours le financement de plusieurs partis politiques en Irak. Parmi les documents provenant des dossiers du corps des gardiens de la révolution iraniens que le Time s’est procuré, on peut trouver de volumineux registres de paie remontant à août 2004 et qui semblent indiquer que l’Iran payaient le salaire d’au moins 11.740 membres des Brigades Badr. Les services de renseignements des armées britannique et américaine pensent que ces salaires sont toujours versés, bien que le leader Badr, Hadi al-Amri, dément ces accusations. « J’ai demandé aux officiers américains de nous rapporter la preuve que nous avons passé un marché avec l’Iran, dans ce cas nous serons prêts à l’accepter, mais ils disent ne pas en avoir », affirme-t-il. Un élément trouble demeure : dans quelle mesure l’Iran encourage ses mandataires à organiser des attentats contre la coalition menée par les Etats-Unis. Les officiers des services de renseignements de l’armée décrivent la stratégie de leurs homologues des gardiens de la révolution iraniens comme une stratégie utilisant des « attentats anonymes» perpétrés par des forces agissant pour leur compte afin de démentir toute implication. On est dans l’incertitude, explique un officier supérieur américain, pour ce qui est de savoir quelles factions à l’intérieur de l’appareil de sécurité fragmenté de Téhéran sont derrière cette stratégie et jusqu’à quel point les hauts dirigeants la soutiennent.

Des sources des services de renseignements affirment qu’au printemps de l’année dernière, lors d’un rassemblement de ses mandataires armés, le général Sullaimani a déclaré que « qu’il faut prendre toute initiative visant à affaiblir les forces américaines en Irak. Tous les moyens doivent être mis en œuvre pour que les forces américaines restent engagées dans le conflit en Irak ». Des documents secrets des services de renseignements de l’armée britannique montrent que les forces britanniques traquent plusieurs groupes paramilitaires dans le sud de l’Irak soutenus par les gardiens de la révolution. La coalition et les services de renseignements irakiens suivent de près les visites de contrôle d’officiers iraniens en Irak, visites semblables à celles de leurs homologues américains. « Nous savons qu’ils viennent, mais bien souvent pas avant qu’ils ne soient partis », déclare un officier des services de renseignements britanniques. Les partis politiques chiites ne contestent pas le fait que ces visites aient lieu. Et un flux régulier d’armes continue d’arriver d’Iran par la frontière perméable du sud. « Ils font passer les troupes par les postes de contrôle officiels, et les armes cheminent par les marais et les territoires jusqu’au nord », explique un officier britannique à Bassora. Les hauts diplomates et dirigeants des services de renseignements savent que des officiers iraniens prêtent main forte aux insurgés chiites, mais ce n’est rien en comparaison de la quantité d’argent et de matériel que reçoivent les insurgés sunnites et pire les terroristes qui ciblent avant tout les populations civiles tout aussi bien chiites, qe sounites, ainsi que les lieux de culte musulmans, et qui afflue en provenance des pays arabes voisins de l’Irak, comme l'Arabie Saoudite, Evil or Very Mad Twisted Evil qui finance et entraine les terroristes What a Face bom bom qui combattent les musulmans chiites, quitte à s'allier aux forces de la coalition. Twisted Evil
Des diplomates occidentaux disent que, jusqu’à maintenant, les ayatollahs semblent agir défensivement plutôt qu’offensivement. Ce qui est encourageant, c’est que même des bénéficiaires chiites de Téhéran affichent des tensions nationalistes arabes et irakiennes ; et beaucoup d’entre eux ont des liens familiaux et tribaux forts avec les sunnites. « Nous sommes les fils de l’Irak. Les circonstances qui m’ont forcé à partir n’ont pas changé mon identité », déclare le leader de Badr, al Amri. Il est fier de sa coopération avec les gardiens de la révolution pour combattre Saddam mais dit que son combat n’a pas dépassé « les limites de ses intérêts ». Un observateur occidental bien informé pense que pendant que ces groupes gardent « une vision du monde partagée » avec Téhéran, tout comme les Britanniques et les Américains partagent les leurs, ils essaient maintenant de comparer leurs intérêts avec les intérêts de ceux qui les soutiennent et n’ont qu’une hâte, celle d’exercer le pouvoir à Bagdad de manière indépendante. « Je pense qu’il est impossible de faire cesser une relation qui dure depuis toujours », nous dit l’officier supérieur américain, « mais avec le temps, lorsqu’ils deviendront des hommes politiques combattant pour des problèmes locaux, ils changeront ».

C’est peut-être vrai. Mais l’Iran semble vraisemblablement placer la barre plus haut, ce qui pourrait en fin de compte forcer les Américains à rechercher de nouveaux alliés en Irak, y compris ceux qu’ils essaient de soumettre depuis des années, pouvant empêcher l’empiètement des mollahs. Un diplomate occidental reconnaît que des activités gérables similairement en Iran peuvent toujours s’intensifier et se transformer en une crise plus importante. « Nous avons eu à faire à des gouvernements alliés à nos ennemis plusieurs fois dans la passé », dit-il. « La difficulté, cependant, c’est de savoir si cela affecterait [les efforts de la contre insurrection] ? A cela je réponds : ‘Cela ne s’est pas encore produit, mais ça se pourrait bien’ ». Si cela venait à se produire, la guerre en Irak pourrait devenir beaucoup plus compliquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Dim 9 Sep - 9:26

Assalam;

Hersh décrit la nouvelle stratégie américaine qui fait de l’Iran et de ses alliés chiites l’ennemi principal. Sur cette base la nouvelle alliance forgée avec l’Arabie Saoudite finance les salafistes et même certains groupes proches d’Al Quaeda, à condition qu’il se battent contre les chiites. Cette stratégie insensée qui prend le risque d’attiser de vielles haines pour atteindre des objectifs à court terme, met en jeu des forces que les apprentis-sorciers de Washington ne parviendront jamais à maitriser. En poursuivant cette politique, les USA prennent le risque de transformer le Moyen Orient en un brasier d’où personne - et surtout pas eux - ne sortira indemne.


LA REDIRECTION

Par Seymour Hersh, The New Yorker

La nouvelle politique de l’administration américaine bénéficie-t-elle à nos adversaires dans la lutte contre le terrorisme ?

Ces derniers mois, tandis que la situation en Irak se détériorait, l’administration Bush, à la fois dans sa diplomatie publique et dans ses opérations occultes, a infléchi de manière importante sa stratégie au Moyen-Orient. Le « changement de cap », comme certains nomment cette nouvelle stratégie à la Maison blanche, a rapproché les États-Unis d’une confrontation ouverte avec l’Iran et, dans plusieurs endroits de la région, les ont projetés dans un conflit de plus en plus ouvert entre musulmans chiites et sunnites.

Pour miner l’Iran, qui est principalement chiite, l’administration Bush a décidé, en effet, de revoir ses priorités au Moyen-Orient. Au Liban, l’administration a collaboré avec le gouvernement de l’Arabie séoudite, qui est sunnite, dans des opérations clandestines destinées à affaiblir le Hezbollah, ... Les États-Unis sont par ailleurs impliqués dans des opérations clandestines contre l’Iran et son allié syrien. Une conséquence de ces activités a été le soutien à des groupes extrémistes sunnites qui adoptent une vision militante de l’islam, qui sont hostiles à l’Amérique et qui ont de la sympathie pour Al Qaeda.
...
Al Qaeda est sunnite, et nombre de ses exécutants venaient de cercles extrémistes d’Arabie séoudite...

La Secrétaire d’État Condoleeza Rice a déclaré qu’il y avait « un nouvel axe stratégique au Moyen-Orient », séparant « les réformateurs » et les « extrémistes » ; elle désigna les États sunnites comme des centres de modération, et expliqua que l’Iran, la Syrie et le Hezbollah étaient « de l’autre côté de la ligne de démarcation »...

Certaines des stratégies principales du changement de cap n’ont cependant pas été rendues publiques. Les opérations clandestines ont été tenues secrètes, dans certains cas, leur exécution ou leur financement étant soustraités aux Séoudiens, ou en trouvant d’autres voies de contournement du processus normal du contrôle financier par le Congrès, comme l’ont expliqué des officiels anciens et actuels de l’administration.

Les principaux acteurs du changement de cap sont le vice-président Dick Cheney, le conseiller à la Sécurité nationale Elliott Abrams, l’ambassadeur bientôt remplacé en Irak (et pressenti pour le poste d’ambassadeur aux Nations unies), Zalmay Khakikzad, et le prince Bandar bin Sultan, le conseiller séoudien à la Sécurité nationale.

Le changement de politique a amené l’Arabie séoudite et Israël à une nouvelle alliance stratégique, en grande partie parce que ces deux pays considèrent l’Iran comme une menace existentielle. Ils ont été impliqués dans des discussions directes et les Séoudiens, qui pensent qu’une plus grande stabilité en Israël et Palestine donnerait moins d’influence à l’Iran dans la région, sont devenus plus actifs dans les négociations arabo-israéliennes.

La nouvelle stratégie « est un changement de cap important dans la politique américaine - c’est un changement très important », a expliqué un consultant gouvernemental américain ayant de forts liens avec Israël. Les États sunnites « étaient pétrifiés à l’idée d’une résurgence chiite. .. « Nous ne pouvons pas revenir sur la montée chiite en Irak, mais nous pouvons la limiter. »

« Les Séoudiens et certains membres de l’administration ont soutenu que le plus grand danger était l’Iran et que les extrémistes sunnites étaient des ennemis moins importants. C’est une victoire de la ligne séoudienne. » Martin Indyk, un officiel du Département d’État dans l’administration Clinton, qui a également été ambassadeur en Israël, a dit que « le Moyen-Orient est en train de s’échauffer autour d’une sérieuse guerre froide entre sunnites et chiites. »

La nouvelle politique de l’administration pour contenir l’Iran semble compliquer sa stratégie pour gagner la guerre en Irak. Clawson a expliqué que cela pourrait inciter Maliki à coopérer avec les États-Unis pour supprimer les milices radicales chiites, telles que l’Armée du Mehdi de Moqtada as-Sadr.

Même ainsi, pour le moment, les États-Unis demeurent dépendants de la coopération des dirigeants chiites irakiens. L’armée du Mehdi est peut-être ouvertement hostile aux intérêts américains. Moqtada as-Sadr comme la Maison blanche soutiennent Maliki. Un mémorandum écrit l’année dernière par Stephen Hadley, un conseiller à la Sécurité nationale, a suggéré que l’administration essaie de séparer Maliki de ses alliés chiites les plus radicaux, mais jusqu’à présent la tendance a été exactement dans le sens contraire. Tandis que l’armée irakienne continue de sombrer dans sa confrontation avec les insurgés, le pouvoir des milices chiites augmente constamment.

Flynt Leverett, un ancien officiel du Conseil à la Sécurité nationale (NSC) de l’administration Bush, m’a dit qu’« il n’y a rien de fortuit ou d’ironique » dans la nouvelle stratégie concernant l’Irak. Tout cela fait partie d’une campagne d’étapes de provocation pour augmenter la pression sur l’Iran. L’idée est qu’à un moment donné les Iraniens vont répondre et qu’alors l’administration aura une porte ouverte pour pouvoir les frapper. »

Le président George W. Bush, dans un discours du 10 janvier, a en partie exprimé cette approche. « Il y a deux régimes » - l’Iran et la Syrie - « qui permettent aux terroristes et aux insurgés d’utiliser leur territoire pour entrer et sortir d’Irak, » a dit Bush. « L’Iran fournit un support matériel pour les attaques contre les troupes américaines. Nous ferons cesser ces attaques contre nos forces. Nous interromprons le flux de soutien venant d’Iran et de Syrie. Et nous traquerons et détruirons les réseaux qui fournissent l’armement sophistiqué et l’entraînement à nos ennemis en Irak. »

Le message de l’administration était, au fond, que la mauvaise situation en Irak n’était pas due à ses propres erreurs de planification et d’exécution, mais aux ingérences iraniennes.

Les militaires américains ont aussi arrêté et interrogé des centaines d’iraniens en Irak. « Le mot d’ordre a circulé, en août dernier, demandant aux militaires d’arrêter autant d’Iraniens que possible en Irak, », a expliqué un ancien officiel du renseignement. « Ils en avaient arrêté cinq cent à un moment donné. Nous travaillons ces gars et nous tirons d’eux des informations. Le but de la Maison blanche est de monter un dossier selon lequel les Iraniens ont fomenté l’insurrection depuis le début - que l’Iran est, en fait, en train de soutenir le meurtre d’Américains. » Un consultant du Pentagone a confirmé que des centaines d’Iraniens avaient été capturés par les forces américaines ces derniers mois. Mais il a expliqué que ce total comprenait beaucoup d’humanitaires iraniens qui « avaient été raflés et relâchés peu de temps après », après avoir été interrogés.
Selon des officiels du renseignement et de l’armée, actuels et anciens, des opérations secrètes au Liban ont accompagné des opérations clandestines visant l’Iran . Des militaires américains et des équipes des Opérations spéciales ont renforcé leurs activités en Iran pour rassembler du renseignement et, selon un ancien membre supérieur du renseignement, ils ont aussi franchi la frontière à la poursuite d’exécutants iraniens en Irak.

L’ambiguïté de Rice a déclenché une réponse du sénateur du Nebraska Chuck Hagel, un Républicain, qui a été critique de l’administration : « Certains d’entre nous se souviennent de 1970, madame la Secrétaire. Et c’était au Cambodge. Et quand notre gouvernement a menti au peuple américain en disant : “nous n’avons pas franchi la frontière du Cambodge”, en fait nous l’avions fait. Il se trouve que je sais quelques choses à ce sujet, ainsi que d’autres dans ce comité. Alors, madame la Secrétaire, quand vous mettez en branle ce type de politique dont le Président parle en ce moment, c’est très, très dangereux. »

Cheney a prévenu de la possibilité, dans quelques années, « d’un Iran doté de l’arme nucléaire, à cheval sur les réserves pétrolières mondiales, capable d’influer à sa guise sur l’économie mondiale, » Il a ajouté : « Si vous allez discuter avec les États du Golfe ou si vous discutez avec les Séoudiens ou si vous discutez avec les Israéliens ou les Jordaniens, la région toute entière est préoccupée... La menace que représente l’Iran grandit. »

Des officiels américains actuels et anciens m’ont dit que ces renseignements, qui proviennent d’agences israéliennes opérant en Iran, contiennent l’affirmation selon laquelle l’Iran a développé un missile intercontinental à carburant solide à trois étages capable de placer plusieurs petites ogives - chacune ayant une précision limitée - en Europe. La crédibilité de ce renseignement humain est toujours discutée.

Un argument similaire concernant la menace imminente qu’aurait représentée la possession d’armes de destruction massive - et les questions sur le renseignement utilisé pour établir ce dossier - a constitué le prélude à l’invasion de l’Irak. Beaucoup, au Congrès, ont accueilli ces prétentions au sujet de l’Iran avec circonspection.
Cependant, le Pentagone continue sa planification intensive pour un possible bombardement de l’Iran, un processus qui a débuté l’année dernière, sur ordre du Président, le but était la destruction des installations nucléaires iraniennes et un possible changement de régime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Dim 9 Sep - 9:28

LE JEU DU PRINCE BANDAR


Les efforts de l’administration pour réduire l’influence iranienne au Moyen-Orient ont largement compté sur l’Arabie séoudite et sur le prince Bandar, le conseiller à la Sécurité nationale séoudien. Bandar a servi comme ambassadeur aux États-Unis pendant 22 ans, jusqu’en 2005, et a maintenu son amitié avec le président Bush et le vice-président Cheney. À son nouveau poste, il continue de les rencontrer de manière privée. Un haut officiel de la Maison blanche a effectué plusieurs visites en Arabie séoudite récemment, certaines n’ayant pas été rendues publiques.

En novembre dernier, Cheney s’est envolé pour l’Arabie séoudite pour une rencontre surprise avec le roi Abdallah et Bandar. Le Times a rapporté que le roi a prévenu Cheney que l’Arabie séoudite soutiendrait ses coreligionnaires sunnites en Irak si les États-Unis se retiraient. Un officiel du renseignement européen m’a expliqué que la rencontre était aussi consacrée aux craintes séoudiennes plus générales concernant « la montée des chiites ». En réponse, « les Séoudiens commencent à utiliser leur moyen de pression - l’argent. »

Leur importante présence dans une région volatile et riche en pétrole préoccupe en Occident et parmi les sunnites concernant la montée d’un « croissant chiite » - surtout avec l’influence géopolitique grandissante de l’Iran.

« Les Séoudiens voient toujours le monde avec le même regard qu’aux jours de l’empire ottoman, quand les musulmans sunnites tenaient le haut du pavé et les chiites étaient les classes inférieures, » m’a expliqué Frederic Hoff, un officier retraité, expert du Moyen-Orient.
Les Séoudiens sont menés par leur crainte que l’Iran pourrait renverser l’équilibre du pouvoir non seulement dans la région mais aussi dans leur propre pays. L’Arabie séoudite a une importante minorité chiite dans sa province orientale, une région riche en champs de pétrole ; les tensions confessionnelles sont importantes dans cette province.
« Les Séoudiens disposent de moyens financiers considérables, et entretiennent des relations étroites avec les Frères musulmans et les salafistes » - des extrémistes sunnites qui considèrent les chiites comme des infidèles. « La dernière fois que l’Iran a été une menace, les Séoudiens sont parvenus à mobiliser les islamistes radicaux de la pire espèce. Une fois que vous les avez fait sortir de la boîte, vous ne pouvez plus les faire rentrer dedans. »

Les princes font la pari qu’ils ne seront pas renversés tant qu’ils continuent de soutenir les écoles religieuses et les œuvres liées aux extrémistes. La nouvelle stratégie de l’administration repose lourdement sur ce pari.

Nasr compare la situation actuelle à la période pendant laquelle Al Qaeda a émergé. Dans les années 80 et au début des années 90, le gouvernement séoudien a proposé de subventionner les officiants par procuration de la stratégie occulte de la CIA américaine contre l’Union soviétique en Afghanistan. Des centaines de jeunes séoudiens furent envoyés dans les zones frontalières du Pakistan, où ils installèrent des écoles religieuses, des bases d’entraînement et des services de recrutement. À cette époque, comme aujourd’hui, nombre des agents qui étaient payés avec de l’argent séoudien étaient des salafistes. Parmi eux, bien sûr, se trouvaient Osama ben Laden et ses associés, qui fondèrent Al Qaeda en 1988.

Cette fois, un consultant du gouvernement américan m’a expliqué que Bandar et d’autres séoudiens avaient assuré la Maison blanche qu’« ils surveillent de très près les fondamentalistes religieux. Leur message à notre attention était “Nous avons créé ce mouvement, et nous pouvons le contrôler ”. Ça n’est pas que nous ne voulions pas que les salafistes lancent des bombes ; c’est sur qui ils les lancent - le Hezbollah, Moqtada al-Sadr, l’Iran et les Syriens, s’ils continuent de travailler avec le Hezbollah et l’Iran. »

Le Séoudien m’a dit que, « Nous avons deux cauchemars, » m’a dit l’ancien diplomate. « Que l’Iran acquière la bombe et que les États-Unis attaquent l’Iran. Je préférerais que les Israéliens bombardent les Iraniens, pour que nous puissions les condamner. Si c’est l’Amérique qui s’en charge, nous serons blamés. »

Au cours des dernières années, les Séoudiens, les Israéliens et l’administration Bush ont développé une série d’ententes informelles sur leur nouvelle orientation stratégique. Au moins quatre éléments principaux sont concernés, m’a expliqué le consultant du gouvernement américaine. D’abord, Israël serait assuré que sa sécurité est primordiale et que Washington, l’Arabie séoudite et d’autres États sunnites partagent ses préoccupations concernant l’Iran.

Deuxièmement, les Séoudiens insisteraient pour que le Hamas, le parti palestinien islamiste qui a reçu le soutien de l’Iran, réduise ses agression contre Israël et entreprenne des négociations sérieuses pour partager le pouvoir avec le Fatah, le groupe palestinien plus laïc. (En février, les Séoudiens ont sponsorisé un accord à la Mecque entre les deux factions. Cependant, Israël et les États-Unis ont exprimé leur insatisfaction sur ses termes.)

Troisièmement, l’administration Bush travaillerait directement avec les nations sunnites pour contrebalancer l’ascension chiite dans la région.

Quatrièmement, le gouvernement séoudien, avec l’approbation de Washington, financerait et fournirait de l’aide logistique pour affaiblir le gouvernement du président Bashar Assad de Syrie. Les Israéliens croient que mettre ainsi la pression sur le gouvernement Assad le rendrait plus conciliant et ouvert à des négociations. La Syrie est un point de passage obligé pour les armes du Hezbollah. Le gouvernement séoudien s’oppose aussi aux Syriens au sujet de l’assassinat de Rafic Hariri, un milliardaire sunnite, étroitement lié au régime séoudien et au prince Bandar.
« Les Séoudiens comprennent que s’ils veulent que l’administration fasse une offre politique plus généreuse aux palestiniens, ils doivent persuader les États arabes de faire une offre plus généreuse aux Israéliens, » m’a dit Clawson. À un moment où l’image de l’Amérique au Moyen-Orient est extrêmement mauvaise, les Séoudiens nous soutiennent. Nous devrions prendre conscience de notre grande chance. »
Twisted Evil Evil or Very Mad
Le consultant du Pentagone a une vision différente. Il dit que l’administration a utilisé Bandar comme une « voie de secours », parce qu’elle avait compris que l’échec de la guerre en Irak pourrait laisser le Moyen-Orient comme « une proie facile ».
king I don't want that clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Dim 9 Sep - 18:46

Iranfocus n'est pas fiable..?? Etcet écrivain..??
'صفقة سرية ' بين إيران وأمريكا و الكيان الصهيونى
كشفت صحيفة الحياة الصادرة اليوم الأحد عن فضيحة لنظام الحكم الشيعى فى إيران، تتضمن قيام طهران بإجراء اتصالات لعقد "صفقة سرية" مع الولايات المتحدة والكيان الصهيونى بعد الغزو الأمريكى للعراق عام 2003 .

إيران الشيعية تهرول وراء الكيان الصهيونى والأمريكان.
تناولت الصحيفة عرضاً لكتاب صدر مؤخراً فى الولايات المتحدة للمؤلف تريتا بارسي أستاذ العلاقات الدولية في جامعة جونز هوبكينز ،ويتطرق للاتصالات السرية بين طهران وواشنطن وتل أبيب بعد غزو العراق، وذلك تحت العنوان التالي: "كتاب أميركي يروي قصة «اتصالات» إيران مع أميركا وإسرائيل بعد غزو العراق ... طهران عرضت «صفقة كبرى» رفضها المحافظون الجدد والليكود"

كتبت الصحيفة تقول: "في المرحلة الأولى من الغزو الأميركي للعراق في آذار (مارس) 2003، جرت حركة اتصالات استثنائية بين إيران والولايات المتحدة من جهة، وإيران وإسرائيل من جهة ثانية. وتناولت هذه الاتصالات البحث في «صفقة كبرى» عرضتها طهران ورفضتها واشنطن، رغم أنها اقترحت فيها نزع سلاح «حزب الله» ودعم المبادرة العربية للسلام والتعاون في الحرب على الإرهاب. هذه أهم خلاصة من كتاب ينشر في الولايات المتحدة قريبا."

وأضافت الصحيفة: "قنوات الاتصال السرية في المثلث الأميركي - الإيراني - الإسرائيلي، وتفاصيل «مؤتمر أثينا» العام 2003، والذي بدأ أكاديميا وتحول منبرا للتفاوض غير المباشر بين تل أبيب وطهران، إلى جانب تفاصيل اجتماعات مسؤولين أميركيين وإيرانيين ووثائق العرض الرسمي من إيران يختزنها كتاب «التحالف الخبيث، أسرار التعاملات بين إسرائيل وإيران والولايات المتحدة»، والمتوقع صدوره عن جامعة ييل المرموقة مطلع الشهر المقبل. ويستند الكتاب إلى 130 مقابلة مع مسؤولين حاليين وسابقين، أجراها المؤلف تريتا بارسي أستاذ العلاقات الدولية في جامعة جونز هوبكينز بين 2001 و2007."

وأكملت قائلة: "وجاء في الكتاب أن كولن باول وزير الخارجية السابق وضع، بعد اعتداءات 11 أيلول (سبتمبر) 2001، وبتأييد من نائبه ريتشارد أرميتاج ومستشارة الأمن القومي آنذاك كوندوليزا رايس «رزمة دبلوماسية تمنح إيران انفتاحا أميركيا في مقابل دعمها في حرب أفغانستان ووقف دعم المجموعات التي تعادي إسرائيل.»"

."





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Dim 9 Sep - 18:47

وتابعت: "وهيأت الرزمة لاجتماعات سرية بين دبلوماسيين إيرانيين ومسؤولين في مجلس الأمن القومي الأميركي في تشرين الأول (أكتوبر) 2001 في باريس وجنيف، قادها مبعوث إدارة بوش لدى أفغانستان جيمس دوبنز بدعم مباشر من باول. ووصلت الاتصالات إلى مستوى وزارتي الخارجية، لمناسبة مؤتمر بون في ألمانيا في كانون الأول (ديسمبر) من العام ذاته حول أفغانستان، والذي شارك فيه عن إيران المندوب السابق لدى الأمم المتحدة جواد ظريف، وعن أميركا السفير الموفد السابق إلى أفغانستان زلماي خليل زاد والسفير السابق لدى افغانستان ريان كروكر الذي حاول بحسب الكتاب فتح الموضوع النووي مع ظريف الذي «لم يكن يحمل تعليمات في هذا الصدد من القيادة الايرانية.»"

"غير أن اجتماعات عقدها أركان من المحافظين الجدد، بينهم مايكل ليدين، مع معارضين إيرانيين في ألمانيا أبرزهم منوشهر جوربنيفار، وإصرار حكومة أرييل شارون على «عبث» محاولات تغيير التصرف الإيراني، وإعلان إسرائيل أن أسلحة تنقلها الباخرة «كارين» مرسلة من إيران إلى الفلسطينيين، كل ذلك أطاح جهود باول، ومهد إلى إدخال إيران ضمن دول «محور الشر»."

"ويروي الكتاب انه بعد إسقاط النظام العراقي السابق، في آخر نيسان (أبريل) 2003 وقبل أيام من خطاب «انجاز المهمة» لبوش في أول أيار (مايو)، وضع الإيرانيون مسودة «صفقة كبرى» لواشنطن أعدها سفير طهران لدى فرنسا آنذاك صادق خرازي وظريف، ووافق عليها آية الله خامنئي. كما استشار الإيرانيون فيها السفير السويسري في طهران تيم جولدمان الذي يعتبر «الوسيط التقليدي» بين البلدين
."


Dernière édition par le Dim 9 Sep - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Dim 9 Sep - 18:48


وحول الصفقة نقلت عن الكتاب: "وعرض الإيرانيون، في الصفقة، وقف الدعم لـ «حماس» و «الجهاد الإسلامي» والمساعدة في تحويل «حزب الله» إلى «حزب سياسي فقط داخل لبنان»، والتعاون لمكافحة «القاعدة»، وفتح المنشآت النووية الإيرانية أمام المفتشين الدوليين وتأكيد الطابع السلمي لنشاطها. وتضمنت الصفقة أيضا قبولاً وتبنياً واضحاً لمبادرة السلام العربية لحل النزاع العربي - الإسرائيلي. في المقابل طالبت طهران بإنهاء العقوبات الاقتصادية بالكامل، واحترام «المصالح الإيرانية في العراق» و «الروابط الدينية في النجف وكربلاء»، والسماح لإيران بتكنولوجيا نووية سلمية وملاحقة جماعة «مجاهدين خلق» الإيرانية المعارضة. واقترح الجانب الإيراني عقد اجتماعات في باريس لمناقشة العرض."

وتابعت: "وسلم النائب الجمهوري السابق بوب ناي، الذي يتقن الفارسية وعمل في طهران قبل الثورة، العرض إلى البيت الأبيض، وبواسطة أقرب مستشاري بوش السابقين، كارل روف. وحاول كل من رايس وباول وأرميتاج العمل على إقناع بوش بالرد على المبادرة. لكن نائب الرئيس ديك تشيني ووزير الدفاع آنذاك دونالد رامسفيلد تحفظا عنها بشدة، وبحجة «رفض الحديث مع الشر.»"

وختمت تقول: "ويقول الكاتب إن اتصالات إيرانية - إسرائيلية جرت، في مؤتمر أكاديمي استضافته أثينا قبل أسابيع من تسليم غولدمان نص العرض لناي، وان الجانب الإيراني كرر خلالها العرض نفسه. وينقل عن مسؤولين إسرائيليين «أن الرسالة هي نفسها التي نقلها ممثلون رسميون وغير رسميين من طهران في اجتماعات أخرى». ويخلص الكاتب إلى أن هذا العرض لم يلق أي رد نظراً إلى اقتناع واشنطن بإمكان حشر إيران واستثمار الانتصار في العراق، ووجود ليكود في الحكم في إسرائيل والمحافظين الجدد في البيت الأبيض
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snieper
Nouveau


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 26/09/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Dim 9 Sep - 19:12

La mossade utilse les femmes pour nous pourrir, on l'a vu avec les prostituées marocaines travaillant pour le compte de Mossade, lorsqu'une femme vient vers vous monter sa jupe vous allez surement trouver un micro.

Dans le temps la cia et kgb utilisaient la même méthode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Sam 29 Mar - 12:42

ithviriw a écrit:
Assalam;

Hersh décrit la nouvelle stratégie américaine qui fait de l’Iran et de ses alliés chiites l’ennemi principal. Sur cette base la nouvelle alliance forgée avec l’Arabie Saoudite finance les salafistes et même certains groupes proches d’Al Quaeda, à condition qu’il se battent contre les chiites.
LA REDIRECTION

Par Seymour Hersh, The New Yorker Pour miner l’Iran, qui est principalement chiite, l’administration Bush a décidé, en effet, de revoir ses priorités au Moyen-Orient. Au Liban, l’administration a collaboré avec le gouvernement de l’Arabie séoudite, qui est sunnite, dans des opérations clandestines destinées à affaiblir le Hezbollah, ... Les États-Unis sont par ailleurs impliqués dans des opérations clandestines contre l’Iran et son allié syrien. Une conséquence de ces activités a été le soutien à des groupes extrémistes sunnites qui adoptent une vision militante de l’islam, qui sont hostiles à l’Amérique et qui ont de la sympathie pour Al Qaeda.
...
Al Qaeda est sunnite, et nombre de ses exécutants venaient de cercles extrémistes d’Arabie séoudite...

La Secrétaire d’État Condoleeza Rice a déclaré qu’il y avait « un nouvel axe stratégique au Moyen-Orient », séparant « les réformateurs » et les « extrémistes » ; elle désigna les États sunnites comme des centres de modération, et expliqua que l’Iran, la Syrie et le Hezbollah étaient « de l’autre côté de la ligne de démarcation »...

Certaines des stratégies principales du changement de cap n’ont cependant pas été rendues publiques. Les opérations clandestines ont été tenues secrètes, dans certains cas, leur exécution ou leur financement étant soustraités aux Séoudiens, ou en trouvant d’autres voies de contournement du processus normal du contrôle financier par le Congrès, comme l’ont expliqué des officiels anciens et actuels de l’administration.

Les principaux acteurs du changement de cap sont le vice-président Dick Cheney, le conseiller à la Sécurité nationale Elliott Abrams, ...Zalmay Khakikzad, et le prince Bandar bin Sultan, le conseiller séoudien à la Sécurité nationale.

Le changement de politique a amené l’Arabie séoudite et Israël à une nouvelle alliance stratégique, en grande partie parce que ces deux pays considèrent l’Iran comme une menace existentielle. Ils ont été impliqués dans des discussions directes et les Séoudiens, qui pensent qu’une plus grande stabilité en Israël et Palestine donnerait moins d’influence à l’Iran dans la région, sont devenus plus actifs dans les négociations arabo-israéliennes.

La nouvelle stratégie « est un changement de cap important dans la politique américaine - c’est un changement très important », a expliqué un consultant gouvernemental américain ayant de forts liens avec Israël. Les États sunnites « étaient pétrifiés à l’idée d’une résurgence chiite. .. « Nous ne pouvons pas revenir sur la montée chiite en Irak, mais nous pouvons la limiter. »

« Les Séoudiens et certains membres de l’administration ont soutenu que le plus grand danger était l’Iran et que les extrémistes sunnites étaient des ennemis moins importants. C’est une victoire de la ligne séoudienne. » Martin Indyk, un officiel du Département d’État dans l’administration Clinton, qui a également été ambassadeur en Israël, a dit que « le Moyen-Orient est en train de s’échauffer autour d’une sérieuse guerre froide entre sunnites et chiites. »

La nouvelle politique de l’administration pour contenir l’Iran semble compliquer sa stratégie pour gagner la guerre en Irak. Clawson a expliqué que cela pourrait inciter Maliki à coopérer avec les États-Unis pour supprimer les milices radicales chiites, telles que l’Armée du Mehdi de Moqtada as-Sadr.

Même ainsi, pour le moment, les États-Unis demeurent dépendants de la coopération des dirigeants chiites irakiens. L’armée du Mehdi est peut-être ouvertement hostile aux intérêts américains. Moqtada as-Sadr comme la Maison blanche soutiennent Maliki. Un mémorandum écrit l’année dernière par Stephen Hadley, un conseiller à la Sécurité nationale, a suggéré que l’administration essaie de séparer Maliki de ses alliés chiites les plus radicaux, mais jusqu’à présent la tendance a été exactement dans le sens contraire. Tandis que l’armée irakienne continue de sombrer dans sa confrontation avec les insurgés, le pouvoir des milices chiites augmente constamment.

Flynt Leverett, un ancien officiel du Conseil à la Sécurité nationale (NSC) de l’administration Bush, m’a dit qu’« il n’y a rien de fortuit ou d’ironique » dans la nouvelle stratégie concernant l’Irak. Tout cela fait partie d’une campagne d’étapes de provocation pour augmenter la pression sur l’Iran. L’idée est qu’à un moment donné les Iraniens vont répondre et qu’alors l’administration aura une porte ouverte pour pouvoir les frapper. »

Le président George W. Bush, dans un discours du 10 janvier, a en partie exprimé cette approche. « Il y a deux régimes » - l’Iran et la Syrie - « qui permettent aux terroristes et aux insurgés d’utiliser leur territoire pour entrer et sortir d’Irak, » a dit Bush. « L’Iran fournit un support matériel pour les attaques contre les troupes américaines. Nous ferons cesser ces attaques contre nos forces. Nous interromprons le flux de soutien venant d’Iran et de Syrie. Et nous traquerons et détruirons les réseaux qui fournissent l’armement sophistiqué et l’entraînement à nos ennemis en Irak. »
.... Cheney a prévenu de la possibilité, dans quelques années, « d’un Iran doté de l’arme nucléaire, à cheval sur les réserves pétrolières mondiales, capable d’influer à sa guise sur l’économie mondiale, » Il a ajouté : « Si vous allez discuter avec les États du Golfe ou si vous discutez avec les Séoudiens ou si vous discutez avec les Israéliens ou les Jordaniens, la région toute entière est préoccupée... La menace que représente l’Iran grandit. »


.

Assalam;

Apparemment rien N'a changé depuis la VICTOIRE HISTORIQUE du HEZB ALLAH, en 2006, qui a CONFIRME sa victoire de 2000, sur l'Hydre sioniste.

1.- Les POLTRONS arabes, demeurent toujours accrochés à la doctrine de l'INVINCIBILITE d'Israël et ils conseillent à l'INITIATIVE des Séoudiens, de NEGOCIER avec les SIONISTES avec " l'aide des Dick Cheney" et autres amis de BANDAR comme le chef du MOSSAD.

2.- Les gouvernements ARABES, demeurent convaincus que la PRIORITE des PRIORITE est de BARRER la route, à un retour des populations arabes placées SOUS LEUR JOUG, à un ISLAM conforme à la Souna de Rassoulou Allah, aswaws, c'est à dire l'ISLAM transmis par Ahlel Beyt, as, et les IMAMS de sa descendance, car en effet, " l'Islam souni "N'est qu'un AMALGAME entre " Islam et traditions arabes", transmises par " les califes USURPATEURS de Sakfet Bani Sa'ad".
En effet, l'Islam souni et en particulier l'Islam Salafi et enfin Wahaby, sont des HYBRIDES entre les traditions Qoreychites anté-islamique, et un ERSATZ de souna, MODIFIEE et ADAPTEE aux gré des circonstances du Pouvoir des Califes Omeyades, puis abassides, et ultérieurs, POUR renvoyer la souna de Rassoulou Allah, aswaws, PRESERVEE par les seuls chiites, aux rayons et malles des bibliothèques .....

3.- Les gouvernements arabes et les autorités "religieuses sounis", ont FERME l'accès à l'Islam, pour confirmer la PREPONDERANCE des lois parlementaires, sur le Coran et la Souna "authentique", donc chiie, à laquelle ils ont SUBSTITUE le " char'a selon les 04 imams Ahl Es Souna" NOMMES et RESPONSABLES devant les Califes qui les ont NOMMES, au lieu de l'être devant Allah.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coopération MOSSAD services "Sono" arabes   Aujourd'hui à 5:07

Revenir en haut Aller en bas
 
Coopération MOSSAD services "Sono" arabes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Coopération / Partenariat !
» [résolu]Coopération militaire et retraite
» [philo] La Génération "Charmed"
» Grande-Bretagne : les dons arabes aux universités mènent à un enseignement "hostile"
» PREPARER L’UNIFICATION DU MONDE : " le MAITREYA &quot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: