Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Dim 29 Juil - 16:41

Assalam;

Comment devenir Député(e) avec 07 voix sur 7000 suffrages exprimés, intellectuelle, sans détenir au minimum une licence, professeur de lycée avec un simple titre de TS en Planification délivré par un Institut de Technologie que l'on pouvait intégrer à sa création en 1970, avec le simple NIVEAU du bac, et enfin Vice Présidente d'un parti Bidon ULTRA MINORITAIRE RCD, créé par le Général Touati, pour l'opposer au FFS, et que vous en claquiez la porte à la première occasion que vous donnent les dignes femmes de Tizi Ouzou qui vous lynchent dans la rue, première "officielle de l'Algérie laïco-sioniste" à visiter officiellement Israel, pasionaria des médias sionistes français et des milieux revanchards de la colonisation, et enfin ministre INAMOVIBLE imposée par les "décideurs", au Président Bouteflika, comme contrepartie aux berbéristes GRECO LATINS, qui ont pris en mains les destinées du Ministère de l'INculture.... devenu le Ministère de l'3ar et des Combines au nom de l'Art n'a pas de prix... !

De grâce, ne soyez pas tristes, si vous n'avez pas le BAC, ou si vos enfants ont échoué, c'est peut-être bon SIGNE, ils ou elles deviendront MINISTRES, et vous SEREZ RICHES.... si vous savez COMBINER et si surtout vous adoptez la DEVISE : L'ARGENT N'A PAS D'ODEUR
!
14 juillet, 2007
Des cadres dénoncent : des milliards détournés chez Khalida Toumi !
Enregistré dans : Algérie aujourd'hui — benchicou @ 18:22

ALGER CAPTALE DE LA CORRUPTION
Une maffia à la tête de la culture algérienne !!

Ci-dessous, il s’agit de dizaines de milliards détournés au Ministère algérien de la culture.
Ce qui vous est demandé après avoir lu le texte :
1 - l’envoyer par email à toutes vos connaissances et leur demander de le transmettre aux leurs. Indéfiniment. Si vous êtes conscient, si vous êtes patriote, si vous êtes VRAIMENT INTEGRE, faites-le au moins une fois par semaine.
2 - créer un site Web personnel et le mettre en ligne. Car Internet c’est très important. Ou le mettre dans des blogs, l’envoyer aux journaux, le traduire!
Il ne s’agit pas de dire : « Mon Dieu, c’est grave ! ». Si vous êtes intègre, citoyen, patriote et conscient, vous devez agir !

I. ALGER CAPTALE CULTURELLE ARABE 2007
A. LA GENESE/ BECHICHI ET ALGER 2007 : POURQUOI ?


Bechichi a accepté le poste de commissaire car Toumi lui a promis d’être l’ordonnateur de la manifestation « Alger capitale culturelle arabe 200 ». Un ordonnateur est responsable et signataire s’agissant d’argent. Une fois installé, Toumi a voulu lui imposer Orif Mustafa comme second ordonnateur ! Evidemment Bechichi a refusé, alors le conflit avec la ministre a commencé à couver. Elle se savait capable de l’avoir à l’usure en le laissant se débattre dans des problèmes d’argent. Elle ne lui a pas viré un centime pour qu’il accepte Orif comme second ordonnateur. En novembre 2006, elle a fini par avoir la peau de Bechichi. Bechichi a fini par comprendre qu’on veut qu’il bouffe et laisse bouffer, alors il a dit ce qu’il pense dans El Khabar. Il n’a pas marché dans la combine car il sait que Orif est celui-là même que M. Raouraoua, alors commissaire de l’Année de l’Algérie en France, avait jeté à la porte car il le soupçonnait de détournement ou avait des preuves contre lui !
Après le départ de Bechichi, TOUMI a ramené Bouchama. Mais elle ne lui propose pas le titre d’ordonnateur. Elle est l’ordonnatrice. Elle crée également une prétendue « Commission des sages de Alger capitale culturelle arabe 2007 » composée d’anciens ministres (Zhor Ounissi, Amimour et de quelques personnalités incolore et inodores qui n’auront d’ailleurs rien à gérer en réalité puisque les projets avaient déjà été ficelés par Orif et consort. Slimane Chikh et Ounissi n'ont pas remis les pieds dans la commission mais d’autres sont restés, pour bénéficier des avantages et des grosses voitures et des salaires faramineux. Ils ne connaissaient même pas le programme de la soirée du 12 janvier une heure auparavant la manifestation.

B. LE SPECTACLE DU 12 JANVIER 2007

Le spectacle du 12 janvier, à l’occasion de l’ouverture de « Alger, capitale de la culture arabe 2007 », a été organisé par Maghreb Films, dont le gérant est Ameur BAHLOUL, un ex journaliste de l’ENTV… qui est un prête-nom pour HHC…
Prix exact du spectacle : 350 383 020,87 centimes.
Au début, le ministère a demandé à l’ENTV de prendre en charge la manifestation. Chawki a refusé sous prétexte que la manifestation ne se tient pas le 1er janvier mais le 12, à l’occasion de Yennayer. Alors la ministre donne le marché à Maghreb Films, l’entreprise de Habib Chawki !!! Voila la ruse pour donner des marchés à un complice !!! Moyennant ristourne !!!
Le directeur de l’ENTV (Habib Chawki) a dit dans un quotidien qu’il refusait d’organiser le spectacle du 12 janvier car il coïncide avec la fête du yennayer ! C’est ce qui était écrit noir sur blanc dans un journal arabophone ! Comment l’ENTV refuse-t-elle de prendre un marché payant car la manifestation a lieu le jour de yennayer ? Le 1er janvier oui, mais yennayer, non !!! Aucun journal n’a relevé la gravité de la déclaration !
Supposons que Maghreb Films n’est pas l’entreprise de HHC, il y a pourtant plusieurs autres opérateurs algériens capables d’organiser ce spectacle comme le CIP. Si l’ENTV avait pris le marché il n’aurait pas coûté plus de 12 000 000 0,00DA !!! Et pourquoi octroyer le marché à Maghreb Films sans passer par un appel d’offre ?
Le programme du 12 janvier a été concocté par Maghreb Films, avec quelques orientations débiles de deux ou trois débiles qui entourent la ministre: des boqala présentées cinq fois dans le spectacle!!! La boqala c'est de l'art? Voila le niveau de Toumi : la boqala !!
Dans le spectacle du 12 janvier il y avait un orchestre composé de Français !!! En regardant l'émission Hna Fi Al Hana qui passe sur la chaîne A3 le dimanche soir, vous verrez ces musiciens dans le studio et il y a même leurs noms sur le générique de fin!
Pourquoi ne pas avoir pris l’orchestre de la radio ou l’Orchestre symphonique national qui dépend du Ministère de la culture ? Parce que cela ne coûte pas cher et ne prend pas de la chippa !!

C. ACQUISITION DE VEHICULES POUR ALGER 2007
Devis des acquisitions de véhicules : 39 181 000,00 DA
Des véhicules de luxe, pour les ORIF et consorts.

D. LES EXPOSITIONS DE ALGER CAPITALE CULTURELLE 2007

Orif est un corrompu qui est derrière les détournements de Alger capitale culturelle 2007 dans le chapitre des Expositions. Comment ? Il était responsable des Expositions et a pu réaliser son plan avant d’être évincé par Bechichi.
Djahiche a remplacé Orif au département des expositions de Alger 2007. C’est l’ami de Orif. Djahiche occupe aussi le poste de secrétaire général de l’Agence de Rayonnement !!!
Chacune des expositions programmées coûte entre 10 000 000 DA et 45 000 000 DA ! Ces expositions ont été gonflées à des sommes astronomiques pour prendre une chippa astronomique !!! Orif n’a sélectionné que des « artistes » qui sont ses amis : Salah Malek, Abdi, et d’autres, qui acceptent la chippa. L’expo de Salah Malek a été évaluée à 13.899.600,00 DA! Combien coûte la toile, la peinture, les pinceaux ? Un rouleau de 20 mètres de toile coûte 15000 DA !! Donc comment évaluer une exposition de peinture à 15 000 000,00 DA ?
Ci-dessous nous allons vous montrer que c’est du pur vol !!!

E. CHAPITRES D’UNE EXPOSITION DE ALGER CAPITALE CULTURELLE 2007 :

Voici les différents chapitres des expositions tels qu’ils figurent dans les conventions signées avec les bénéficiaires.
- Frais du catalogue : 2 000 000 DA. Le devis réel du catalogue prévu (96 pages à 2000 exemplaires) doit être 500 000 DA au maximum, même chez l’imprimeur le plus cher. Où va le reste ?
- Honoraires de l’artiste : entre 2000 000 DA pour certains et 4000 000 DA pour d’autres. Pourquoi donner de l’argent à un peintre qui expose et qui peut vendre son travail dans l’exposition ? Pour empocher la chippa !
- Frais de l’aménagement de l’exposition : 2 000 000 DA. Alors que c’est l’artiste qui est sensé faire le montage et l’accrochage de son exposition, ou bien le personnel des musées. Orif a inventé ce chapitre pour donner des marchés à ses amis.
- Honoraires du Commissaire de l’exposition: 1 500 000 DA. Or une exposition personnelle d’un artiste ne nécessite pas d'avoir de commissaire. C’est l’exposant lui-même qui est supposé organiser son exposition. Pourquoi Orif a désigné des commissaires pour des expositions personnelles ? Pour détourner de l’argent. Les commissaires désignés sont toujours des amis de Orif et de Djahiche : Zoubir Hellal, Ferroukhi Nourreddine, et Nadira Laggoune qui ont été désignés comme commissaires de plusieurs expos. Imaginez 150 000 DA par exposition! Ils se sont partagés 10 expositions !!! Imaginez la ristourne pour Djahiche et pour Orif, peut-être aussi pour Khalida Toumi !
- Frais de transport : 1 500 000 DA. Sur les devis, il y a le transport d’œuvres qui sont pourtant réalisées à Alger et qui seront exposées à Alger (Futur musée d’art moderne, ex galeries algériennes).
- Frais d’assurance : 1 500 000 DA
- Prise en charge de l’artiste durant son séjour à Alger : 500 000 DA
Pourquoi on donne 10 000 000 DA comme subvention pour d’un film de fiction et 4000 000 DA pour un documentaire, alors que le devis d’une exposition est de 15 000 000 DA? Est-ce qu’un exposition coûte plus cher qu’un film ?
Vous comprenez pourquoi Bechichi a démissionné et Bouchama aussi ?

F. LES AMIS DE ORIF DANS ALGER 2007

M. Orif était chargé des expositions de Alger capitale de la culture arabe 2007. Il a défini le programme en octroyant des fonds à plusieurs de ses amis et connaissances, notamment : Malek Salah, Abdi, M. Zoubir Hellal, M. Ferroukhi Nordine, Mme Laggoune, M. Boumehdi, le céramiste. Lorsque Bechichi a chassé Orif, M. Djahiche l’a remplacé au département Expositions de « Alger, capitale culturelle arabe 2007 ». Moussa Hadj, Hadj Moussa !
Certaines expositions sont réalisées par l'Institut du Monde Arabe, à Paris, France. Pourquoi? Pour empocher la ristourne en devises. Dans une manifestation algérienne et arabe, est-il normal de faire appel à un institut qui se trouve à Paris? Ces expositions coûtent très cher, car il faut inclure les frais de transport, d'assurance…
L’aberration est que l’IMA, depuis Paris, envoie des courriers à des artistes et des photographes Algériens leur demandant de participer à des expositions qui se dérouleront à Alger ! Voila pourquoi le budget des expositions est de 490 000 000 DA pour l'ensemble des expositions. En comparaison avec un budget de 680 000 000,00 DA pour le cinéma, alors que c’est le cinéma qui est supposé nécessiter plus d’argent d'autant qu'il comprend plus de projets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Dim 29 Juil - 16:42

G. LISTE DES EXPOSITIONS DE ALGER CAPITALE CULTURELLE 2007

Budget total alloué aux expositions : 490 000 000,00 DA
1. L’apport des Arabes aux sciences: 32.853.600,00 DA/ organisée par l’IMA, Paris
2. Majnoun Leyla de Salah Malek : 13.899.600,00 DA
3. L'Art Contemporain : 20.217.600,00 DA/ organisée par l’IMA, Paris
4. Hamza Bounoua Jeune Créateur Arabe : 13.899.600,00 DA
5. Les Artistes Internationaux de la Révolution Algérienne : 20.217.600,00 DA
6. Jeunes Designers du Maghreb : 15.163.200,00 DA/ organisée par l’IMA, Paris
7. L'Art au Féminin : 17.690.400,00 DA
8. Abdi Designer Algérien : 15.163.200,00 DA
9. Photographes du Monde Arabe : 12.636.000,00 DA/ organisée par l’IMA, Paris
10. Les Peintures et Céramistes Algériens d'Aujourd'hui : 40.435.200,00 DA
11. La Peinture dans le Monde Arabe : 12.636.000,00 DA/ organisée par l’IMA, Paris
12. Hommage aux Doyens de la Peinture Algérienne : 10.108.800,00 DA
13. La Peinture Algérienne des Années 70 et 80 : 10.108.800,00 DA
14. La Peinture Algérienne des Années 90 a nos jours : 10.108.800,00 DA
15. Misk El Ghenaim : 11.372.400,00 DA
16. L'Age d'Or de la Science Arabe : 42.962.400,00 DA/ organisée par l’IMA, Paris
17. Boumehdi, céramiste : 20.000.000,00 DA

COMMENTAIRES SUR LES EXPOSITIONS-
Une exposition qui a déjà été réalisée et présentée (exposée) à l’IMA et qu’on veut présenter en Algérie nécessite-t-elle 42.962.400,00 DA ? Pour le transport et les assurances ? C’est plus que du vol, car la préparation (collecte des pièces) est déjà faite. Même chose pour « L’apport des Arabes aux sciences ». Les expositions réalisées par l'IMA sont supposées être prêtes. Elles ne nécessitent donc que le transport et les assurances. Pourquoi ces sommes faramineuses ?
- Est-ce qu’une exposition de photos coûte 12.636.000,00 DA ? Zoubir Hellal est le commissaire de cette expo, alors qu’il n'est pas photographe ! Les photographes algériens refusent de participer à cette exposition bidon.
- Abdi, le designer, vit à Paris. Il a exposé dans la galerie de Orif (galerie Isma, Ryadh El Feth) ! C’est pour cela qu’il l’a choisi. Il y a plusieurs designers qui vivent à Alger, mais Orif ne fait appel qu’à ses copains.
- Boumehdi est un ami de la ministre. Le local de Boumehdi se trouve à Kouba : est-ce que ça coûte 2 milliards de transporter des céramiques de Kouba au musée national des beaux arts où l’exposition a eu lieu ?
- M. Ferroukhi qui est également commissaire des expositions : de Salah Malek, de la peinture et la céramique et de l’exposition de « L’art arabe contemporain ». Ferroukhi, Nadira Laggoune et Zoubir Hellal se sont partagés les expositions en tant que commissaires.
Il n’y a pas de raison d’avoir un commissaire pour une exposition qui appartient à un artiste ou pour des expositions qu’on ramène de l’IMA (institut du monde arabe de Paris) qui sont déjà préparées et qu’il s’agit seulement de transporter et de faire l’accrochage des tableaux sur les cimaises, ce qui est de la simple manutention. Un commissaire est nécessaire lorsqu’il faut rassembler des œuvres qui se trouvent dans plusieurs régions ou plusieurs pays : il fait les listes des artistes, sélectionne les œuvres… Or, dans les expos individuelles de « Alger capitale 2007 », tout est prêt puisque c’est l’artiste qui sélectionne ses propres œuvres. Pour les expositions collectives, le travail a été fait par l’IMA dont les expositions arrivent toutes prêtes de Paris pour être accrochées à Alger.
- Au lieu de charger le personnel spécialisé des musées (MNBA, Bardo, Antiquités…), faisant ainsi travailler des établissements du Ministère, les corrompus ont donné des marchés bidon à leurs copains et leurs copines qui versent la chippa. Normalement, on n’a besoin ni de commissaire ni de responsable de scénographie ou de l’aménagement, dans la mesure où les expositions se déroulent dans un musée. Les musées ont leurs commissaires et leur personnel qui sont habitués à accrocher des expositions. Mais qui va empocher la chippa si on fait travailler le personnel des musées ?
- Le chapitre scénographie est également bidon et sert à prendre la chippa en donnant le marché à des copains. Car dans une exposition personnelle, c’est l’artiste lui-même qui est supposé faire l'accrochage de son exposition, ou bien le personnel du musée, comme c’est habituellement le cas lors des expositions qui s’y déroulent depuis 1962 !!!
- Dans l'exposition de numismatique qui se déroule au musée des antiquités, les amis de Orif et de Djahiche ont empoché 4000 000 DA pour un aménagement qui ne leur a pas coûté 10 000, 00 DA!!! Les vitrines d'exposition appartiennent au musée des antiquités ! Les amis de Orif n'ont fait que placer quelques dizaines de pièces de monnaie dans ces vitrines pour 4000 000 DA!!
- Pourquoi donner à l'exposant 1500 000,00 DA ou 4 000 000,00 DA sans lui acheter une seule œuvre afin de la mettre dans un musée? Les pays qui se respectent achètent des oeuvres aux artistes, ils n'en font pas des assistés. Les artistes qui ont accepté de l'argent sont eux aussi des corrompus.
- D'ailleurs, pourquoi donner 1500 000,00 DA à ceux-là, alors que les artistes qui exposent dans le cadre des semaines culturelles de wilaya au Théâtre de verdure (centre Laadi Flici) ne reçoivent même pas un centime ? Pourquoi on ne donne pas un centime aux chanteurs, aux musiciens, aux peintres et aux artisans qui viennent de Timimoun, Ain Beida ou d’ailleurs pour les semaines culturelles de Alger 2007 ? Parce que ces gens-là ne bouffent pas avec Orif et ses complices.
Mais comme ces « grandes expositions » sont prévues au Musée d’Art moderne dont les travaux ne sont pas prêts de se terminer, elles n’auront probablement jamais lieu. L’argent sera empoché sans rien faire, comme pour les films et les 1001 livres !!!

CONCLUSION :

Ces expositions ne reflètent pas les arts algériens ni une volonté de les promouvoir mais le copinage et la corruption. Le programme a été défini dans ce seul but.

H. LE THEATRE PROGRAMME ALGER 2007
BUDGET DES MANIFESTATIONS THEATRALES : 347 000 000,00 DA


50 pièces de théâtre prévues dans le cadre de Alger 2007
Sonia était la responsable du département théâtre de « Alger capitale de la culture arabe 2007 ». Elle a démissionné, et M. Benguettaf a été désigné à sa tête. Pourquoi a-t-elle démissionné ?
Une commission de lecture a été créée et a étudié les projets de théâtre sollicitant une aide. Mais M. Benguettaf décidait tout seul de l’octroi des subventions et n’a pas pris en considération les propositions de la commission de lecture ni de Sonia.
- Les théâtre régionaux (TRConstantine, TROran, TRSBAbbès, TRBedjaia, TRAnnaba) ont eu le financement d’une pièce chacun. Alors que le TNA a bénéficié de la subvention de onze pièces car M. Benguettaf est le directeur du TNA. « elmoumene yebda birouhou ». Alors que le TNA ne peut pas monter onze pièces ! Il n’a pas suffisamment de comédiens ni d’espace. Alors pourquoi il a pris 11 pièces ? Pour les donner à ses amis, moyennant chippa. Par exemple Boualem Aissaoui qui a une entreprise de production audiovisuelle (Cim Audiovisuel) a bénéficié d’une pièce de théâtre !!! Je vous donne une pièce signifie que je vous donne 4 ou 10 millions de Dinars !!! Imaginez la chippa !
- Mme Sonia, était chargée du département Théâtre dans « Alger capitale de la culture arabe 2007 » mais elle a préféré démissionner fin 2006… Vous voyez pourquoi les gens intègres démissionnent…

I. LES SEMAINES CULTURELLES DE WILAYA DANS « ALGER 2007 »

L’ONCI (établissement du Ministère) a reçu un budget de 220 000 000 DA par wilaya pour l’organisation des semaines culturelles de wilaya. Bentorki (DG de l’ONCI) a empoché l’argent mais il ne s’occupe que de la réservation de l’hôtel et du transport. En prenant un bénéfice incroyable sur chaque wilaya. Faites votre compte : loger et nourrir 64 personnes pendant une semaine dans un hôtel à Mazafran, ça coûte 220 000000 DA ?
En plus, l’ONCI a reçu du ministère 30 000 000 DA en bons d’essence !!
Les semaines culturelles de wilaya ou les semaines étrangères se déroulent au théâtre de verdure, centre Laadi Flici, et à la salle El Mouggar. Il n’y a aucun visiteur à ces semaines culturelles.
Si vous comptez tous les spectateurs de toutes les manifestations organisées depuis le 12 janvier par « Alger capitale culturelle 2007 » vous n’aurez pas 20 000 personnes !
4,5 milliards de DA pour toucher si peu de gens !!! Le budget de Alger 2007 est de 4,5 milliards de dinars !!! Une somme immense dont on n’a rien vu, et dont une grande partie est détournée !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Dim 29 Juil - 16:42

J. SEMAINES CULTURELLES ETRANGERES EN ALGERIE

L’ONCI s’occupe de la prise en charge de ces semaines culturelles étrangères dans le cadre de Alger 2007. Il fait des réservations (hôtel, restaurant, transport) des membres des délégations venues des différents pays (les artistes, exposants, officiels).
Pourquoi donner ce travail à l’ONCI alors que le ministère a une direction (direction de l’administration et moyens) qui peut faire les réservation et s’occuper de la prise en charge des délégations ? Car en fait il ne s’agit que de téléphoner à un hôtel pour réserver les chambres, véhicules, billets… Ce travail était fait par le Ministère depuis 1962. Mais on ne peut pas voler comme on veut si on laisse l’argent au niveau central, donc il faut le domicilier dans un établissement sous tutelle dont le directeur bouffe et permet à la ministre de bouffer. Compris ? Alors Bentorki (ONCI) facture des chambres d’hôtel et des billets d’avion à des prix astronomiques !!! Détails suivront plus bas.

K. 1001 LIVRES

1001 livres sont prévus pour Alger 2007. Avez-vous lu un de ces livres ? Avez-vous vu un de ces livres en librairie ? Un groupe de quinze éditeurs a empoché le fric. Pourquoi ces éditeurs seulement ? La encore c’est le piston, la rachwa, la chippa. Certains de ces éditeurs qui connaissent la chanson, attendent la fin de l’année 2007 pour faire oublier qu’ils ont pris de l’argent de l’Etat… Il y a à peine 100 livres qui sont sortis, sur les 1001 !!!

L. COMMENT DETOURNER l'argent de « Alger capitale culturelle 2007 »?

Plusieurs personnes, et l’ONCI sont utilisés par Toumi pour détourner du fric. Ceci s’appelle organisation de MALFAITEURS ou MAFFIA.
Sauf que la maffia empoche beaucoup moins d’argent en si peu de temps et avec si peu d’effort !!!
Les 4,5 milliards de DA ont été domiciliés dans des établissements du Ministère: ONCI, ONDA, CNCA, TNA. Plus loin nous allons expliquer dans le détail pourquoi l’argent est viré à ces établissements externes au ministère alors que ce travail peut être fait par ses structures internes. De quoi se charge l’ONCI dans le cadre de « Alger 2007 » ? D’abord de la signature des conventions avec les artistes, musiciens… Ensuite la prise en charge de la réservation de chambres, de billets d’avion, et l’accueil des délégations nationales et étrangères programmées pour les semaines culturelles. Evidemment, en augmentant les prix d’une manière faramineuse !!! L’ONCI met les sommes qu’il veut car il a la bénédiction de la ministre.
L'ONCI abrite l'argent qui soit disant servira à payer les semaines culturelles de wilaya (48 semaines) et les semaines culturelles étrangères) : 23 millions de DA par semaine culturelle algérienne.
L’ONCI
Dans El Khabar Bechichi Lamine avait accusé « certains de vouloir se mettre de l’argent dans les poches ». Ces « certains » sont LA MINISTRE !!! Son limogeage par Toumi n’est que la face visible de l’iceberg ministère de la culture. L’histoire des gros sous dans ce ministère a commencé bien avant, même si les 5,4 milliards de DA alloués à « Alger capitale culturelle arabe » ont fini par rendre folle Khalida Toumi. Les détournements existaient bien avant l’arrivée de cette manne qui fait baver. Les détournements se faisaient par le biais de l’office national de culture et d’information (ONCI). Comment ?

A. L’ONCI ET LA SALLE ATLAS

L’ONCI est un établissement du ministère de la culture, c’est l’ex CCI. L’ONCI a dévoré plus de 80 milliards de centimes dans la restauration de la salle Atlas et son équipement. Cette opération a reçu plusieurs opérations au point qu’il est difficile de savoir combien d’argent au juste. Il semblerait que c’est même le double, soit 160 milliards de centimes ! Mais pourquoi le ministère des Finances donne-t-il encore l’argent demandé par le ministère pour la salle Atlas ? Pourquoi il n’alerte pas l’IGF ?
La restauration et l’équipement de cette salle a coûté quatre ou cinq fois plus que la construction et l’équipement d’une nouvelle salle, plus grande. A titre de comparaison, la construction d’un grand stade de football coûte entre 20 et 30 milliards de centimes.
Regardez comment est devenue la façade extérieure de la salle Atlas: de la dalle de sol sur la façade et il fait croire aux gens que c'est du marbre!!! La dalle de sol sur la façade, près de la mer alors que le quartier est très humide! C'est déjà un crime d'enlever les anciens stucs !
Alors ce gouffre financier, il sert à qui ? Qui en profite ? Au directeur de l’ONCI (Bentorki) tout seul ? Impossible !!!

B. L’ONCI ET LE FESTIVAL DE TIMGAD

Chaque année, l’ONCI (BENTORKI) reçoit du ministère entre 4 et 7 milliards de centimes pour l’organisation de ce festival bidon ! L’ONCI justifie par des factures gonflées : un chanteur qui coûte tant il met le double. Les prestations, l’hébergement, la restauration, la location de matériel, tout est gonflé. Voila pourquoi il ramène des chanteurs du Moyen Orient.
Et que ramènent ces quelques chanteurs Moyen Orientaux à la culture algérienne ? Rien ! Qui assiste au festival de Timgad ? Quelques centaines de personnes invitées.

C. L’ONCI ET LES PRESTATIONS POUR LE MINSITERE DE LA CULTURE

En mai 2006, Toumi a licencié M. Tebbani Saïd, ex directeur de l’administration et des moyens. Pourquoi ? Parce qu’il a refusé de payer un chèque de 4 milliards à l’ONCI pour une prestation qui valait à peine un milliard de centimes. De quoi s’agit-il ? De l’organisation de la conférence des ministre Arabes et Sud Américains qui s’est déroulée en janvier 2006 à Alger. L’hébergement et la prise en charge d’une poignée de ministres pour 40 millions de DA !
Or, les semaines culturelles organisées par Tebbani lui-même n'ont pas dépassé 800 millions de centimes. Mais la Ministre a préféré donner l'organisation de certaines manifestations juteuses à l'ONCI sous prétexte que le ministère lui-même n'a pas les cadres et le personnel pour organiser ces manifestations. C’est quoi réserver des chambres et des billets et des véhicules VIP ? La surfacturation de l'ONCI, dont le DG connaît la chanson, c’est : Je bouffe, tu bouffes. Bentorki a fait ses preuves lors de la manifestation 50ème anniversaire de la Révolution : il a géré des centaines de milliards en se mettant plein les poches.
En comparant sa facture et celle de Bentorki, Tebbani a compris que l’ONCI est une caisse utilisée pour le détournement. La réservation de chambres d’hôtels, de véhicules, des salles d’exposition ou de projection, et l’achat de billets d’avion, ne nécessite pas de faire appel à une structure externe au ministère. Après avoir licencié Tebbani, Toumi peut donner autant de manifestations qu’elle veut à l’ONCI, d’autant que « Alger capitale de la culture arabe 2007» allait être une opportunité en or de s’enrichir et d’enrichir Bentorki et consorts. Il ne fallait pas que le directeur des Moyens généraux soit un gêneur au sein même du ministère. Tebbani sera viré, Allim sera viré, Meftahi sera viré ! Et vive « Alger capitale de la corruption » sans les gêneurs !!! D’autres gêneurs seront licenciés, plus tard.

III. AUTRES OPERATIONS DE CORRUPTION
A. LA SALLE DE CONCERT DE L’INSM.


Près du Bastion 23 (Bab El Oued) se trouve l’Institut supérieur de musique. Une salle de concert était prévue, ce qui est normal pour un institut de musique. L’ancienne directrice (Mme Mokrani) n’a pas marché dans la combine de la ministre qui avait d’autres plans. Alors elle l’a licenciée afin que le plan maffieux soit exécuté. La salle de concert ne sera pas réalisée. Raison invoquée par la ministre : elle se situe dans le périmètre protégé du Bastion 23, monument protégé (ce périmètre est de 100 mètres). Pourtant l’Institut de musique lui-même, se situe aussi dans ce périmètre ? La presse a avalé la pilule, donc elle peut exécuter son plan : remplacer la salle de concert par un théâtre de plein air !!! Oui, un théâtre de plein air sera réalisé dans un croisement de carrefours, au milieu des klaxons !!! Et le projet peut revenir à l’oncle de Mme Sator, amie de la ministre, une corrompue qui a bénéficié de plusieurs appartements quand elle était maire ! Oui, les voleurs retombent toujours sur leurs pattes !!!

B. MUSEE D’ART MODERNE

Les ex Galeries Algériennes d’Alger seront transformées en musée d’art moderne. L’étude d’aménagement de ce musée a été réalisée pour la somme de 4 300 000 0,00 DA !!! Une étude à ce prix (400 000 Euros), même les plus grands architectes du monde n’en rêvent pas ! Les des études d’architecture des plus grands architectes du monde ne coûtent pas cette somme qui est octroyée pour une simple étude d’aménagement d’un édifice qui existe déjà !!!
Comment a eu lieu l’appel d’offres ? Le bureau d’études Architectes associés de Faidi, a été ramené par Orif. La ministre a chargé ce bureau d’études du projet bien avant que l’appel d’offres ne soit lancé. Il a donc travaillé sur l’étude plus que les autres soumissionnaires. Comme son projet était meilleur sur le plan technique, son offre financière a été acceptée sur instruction de la ministre.
Ceux qui croient que les appels d’offres stoppent la corruption ne connaissent pas Khalida Toumi !!! Elle camoufle des contrats gré à gré en marchés en bonne et due forme !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Dim 29 Juil - 16:43

C. LA MINISTRE A CANNE: cinéma algérien ou corruption?

La soi-disant manifestation algérienne à Cannes organisée par le ministère de la culture en 2007 a coûté 300 000 euros. En guise « d’hommage à Mohamed Lakhdar Hamina », il y a eu une petite réception à laquelle moins de vingt personnes ont assisté, dont la majorité sont des Algériens résidants en France. Il n’y a eu ni réalisateurs, ni producteurs étrangers ! Cette histoire de « rencontre autour du cinéma algérien » : du bidon ! Comment faire une « Rencontre sur le cinéma algérien » en marge du Festival de Canne alors qu’aucun film algérien n’était programmé à cette manifestation ?
C’est l’Agence de Rayonnement Culturel (ARC) qui s’est chargée de la préparation de la « manifestation ». Son directeur est Orif Mustapha.
La manifestation de Cannes a consisté à louer une salle pour la conférence et commander un dîner dans un restaurant. Le dîner n’a pas eu lieu parce que les « invités » n’étaient pas venus !!! La manifestation algérienne a eu lieu durant l’hommage au cinéma du Burkina Faso, un pays respectable dont la production cinématographique est importante, qui est connu pour son sérieux et qui a préparé sa manifestation avec sérieux. Vous croyez que les gens du Burkina Faso peuvent payer 300 000 euros ? Pourtant ils ont fait leur manifestation ! Les prix des salles, des restaurants sont pareils pour tout le monde à cannes !! Comment donc arriver à 300 000 euros pour la réservation d’une salle de conférence et un dîner non consommé ainsi que l’achat d’une page de publicité dans une revue bidon !!! Demandez à Orif et à ses accompagnateurs de vous donner les dépliants et documents réalisés pour cette occasion ou les articles de presse française à son sujet !!! Rien !
Gonfler les factures : c’est la méthode qu’utilise la ministre pour voler !!!
Personne ne se rend compte en Algérie, d’autant que si quelqu’un doit demander des comptes à Orif (ARC) c’est sa complice, la ministre.
Etaient présents à Cannes avec Orif et la ministre :
1. Le directeur du CNCA, Ait Oumeziane, qui était toujours saoul à Cannes.
2. Lamine Merbah, ex directeur de l’ENPA, actuel président de la commission de lecture du FDATIC et ex président de la commission de lecture de « Alger capitale culturelle arabe 2007 ».
3. Mazif Sid Ali. Son dernier film, le documentaire sur les femmes présenté en février dans le cadre de « Alger 2007 », est entièrement fait avec des documents d’archives de la télé. Il fait passer un film d’archives pour un documentaire, alors qu’il a empoché 4 000 000 DA. Comme il a montré la ministre et Mme Sator dans son film, elle ne lui demandera pas des comptes !!! Voila un autre détournement, car en réalité ce film d’archives n’a pas coûté 200 000 DA !!!

L’AGENCE DE RAYONNEMENT CULTUREL (ARC)

Personne ne peut demander des comptes à Orif si ce n’est la ministre. Comment le chef du gouvernement ou le ministre des finances peuvent-ils savoir que cette manifestation bidon n’a pas coûté 300 000 euros ? Impossible ! Le prochain ministre, s’il est intègre, n’y verra que du feu.
L’ARC est une entreprise du ministère qui a sa propre comptabilité. Son directeur (Orif) n’a rien à craindre sauf si l’inspection générale ou la cour des compte ou l’IGF s’en mêlent. Mais qui alertera ces contrôleurs ? La ministre ! C’est elle le cerveau de la corruption au ministère de la culture !
Pourquoi elle a créé l’ARC ? Pour détourner de l’argent. Car l’Algérie n’a pas besoin d’une entreprise pour organiser des manifestations culturelles à l’étranger ! Même l’Egypte n’a pas ce genre d’agence. Depuis 1962, c’étaient les cadres du ministère qui organisaient des manifestations à l’étranger.
En France, l’Agence (AFAA) est une entreprise économique qui fait des recettes, alors que la notre sert à voler ! Le siège de cette soi-disant agence ARC est le Palais Rouge ou la Palais du Souf, à la Casbah. Il n’y a pas trois personnes ! Même pas de secrétaire ! Comment une agence qui n’a pas une secrétaire peut-elle organiser une rencontre sur le cinéma à Paris ? Orif n’a même pas capable de vous citer le nom de trois cinéastes algériens et aucun nom de cinéaste étranger !

D. Lamine MERBAH :

- Lamine Merbah était directeur de l’ENPA. Lorsque l’entreprise allait être liquidée, il a détourné des milliards destinés à la production de films. Tous les cinéastes le savent. Pourquoi n’est-il pas parti en prison ? Pourquoi elle le garde ?
En 2004, dans le cadre du 50ème anniversaire de novembre, Lamine Merbah a bénéficié de 75 000 000 DA pour produire un film d’animation sur la révolution algérienne. Il a été payé par le biais de l’ONCI. A ce jour, ce film n’est pas sorti et ne sortira jamais tant qu’il a la bénédiction de la ministre qui le couvre. Avec cet argent, Merbah a créé une entreprise qui s’appelle « Amine Intaj » et acheté du matériel et des caméras !!! La manifestation « du cinquantième anniversaire de Novembre, en 2004 » n’a pas été sanctionnée par une expertise comptable. L’ONCI n’a donné aux directions du ministère de la culture (direction de l’administration et des moyens) aucune information sur les projets financés dans le cadre de Novembre 2004 (cinéma, théâtre, musique…).
Aujourd’hui Merbah continue de voler, car il est protégé. En récompense, Toumi l’a nommé président du département cinéma dans la manifestation « Alger 2007 ».
Vous voyez comment il est facile de voler des milliards en Algérie ? Vous voyez comment Toumi et ses complices détournent de l’argent ?
Il y a même des producteurs qui ont pris de l’argent dans le cadre de l’Année de l’Algérie en France (2003) et qui n’ont pas fait leurs projets à ce jour !!!
Alger 2007 a financé 22 films de fiction (subvention de 10 000000 DA par film), 42 documentaires (subvention de 4000 000 DA) et 40 téléfilms. Combien ont été réalisés ? Trois ou quatre documentaires dont le film d’archives sur les femmes, de Mazif cité plus haut. C’est tout ! Combien seront réalisée ? Aucun !!! Pourquoi ? Parce que les producteurs bénéficiaires de subventions n’ont pas d’argent et veulent faire des films qui coûtent entre 3 et 6 milliards !!! S’ils n’ont pas d’argent à investir dans leurs projets, pourquoi l’Etat leur donne-t-il des subventions ? Pourquoi subventionner quelqu’un qui n’a pas suffisamment d’argent pour faire un film ?
Demain, un ministre honnête arrive : il ne saura jamais que des gens ont pris de l’argent et n’ont pas réalisé leurs projets ! Il ne saura jamais que l’ONCI ou le CNCA ont bénéficié d’un budget pour financer des activités et des produits culturels, que Merbah et d’autres ont bénéficié de subventions…
Pour détourner du fric à son profit, Toumi a créé les conditions pour que des producteurs, des éditeurs et d’autres gens malhonnêtes puissent voler ! Il n’y a aucune possibilité de suivi car les dossiers restent à l’ONCI ! Demain, comment un ministre honnête pourra-t-il savoir que Merbah a pris de l’argent dans le cadre de Alger 2007 ou du 50ème anniversaire de 2004 ou l’année de l’Algérie en France ? Impossible !! Pour voler, elle autorise que d’autres puissent voler ! Les vautours s’entourent de vautours !!!

E. LE FILM SUR L’EMIR ABDELKADER

En 2006, le ministère a eu un budget pour « l’étude d’un projet de film sur l’Emir Abdelkader ». Allez comprendre ce que cela veut dire mais c’est ça !!! C’est sous cet intitulé que Toumi a demandé du fric au ministère des finances ! Qui lui a octroyé la somme demandée pour cette « étude » dont l »intitulé même est bidon !! Il ne s’agit pas de l’écriture du scénario car le scénario existe déjà ! Ni de la production. Car pour la production de ce film, elle a demandé au ministère des Finances 120 millions d’euros !!! Lamine Merbah a dû lui dire que les films hollywoodiens coûtent ce prix-là. Donc pourquoi ne pas demander une somme hollywoodienne ? Espérons que le ministère des Finances va se rendre compte que c’est de la pure arnaque !
Mais il a accordé 3 000 000 0,00 DA pour l’étude bidon intitulée « étude d’un projet de film sur l’Emir Abdelkader »!!! Qui va bouffer ces 3 milliards ?
Ahmed Bedjaoui et Lamine Merbah ont été nommés chefs e projet de film sur l’Emir Abdelkader !!! Il faut trois milliards pour trouver un scénariste (américain ? français ?…) en vue de réécrire le scénario existant et chercher un réalisateur (américain, japonais, français… ?) pour le faire ? Vraiment, ils sont en train de chercher un réalisateur américain pour faire un film sur l’Emir Abdelkader ! La débilité côtoie la corruption !
Les cadres du ministère des finances ne connaissent malheureusement rien aux choses de la culture, alors la ministre leur demande des sommes astronomiques ! Ils s’exécutent car ils ne pensent pas qu’un ministre soit capable de tels mensonges pour détourner du fric !!! Oui, c’est aussi simple que cela de voler !!! Le ministre Benachenhou, lui, savait qu’elle dilapidait du fric.
Pourquoi donner le projet à Merbah et à Bedjaoui alors qu’ils ne sont pas fonctionnaires du ministère de la culture ? Vous avez vu d’autres ministères charger de simples consultants de projets aussi importants ? Comment peuvent-ils signer des documents alors qu’ils n’ont pas de cacher officiel ?
Orif était le Chef de projet du musée d’art moderne pendant une année, bien avant de devenir un employé du ministère !!! Conséquence : il a ramené Faidi qui a empoché 4,3 milliards pour une simple étude d’aménagement !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Dim 29 Juil - 16:44

F. LES FILMS DE ALGER CAPITALE 2007 :

Lamine Merbah était président de la commission de lecture du département audiovisuel de « Alger 2007 ». Les membres de cette commission de lecture étaient payés à raison de 8000 DA par scénario !!! Ils ont « lu » 280 scénarios en quatre mois !
- le film « INDIGENE » de Bouchareb Rachid a eu 4 000 000 DA dans le cadre de Alger 2007 ! Alors que ce film est sorti depuis plus de six mois. C’est un film français. Le nom du ministère algérien de la culture ne figure même pas au générique !! Comment donner de l’argent à un film déjà sorti et qui, de plus, insulte notre histoire !! « Indigène » montre les Algériens comme des amoureux de la France qui vont combattre contre Hitler pour défendre leur « mère la France » !!!
- Il y a un faux « cinéaste » qui a bénéficié de 4000 000 DA pour faire un film, « Lahbib Benyakhlef et le MALG. » et 10 000 000 DA pour un autre film qui s’appelle « Assarouf ». Ce « cinéaste » escroc travaille dans une pizzeria à New York !!! Il n’a jamais réalisé de film de sa vie !!! Il n’est pas cinéaste ! Il vit aux USA, il a pris du fric et est parti… Son nom est Amine Kais Seddikioui et son entreprise s’appelle « Ekosia ». Amitiés de la ministre !!! Il suffit de créer une « entreprise de production » et de demander de l’argent au ministère. Avec le piston on a des milliards !!! Puis on disparaît dans la nature.
- Une autre cinéaste qui vit en Irlande a reçu de l’argent de Alger 2007 pour faire un film sur « Le rôle des Juifs dans la musique chaabi » !!! Avec l’argent algérien de Alger 2007 !!

G. GROS DETROUENEMENTS AU PATRIMOINE

Les projets inscrits dans le secteur du patrimoine du Ministère de la culture sont composés essentiellement d’études de restauration. Des centaines d’études sont inscrites pour des sommes faramineuses (entre 1 et 3 milliards par étude) ! Mais il n’y a aucune opération de restauration inscrite. Comment peut-on inscrire (au programme de l’Etat) des études de restauration alors que la restauration elle-même ne se fait pas ? Peut-on faire des études d’architecture pour des stades sans jamais construire de stades ? Si on le fait c’est qu’il y a quelque chose d’anormal. Oui, le ministère de la culture inscrit des centaines d’études pour la restauration de sites mais il n’y a que très peu de restauration car il n’y a pas quatre entreprises algériennes spécialisées dans la restauration du patrimoine!!! Alors pourquoi fait-on des études dans ce cas ? Pour donner des marchés à trois bureaux d’études : Gore, Archimède… Le ministère des Finances ne voit pas ces aberrations ? Non, bien que cela saute aux yeux et dure depuis des années !!!
L'affaire de PKZ traitée par le journal Al Fadjr n'est pas de la blague! Le dossier Patrimoine est une grande affaire !!! Il ne s’agit pas d’une petite affaire de 4 ou dix milliards dont parle Al Fadjr!! Oui, 10 milliards c’est une petite affaire dans ce ministère !!!

H. VIVE « DAMAS, CAPITALE ARABE 2008 SANS CORRUPTION » !

Les Syriens sont en train de préparer Damas, capitale de la culture arabe 2008. Eux ne pensent pas à voler et détourner de l’argent mais à promouvoir la culture de leur pays. Il y aura des écrans sur toutes les places publiques et dans tous les moyens de transport (trains, bus), des animations sur l’ensemble du pays, des manifestations, des subventions de projets d’artistes. Car leur ministre n’est pas un voleur et ne s’entoure pas de voleurs !!!

IV. L’EX DIRECTEUR DE LA CULTURE DE BOUMERDES : 2 milliards !!

L’ex directeur de la culture de Boumerdès (M. Bekki) a détourné 20 000 000,00 DA. Deux milliards ! Comme sanction, il a été mis fin à ses fonctions en mars 2006. il continue de percevoir son salaire ! Pourquoi il n’a pas été traîné devant un tribunal ? Amitiés de la ministre, quand tu nous tiens…
Est-ce qu’un ministre intègre permet à autant de gens de voler ? Les Orif, les Merbah, les Bentorki, Bekki…

V. PRET DE 17.000 000,00 DA

En 2004, le Crédit Populaire Algérien a accordé à Khalida Toumi un prêt de 17.000 000,00 DA.

VI. ACHAT D’UNE VILLA PAR KHALIDA TOUMI,

Toumi a acheté une villa à Telemly au prix de 30 000 000,00 DA. En vérité, son prix doit être au moins le double.
Comment peut-elle acheter une villa à ce prix-là en 2005 alors que les salaires des ministres sont connus ?

VII. LICENCIEMENT DES CADRES DU MINISTERE DE LA CULTURE

La croisade de Toumi contre les cadres intègres du ministère de la culture et leur remplacement par des fonctionnaires à la solde, des beni oui-oui ou des corrompus lui permet d’écarter tous les gêneurs pour voler impunément!
Les premiers gêneurs :
En janvier 2006 : licenciement de Said Tebbani,
En mars 2006 : licenciement de Allim Saïd, le sous directeur du budget
En mars 2006 : licenciement de Meftahi, sous directeur des moyens généraux.
Evidemment, licencier les cadres intègres de la direction la plus sensible : l’administration et les moyens, direction qui gère l’argent, qui signe les contrats et conventions, avalise ou rejette les marchés !

Les autres gêneurs :
Khalida Toumi a licencié douze (16) directeurs de la culture en mars 2007. Certains d’entre eux étaient près de la retraite avec 16 ou 20 ans d’expérience ! Elle n'a pas de respect pour les compétences ni de pitié pour les vieux. D’eux de ces cadres ont eu des attaques cardiaques après avoir été écartés.
A propos du Directeur de la culture de Sétif, Toumi disait récemment qu’elle l’a licencié à cause du théâtre romain de Timgad qui risque d’être déclassé. Menteuse ! Non, ce directeur est un homme très compétent, la preuve, le wali de Sétif l’a recruté lorsque Toumi a mis fin à ses fonctions ! Le directeur de Tipasa, Sahi, très compétent mais pas corrompu, et qui connaît certaines affaires de corruption sur la direction du Patrimoine : donc il est remplacé. Enlever seize directeurs compétents, c’est un crime !
Un de ceux qu’elle a désigné comme directeur de culture de wilaya est encore en stage en France ! Il se spécialise dans la restauration des objets muséographiques en métal. Pourquoi l’envoyer en formation si c’est pour en faire un directeur de la culture alors qu’il sera plus utile dans un musée ? Il a refusé le poste car il compte rester en France !!!
Cet acte est le plus criminel commis contre la culture depuis 62 !!!
- En décembre 2006, licenciement de Mme Mokrani, ex directrice de l’INSM (cas évoqué plus haut). Celle qui a refusé la corruption est remplacée par celle dont l’oncle a pris le marché de la salle de concert : Mme Sator, une ignorante, qui se prétend médecin, qui devient directrice de l’Institut supérieur de musique !!! La boqala à l’INSM !!!
- En mars 2007, licenciement de El Hadj Tahar Ali, directeur du développement et de la promotion des arts, écrivain, grand reporter et ex fondateur du quotidien Elhayet El Arabia.
- En mai 2007, licenciement de Mme ZOGHBI, directrice du Ballet national
- En juin 2007, licenciement de Aboulkacem, directeur du Bastion 23. Un homme intègre et compétent ! M. Aboulkacem, est un cadre qui ne fait pas partie des clans de la ministre, ni de ceux qui brossent dans le sens du poil, ni de ceux qui bouffent.
- En juillet 2007, licenciement de Tidjini, directeur de l’OREF, l’incorruptible dont on a parlé plus haut. Sous prétextes que l’OREF est mal géré ! Les locataires (dont Orif qui y possède une galerie d’art, la galerie Isma) ne paient pas leurs loyers car il n’y a plus de clients. Comment Tidjini peut-il réactiver l’OREF sans argent et sans visiteurs, surtout quand la ministre lui met des bâtons dans les roues car il n’est pas corrompu ?

Les gens intègres et honnêtes sont licenciés, les corrompus restent avec Toumi la corrompue, surtout quand ils occupent des postes importants…

Les autres se taisent.

Comment la Présidence peut-elle avaliser ces fins de fonction alors que ces cadres ont des décrets présidentiels !!!!

C’est ça l’Algérie ?

On met aussi facilement fin aux fonctions d’un cadre supérieur de l’Etat aussi facilement, au bon vouloir d’un ministre, sans que la présidence ne fasse une enquête ?


Une femme avide et corrompue qui se comporte avec des cadres comme s’ils étaient des serviettes jetables, une honte dans ce pays !

Une maffia à la tête de la culture algérienne !!


SIGNE : DES CADRES DU MINISTERE DE LA CULTURE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Mar 31 Juil - 21:03

Assalam;



Déplaisant d’avoir à en rajouter sur les frasques et l’irresponsabilité de celle qui fut un jour, l’amie de la porte parole du sionisme le plus abject, raciste, et le plus hideux, Elyzabeth Chemla, laquelle lui a offert d’être l’auteur du livre anti-Algérien, « Une Algérienne debout ! » je crois, à moins d’être en réalité « une Algérienne soumise et couchée ! »
C’est vrai en ces temps là, du début 90’s, l’ennemi Algérien, de surcroît, arabe, musulman, amazighe, émigré, se confondait avec ce qu’il y avait de plus vomissable dans l’inconscient des masses françaises et européennes, manipulables à merci par les médias gaulois, qui entendaient se servir de leurs escouades sionistes, avec entre autres, les zombies Finkelkraut, Alexandre Adler, et comparses, pour à la fois se venger de ces résistants Algériens qui avaient osé revendiquer et recouvrer leur « Algérie de papa », et pire, les défier et les narguer en soutenant ouvertement les Palestiniens !

Khalida Messaoudi, donc, ou redevenue Toumi, la députée désignée, l’ambassadrice des janviéristes pour la négation des droits humains des Algériens, la conseillère présidentielle, puis la ministre de ce que l’on a coutume d’appeler par habitude, de la « Culture », occupation d’un espace oblige, après avoir été compagnon de voyage en Israël, compagnon, d’une aventure au sein d’un parti dont les chefs « se sont trompés de Peuple », a décidé de se faire imposer par les décideurs, ministre de la Culture, à défaut de Présider un parti qui se dit être lui aussi pour la culture et la démocratie, sauf qu’il ne possède qu’un seul poste de « Président », même si la denrée rare pour cette équipe, se trouve être justement celle de la rareté des militants et surtout des électeurs, même si l’on n’est point regardant sur la qualité, vu qu’une voix demeure une voix, ce qu’aurait apprécié l’autre face de la même médaille, le tribun Benhadj, qui à sa façon, était le pendant, voir, le complément nécessaire à l’existence de ces « démocrates », et ces autres chantres de la « culture » à défaut de « culte » du … pouvoir, de décider, de régir la société, malgré la pluralité de ses membres, et enfin nier la liberté du Citoyen, car de citoyen, il ne saurait être question en République « démocratique », ou en Califa appliquant la « chari’a », consacrée par les « Salafs » fussent-ils sanguinaires.

Khalida, nous est présentée aujourd’hui comme ayant permis que couve dans son ministère, une maffia au service d’Alger, capitale de la « culture arabe ».

Je tiens à me défier d’un jugement aussi peu serein, car il n’appartient qu’à la Justice, de rendre son verdict, en l’espèce, mais à priori je constate qu’il n’y a aucune plainte déposée à l’encontre de l’infortunée, pasionaria des « médias éradicateurs », Khalida, qui a pourtant rendu d’éminents services, à la « CAUSE », oui, la cause, celle-là même, qui un jour de Janvier 1992, fut utilisée pour brider et soumettre à la force, la Justice de notre pays, et surtout, pour placer notre armée, nos services de sécurité, et notre justice, au service de ceux qui, sans foi ni loi, ont mis le pays en coupe réglée depuis la rébellion contre le GPRA, de l’EMG, en 1962, alors même que, les paraphes des Accords d’Evian, n’avaient encore pas séché !

Vouloir aujourd’hui guérir le « mal de la corruption », en s’en prenant d’une manière aussi grossière et si peu courtoise à l’endroit de Dame Khalida, et de ses « sbires », c’est de mon humble point de vue, manquer de tact, à l’égard de cette battante, qui a toujours exécuté toutes les partitions que les « décideurs » lui ont demandé de jouer, comme tout scout, formée à l’école de la JFLN….

Pardonnez à Khalida, d’avoir cru que la Loi, le Code des Marchés Publics, la réglementation, les Budgets, le Trésor et le rôle d’ordonnateur, ne se confondent pas, avec la Messe des émissions de grande écoute sur les Télévisions françaises, pour tromper les téléspectateurs qui se veulent par principe crédules, dès que l’on les brosse dans le sens de leurs passions et qu’on met en exergue leurs fantasmes, anti-algériens.

Allez, concluons, que remettre en question la fidélité de Khalida au système qui l’a créée, ou vouloir mesurer ses performances de gestionnaire des deniers de l’Etat, à l’aune des critères applicables aux fonctionnaires et autres commis de l’Etat Algérien, c’est commettre un impair irréparable vis-à-vis de la nature prédatrice qui a caractérisé le système rentier Algérien.
Tenter de réhabiliter le système Algérien de la cooptation, c’est l’exposer à l’implosion, et risquer de le remplacer par des titulaires tout aussi "corrompus".
Alors de grâce, continuons de dormir dans des logements, construits avec du fer irradié de Tchernobyl, mais pourtant payés ou disons, dont l’argent a été transféré par les banques Algériennes, vers d’autres cieux, d’où ils nous sont revenus, par la grâce de l’investissement « national » et du blanchiment si chère aux amis de Touati, et à l'ombre des passe droits permis autant par les opportuns GIA et son corollaire, le GSPC, et donc la "lutte contre le terrorisme islamiste", que l'allégeance aux apparatchiks et le "savoir faire pour magouiller en salon, autour d'un bon verre de Scotch", sous forme d’investissement dans des « pompes à fric », pendant que vos "investissements" par affectation de lots de terrains pour "services rendus", fructifient dans les vergers irrigués de la Mitidja, à côté des "commissions" perçues pour "autoriser tel ou tel marché" avec les "partenaires étrangers" qui ont besoin de "SPONSORS" particulièrement bien introduits, et surtout non concernés pour ne pas dire immunes aux Lois qui ne concernent que vous et moi, c'est-à-dire les algéRIENS !!!

La culture, c’est aussi cela: L’économie de bazar, après " l'économie de guerre", à la De Bernis, d'Abdeslam, ou bien le culte de la légende Agrograin, Cevital, ou bien euh.... Tonic, ou Cevital... sous la protection de Touati et ses amis, Belkheïr et consorts qui ont "sauvé leur Algérie, à eux du bon vin et de la luxure" de sombrer dans le respect des traditions de notre Peuple, du développement pour tous, et dans l'Islam de la mou3amala, et du respect d'autrui, du Peuple et des Lois immuables d'Allah, pardi !!!
Twisted Evil Twisted Evil Rolling Eyes Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Mer 1 Aoû - 13:45

Assalam;

REBRAB par ici, REBRAB, par là, CEVITAL demain deuxième Société Nationale après SH, qui dit mieux ?

L'Algérie, a-t-elle eu la grâce d'avoir un MESSIE industriel ?
Notre constructeur de CONGLOMERAT dont la réussite foudroyante, est dûe EXCLUSIVEMENT " à la guerre aux terroristes Algériens" qui veulent partager la "rente avec les Happy few", voir se substituer aux "Patriotes", écume la Planète Canada, à la recherche de cette denrée rare, les "managers", car en effet, devenir multimilliardaire en un clin d'oeil, sans autre atout qu'un carnet d'adresses conséquent, et un culot à faire se pâmer d'aise Chahina Ines ou les sbires des éradicateurs d'Algériens, voila en effet une clef apte à vous ouvrir la caverne d'Ali Baba, et à renvoyer à leurx chères études les PHD de Harvard, Stanford, UCLA, Dauphine, London Scool of Economics !

Je ne veux point paraître envieux vis-à-vis de quelqu’un qui a su se hisser à la première place du podium des capitaines d’industrie algériens, mais cependant cette constatation me laisse quelque peu pantois.

En effet, je sais d’expérience que quelque soient la nature de vos apports, l’accès auprès des banques algériennes, aux crédits d’investissements, ainsi qu’à l’obtention du Registre de Commerce, avec Mention : « Commerce extérieur, Import Export », en fins 1980’s puis début des années 1990’s, n’était réservé qu’à ceux qui pouvait montrer la « pièce non écrite », mais pourtant « sine qua non », de l’appui de Si Flène, si possible avec une casquette, qui écarte de vous et de ceux qui détiennent la signature pour la délivrance de ces deux Sésames pour la « caverne d’Ali Baba », toute tentative de contrôle ou de racket !

Admettons, maintenant que Si Rebrab, qui avait déjà bénéficié de quelques « interventions idoines et opportunes », quand il le fallait, à la date où c’était nécessaire, pour créer sur le gras de la SNS, que l’on délestait de ses activités à forte valeur ajoutée, au profit de « vautours » comme les appelait Abdeslam, qui a pourtant permis de guerre lasse, la constitution de ces duchés, tout en rendant un hommage appuyé sans jeu de mots, aux rusés et immoraux cadres qui dépeçaient l’une des plus belles réalisations algériennes, pour entrer dans ce qu’ils appelaient alors, l’économie de marché, et que nous appelons aujourd’hui, « l’économie du toc et du Bazar » !

Mais tout cela, même la cession au DA symbolique, ou à quelque chose près, du projet SNS, devenu METALSIDER, puis la pompe à fric, grâce à Selim SADI, opportunément devenu Ministre de l’Industrie Lourde, et les prébendes qui vont suivre, avec d’autres ministres, pour juguler la « pénurie du rond à béton » artificiellement créée, juste au moment où nos importateurs en herbe, se faisaient les dents, sur le marché extérieur, tout comme les quasi monopoles dans toutes les activités commerciales, comme AGROGRAIN, qui concernaient les produits de première nécessité, offerts à ceux qui avaient accès aux financements extérieurs, en toute priorité, relations occultes obligent, ne peuvent m’expliquer la soudaine progression exponentielle, des avoirs du capitaine ou plutôt du « général d’industrie », à moins que le grade se confonde avec la « lutte contre le terrorisme », et nécessite ce faisant de pouvoir ignorer les Lois de finance, la réglementation du Commerce extérieur, la douane, la réglementation bancaire, et que certains algériens, soient régis par les Lois occultes des Salons d’Alger, et des bureaux feutrés de ministères ou de villas d’Etat, pendant que les industriels de formation, eux ne soient au contraire soumis à l’arbitraire des « guichetiers » du Registre du Commerce, des agences bancaires, et enfin des demandeurs de formulaires….. !

Ce n’est guère de gaîté de cœur que les cadres les plus compétents de ce pays, font la queue devant les Consulats, mais c’est peut-être justement qu’aux Rebrab, dont la fortune dans tous les sens du terme, profite aux seules personnalités « occultes », dont elle n’est que la partie émergée de l’iceberg, il est préférable pour l’Algérie, de substituer les compétences algériennes, liées aux seuls intérêts algériens, mais surtout respectueuses des règles et procédures édictées pour tous les Algériens.

Le reste n’est que paroles d’aigris, et je pense, que Rebrab et ses « financiers », ainsi que ses actionnaires « inconnus », ont le droit de profiter pleinement des fruits de leur réussite, tant qu’ils ne portent pas atteinte à la souveraineté nationale, mais tout de même, en se pliant dorénavant que le tremplin financier leur a permis d’atteindre les sommets enfin, aux règles en usage en Algérie, qui n’est plus la « vache à traire », par les Happy few !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements   Aujourd'hui à 21:27

Revenir en haut Aller en bas
 
ALGER Capitale de L'INCULTURE et des détournements
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1954: En été - Témoignage en visuel et en rêve - Port d'Alger - (Algérie)
» Mgr Pavy, Evêque d'Alger
» Lucy débarque à Alger !
» ANAMNESE temps capitale pour le diagnostic
» l'islam a obtenu sa capitale Européenne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: