Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 SOUBHANA MOUQALIB EL QOULOUB...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: SOUBHANA MOUQALIB EL QOULOUB...   Jeu 11 Aoû - 23:24

Essalamou âla ahli essounnati wel jamâa...


Quand je l'ai connu, il faisait des conférences en France sur l'ex:FIS et la lutte armée contre le taghout et parmi ses phrases inoubliables, il disait:
-Si le pouvoir Algérien est Musulman le gvt Français durant la colonisation l'est aussi.
Dans certaines conférences il était appuyé par Da Rachid, Si Mozrag, Kraouche, etc...mais ses idées étaient les mêmes, sauf qu'à partir de 1999, le personnage a changé de direction puisque il avait osé dire sur El Jazeera, que:
-La lutte armée (qu'il nommait JIHAD en 94), fait partie du passé.
Il la nommait Jihad dans Le Critère, et autres tracts qui rapportaient les exploits des frères en Algérie.
Mais qui pousse les gens à changer de cap aussi vite et aussi loin des idées premières..??


DJAÂFAR EL HOUARI, ANCIEN PORTE-PAROLE DE L’EX-PARTI EN FRANCE
«Le FIS s’est trompé»


L'Expression, 10 août 2005 - Page : 3

Ce responsable a fait montre de beaucoup d’audace pour faire la critique
de son parti.

Invité sur les plateaux de la chaîne arabe satellitaire Démocratie,
Djaâfar El Houari, leader islamiste installé à Londres, reconnaît que le
FIS «avait commis beaucoup d’erreurs» et que la réconciliation
nationale, vaste projet politique lancé par le président de la
République Abdelaziz Bouteflika envers les islamistes, «représente une
opportunité historique à saisir». Emboîtant le pas à Abassi Madani, qui,
à partir de son exil à Kuala Lumpur, avait fait l’éloge de la
réconciliation et demandé à ce qu’on «donne sa chance à la paix en
Algérie», Djaâfer El Houari n’a pas tari d’éloges de l’amnistie générale
et la réconciliation nationale, dans une tentative évidente de
s’insinuer dans le jeu démocratique avec l’aplomb d’un démocrate.
Participant au débat sur la réconciliation en Algérie, Abderrezak Mokri,
un des leaders du MSP, et un de ceux qui avaient tenté un approchement
entre le pouvoir et le FIS, en 1994, ne trouvait pas assez de mots pour
qualifier «la courageuse position de Djaâfer El Houari, dans un contexte
caractérisé par l’attentisme». Ancien président de la «Fraternité
algérienne en France» (FAF), dont il est un des fondateurs avec Moussa
Kraouche et Ahmed Boudjaâdar, il représentait aussi le Front islamique
du salut dans l’Hexagone.
Djaâfar El Houari a été touché par la vague d’arrestations qui a ciblée,
dès 1994, des islamistes algériens installés à Paris. En 1986, comme
beaucoup d’autres leaders du FIS, il s’installe à Londres, le
«Londonistan», capitale d’un royaume réputé pour être l’incarnation de
la démocratie, où il vit depuis lors, aux côtés d’autres islamistes
algériens radicaux de la trempe de Kamereddine Kherbane, Abdellah Anas,
Mohamed Denideni, Ahmed Chouchane, etc.
Il y a quelques mois, et à la faveur du nouveau débat, à l’époque, sur
la réconciliation, Kherbane et Anas, deux anciens du MAK Afghan «Makteb
el Khadamat»), avaient montré de nouvelles dispositions pour le
rétablissement d’une réconciliation politique en Algérie.
Bien qu’il partage les erreurs de la «décennie terroriste» entre les
islamistes du FIS et le pouvoir de l’époque, Djaâfar El Houari est bel
et bien le premier des leaders du parti dissous vivant en exil à
s’exprimer sur les erreurs commises par son parti et à en endosser une
bonne partie. Avant lui, des ex-leaders vivant en Algérie avaient fait
leur mea-culpa politico-religieux : Hachemi Sahnouni, Ahmed Merrani,
Bachir Fkir, Ali Ayya, Mohamed Kerrar, etc. Durant la même émission,
Abderrezak Mokri devait dévoiler cette information, restée longtemps
hors de portée du grand public: en 1994, quatre leaders du MSP, dont
Mokri et Boudjerra Soltani, ont rendu visite à deux leaders du FIS.
Ali Djeddi et Abdelkader Boukhamkham, pour leur signifier que le chef de
l’Etat, Liamine Zeroual, acceptait de libérer tous les leaders du FIS
emprisonnés (Abassi Madani, Ali Benhadj.
>Ali Djeddi, Abdelkader Boukhamkham, Noureddine Chigara, Kamel Guemazi,
Omar Abdelkader et Abdelkader Hachani, Ndlr) et leur permettrait
l’activité politique sous un autre sigle que le FIS, moyennant deux
seules et uniques conditions: la direction du parti devrait se défaire
de son ancienne appellation et se démarquer de façon claire et sans
aucune ambiguïté des actes de violence et des groupes armés. Ce ne fut
jamais fait. Pourquoi?
Si le «débat concordiste» est mené à l’étranger de manière sérieuse et
rigoureuse, il semble bien qu’en Algérie, les choses piétinent, bien
que, de manière quasi certaine, le président de la République ait
délibérément laissé la décantation se faire tant au niveau des partis
politiques qu’au niveau de la société pour avoir une vision plus nette
et plus variée à propos de la réconciliation nationale, et de tout ce
qui se dit à ce sujet dans tous les segments du quotidien en Algérie. La
seule structure «semi-officielle» qui a pris corps dans cette
perspective avait été la Commission nationale pour l’amnistie générale
(Cnag), et on sait aujourd’hui où en sont arrivées les choses: c’est une
commission éclatée en trois mouvements distincts, qui s’entre- déchirent
et s’accusent de détournements d’argent. Les partis, pour leur part, et
en l’absence d’objectifs clairs définissant les visées de l’amnistie,
font du suivisme populiste, puisant largement dans les formules
théologiques et les credos nationalistes et fédérateurs, sans que rien
de concret ne soit proposé qui puisse constituer une base de données,
une plate-forme minimale de départ.
De toute façon, le président de la République prendra lui-même, dans les
tout prochains jours, les initiatives qu’il jugera les plus aptes à
concrétiser la réconciliation nationale, dont notamment un référendum
sur l’amnistie générale.


Fayçal OUKACI


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: SOUBHANA MOUQALIB EL QOULOUB...   Jeu 11 Aoû - 23:56

salam aleikom
Ouaga, t'a des nouvelles de Moussa Kharouch ou quoi? Il est où et il devient quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: SOUBHANA MOUQALIB EL QOULOUB...   Ven 12 Aoû - 0:50

Aux dernières nouvelles, il n'était plus en résidence surveillée, depuis qu'il a bénéficié d'un non-lieu en 2000, je crois bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SOUBHANA MOUQALIB EL QOULOUB...   Aujourd'hui à 21:30

Revenir en haut Aller en bas
 
SOUBHANA MOUQALIB EL QOULOUB...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les obligations de la prière
» Room Ta°ssil el 'Ilmi (Room server)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: