Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La presse Francaise est infestée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avous
Membre


Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: La presse Francaise est infestée   Jeu 15 Nov - 3:04

salam alecom

Que nous dit le figaro ?

"Une guerre avec la Syrie serait « au moins dix fois pire » pour Israël que le conflit qui avait éclaté le 12 juillet 2006, il y a tout juste un an, entre l'État hébreu et le Hezbollah. Les services de renseignements militaires israéliens ont lancé cet avertissement à l'occasion de l'anniversaire du conflit, prévenant qu'une telle confrontation pourrait voir le jour si le premier ministre israélien, Ehoud Olmert, n'engageait pas de sérieuses négociations de paix avec Damas.
Depuis que sa force de dissuasion a été mise à mal, l'été dernier, Israël observe la montée des périls l'entourant avec une inquiétude croissante. En attendant une très hypothétique relance du processus de paix israélo-syrien, Tsahal revient donc à ses fondamentaux : préparer la guerre pour avoir la paix.
Les renseignements militaires israéliens estiment que la Syrie ne recherche pas la confrontation armée avec Israël de façon imminente. Ils ont cependant observé une augmentation des préparatifs de l'armée syrienne en vue d'un conflit, depuis la guerre du Liban. De son côté, tirant les leçons de son échec au Liban, Tsahal a multiplié les exercices de grande envergure sur le plateau du Golan et à la frontière nord d'Israël, afin d'être préparée à la prochaine guerre."
... Les négociations avaient été interrompues en janvier 2000, en raison de divergences sur la question du Golan, occupé par Israël depuis 1967. La Syrie, qui a exercé un contrôle sans partage sur le Liban jusqu'en avril 2005, « y fait ce que bon lui semble. Elle permet à l'Iran d'armer le Hezbollah, l'arme massivement elle-même et le remet militairement sur pied », accuse le général Amos Gilad, conseiller auprès du ministre de la Défense, Ehoud Barak.... Selon les estimations de Tsahal, le Hezbollah a refait son stock d'armes et disposerait de missiles plus perfectionnés qu'auparavant. Israël a identifié une liste de cibles à frapper en Syrie. Mais si une guerre éclate, Damas a la capacité de frapper Tel Aviv avec des centaines de missiles.

Donc pour clarifier tout ça on a :
- les renseignement israeliens qui veulent engager des négociations de paix avec damas -> les israeliens = les gentils
- le négociation ont été interrompu en 2000 suite a des divergences sur le Golan -> là le francais moyen se dit : Golan isralien ou Syrien ?
- israel (gentil) tire des leçons du liban et se prépare -> quel courage, mais à quoi se préparent-ils ? aucune idée...
- le syrie a exercé un contrôle sans partage sur le Liban .... blablablabla -> Syrien = méchants
- israel a identifié des cibles à frapper -> israel (gentils) prépare bien ses attaques et vise des cibles précises (un peu comme les frappes chirurgicales des boys pour ceux qui connaissent...)
- Damas a la capacité de frapper Tel Aviv avec des centaines de missiles -> les syriens (méchants !) veulent frapper Tel Aviv ! avec des missiles !!! des machins Russes des années 50, précision PAS chirurgicale, toute une ville, avec ses civils : femme, enfants, qroud (singes), khanazir (porcs), tous pas de pitié !

Ce qu'on nous dit pas :
- israel maintient Ghaza hermétiquement fermé depuis juin dernier, 30% des enfants a gaza ont faim et plus de carburant donc plus d'electricité, plus d'électricité donc impossible de pomper l'eau, de faire fonctionner les hopitaux, selon le ministère palestinien de la santé il n'y a que 20% du matériel des hopitaux de disponible etc... et fait tout pour détourner l'attention sur l'Iran qui arme les LIBANAIS du hezbollah et veut produire une bombe alors qu'eux en ont des centaines. Décidémment israel devra attendre un peu avant de pouvoir occuper Beyrouth...
- Le Golan syrien annexé par israel couvre environ 1 250 km2 et sa population compte actuellement quelque 21 000 Arabes syriens répartis dans cinq villes principales, alors que 130 000 citoyens syriens vivaient dans quelque 200 villages et fermes avant 1967. Par ailleurs, environ 20 000 Israéliens vivent désormais sur le plateau du Golan, dans quelque 40 colonies. (Source : La croix rouge)
- les colonies juives illégales en Cisjordanie continuent de croitre et abritent désormais 267 500 Israéliens, un groupe qui s'accroît de 5,8 % par année, soit plus de trois fois le taux de croissance du reste de la population israélienne, qui est de 1,8 %. (Selon les chiffres officiels du gouvernement ISRAELIEN)
- M. ElBaradei le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré en octobre ne pas avoir de preuves que Téhéran fabriquait la bombe nucléaire. Que fait israel ? elle réclame jeudi le renvoi de Baradei (Source : AFP)
- Selon des experts étrangers, Israël qui a refusé de signer le Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires, dispose d'au moins 200 ogives nucléaires ainsi que de missiles longue portée et de sous-marins pouvant tirer des missiles balistiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: La presse Francaise est infestée   Ven 16 Nov - 21:52

SALAM

Bonne lecture.

Propagande médiatique
Guillaume Weill Raynal: « Les nouveaux désinformateurs »

L'Economiste 455-du 31 Oct. au 14 Nov. 2007
En France, ces dernières années – surtout depuis l'Intifadda II –, tout ce qui touche Israël, les Juifs, l'Islam, les Arabes, les banlieues…, est devenu l'enjeu d'une véritable guerre sémantique. Des agents d'influence ou des « clercs de service » travaillent à valider des thèses inavouables. Guillaume Weill Raynal, avocat de formation – dans son dernier livre «Les nouveaux désinformateurs » (éd. Armand Colin) – traque dans les détails, exemples à l'appui, la désinformation, et démasque ceux qui sont à l'œuvre dans le paysage médiatique français. Entretien.


L'Economiste Maghrébin : Votre nouvel essai «Les nouveaux désinformateurs» s'attaque à un sujet compliqué et difficile, la désinformation. Comment naît-elle ? Quel est son processus de fabrication ? Et pour servir quelle cause ?

Guillaume Weill Raynal : La désinformation n’est qu’une exploitation, théorisée et mise en pratique sous forme systématisée, des ressources éternelles de la mauvaise foi humaine d’un côté, de la crédulité de l’autre. Voilà pourquoi il s’agit d’un phénomène difficile à cerner. Il recèle une part de spontanéité (l’envie qu’ont les gens d’être trompés, de croire à des clichés), et une part de manipulation qui consiste précisément, pour un petit nombre de personnes, à exploiter cette envie. C’est ce mélange qui rend l’analyse et la critique de la désinformation si difficiles. Il n’y a pas de «cabinet noir» avec des gens qui appuient sur un bouton, et hop, l’opinion est manipulée ! C’est beaucoup plus subtil. Mais il y a effectivement de véritables campagnes de manipulation, pensées, construites et mises en œuvre, où chaque instrument, comme dans un orchestre, joue sa partition. Si vous me permettez cette métaphore, la flûte et le triangle peuvent y avoir autant d’utilité que la grosse caisse ou les cymbales. Volkoff, le disait déjà il y a vingt ans : la désinformation n’est rien d’autre, en définitive, que l’application à la communication politique des techniques du marketing et de la publicité. Lorsque l’on sait, par exemple, que les thèmes de la campagne électorale de Sarkozy ont été définis lors de réunions de groupes « qualitatifs », calqués sur le modèle des réunions de consommateurs, je ne pense pas qu’évoquer la place grandissante que prend la désinformation dans une société de masse relève d’une vision du monde paranoïaque ou conspirationniste. Elle peut être mise au service de n’importe quelle cause. Il est impossible d’en décrire les processus de fabrication en quelques lignes. Une étude sommaire de ces processus couvre déjà un chapitre de mon livre. Pour faire court: le principe est toujours le même. Détourner l’attention, par le biais de l’émotion, des vrais enjeux au profit d’enjeux totalement artificiels. Faire réagir l’opinion aux problèmes de la planète comme s’il s’agissait d’un téléfilm sentimental et manichéen. Il y a une dizaine d’années, un film extraordinaire « Des hommes d’influence », avec Robert de Niro et Dustin Hofmann, mettait en scène ce type d’opérations avec un réalisme saisissant.

Comment expliquez-vous que la lutte contre l'antisémitisme soit instrumentalisée, détournée à ce point en France?
C’est une question que j’ai longuement étudiée dans mon premier livre « Une Haine imaginaire » (éd. Armand Colin), puis dans le deuxième, « Les nouveaux désinformateurs » (même éditeur). Je suis en train de préparer un troisième livre sur le sujet… Disons que la « question juive » hante l’imaginaire occidental. On ne raye pas d’un trait de plume 2000 ans de judéo-christianisme, jalonnés par l’antisémitisme et dont la Shoah a été le point culminant. Le mot « juif » symbolise dans cet imaginaire aussi bien l’image diabolique véhiculée par l’antisémitisme chrétien que la figure de la Victime, avec un V majuscule. L’ambivalence de ce mot en fait un oxymore sidérant : un mot tellement chargé et lourd de sens qu’il en vient à perdre tout sens. On peut utiliser ce mot comme on veut, car il bloque la réflexion. Dans une société qui sacralise la victime et l’émotion dans un registre nivelé à celui de la culture télévisuelle au sens péjoratif du terme, c’est pain béni : les voitures qui brûlent en banlieues, le voile dans les collèges, le conflit israélo-palestinien, la situation en Irak, le nucléaire iranien ne sont plus décryptés qu’à travers le prisme de l’antisémitisme, dont les méchants musulmans, où qu’ils soient à travers le monde, seraient les représentants exclusifs et exemplaires.

Sans pour autant céder à la vision conspirationnisme, qui sert souvent d'alibi, de nombreux intellectuels juifs et parfois non-juifs – Alain Finkielkraut, Jacques Tarnero, Pierre-André Taguieff, et d'autres – participent massivement à valider les argument
C'est l'un des points que j'avais analysés dans « Une haine imaginaire ». Tous ces intellectuels se contentent d'idées toutes faites, maquillées avec de jolis concepts sociologico-philosophiques, et négligent complètement l'examen de la réalité. C'est ainsi qu'entre 2002 et 2005, ils se sont mutuellement cités en boucle pour répéter inlassablement la même affirmation selon laquelle, en France, une déferlante de haine médiatique avait diabolisé, nazifié, Israël et les Juifs. Le problème est qu'aucun d'entre eux n'a jamais cité le moindre exemple précis de ce qu'il avançait. J'ai moi-même cité de très nombreux contre-exemples qui ruinaient totalement leurs thèses. Le rôle de ces intellectuels est particulièrement intéressant car ils constituent ce qu'on appelle, en termes de désinformation, la « caisse de résonance » : en tant que « relais », ils sont à la fois désinformateurs et désinformés. Ils ne sont pas forcément de mauvaise foi car ils partagent avec leur public le besoin de croire à des balivernes. Le problème est qu'ils jouissent sur le plan moral et intellectuel d'un tel prestige que leur public les croit sur parole. C'est la « nouvelle trahison des clercs ».

La frange la plus militante de la communauté juive et ses dirigeants, «travaillés» par des idées néoconservatrices venues notamment d'Amérique, tentent de reproduire en France le modèle d'organisation des juifs US. Tous ceux qui critiquent Israël sont tax
J'ai souligné dans « Les nouveaux désinformateurs » comment fonctionnait le «couplage» du thème de l'antisémitisme et de celui de l'antiaméricanisme. La formule n'est pas de moi mais de… Pierre-André Taguieff. Il utilise, précisément, ce couplage (là où je montre comment fonctionne son instrumentalisation, c'est ce qui nous distingue, lui et moi) pour soutenir l'idée que s'opposer à la guerre en Irak ou faire remarquer que George W. Bush n'est pas un génie relèverait peu ou prou d'une démarche antisémite. Cette idée grotesque a été à nouveau exploitée en France, lors des présidentielles. Il s'est trouvé des gens très sérieux pour soutenir que l'antisarkozysme était une forme d'antisémitisme ! Alain Finkielkraut s'est même livré à une démonstration particulièrement tordue pour expliquer que ce qu'il nomme la « passion égalitaire » du parti socialiste (PS) s'apparentait à ce que Benny Levy appelait le « meurtre du pasteur », c'est-à-dire le refus de la loi sinaïtique… Comme disait le sapeur Camembert, quand les bornes sont franchies, il n'y a pas de limites !

Allons plus loin dans l'explication. Dans votre livre, vous vous attardez longuement sur le cas du journaliste d'ARTE, Daniel Leconte, qui serait, selon vous, un « agent d'influence ». Comment fonctionne le « système Leconte » ?
Vladimir Volkoff avait écrit, en 1981, «Le Montage», un roman un peu oublié aujourd'hui (mais qui avait eu le Grand Prix du roman de l'Académie française) consacré à la désinformation soviétique qui sévissait alors en France et en Europe de l'Ouest. On sait que cette fiction avait été nourrie par une documentation très sérieuse sur les agents d'influence que la DGSE avait elle-même fournie à l'auteur. Le héros de ce roman est agent littéraire à Paris. Dessinez son profil sur un calque et superposez celui de Daniel Leconte : la similitude est caricaturale. Daniel Leconte gère un véritable « système », qui passe par une société de production audiovisuelle, qui vend des soirées clés en main à la chaîne ARTE, sur des thèmes toujours très orientés, par une collection de livres qui recycle les reportages diffusés précédemment sur ARTE etc. Daniel Leconte déguise en enquêtes journalistiques des reportages et des livres qui ne sont que des œuvres de propagande. Le tout avec une rare malhonnêteté intellectuelle. Il a été également de ceux qui ont monté de toutes pièces un procès truqué contre France 2 et Charles Enderlin destiné à faire croire que le reportage sur la mort du petit Mohamed Al Dura était un faux.

Entretien de HB

Source:
l'économiste Maghrébin[
http://www.leconomiste.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avous
Membre


Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 06/11/2007

MessageSujet: Re: La presse Francaise est infestée   Sam 17 Nov - 23:32

salam alecom

La presse Française au sujet de la guerre du liban de 2006 :

Après l’enlèvement de deux soldats israéliens par le Hezbollah, la frontière israélo-libanaise s’embrase (Le figaro 12 juillet 2006)

Ainsi se termine la présence militaire israélienne au Liban, qui avait débuté avec l'enlèvement de deux soldats par le Hezbollah (Le monde 02/10/06)

Tout est en place pour une opération massive au Liban après que le Hezbollah chiite libanais ait revendiqué l’enlèvement de deux soldats israéliens. (RFI, 12/07/06)

Cette offensive intervient après que le gouvernement d'Ehud Olmert eut autorisé ses responsables militaires à lancer une "riposte sévère", après le kidnapping des deux soldats. (L'EXpress, 13/07/06)

--------



Denis Sieffert :Le Hezbollah est souvent présenté comme une simple dépendance de l’Iran en terre libanaise. Que répondez-vous à cela ?


Nawaf al Moussawi (responsable international du Hezbollah)

Que nos relations avec l’Iran sont beaucoup moins étroites que celles qu’entretenaient les Etats-Unis avec les Contras au Nicaragua dans les années 80...



Denis Sieffert : En 2006, vous êtes apparus comme les agresseurs parce que l’offensive israélienne a été lancée après l’enlèvement par le Hezbollah de deux soldats israéliens...


Nawaf al Moussawi :
La guerre n’a pas été le résultat d’un incident mais d’une décision réfléchie de la part d’Israël. Des incidents, il y en a sans cesse. En 2000, nous avions enlevé des soldats et cela n’a pas provoqué la guerre. Vous devez surtout savoir que les violations de l’espace libanais par Israël sont très nombreuses. Du 25 mai 2000 au 11 juillet 2006, nous avons recensé 11 000 cas de violation de l’espace libanais, par mer, par air et au sol. L’enlèvement des soldats s’inscrit dans ce contexte-là. Et ces jours-ci encore, la Finul vient de protester contre les survols du sud Liban par l’aviation israélienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La presse Francaise est infestée   Aujourd'hui à 11:50

Revenir en haut Aller en bas
 
La presse Francaise est infestée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coupures de presse - La Tribune de Genève - 07 novembre 1990
» En presse
» Recherche témoins pour presse écrite (URGENT)
» Nouvel article dans la presse Belge "moi j'ai vu des centaines d'ovnis"
» Coupures de presse - L'illustré - 07 octobre 1954

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: Actualité-
Sauter vers: