Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lettre ouverte à la fondation NEWMANN par SADI "démofas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Lettre ouverte à la fondation NEWMANN par SADI "démofas   Mar 24 Oct - 19:17

Assalamou 'Alaïkoum Wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;
Allahouma Salli wa Salem wa Barek 'ala Sayidina wa Koudwatouna Sayidina Mouhamad, wa Aalihi Ettayibin Attahirin;

Bonne fête de l'Aïd à tous, et qu'Allah Bénisse les croyants et Guide ceux qui se sont écartés de Sa Voie....

Quiconque Allah Guide est Guidé, et nul ne peut l'humilier, Quiconque est HUMILIE par ALLAH, sera TOUJOURS HUMILIE.

mbibany a écrit:

سعيد سعدي يهان في ألمانيا
كان مبرمجا أن يلقي محاضرة عن "الإسلام والديمقراطية"


Le journal EL-BILAD du 24/10/2006-------------------------------------------


LETTRE OUVERTE A LA FONDATION NEUMANN
Auteur: Said SADI
16/10/2006

Monsieur le Président,
Quand, à la mi-septembre, votre représentante à Alger est venue me voir, lors de notre université d’été à laquelle nous l’avions invitée, pour me demander d’intervenir dans votre colloque international de Bonn, je m’étais engagé à me déplacer personnellement pour représenter la formation politique que je préside. Le sujet était, en effet, d’actualité et pertinent puisque le thème retenu était : « Islam et démocratie »
Le jeu de mots est flagrant, la représentante a "été invitée" par le RCD, et elle a constaté que ce parti n'est représentatif que d'une frange de marginaux et elle en a conclu que ce parti, n'est qu'une structure sans prise sur la réalité du Peuple Algérien, d'une part, et sans expérience "démocratique" à même d'intéresser la fondation Newman, et se membres.

Sadi a écrit:
J’ai donc aménagé mon programme à la veille d’un congrès décisif pour notre parti et important pour le combat démocratique en Algérie afin de me rendre disponible. Après confirmation par écrit et transmission des date et heure de mon arrivée, j’atterris, comme convenu, à Cologne le 9 octobre où j’étais supposé être attendu.
S'imposer et tenter de se faire inviter, ne veut point dire, être retenu parmi les conférenciers.
Les Allemands ne sont pas les Français, ils sont trop organisés pour se faire imposer une présence non sollicitée, et sans intérêt pour la démocratie authentique.
Tenter de les manipuler est un risque que les conseillers de Sadi n'ont pas bien pesé.
Ils ont donné par leur comportement à l'égard du fasciste Sadi, "démocrate de salon et des médias", sa première leçon de "démocratie militante" !

Sadi a écrit:
Une fois devant vos collaborateurs, je leur demandai de déprogrammer mon intervention et d’annuler les interviews prévues dans la presse allemande avant de les prier de me raccompagner à l’aéroport pour prendre le chemin du retour.
Pourquoi, parce que tout simplement le média phage Sadi, n'était tout simplement pas programmé en réalité ?

Sadi a écrit:
Cet incident, comme l’ont qualifié les membres de votre institution qui ont longuement essayé de me dissuader de repartir avant la fin des travaux, n’a malheureusement pas la même signification pour vous et pour moi. Et c’est cette différence d’interprétation qui pose le plus problème pour les relations actuelles et futures entre le Nord et le Sud.
Ah, les vilains mots !!!
Déjà qu'ils ont toléré ta présence devrait suffire !

Sadi a écrit:
Comment une institution, allemande qui plus est, rompue à l’organisation et la gestion de toutes sortes de rencontres, peut-elle manquer l’accueil d’un président de parti politique qu’elle a invité à s’exprimer sur un thème d’une telle importance?
C'est justement là, le HIC, l'institution a toujours combattu les fascistes comme le RCD et SADI, et c'est là tout le sens de cet "oubli" diplomatique.
Quant à la qualification de "Président de parti politique", je crois que pour cette fondation humanitaire, elle a un tout autre sens que celui d'un chef de groupuscule à la recherche d'une notoriété internationale, lors même que dans sa propre région, il n'est même pas reconnu, représentatif, malgré sa nomination au poste par la grâce des services "occultes".

Sadi a écrit:
une indélicatesse protocolaire; elle est, j’en suis persuadé, dans l’analyse de l’évènement et des considérations objectives et implicites qui l’ont provoquée.
Doit-on dérouler le tapis rouge, devant Karadzic, Mladic, Pol Pot, Antar Zouabri, Abou Mossad Zerqaoui, et leurs émules ?!!!

Sadi a écrit:
... ma réaction un acte disproportionné face à un préjudice somme toute anodin, .... J’ai dû leur dire qu’un président de parti venant de Londres, de Paris, de Bruxelles ou d’Amsterdam n’aurait pas connu pareil désagrément. Mieux, étant le seul président invité au colloque,... Le statut conféré par ma fonction, moi homme du Sud, ne s’imposait pas de soi, il a fallu l’étalonner à ceux des «blancs» pour le valider et amener enfin mes interlocuteurs à réaliser la mesure de l’outrage.
Il n'y a guère eu d'outrage, bien au contraire, les démocrates allemands, ne peuvent pas s'en laisser conter, eux qui ont combattu justement les modèles nazis de SADI...
Le RCD ne représente même pas Tizi Ouzou, si l'on doit se baser sur les seules élections libres, et pourtant manipulées à son profit en 1991, alors que dire de l'expression saugrenue et déplacée "moi, homme du Sud", sauf à y voir la connotation de "maffia sicilienne", plus proche de la mouvance et des idées nauséabondes soutenues par sa formation militaro-politique.

Sadi a écrit:
il faut bien plus de dévouement, de courage et de savoir faire pour construire un parti démocratique dans nos contrées que dans l’environnement européen.
Hélas, et c'est à tel point que ne se croient obligés de se choisir dans le nom le qualificatif "démocratie", que ceux qui évidemment en sont démunis dans la pratique politique, comme le RCD, qui a soutenu le PUTSH, les massacres, l'éradication du Peuple Algérien, l'atteinte aux valeurs civilisationnelles du Peuple Algérien, et ont été intolérants à l'égard des partis consensuellement plébiscités par le Peuple !

Sadi a écrit:
... nous, démocrates humanistes, proclamons vouloir instaurer. Tant que ces équivalences et les automatismes qui les structurent ne sont pas imprimés dans les mentalités du Nord, toute initiative de rapprochement est vouée à l’échec
.
Depuis 1990, le RCD et les discours de SADI et de ses collaborateurs, disent tout le contraire de la démocratie et du respect des consciences, et des raisons et droits de " l'Autre ".
Le Nord, n'a pas de problème avec des groupuscules comme celui de SADI, mais avec les Partis représentatifs du Sud, justement, qui lui tiennent tête et refusent de se voir asservis et manipulés.
Les groupuscules comme celui de Sadi, dépendent au mieux d'un simple "officier traitant", ou d'un "diplomate rompu à la lutte idéologique".

Sadi a écrit:
...chez vous, à certaines catégories qui vivent dans le malaise une prospérité assise sur des traités spoliant la vie de milliards d’innocents.
C'est justement parce qu'il y a trop de Sadi que l'Occident restera impénitent et croira en sa bonne étoile, et comptera sur ses "agents" en quête de "participations à des Congrès d'un niveau trop élevé pour eux".

Sadi a écrit:
...conception nouvelle des rapports devant mener à la reconfiguration d’un monde menacé par toutes sortes de fléaux: des plus patents comme le terrorisme ou la dégradation de notre environnement aux plus sournois comme cette sourde dichotomie qui fait que la compétence ou la crédibilité de l’homme du Sud sont toujours sujettes à caution quand il s’agit de les éprouver devant celles du Nord.
La compétence et la crédibilité de l'homme du Sud, seront toujours sujettes à caution tant que demeureront dans ce même Sud, des politiciens avides de reconnaissance internationale et qui tentent de vivre la tête en Europe et les pieds dans le Sud, où ils pensent avoir assez de qualifications pour représenter les maîtres du Nord.

Sadi a écrit:
Ma correspondance peut vous paraître inhabituelle voire excessivement alarmiste et je le comprendrais.

En effet, et c'est bien que SADI le reconnaisse, mais qu'a-t-il fait pour s'amender, d'abord dans sa propre commune ou éventuellement région, à défaut d'avoir une audience nationale impossible, et internationale absolument irréaliste ?
On ne prend pas l'ascenseur en politique, mais on commence par apprendre à monter les escaliers, pour apprendre à grimper au 2ième étage, et ensuite seulement, on tentera de grimper aux étages supérieurs.
Or, à ma connaissance, Sadi, N'A JAMAIS été ELU dans aucune élection "LIBRE", à quelque poste que ce soit, sinon au sein de son conclave du RCD, contrôlé par ceux-là mêmes qui lui ont octroyé l'agrément, avant même le Vote sur la Constitution autorisant la pluralité des Partis.

Sadi a écrit:
Un de vos assistants, incrédule devant ma détermination à quitter l’Allemagne, s’est ingénument interrogé sur le bénéfice pratique que je comptais tirer de ma décision.

C'est en effet, RIDICULE et péter plus haut que....

INSENSE, voila ce que je peux dire de cette lettre, qui HUMILIE encore plus les Algériens DIGNES.

Depuis quand un joueur du club d’Ighriven ou de Ibeskrien, en 5ième division inter-communale, s’offusque-t-il de n’avoir pas été invité et accueilli à sa descente d'avion, lors du Mondial 2006, à participer aux entraînements qualificatifs du München Gladbach ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Lettre ouverte à la fondation NEWMANN par SADI "démofas   Sam 4 Aoû - 18:55

Assalam;

Le scandale, une deuxième affaire KHALIFA ???

ithviriw écrit:
3 août, 2007 at 16:24
Monsieur Bentchicou.

Je constate que mon article écrit d’un jet et que je n’ai effectivement pas relu ou modéré, puisque vous ne le publiez toujours pas, vous semble, quelque peu outrancier vis à vis d’appuis extérieurs, qu’il ne faudrait surtout pas dénoncer à la faveur des déboires de gestion de notre Khalida “nationale”, qui défendait une politique contestable, sur les plateaux de télévision d’outre-mer, avec l’APPUI intéressé de ceux dont vous ne souhaitez pas que nous dénoncions pour avoir profité de la faiblesse politique de Khalida, pour l’embobiner et l’utiliser contre les musulmans, les algériens, et les arabes.

Soit, j’enlève les noms, mais cela ne changera rien, le Peuple Algérien, sait pourquoi, les plateaux de télévision lui furent ouverts et par qui, durant les “années rouges” du sang des Algériens, quand il suffisait de souffler sur les braises du racisme anti-musulman, pour trouver des journalistes, prêts à vous interviewer !

Déplaisant d’avoir à en rajouter sur les frasques et l’irresponsabilité de celle qui fut un jour, l’amie des porte parole du sionisme le plus abject, raciste, et le plus hideux, qui lui ont offert d’être l’auteur du brulot anti-Algérien, « Une Algérienne debout ! » je crois, à moins d’être en réalité…. « une Algérienne qui a perdu la tête ! »

C’est vrai en ces temps là, du début 90’s, l’ennemi Algérien, de surcroît, arabe, musulman, amazighe, émigré, se confondait avec ce qu’il y avait de plus vomissable dans l’inconscient des masses françaises et européennes, manipulables à merci par les médias gaulois, qui entendaient se servir de leurs escouades sionistes, pour à la fois se venger de ces résistants Algériens qui avaient osé revendiquer et recouvrer leur « Algérie de papa », et pire, les défier et les narguer en soutenant ouvertement les Palestiniens !

Khalida Messaoudi, donc, ou redevenue Toumi, la députée désignée, l’ambassadrice des janviéristes pour la négation des droits humains des Algériens, la conseillère présidentielle, puis la ministre de ce que l’on a coutume d’appeler par habitude, de la « Culture », occupation d’un espace oblige, après avoir été compagnon de voyage en Israël, compagnon, d’une aventure au sein d’un parti dont les chefs « se sont trompés de Peuple », a décidé de se faire imposer par les décideurs, ministre de la Culture, à défaut de Présider un parti qui se dit être lui aussi pour la culture et la démocratie, sauf qu’il ne possède qu’un seul poste de « Président », même si la denrée rare pour cette équipe, se trouve être justement celle de la rareté des militants et surtout des électeurs, même si l’on n’est point regardant sur la qualité, vu qu’une voix demeure une voix, ce qu’aurait apprécié l’autre face de la même médaille, le tribun Benhadj, qui à sa façon, était le pendant, voir, le complément nécessaire à l’existence de ces « démocrates », et ces autres chantres de la « culture » à défaut de « culte » du … pouvoir, de décider, de régir la société, malgré la pluralité de ses membres, et enfin nier la liberté du Citoyen, car de citoyen, il ne saurait être question en République « démocratique », ou en Califa appliquant la « chari’a », consacrée par les « Salafs » fussent-ils sanguinaires.

Khalida, nous est présentée aujourd’hui comme ayant permis que couve dans son ministère, une maffia au service d’Alger, capitale de la « culture arabe ».

Je tiens à me défier d’un jugement aussi peu serein, car il n’appartient qu’à la Justice, de rendre son verdict, en l’espèce, mais à priori je constate qu’il n’y a aucune plainte déposée à l’encontre de l’infortunée, pasionaria des « médias éradicateurs », Khalida, qui a pourtant rendu d’éminents services, à la « CAUSE », oui, la cause, celle-là même, qui un jour de Janvier 1992, fut utilisée pour brider et soumettre à la force, la Justice de notre pays, et surtout, pour placer notre armée, nos services de sécurité, et notre justice, au service de ceux qui, sans foi ni loi, ont mis le pays en coupe réglée depuis la rébellion contre le GPRA, de l’EMG, en 1962, alors même que, les paraphes des Accords d’Evian, n’avaient encore pas séché !

Vouloir aujourd’hui guérir le « mal de la corruption », en s’en prenant d’une manière aussi grossière et si peu courtoise à l’endroit de Dame Khalida, et de ses « sbires », c’est de mon humble point de vue, manquer de tact, à l’égard de cette battante, qui a toujours exécuté toutes les partitions que les « décideurs » lui ont demandé de jouer, comme tout scout, formée à l’école de la JFLN….

Pardonnez à Khalida, d’avoir cru que la Loi, le Code des Marchés Publics, la réglementation, les Budgets, le Trésor et le rôle d’ordonnateur, ne se confondent pas, avec la Messe des émissions de grande écoute sur les Télévisions françaises, pour tromper les téléspectateurs qui se veulent par principe crédules, dès que l’on les brosse dans le sens de leurs passions et qu’on met en exergue leurs fantasmes, anti-algériens.

Allez, concluons, que remettre en question la fidélité de Khalida au système qui l’a créée, ou vouloir mesurer ses performances de gestionnaire des deniers de l’Etat, à l’aune des critères applicables aux fonctionnaires et autres commis de l’Etat Algérien, c’est commettre un impair irréparable vis-à-vis de la nature prédatrice qui a caractérisé le système rentier Algérien.
Tenter de réhabiliter le système Algérien de la cooptation, c’est l’exposer à l’implosion, et risquer de le remplacer par des titulaires tout aussi corrompus.
Alors de grâce, continuons de dormir dans des logements, construits avec du fer irradié de Tchernobyl, mais pourtant payés ou disons, dont l’argent a été transféré par les banques Algériennes, vers d’autres cieux, d’où ils nous sont revenus, par la grâce de l’investissement « national », sous forme d’investissement dans des « pompes à fric » !!!

La culture, c’est aussi cela, l’économie de bazar, pardi !!!

amar écrit:
3 août, 2007 at 20:29
Bonjour ithviriw,


On peut tout reprocher à Khalida Toumi sauf son soutien aux sionistes, car cette politique était encouragée par l’ambassadeur d’algérie à l’époque et donc officielle, si je me trompe pas c’est Ghoualmi Mohamed qui était ambassadeur en France en 2003 où le FIS avait dénoncé cette politique dans son site, l’article est toujour présent sur le site, fait une recherche sur google tu le trouveras sans difficultés, le voici :

La normalisation avec Israel passe par le CCA à Paris
Date: 17 January 2003 à 00:00:00 GMT-6
Sujet: الأخبار

Sous couvert de tolérance religieuse, le directeur du Centre Culturel Algérien ä Paris, M. TALEB-BENDIAB MOKHTAR et M. COHEN Elie, du service culturel de l’Ambassade d’Israël à Paris, ont programmé une soirée animée par la Chorale Israëlienne pour le 30 janvier 2003 à 20h30.

Cette chorale était co-organisatrice du gala de soutien au soldat israélien le mois de novembre de l’année écoulée à Paris.
La particularité de M. TALEB-BENDIAB Mokhtar et M. COHEN Elie c’est qu’ils sont tous deux originaires d’AHFIR, dans l’Est du Maroc. Mais si M. COHEN avait gardé son nom d’origine après son émigration en Israël après la guerre de 1967, ce n’est pas le cas de M. BENDIAB qui a rajouté TALEB avec un trait d’union à son nom d’origine BENDIAB pour dissimuler ses origines juives.

Loin de tout sentiment anti-juif, ce sont les raisons de cette dissimulation ainsi que les actes de M. TALEB-BENDIAB qui attirent l’attention.

Des personnes proches des services consulaires algériens nous ont ainsi affirmées que M. M. TALEB-BENDIAB était au début des années 1990 consul d’Algérie à Toulouse et qu’il s’était rendu tristement célèbre pour une affaire de moeurs. Il fut alors muté au CCA de Paris.

D’aucuns ne doutent qu’il a manifestement eu le soutien des anciens du Collège Franco-Musulman de Tlemcen. En effet ses amis se sont opposés à son départ du Centre culturel Algérien notamment M. Boualem BESSAIEH Ambassadeur d’Algérie à Rabat, ainsi que M.HADJ YAALA Ancien ministre du président Chadli et qui ne quitte pas en ce moment son Ami BENDIAB.

Au moment où les enfants palestiniens se font massacrer quotidiennement par Sharon il est navrant de voir ce genre de concessions gratuites et humiliantes pour tous les Algériens. S’il faut réitérer qu’en tant que Musulmans, nous n’avons rien contre le peuple Juif, nous ne pouvons par contre tolérer qu’une chorale vantant les crimes de l’armée sioniste ne soit honorée par un centre censé défendre les valeurs culturelles de l’Algérie.

Le collège Franco-Musulman qui n’avait de musulman que le nom puisque l’enseignement de notre religion était interdit dans cette école à été crée par les Français dans les années quarante afin de permettre aux féodaux de Tlemcen et sa région de scolariser leurs progénitures et de contrecarrer l’activité des Medersas de l’Association des Oulémas Musulmans du Cheikh BENBADIS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ithviriw
Habitué


Nombre de messages : 4429
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: Lettre ouverte à la fondation NEWMANN par SADI "démofas   Jeu 29 Juil - 11:53

Assalam,

Afin que nul n'oublie et prenne conscience vers où nous mène LEUR "démocratie" SPECIFIQUE...

http://www.youtube.com/v/7BCbSoqvqDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettre ouverte à la fondation NEWMANN par SADI "démofas   Aujourd'hui à 21:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre ouverte à la fondation NEWMANN par SADI "démofas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte au President de la République.
» Lettre ouverte aux catholiques bien-pensants
» Bernard Kuntz dit vouloir "sortir de l'impasse" et adresse une lettre ouverte aux militants du SNALC sur le site de F.O.
» Lettre ouverte de Daniel-Ange aux auteurs, acteurs et promoteurs de Golgotha Picnic
» Lettre ouverte à Chris Prols (congratulations entre Sédévacantistes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: La crise politique-
Sauter vers: