Islam et actualité

Actualité et société
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 MORT D'UN CHIEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: MORT D'UN CHIEN   Ven 29 Jan - 3:41

On vient d'apprendre la mort de Larbi Belkhir le Larbin de fafa, ancien sous-off de fafa, il a fait partie de la promotion Lacoste qui a infiltré les rangs de l'ALN en 1958-60, pour atterir finalement dans les coulisses du gouvernement bien à l'écart, tenant les fils de toutes les marionnettes qui ont présidées l'ALgérie depuis 1979.
Beaucoup d'autres criminels sont encore en vie et jouissent de privilèges en Algérie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: MORT D'UN CHIEN   Mer 3 Fév - 4:03

Citation :

Beaucoup d'autres criminels sont encore en vie et jouissent de privilèges en Algérie.




Pourquoi le cimetière de Benaknoun ???

Quel genre d'individus est-ce pour oser une pareille oraison ?!!!!!!!!!!!
On n'est pas sorti de l'aubèrge

puker aux sahyoun et à leurs alliés et complices


http://www.zshare.net/audio/71854008bb85202d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: MORT D'UN CHIEN   Jeu 4 Fév - 3:33

confiture a écrit:
Pourquoi le cimetière de Benaknoun ???
Quel genre d'individus est-ce pour oser une pareille oraison ?!!!!!!!!!!!
On n'est pas sorti de l'aubèrge


A Ben Aknoun à cause de la caserne, ils viendront pour yetmes'hou avec sa baraka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soustara
Habitué


Nombre de messages : 5474
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: MORT D'UN CHIEN   Sam 6 Fév - 5:20

El hamdoulillah un autre gininar est crevé au Maroc, Nadir Metidji qui était selon un site bien informé plus illettré que le père Gauthier.

Citation :

Qui est-il ce général Metidji qui a lu l’oraison funèbre du général Fodhil Cherif ? Quel est le parcours et quels sont les bagages intellectuels de celui qui est présenté à la presse comme étant le chargé de la communication au ministère de la défense nationale ?

Le général Metidji qui disait au sujet du général criminel disparu « « Vous êtes un exemple pour nous et l’Algérie est reconnaissante à l’égard de toutes vos actions et votre fidélité à votre pays. Vous n’avez jamais failli à vos missions à l’intérieur et à l’extérieur de votre Algérie », saisissait-il la signification des phrases qu’on lui a écrit et demandé de lire bêtement ?

Ayant connu de près ce fameux personnage et l’ayant côtoyé durant quelques mois, je risque d’étonner beaucoup de monde en brossant le portrait de ce qu’il y a de plus médiocre dans les rangs des généraux de l’armée algérienne. Je tiens à dire que je n’ai jamais eu le moindre problème personnel avec cet individu. Bien au contraire, il m’a toujours respecté et bien qu’il me dépassait dans la hiérarchie militaire au temps où il était commandant et moi, lieutenant, il s’est toujours montré serviable et courtois à mon égard au point où il me portait mon attaché case et me devançait pour m’ouvrir la porte. Des gestes tout à fait naturels chez Metidji Nadir qui a toujours gardé la mentalité d’un serviteur des hommes. D’ailleurs, il aimait répéter le fameux proverbe arabe « le serviteur des hommes est leur maître ». Un proverbe qu’il ne manque pas de pervertir de son sens.

Incapable d’aligner deux phrases correctement, le général Nadir Metidji, alors capitaine à la DCSM, se faisait tout petit devant un sergent chef plus instruit et plus cultivé que lui, pour lui rédiger ses comptes-rendus. Celui que ses collègues appelaient ironiquement « marin d’eau douce » est un ancien adjudant de la marine versé dans le corps de la sécurité militaire après le départ du général Benyelles de la direction de la marine nationale.

Sans diplôme ni qualification, l’adjudant Nadir Metidji ne pouvait trouver meilleur domaine pour fourbir ses armes que celui de la flagornerie. Il est plus que le militaire bête et discipliné. Il était de ceux qui n’hésitaient pas offrir leurs femmes à leurs supérieurs juste pour obtenir une promotion au grade supérieur ou un poste à l’étranger qui lui fait gagner beaucoup de devises.
En servant à la base navale de Mers El-Kebir sous les ordres du colonel Benyelles, il n’hésitait pas à se rapprocher du capitaine Mohamed Medien, Alias, Tewfik, alors Directeur Régional de la sécurité Militaire de la 27ème RM. Le rapprochement se faisait à travers la délation dans laquelle excellait l’adjudant Metidji. Cette activité annexe, si on peut l’appeler ainsi, permet à l’adjudant Metidji de garvir les échelons de la hiérarchie militaire à la vitesse de l’éclair. Il ne mettra pas longtemps pour se retrouver, promu commandant en 1987. Il est vrai, que l’adjudant Metidji Nadir remplissait amplement le critère de l’analphabétisme auquel s’ajoute celui de la flagornerie, indispensables pour l’obtention de promotions exceptionnelles.


Avec le départ du général Benyelles dont il était l’homme à tout faire, y compris le baby sitter, Metidji se trouvait tout nu devant des collègues qui ne le portaient guère dans leurs cœurs tellement il les écoeurait par son comportement mesquin. Le général Benyelles intercèdera, alors, en sa faveur auprès du capitaine Tewfik, promu au grade de commandant et nommé sous-directeur de la sécurité de l’armée à la DSCM, pour lui demander de lui faire un changement de corps.

Passé du corps de la marine à celui de la sécurité militaire, Nadir Metidji, promu sous-lieutenant, ne pouvait servir qu’à apporter du thé au chef ou lui faire les courses familiales comme il l’a toujours fait. Comme tout officier parrainé par un chef, Metidji est alors envoyé au bureau militaire de l’ambassade d’Algérie à Tripoli. Il en profita pour faire des affaires et évidemment, se montrer reconnaissant envers ses bienfaiteurs avec lesquels il partageait son salaire en devise comme tout bon diplomate algérien envoyé en poste à l’étranger.
Trois années plus tard, il est de retour à Alger. Le général Lakehal Ayat, alors Directeur Central de la sécurité Militaire, ne connaissant pas le personnage lui confia le dossier du Tchad étant donné que le bonhomme avait exercé en Libye.


Illettré et incapable de faire la moindre analyse sur le conflit tchadien, le capitaine Metidji se trouva une fonction qui lui allait comme un gant. Il était le cuisinier de Goukouni Oueddey, le président tchadien en exil. Il lui préparait le thé, achetait les couches pour les enfants, faisait le coursier et le chauffeur.

En lisant ses comptes-rendus sur ses activités auprès du président tchadien exilé, ses collègues se marraient et vivaient des moments d’hilarité que seul le commandant Metidji savait provoquer.

Quelques mois, plus tard, le commandant Metidji est envoyé à Tunis pour quelques années. Il sera envoyés plus tard dans d’autres pays pour se faire de l’argent et continuer à grimper dans la hiérarchie militaire en se montrant docile, obéissant et larbin sans concurrent. Cela lui a permis d’obtenir pour une somme dérisoire une luxueuse villa appartenant à la marine Nationale tout près de l’école de Tamentfoust. Alors qu’il était capitaine, il roulait dans une grosse Mercedes que ses collègues ne pouvaient s’offrir avec leur maigre solde.

Ceci sans parler d’un compte en devises bien garni à l’étranger. Car notre général, même s’il partageait son salaire quand il exerçait au niveau des ambassades, il savait s’arranger pour récupérer d’une main ce qu’il donnait de l’autre. Son épouse étant maître-assistante à la faculté de droit de Ben-Aknoun (dans les années 80) a toujours bénéficié de bourse d’études à l’étranger dans les pays où son mari était affecté. La bonne dame ne doit pas regretter d’avoir épouser un analphabète. Après tout, l’Algérie est bien la propriété des analphabètes et des traîtres.
Un analphabète chargé de la communication du ministère de la défense nationale cela nous renseigne bien sur l'importance qu'accorde les généraux algériens au secteur de la communication.

Hichem ABOUD
21 JUIN 2008


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
confiture
Habitué


Nombre de messages : 3240
Date d'inscription : 17/09/2007

MessageSujet: Re: MORT D'UN CHIEN   Lun 8 Fév - 2:48

SALAM


Citation :


Qui est-il ce général Metidji qui a lu l’oraison funèbre du général


Il parait qu'il vient de rejoindre son chère gininar !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timour Le Boiteux
Habitué


Nombre de messages : 2844
Date d'inscription : 31/07/2005

MessageSujet: Re: MORT D'UN CHIEN   Jeu 1 Avr - 23:09

Un article intéressant à lire sur ce lien

http://www.rachad.org/index.php?option=com_content&view=article&id=477:eloge-de-loppression-sur-la-perversion-dun-courant-islamique-en-algerie&catid=68:editoriauxfr&Itemid=99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MORT D'UN CHIEN   Aujourd'hui à 8:41

Revenir en haut Aller en bas
 
MORT D'UN CHIEN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» lettre type pour éviter la mort d'un chien !!
» L'amitié, au delà de la mort, d'un chien & d'un chat
» ce chien qui est mort pour de l'art, un autre suivra!!
» une retrouvaille surprenante!!!! un chien que j'avais y-a un ou deux ans que je croyais mort.
» Chien attaché mort de froid et de faim/Maîtres à Cuba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Islam et actualité :: La crise politique-
Sauter vers: